Jakob Nielsen observe que l’entreprise 2.0 fait son entrée dans les intranets

Pin It

Ça fait déjà un bon moment que je parle de l’importance du Web 2.0 pour les organisations. Je me concentre plus spécifiquement sur la portion externe (c’est-à-dire internet) du Web 2.0. Le pote Claude Malaison, faisait office de prêcheur dans le désert en parlant depuis belle lurette de Web 2.0 à l’interne de l’entreprise (c’est-à-dire l’intranet ou encore l’entreprise 2.0). Il se sentira moins seul en lisant le dernier article de Jakob Nielsen (ça fait toujours plus crédible pour les gestionnaires lorsque ça vient d’un gourou américain que lorsque ça vient d’un gourou québécois. Nul n’est prophète en son pays) Social Networking on Intranets. Les conclusions de l’étude de cas de 14 compagnies de six pays recoupent ce que Claude et moi-même disons déjà depuis si longtemps… :

Here are some things that might surprise you about the social media initiatives we studied:
• Underground efforts yield big results. Companies are turning a blind eye to underground social software efforts until they prove their worth, and then sanctioning them within the enterprise.
• Frontline workers are driving the vision. Often, senior managers aren’t open to the possibilities for enterprise 2.0 innovation because they’re not actively using these tools outside of work. Indeed, many senior managers still consider such tools as something their kids do. One of the dirty secrets of enterprise 2.0 is that you don’t have to teach or convince younger workers to use these tools; they expect them and integrate them as easily into their work lives as they do in their personal lives.
• Communities are self-policing. When left to their own devices, communities police themselves, leaving very little need for tight organizational control. And such peer-to-peer policing is often more effective than a big brother approach. Companies that we studied said abuse was rare in their communities.
• Business need is the big driver. Although our report discusses specific tools (blogs, wikis, and such), enterprise 2.0’s power is not about tools, it’s about the communication shift that those tools enable.
• Organizations must cede power. Using Web 2.0 technologies to communicate with customers has taught many companies that they can no longer control the message. This also rings true when using Web 2.0 tools for internal communication. Companies that once held to a command-and-control paradigm for corporate messaging are finding it hard to maintain that stance.

Il remarque aussi que les entreprises qui attendent trop avant de prendre le virage risquent de perdre des jeunes employés qui s’attendent à ce que les innovations avec lesquelles ils communiquent dans leur vie de tous les jours se retrouvent aussi au travail ou, qu’au contraire, les entreprises qui adoptent ces outils rapidement devront s’attendre à des modifications profondes de leur culture d’entreprise…

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Anonyme

    Michelle,

    Notre gourou américain fait des études sur les intranets e
    depuis la fin des années ’90 et nous l’avions d’ailleurs invité à Montréal en 2000. Il avait un peu déçu… Comme certains autres par la suite. Son classement des intranets est basé sur ses clients. Ses constatations, comme tu le dis si bien, ne viennent que confirmer ce que nous disions depuis 2006 au moins. Rien de nouveau donc, pour le gourou qui a pris de l’âge et a mis beaucoup de temps à s’ajuster aux réalités du Web 2.o, transposées en entreprise. Pense-t-il avoir inventé quelque chose en parlant d’entreprise 2.0? poser la questionm, c’esy y répondre..

  2. claude Malaison

    J’avais fait un beau commentaire à ton billet mais j’ai été «flushé» par ton WordPress :)

    Tout cela pour dire que M. Nielsen vieillit et qu’il a mis beaucoup de temps à découvrir le Web 2.0 et ses possibilités à l’interne dans les organisations. En passant, nous l’avons reçu à Montréal en 2000 et il avait un peu déçu…

    Ne faut pas s’en faire, il publie ainsi, depuis la fin des années ’90 son palmarès des intranets basé sur SES clients. C’est bien, c’est un peu radical car il est au départ le «gourou» de l’utilisabilité mais ce n’est pas Dieu le Père…

    Et ses constatations font un peu «has been» tellement il réagit en retard sur les autres, les Yehuda, Duperrin, Vander Wal, Wylie, McAfee et compagnie… Dépassé Nielsen? Probablement…

    Claude :)

  3. Olivier

    C’est un scientifique qui s’appuie sur des études, pas un astrologue.

    « Things Take Time – … particularly on an enterprise level. Most of the people we interviewed during our initial research said, « come back next year » if we wanted a case study of their company’s use of social features. »

  4. Marc Barrière

    Intéressante observation.
    Les nouveaux outils technologiques de communication “sociale” vont prendre une ligitimité. Je remarque dans les commentaires un certain cynisme. Faut croire que ces gens n’ont pas travaillé dans de grandes organisations où la sécurité informatique prévaut sur l’efficience de la communication.

  5. Liens du matin 08/11/2009 « Le Journal de Ray Dacteur

    […] Jakob Nielsen observe que l’entreprise 2.0 fait son entrée dans les intranets • Michelle Blanc,… […]

  6. émergenceweb : blogue » Entreprise 2.0: les employés poussent à l’adoption, les Ti ont les deux pieds sur le frein…

    […] la sortie de Jakob sur l’entreprise 2.0 a généré, il y a quelques jours, ce billet de l’amie Michelle Blanc et mes commentaires. Ce que je dis souvent aussi dans mon blogue quand je parle de Google […]