Pourquoi ça va vous prendre un gestionnaire des médias sociaux

Pin It

Plusieurs informations confirment l’importance, pour les entreprises en général et les détaillants en ligne en particulier, de prendre place sur les médias sociaux et d’y dédier une on plusieurs ressources spécifiques pour ça. Tout d’abord, c’est Hitwise qui révèle dans les billets Online retailers receiving less traffic from paid search, but more from social networks et UK Internet users spending more time on social networks than shopping online on apprend que:

UK Internet users are spending less of their online time shopping and more time browsing online media. During March 2009, 8.6% of all UK Internet visits went to online retail websites and 9.8% to social networking websites.

Et que:

(…) it is perhaps no surprise to see that the amount of traffic our Shopping and Classifies category receive from social networking websites increased from 5.2% in March 2008 to 7.1% in March 2009. A year ago online retailers received a similar amount of traffic from both social networks and webmail services (such as Hotmail, Yahoo! Mail and GoogleMail), but social networks now account for 58.3% more traffic than webmail providers.

Les médias sociaux deviennent donc une source non négligeable de trafic pour un site transactionnel. J’ai d’ailleurs déjà moi-même expérimenté cette croissance de mon trafic venant des médias sociaux tel que j’en parlais dans mon billet Twitter et Facebook, de bons générateurs de trafic.

Par ailleurs, j’ai déjà dit que le blogue reste LE king des médias sociaux et je vous ai déjà aussi parlé du ROI (sans jeu de mot) des médias sociaux et du blogue dans un contexte d’affaires. Mais de mauvaises langues sous-entendent que le blogue est sur son déclin. C’est plutôt tout le contraire que confirment de récents chiffres d’eMarketer dans l’article Blogging Has Come a Long Way, Baby.

“This blogging activity presents new opportunities for marketers to influence—and monitor—conversations that may be relevant to their businesses,” says Paul Verna, eMarketer senior analyst and author of the new report, The Blogosphere: A-Twitter with Activity. “These conversations will continue to happen with or without participation from marketers, but those who join in—whether through their own sites or through a brand presence on independent ones—will have a place at the table.”

Les chiffres de croissance du lectorat des blogues et des blogueurs eux-mêmes sont d’ailleurs assez convaincants pour fermer la gueule une fois pour toutes aux prophètes de malheur qui s’amusent à dire n’importe quoi comme le révèlent les graphiques d’eMarketer.

D’ailleurs, si vous avez encore des doutes sur la croissance phénoménale des médias sociaux, vous pouvez aussi lire une autre source sur le sujet. Il s’agit de Mashable et du billet The Web in Numbers: The Rise of Social Media.

En conclusion, sur Socialmediatoday, le billet A deeper internet path proving the importance of organic search and digital influence compared to advertising résume assez bien l’esprit efficace d’une présence d’affaires média social:

What’s more, consumers are shopping around more before buying, making ads placed on sites such as Google’s less valuable to marketers on a click-by-click basis. Google said the number of paid clicks in the quarter rose a healthy 17% from a year ago. « People are searching and clicking on ads as much as ever, » says Jeffrey Lindsay, senior analyst with Sanford Bernstein. « But it’s now taking 15 to 20 clicks vs. 10 to 15 clicks to sell something. » As a result, prices per click on search ads fell 13% in the first quarter from the fourth, Efficient Frontier says.
Beyond the business insights, what really matters is the fact that people need to find « true », valuable and relevant information. They face information, they compare. So as if you don’t provide great information, your ads will drive to reluctance and disrepect. Consumers learn how to figure out what is advertising, what is fake and what is worth.

N’étant pas très “politically correct”, je résume en disant aux entreprises (ce que je répète déjà ad nauseam) il faut chier du texte, encore et encore et il faut que ces textes soient pertinents et à valeur ajoutée.

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. AlphaEvelyn

    En contexte de petite entreprise, c’est quand même tout un défi de trouver quelque chose de pertinent à dire tous les jours… Est-ce mieux de bloguer moins et mieux, ou de bloguer plus en s’éloignant parfois du thème et de l’entreprise?

  2. Maxime

    Une première pour moi sur votre blogue. Billet très intéressant en ce sens qu’il vient s’ajouter aux autres arguments qui devraient inciter les entreprises à se doter d’une expertise en médias sociaux. Par contre, et peut être en avez-vous déjà parlé, si ce n’est de la curiosité, d’une bonne plume et de la connaissance des médiaux sociaux quelles sont les diverses autres qualités que devrait posséder le dit gestionnaire ?

  3. Olivier

    social ≠ texte
    Ce qu’on devrait peut-être plutôt dire, c’est faire chier des communautés, pas nécéssairement chier soi-même. Et pas forcément du texte, ne pas négliger YouTube ou tout simplement une belle photo qui va s’échanger par email par exemple.

  4. etienne chabot

    Merci pour tes insights ainsi que pour les hyperliens. Tu viens de me faire découvrir l’article de Steve Ruebel sur le ROI d’un blogue. Je cherchais justement cela.

    Cela dit,je suis d’accord que l’idéal pour les entreprises est d’avoir un gestionnaire de médias sociaux. J’ajouterais même que cette personne devrait être dédiée à 100%.

    Comme je le dis souvent, les PMEs ont encore plus d’opportunités avec les médias sociaux que les grandes entreprises. Et c’est la récession pour elles aussi… Beaucoup fonctionnent à effectifs réduits. Alors pour embarquer dans la vague des médias sociaux, ca prend des hérétiques. Des malades qui, en plus de leurs tâches de marketing traditionnel, se mouillent dans les médias sociaux et vont au « batte » pour convaincre leurs dirigeants des bénéfices d’être les pionniers. Pour ces hérétiques (ou ces croyants du nouveau marketing), ton blogue et ce billet vient compléter leur arsenal.

    Ce que je retiens par dessous tout: Chier du texte ou faites en chier, mais chier.

  5. jfp

    En fait le blogue, comme nous l’avions échangé sur Twitter concernant Tourisme Mauricie, est le moteur d’une stratégie de réseautage social ou plus précisément le « hub » d’une bonne. On s’en sert pour articuler ce que l’on dit en moins de mots sur Twitter ou sur Facebook. On y intègre évidemment un vidéo provenant de Youtube et on fait des liens vers des photos sur Flickr et on créé des liens vers nos produits sobrement.

  6. Olivier

    (Par exemple, l’équipe Susan Boyle fait chier sans chier elle-même ni taper une ligne de texte elle-même.)

  7. Etienne Chabot's Blog

    Les blogues, des médias de masse?…

    Les blogues sont en voie de devenir un medias de masse.
    ……

  8. Dorianne

    Ce billet me semble un complément intéressant:
    http://www.akostic.com/2009/04/14/expert-community-management/

  9. CONTENUS, CONTENUS ET CONTENUS «

    […] du contenu transformé, adapté, synthétisé et extensible, dimensionné par et pour une multitude d’internautes qui choisissent, avec plus ou moins d’intentions précises, de creuser, de transformer,de […]

  10. Martine Dorval

    Ces jours-ci, la valorisation des contenus, leur importance, leur pertinence et leur diffusion au bon moment sont autant de dimensions que les uns et les autres, favorisent, recherchent, trouvent, partagent et, de plus en plus, génèrent eux-mêmes.

    De la musique à mes oreilles. Enfin. Et, en plus, on retrouve du contenu transformé, adapté, synthétisé et extensible, dimensionné par et pour une multitude d’internautes qui choisissent, avec plus ou moins d’intentions précises, de creuser, de transformer,de relayer. Alors si votre organisation est riche en contenus, à vous d’en profiter et d’en faire profiter votre communauté.
    Prudence : à long terme, je crois qu’il faut se méfier de l’écueil du superficiel. Du contenu devenu fastfeed. Ce serait dommage de devenir infolimique au lieu de profiter de la gastronomie du savoir qui s’offre à nous.

    De plus, ces contenus doivent être assaisonnés d’authenticité, d’une perspective personnelle et ouverte aux commentaires. Une fois relâché sur le Web ou dans la blogosphère, le contenu évoluera touché, retouché et corrigé par tous les internautes qui le modèleront à leur guise, selon leur perspective. Il ne nous appartient plus mais peut nous taguer comme marque un fer rouge. Un défi pour bien des professionnels formés dans une perspective unidirectionnelle et sécurisante mais désormais disfonctionnelle ou, à tout le moins, en voie rapide d’extinction. Et il n’y a pas de liste rouge pour protoéger ce type de dinosaure.

  11. Laurent Farcy

    Surveillez votre langage, svp ! ;)

    Je suis également intimement convaincu que le blog est loin d’avoir dit son dernier mot. C’est une (voire la) fondation du web social et tous ceux qui veulent faire entendre leur voix durablement et distinctement possède un blog et l’entretienne avec soin. N’est-ce pas ?

    J’étais également tombé sur ces articles expliquant que de plus en plus de referrals provenaient des médias sociaux, que la recommendation sociale se substituait petit à petit à la recherche à base de mots-clés.

    Si cette tendance se confirme, il ne suffira plus d’optimiser son site pour qu’il apparaisse en tête de liste des résultats de Google, mais il faudra également faire en sorte que ceux dont la voix compte parle des produits ou services de l’entreprise (si possible, positivement). Et que ceux qui le font déjà soient plus largement entendus.

  12. Minh Dat Lam

    Reste que la difficulté est de convaincre les entreprises de prendre le chemin des médias sociaux. Lorsqu’on se fait répondre que la compagnie n’a pas besoin du Web pour son marketing, on est loin de la coupe aux lièvres, comme dirait si bien Monsieur Perron.

    Cependant, je retiens la dernière phrase: chier et rechier du contenu!

  13. La mort du Web comme outil de recherche et de référence « La Porte de l’Éloquence

    […] Pourquoi ça va vous prendre un gestionnaire des médias sociaux […]

  14. Nouveau métier: gestionnaire des médias sociaux | N'ayez pas peur !!

    […] TweetMa collègue Michelle Blanc mentionnait dans un récent billet que le trafic en provenance des médias-réseaux sociaux vers les sites et blogs était en […]