Les tendances, innovations et menaces qui affecteront le commerce électronique et le marketing Internet en 2007 (partie 1)

Pin It

Pour la deuxième année, c’est avec plaisir que je vous partage les menaces, tendances et innovations que je perçois poindre à l’horizon pour 2007. Ce ne sont pas des prédictions (quoique si vous relisez mes tendances pour 2006, je ne me suis pas beaucoup trompé). Ce sont plutôt des observations tirées des prédictions des autres, de la littérature et des nombreuses idées qui ont germé dans mon esprit tout au long de l’année. Allons-y donc gaiement! Pour 2007, …

…dans les menaces que je vois poindre il y aura :

• Les spams et les hacks changeront de cibles et s’attaqueront aux fichiers multimédias
• La médiatisation excessive et non informée des ratés du Web nuit au commerce électronique
• La lutte entre le WiFi et le 3G s’intensifiera
• Nous entrons dans l’ère de la tyrannie de la transparence

Pour les tendances, j’observe
• La TV en ligne prend son envol
• Le commerce de détail en ligne connaît une croissance soutenue
• Le consommateur publicitaire
• Croissance de l’adoption des wiki et des blogues en entreprise
• La poussée des services Web et du Web 2.0 en entreprise

Finalement pour les innovations, je parlerais de l’un de mes sujets fétiches :

• Les univers immersifs virtuels

Menaces

1. Les spams et les hacks changeront de cibles et s’attaqueront aux fichiers multimédias

Cette prédiction me vient d’Infoworld

Je me souviens encore de ma période d’expérimentation des réseaux P2P et de la surprise et du dégoût que j’ai eu en téléchargeant un soi-disant fichier musical de Britney Spears, qui s’avérait être une scène de bestialité indicible. Je me souviens aussi des nombreux crash, virus, trojan et pestes diverses que mes élucubrations sur ces réseaux ont engendrées. He bien, il semble que les malfaiteurs et créateurs de pestes du Web changeront de cibles pour s’attaquer désormais aux fichiers MP3 et aux hyperliens vidéo. Selon McAfee, ce qui augmente la potentialité négative de ces menaces est l’habitude qu’ont prise les internautes de ne pas réellement se méfier de ce type de liens.

2. La médiatisation excessive et non informée des phénomènes du Web

Au cours des années précédentes et en 2006, je me suis insurgé contre la désinformation qui affecte le commerce électronique en général et le Web en particulier. Les médias ont une soif des sujets Web et malheureusement, plus souvent qu’autrement, le traitement de la nouvelle, se fait de manière sensationnaliste. Je me souviens encore de péripéties reliées au vol d’identités qui seraient soi-disant, tributaires du Web. Je me souviens aussi de cet article qui incitait les entreprises à se méfier du Web 2.0. J’ai aussi en mémoire ces sorties contre les blogues et les chiffres farfelus qu’on y présente. Bref, je m’attends à ce qu’en 2007, la presse généraliste nous présente d’autres épouvantails Internet et qu’elle continue de se demander pourquoi les blogues, wiki, Second Life et médias sociaux existent. C’est tellement facile de faire peur aux gens avec le Web ou de dire que les contenus utilisateur ce n’est pas sérieux! Cette tendance ne diminuera pas en 2007. Quoique ça serait tellement plus positif de s’informer auprès des spécialistes au lieu de dire les lieux communs.

3. La lutte entre le WiFi et le 3G s’intensifiera

La bonne nouvelle des dernières semaines est la sortie du iPhone. En décembre, à Le Web3 à Paris, les européens ne s’en pouvait plus de se convaincre mutuellement que 2007 serait l’année de toutes les percés des contenus mobiles en Europe. Cependant, ici en Amérique, si on combine ces deux réalités, l’image qui nous apparaît est tout autre. Je prédis une lutte entre le Wi-Fi et le 3G (ou GSM pour l’instant) qui penchera définitivement du côté du Wi-Fi.

Les contenus mobiles ont un grand avenir de ce côté-ci de l’Atlantique. Cependant, je doute fortement qu’ils empruntent la voie des ondes cellulaires. D’ailleurs, prenez l’exemple du iPod. Les usagers ont désormais pris l’habitude de télécharger les contenus qui les intéressent à la maison, avant de débuter la journée et ils écouteront leur podcast, vodcast et autre contenus, en différé. D’ailleurs, dans une étude commandée par Nokia à la London School of Economics This box was made for walking, on parlait de « snackable content » (que l’on peut traduire par contenus collation) pour la télévision mobile. Je crois cependant, à l’instar des auteurs de l’étude, que comme pour les lunchs, on les préparera le matin avant de partir (ou la veille) en téléchargeant les contenus, du bon vieux ordinateur ou branchement Wi-Fi. Les seuls contenus que nous serions prêts à payer pour qu’ils transitent par les canaux cellulaires payants, seront les contenus ou la temporalité (immédiate) jointe désir d’être au courant, seront d’une importance primordiale. Nous pourrions songer par exemple aux finales des jeux olympiques et des sports majeurs (Football, soccer, hockey, etc.) ou des nouvelles de grandes importances (le 11 septembre 2001, déclaration de guerre). Pour le reste, je crois fermement que nous attendrons le moment où un réseau Wifi est à portée de mobile. D’ailleurs aux USA, les réseaux hybrides (cellulaire Wi-Fi) ont le vent dans les voiles tels que le mentionne eMarketer :


On the technical side, the integration of mobile into other broadband platforms such as 802.11 (Wi-Fi) is already underway. In the US, T-Mobile has launched a hybrid wireless broadband service called « HotSpot@Home » that allows T-Mobile subscribers to route their mobile calls — and presumably their mobile data traffic later — over their home broadband connections instead of through the cellular network. Sprint Nextel plans a similar model, perhaps based on WiMAX in order to take advantage of a unique spectrum advantage it enjoys in the US market. This comes on top of mobile TV initiatives such as Modeo and MediaFlo.

4. Nous entrons dans l’ère de la tyrannie de la transparence

Lorsque les entreprises discutent de blogues avec moi, souvent la première inquiétude qu’ils me manifestent est : si nous avons un blogue et que les clients critiquent, que ferons-nous? Bienvenue à l’ère de la tyrannie de la transparence. Ce concept de tyrannie de la transparence origine de Trendwatching.com dans la plus récente édition de leurs observations mensuelles.


Remember the promises of flawless matching of supply and demand, and limitless consumer power, when the web burst onto the scene a dozen years ago? While the last few years didn’t disappoint (consumers are already enjoying near-full transparency of prices and, in categories like travel and music, near-full transparency of opinions as well), 2007 could be the year in which TRANSPARENCY TYRANNY really starts scaring the shit out of non-performing brands.

Why? For one, 1+ billion consumers are now online, and the majority of them have been online for years. They’re skilled bargain seekers and ‘best of the best’ hunters, they’re avid online networkers and they’re opinionated reviewers and advisors (tripadvisor.com now boasts 5,000,000+ travel reviews).

Vous souvenez-vous des exemples de Kryptonite, de Vichy, de AOL, de Sony, de Dell et des autres marques qui ont subi les contrecoups de la bloguosphère? Cette tendance s’accroîtra en 2007. Certaines entreprises préfèrent encore monitorer ce que l’on dit d’eux plutôt que d’entrer dans la conversation. Elles oublient qu’il est plus facile de répondre à ses détracteurs chez soi que de tenter d’influer sur les discours qui se passent ailleurs. J’aime beau coup mieux que l’on me critique dans la face que dans mon dos. Au moins, j’ai la possibilité de répondre, d’apprendre de ces critiques et d’améliorer mes services, produits ou discours. C’est ce qu’a compris McDonalds en créant le blogue Open for discussion où les thèmes abordés sont (ironiquement et efficacement) Balanced/active lifestyle, Environment,People, soit les critiques les plus virulentes à leur endroit. Les mythes des blogues d’affaires ne devraient pas vous effrayer et vous faire subir indûment la tyrannie de la transparence qui se combat… par la transparence. Ne faut-il pas combattre le feu par le feu?

À suivre…

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Blogue marketing interactif de l’Association marketing de Montréal et du Publicité Club de Montréal » Blog Archive » Les tendances, innovations et menaces qui affecteront le commerce électronique et le marketing Internet en 2007 (par

    […] Déjà publié sur Michelleblanc.com et LesAffaires.com […]

  2. Blogue marketing interactif de l’Association marketing de Montréal et du Publicité Club de Montréal » Blog Archive » Les tendances, innovations et menaces qui affecteront le commerce électronique et le marketing Internet en 2007 Part

    […] Comme suite aux tendances, innovations et menaces qui affecteront le commerce électronique et le marketing Internet en 2007, voici la partie 2 qui s’intéresse aux Tendances. […]

  3. Blogue marketing interactif de l’Association marketing de Montréal et du Publicité Club de Montréal » Blog Archive » Les tendances, innovations et menaces qui affecteront le commerce électronique et le marketing Internet en 2007, par

    […] Comme suite aux aux tendances, innovations et menaces qui affecteront le commerce électronique et le marketing Internet en 2007, partie 1 et partie 2, voici la dernière entrée qui s’intéresse aux innovations […]

  4. » L’ère de la transparence: adaptez votre mentalité!

    […] Sources: – TrendWatching.com. «Transparency Tyranny», no 45, mai 2007. – Thompson, Clive. «The See-Through CEO», Wired Magazine, mars 2007. – Bellerose, Patrick. «La tyrannie de la transparence», Infopresse, 13 avril 2007 – Leblanc, Michel. «Les tendances, innovations et menaces qui affecteront le commerce électronique et le marketing Internet en 2007 (partie 1)», 16 mai 2007 […]

  5. Transparence communicationnelle sur le Web • Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique. Marketing Internet, consultante, conférencière et auteure

    […] personnelle y serait pour beaucoup, mais bien avant « mes événements », déjà je parlais de transparence radicale, synthétique et autres concepts associés à ce qui « sonne vrai » et à ce qui semble efficace […]

  6. Alain

    Bonjour,

    Une « idée bibliographique » : La tyrannie du marketing, Alain Astouric, éditions é®e février 2010

    4° de couv.

    Nous savons qu’il n’y a pas, d’un côté de vilains marchands qui veulent écouler leurs produits à coup de matraquages marketing conjugués à d’innombrables créations publicitaires et d’un autre côté d’innocents consommateurs qui en seraient systématiquement les malheureuses victimes. Nous savons aussi que la publicité n’est généralement qu’un outil au service d’un système économique favorisant la (sur)consommation et que, si on le lui demandait, la publicité serait tout à fait capable d’inverser la tendance en nous incitant à moins consommer. D’ailleurs depuis quelques temps ne s’y essaie-t- elle pas à propos de la sauvegarde de l’environnement. Mais nous savons surtout qu’un excès est un excès, que le marketing et la publicité en commettent tous les jours. Et que, lorsque les excès risquent d’impacter sur la santé des gens et sur l’environnement, lorsqu’ils influent sur la liberté des médias, favorisent les situations de surendettement, décrédibilisent la politique et tentent de nous endoctriner, alors, il est plus que préférable de bien les repérer pour mieux s’en prémunir.

    Court extrait

    […]Apprenons à distinguer l’utile du superflu et tenons notre rôle de parents : à nous d’armer nos jeunes, par nature encore plus perméables aux tentations du commerce et à la fascination qu’exerce sur eux la communication publicitaire […] Ce court délai place entre nos main un avantage unique : comme consommateurs responsables et a fortiori comme parents, il ne tient qu’à nous de prendre en charge notre santé et d’inciter nos enfants à en faire de même ; nous devons veiller à l’équilibre de notre alimentation et plus encore de la leur ; les bonnes habitudes se prennent dans l’enfance et les mauvaises sont d’autant plus difficiles à corriger qu’elles sont anciennes. Une précaution rappelée une fois de plus dans l’étude publiée en décembre 2008 par la revue Nature Genetics qui estime que, s’il est exact que des variations génétiques peuvent être à l’origine de l’obésité en influant sur les processus digestifs et qu’en conséquence l’obésité n’est pas seulement liée à la nature de l’alimentation, il est tout autant vrai que l’on peut modérer les risques en donnant aux enfants de bonnes habitudes dans le choix de leurs aliments. Un pari qui pourrait en partie réussir puisque selon le baromètre nutrition de l’institut national de prévention et d’éducation pour la santé, en date du 26 janvier 2010, les Français commencent à abandonner leurs mauvaises habitudes d’alimentation, comme le grignotage. Mais la consommation de fruits et légumes reste encore limitée par leur coût […]

    Cordialement.

    contact.astouric@orange.fr

    http://www.ifrance.com/astouric