Simon Jodoin, André Péloquin et BangBangBlog, de l’homophobie songée?

Pin It


Copie d’écran du site BangBangBlog

« Nécrophile », « Freak » et « mon gars » ne sont que quelques-unes des insultes que me sert Simon Jodoin depuis quelques mois déjà. Il met aussi en ligne une soi-disante caricature me représentant en homme à barbe, en utilisant ma photo (dont BangBangBlog n’a pas les droits d’utilisation et qui est en directe contravention du droit d’auteur, pour un média ce n’est pas fort. Cette photo appartient à Olivier Samson Arcand photographe) en collage avec une œuvre de Le Caravage (reconnue pour sa sexualité scandaleuse pour l’époque,  selon Wikipedia). Simon Jodoin, André Péloquin ( le rédacteur en chef de BangBang qui me picosse aussi depuis des mois sur Twitter) et BangBangBlog permettent aussi un commentaire anonyme à mon égard disant :

Morale : Michelle Blanc se pète les brettelles avec son référencement et si elle n’était pas une attraction de foire, on n’en aurait rien à foutre de ses conseils internet.

À ce que je sache, BangBangBlog est la propriété du Journal Voir qui est reconnu pour son ouverture à la diversité de race, d’orientation, d’identité et de cultures. J’ai de la difficulté à comprendre qu’une telle institution laisse impunément ses ouailles, user de telles images homophobes, contrevenir au droit d’auteur et manquer de discernement à ce point.

Dans Wikipedia:

L’homophobie est l’hostilité, explicite ou implicite, envers des individus dont les préférences amoureuses ou sexuelles concernent des individus de même sexe. Cette hostilité relève de la peur, de la haine, de l’aversion ou encore de la désapprobation envers l’homosexualité. L’homophobie désigne donc les préjugés et la discrimination contre les homosexuels et l’homosexualité. « De même que la xénophobie, le racisme ou l’antisémitisme, l’homophobie est une manifestation arbitraire qui consiste à désigner l’autre comme contraire, inférieur ou anormal.»

Transphobia (or less commonly, transprejudice and trans-misogyny, the latter referring to transphobia directed toward transwomen) refers to discrimination against transsexualism and transsexual or transgender people, based on the expression of their internal gender identity (see Phobia – terms indicating prejudice or class discrimination). Whether intentional or not, transphobia can have severe consequences for the target of the negative attitude. Many transpeople also experience homophobia from people who incorrectly associate their gender identity with homosexuality.[1] Attacking someone on the basis of a perception of their gender identity rather the perception of their sexual orientation is known as « trans-bashing, » as opposed to « gay bashing. »

MAJ

Il semble que Bangbang n’appartient pas à Voir et n’est pas du tout une division de Voir, d’aucune façon, et personne à Voir n’a de contrôle sur ce qui est publié sur ses pages. Cependant, le président éditeur de Voir est aussi actionnaire de la société qui contrôle Bangbang.

MAJ2

J’ai tenté, durant plusieurs échanges du courriel interne de l’outil Facebook, d’arriver à une entente avec le président de Les éditions BangBang inc., monsieur Pierre Paquet. Nous ne sommes cependant pas arrivés à une entente et campons respectivement sur nos positions. Monsieur Paquet me faisait valoir qu’il n’avait pas le contrôle éditorial sur les activités de BangBangBlog, bien qu’il en soit le président.

Selon le registre des entreprises du Québec, Les éditions BangBang Inc. sont la propriété majoritaire de URBACOM INC. et son président est Pierre Paquet. Urbacom quant à elle est la propriété de plusieurs administrateurs dont Pierre Paquet est aussi président. Finalement, Communications Voir inc. est aussi la propriété d’Urbacom INC. et son président est aussi Pierre Paquet. Donc, tel que je le disais dans ma première mise- à jour, BangBang n’appartient pas à Voir. tous deux appartiennent plutôt à Urbacom Inc. et ont le même président. Qui plus est, ils ont tous la même adresse, le 355, SAINTE-CATHERINE OUEST 7E ÉTAGE CODE POSTAL: H3B 1A5. En résumé, lorsque monsieur Pierre Paquet m’assure que :

Bangbang n’appartient pas à Voir et n’est pas du tout une division de Voir, d’aucune façon, et personne à Voir n’a de contrôle sur ce qui est publié sur ses pages.

Je ne peux, de toute évidence, que le croire sur parole.

J’ai aussi envoyé une mise en demeure à Simon Jodoin et André Péloquin, en commentaire dans leur billet incriminant. Ils n’ont pas publié ce commentaire.  Ils disent pourtant dans leur première mise è jour :

Nous pouvons comprendre que Michelle Blanc n’ait pas apprécié les propos de Simon Jodoin (qui ne concernent d’aucune manière son orientation sexuelle). L’éthique médiatique la plus élémentaire veut que si elle désire se prévaloir d’un droit de réplique, c’est avec plaisir que nous publierons sa réponse.

Ailleurs sur le Web, monsieur Jodoin se glousse aussi de :

À mon sens, il existe deux formes de modération : la première fonctionne par exclusion, la seconde par intervention.

L’exclusion consiste à ne tout simplement pas publier certains commentaires.

La seconde s’emploie plutôt à répondre aux commentaires litigieux en s’y opposant et en avertissant l’auteur que s’il persiste dans sa connerie, nous devrons trier le bon grain de l’ivraie dans ses interventions. Dans certains cas, il arrive même que ce soit d’autres intervenants qui le fassent.

J’ai pour ma part toujours favorisé la seconde. Elle permet à la fois d’afficher au grand jour certaines imbécilités, d’user de pédagogie (on doit expliquer au cas par cas nos désaccords) et donne le bénéfice du doute aux intervenants (il est possible de mal interpréter leur pensée). Dans le cas qui nous occupe ici, c’est ce que j’ai fait et j’ai obtenu le résultat escompté : l’intervenant n’a pas persisté. C’est ce qui arrive le plus souvent.

Je répondrais à ça un gros « mouais ». On flush ce qui fait notre affaire et on se drape dans un linceul de la vierge défendant le droit à la libre expression et à la pédagogie pour laisser des commentaires (que l’on a peut-être même écrit soi-même en usant de pseudonymat) vils, mesquins, irrévérencieux, homophobes et qui font notre affaire, paraître.

Comme suite à ma mise en demeure, le commentaire a été modifié, mais l’ignoble image est toujours la. Ce sera une histoire à suivre, devant le conseil de presse, la commission des droits de la personne, les tribunaux ou chacune de ces instances en fonction des conseils de mon avocat.

MAJ3

L’audition de la cause Michelle Blanc c. Editions BangBang et. al. est fixée au 21 septembre, en cour supérieure du Québec. On aura donc amplement le temps de s’en reparler.

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Michelle Blanc vs Nathalie Petrowski : Rite sacrificiel 2.0 - BANGBANG

    […] de mon petit montage photo (pas mal meilleur que le mien) pour illustrer cette chronique. Suite à la publication de cette chronique, Michelle Blanc a émis l’hypothèse que Simon Jodo…, en pointant notamment le fait que le montage photo utilisé pour illustrer cette chronique la […]

  2. Laurent Marcoux

    Clair et précis, mais comment faîtes-vous pour gérer ce genre de commentaires, de un, et de deux, à combien d’insultes de ce genre doit-on s’attendre quand on s’expose ouvertement sur le Web? Je pense que ce serait à votre avantage de le dévoiler, parce qu’à lire ces lignes ça ne donne pas du tout envie d’être présent sur Internet. Personnellement, je sais vivre avec des commentaires négatifs et les tourner à mon avantage parfois (oui, mais pas toujours). Il me semble que M. et Mme Toutlemonde qui commence son aventure sur le Web et qui vous prend en exemple auraient peur, à lire ce billet, d’être eux-mêmes victimes d’une quelconque farce qui tournerait mal. Au delà de la cybercriminalité, quelles sont concrètement les chances d’être harcelé dans un blogue par un bouffon comparé à, disons, s’exposer dans un article de journal? Auriez-vous des exemples clés (case study) à donner? Je me souviens de StarWars Kid…

  3. Olivier

    Rien à voir avec de l’homophobie songée à mon avis. C’est juste l’image qui ressort dans les 1ères sur une recherche de « sacrifice ». http://images.google.com/images?q=sacrifice

    Creative Commons dit qu’on a le droit de modifier et redistribuer le contenu. http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/deed.fr_CA
    Je vois pas où ça dit qu’on a pas le droit de réutiliser la photo.

  4. Michelle Blanc

    @Laurent, je ne sais pas encore comment gérer le mépris, je pense que je vais suivre des cours de yoga. Ça va moins faire mal. À combien d’insultes? Je ne les compte plus. Je mets celles qui représentent un danger dans une filière, au cas où il m’arriverait quelque chose. Pour les autres, j’essaie de les ignorer.
    @Olivier. L’image est une chose, la suite d’insultes transphobes et le commentaire d’un anonyme qu’ils mettent en ligne est aussi autre chose. L’accumulation des injures commence à peser, disons. C’est même étrange que je t’explique ça à toi, mon troll officiel :-)
    De plus, ma licence CC permet la réutilisation dans un contexte non commercial. Mais il ne s’agit pas de ma photo, mais bien de celle d’Olivier Samson Arcand qui n’a certainement pas été contacté pour qu’on utilise son œuvre. Je doute que les droits de paternité de son œuvre permettent un tel collage et son nom n’est pas mentionné, il m’a cédé ses droits pour que je fasse ce que je veux de sa photo . Il ne les a pas cédés à BangBang. Ce n’est pas parce que c’est en ligne que ça permet de copier indûment. De plus, la licence CC reconnait une utilisation, mais qui se doit de mentionner l’origine de l’œuvre et ma licence CC sans utilisation commerciale ne s’applique qu’à mon contenu. Pas au sien. Voilà pour un abrégé de droits CC et ceci n’est pas un avis juridique d’un avocat.

  5. Normand

    Il n’y a pas d’honneur à tenter de piler sur la tête des autres pour s’élever de la masse.
    Michelle, continuez à vous tenir debout, la tête bien haute. De cette façon, plus il(s) sera(ont) haut et plus de gens pourrons reconnaître à quel point certains gens penvent être tout simplement de mauvaises personnes, perfides. Recherchant la gloire dans le malheur des autres. Des salauds quoi.
    On m’a éduqué d’une façon telle que si je suis en désaccord, déteste ou quoi que ce soit contre quelque chose. Ne le critique juste pour le critiquer. Cherche la solution! Ammène des suggestions pour aider. Si tu n’a rien de positif … ferme-toi là!
    Chercher à démolir émotivement une personne … en ciblant ses choix…. C’est de la lâcheté pure et dure.
    Michelle, Vous faite bien de tout conserver. D’éventuelles poursuites pourraient bien être une thérapie salutaire. Et qui sais, préjudiciable!?!
    Pour peu que ces mots puissent avoir le moindre réconfort, vous étant un étranger, sachez madame Michelle que depuis votre passage à #TLMEP, j’ai appris à connaître une personne qui mérite tout mon respect.
    Lorsqu’on rencontre une personne avec votre franc parlé, on ne doit pas tenter de la faire taire…. On doit lui trouver un estrade et un porte-voix. Dans la mesure que votre discours continue d’être noble. ;-)

  6. Julie

    Madame Blanc, je suis vraiment déçue. Depuis que j’ai découvers vos chronique au LAB et votre blog, vous êtes devenue pour moi une référence. Et je vous admire beaucoup aussi pour l’image de réussite que vous donnez aux autres transsexuels qui n’ont pas toujours la vie facile et à ceux qui sont en questionnements sur le sujet.

    Hors, il me semble que depuis un certain temps, votre succès vous monte à la tête. Que vous utilisez maintenant votre influence pour pour des chose négatives, descendre le monde. Je n’ai plus d’intérêt à vous lire dorénavant.

    Même si vous avez beaucoup de lecteurs, ceux qui ne vous lisaient pas avant d’etendre parler de vous en mal ces temps-ci ne vous prendront jamais au sérieux. Je trouve ça sincèrement dommage.

    J’avais un coloc africain qu’on adorait. Personne mieux que lui pour mettre de l’ambiance dans notre appart et nos soirées. Hors, quand on a voulu lui parler au sujet du fait qu’il avait 3 mois de loyer en retard et qu’il pourrait faire un plus grand effort côté ménage, il nous a traité de raciste. C’était son seul argument. Et il était pas mal bidon.

    Si vous continuez de faire des montées de lait excessives, vous perdrez toute crédibilité. Et je suis certaine que vous savez à quel point c’est difficile à gagner. Pour l’instant je vais laisser planer le doute d’un manque de compréhension entre vous et Simon Jodoin et une sensibilité extrême due a plusieurs attaques préjugées auxquelles vous avez dû faire face. Mais en ce qui me concerne, un autre lynchage public ne passera pas, peu importe qui est votre victime.

    J’ai lu l’article de Simon Jodoin avant même que tout ceci éclate, je n’ai rien perçu ayant un lien avec l’homophobie ou quoi que ce soit. Il critique cette façon un peu gratuite avec laquelle vous avez pilé sur Petrowski. Si j’avais eu l’impression qu’il en était autrement,soyez assurée que j’aurais pris le temps de lui dire ma façon de penser comme je le fais avec vous en ce moment.

    Prenez donc un peu de recul. Vous avez beaucoup à offrir. Ne le gâchez pas pour de l’orgueil mal dosé.

  7. Marc Decourt

    BangBang a semé le vent et il a récolté la tempête (une petite tempête printranière, on s’entend…).

    Quand on est journaliste il faut, selon moi, parler de choses qui font jaser et qui vont interpeler l’auditoire… et plus c’est « border-line » et mieux c’est pour vendre, atteindre, toucher, faire jaser, faire réfléchir, … CF: Les caricatures de Mahomet.

    Mais ici dans quel but aller aussi loin de la part de Mr Jodoin ? Les chicanes de cour d’école ca se règle en privé et non sur la place publique ! La liberté d’expression est un droit fondamental et inaliénable, et j’apprécie personnellement l’humour qui-en-ferait-vomir-plus-d’un, mais là… les sous-entendu de son billet ne valaient vraiment pas une telle dépense d’énergie de part et d’autre.

    Mr Jodoin, Mme Blanc, … j’apprécierais fortement un débat filmé entre vous pour mettre les choses au clair et synthétiser vos propos ! Avec les « nouveaux média » les débats se perdent, hélas, et un débat face-à-face permettrait peut-être (surement) de réconcilier les deux parties :)

    Les « freaks » et les « nazis » sont fait pour s’entendre !

  8. Jean

    C’est quand même assez étonnant de voir que la résolution d’écran d’une professionnelle du web n’a pas les bonnes proportions…
    Aussi est-ce que vous avez demandé la permission d’inclure la pochette d’album de Francis d’Octobre dans votre capture d’écran car ça porte à confusion, est-il homophobe?

    Trêve d’arguments enfantins, je vous laisse cette spécialité.

    Je ne vous connais pas.
    Comme tout le monde je sais que vous êtes très respectée dans le merveilleux monde des médias sociaux. Je décide donc de vous suivre sur Twitter question de voir pourquoi on vous accorde tant d’importance. Déception totale, on trouve quelques liens vers des articles intéressants mais surtout une « discussion » à sens unique entre vous et vos milliers de suiveux. Si j’avais le goût de lire quelqu’un qui raconte sa vie je crois que je suivrais Lindsay Lohan avant vous. Ce n’est malheureusement pas le cas, les histoires de coiffeurs ça m’emmerde.

    Cette saga à propos de l’article dans le BangBang est RIDICULE. Votre réaction et le fait que vous utilisiez votre pouvoir pour détruire des réputations représente tout ce qui m’enrage en ce bas monde. Je ne peux concevoir qu’une personne aussi respectée que vous puisse manquer de jugement à ce point. J’aimerais bien savoir ce que vous allez gagner en menant tout ceci devant les tribunaux. Le respect des transexuels? vraiment? vous croyez VRAIMENT qu’en poursuivant un magazine indépendant vous allez contribuer à la cause des transexuels? vous êtes certaine là? et bien… c’est médiocre ici, je m’en vais.

    P.S. je crois qu’il n’y a pas trop de compétition pour les mots-clés « Simon Jodoin », « André Péloquin » et « BangBangBlog » vous êtes preneuse? le mélange liens organiques et payants c’est la meilleure méthode pour toucher sont public… non?

  9. Michelle Blanc

    @Julie, @Marc, @Jean
    J’ai été et je suis souvent la cible de critiques, de caricatures, de mesquineries. Ça vient avec le territoire et je peux vivre avec ça. Cependant, si on m’insulte sur la base de mon identité de genre, c’est la tolérance zéro. Qu’on me traite de conne et qu’on argumente, ça va. Qu’on m’affuble d’une barbe, c’est une coche de trop. Certains comme bangbang disent que c’est de me traiter sur le même pied d’égalité que tous en se moquant de moi et je suis d’accord avec ça. Par contre, si on fait une caricature de noir avec des chaînes, c’est clair que ça devient raciste. Pour l’homophobie et la transphobie, il en est de même. Madame Petrowski qui a parti le bal était dans un média de masse. Monsieur Jodoin qui le continue, l’est aussi. J’ai essayé par des moyens privés de résoudre la querelle et ça n’a pas fonctionné. Il me reste donc mon propre média et je suis consciente que cette querelle n’aide en rien mon image. Mais dans la vie, il y a des principes avec lesquels on se doit d’avancer et de se défendre et le respect le plus élémentaire de ma personne en est un. Il aurait été facile à BangBang de changer la photo litigieuse et de la remplacer par des dizaines d’autres peintures de femmes qui s’arrachent les cheveux. Ils refusent de le faire au nom d’une soi-disant ligne éditoriale. Ils sont aussi derrière le respect des droits d’auteurs de monsieur Robinson (ce qui est très louable) et ils bafouent allègrement ceux d’Olivier Sanson Arcand, le photographe titulaire des droits de la photo qu’ils utilisent au montage. Cette chicane n’est pas heureuse, je m’en passerais volontiers, mais je ne suis pas du genre à plier l’échine et à me laisser bafouer sans dire mot. Voilà
    Vous avez aussi le loisir d’aller commenter chez BangBang pour leur dire votre dégoût (ce qui ne semble pas avoir été le cas) et de ne plus me lire.

  10. Marc-Antoine

    Je n’ai pas, contrairement aux trois commentateurs devant moi, d’opinion sur la situation. Je crois simplement que si vous vous sentez vraiment offensée, c’est important de régler les choses.
    Seule chose, « I’m not a lawyer », mais une mise en demeure ne s’envoie pas via Internet. Non seulement elle doit être postée, mais elle doit être postée avec accusé de réception pour obtenir une valeur légale.
    Parce que là, même si vous avez eu des discussions téléphoniques avant le propriétaire et des discussions sur le Web avec les auteurs, c’est comme si vous ne les aviez pas sommé de faire quoi que ce soit… Ce sera alors comme si il n’étaient pas au courant de leurs fautes.

  11. Vanessa

    Madame Blanc,

    Je tiens d’abord à dire que la discrimination sous toutes ses formes m’horripile.
    Comment peut-on être CONTRE les noirs, les gays, les trans-genres(…)? Il me semble que cela revient à être contre l’humanité! La fermeture d’esprit de certains est désolante.

    Par contre, je ne peux m’empêcher de trouver votre réaction…. démesurée.
    Vous traiter de «nécrophile» et de «freak» sont des attaques directes qui insinuent vraisemblablement des jugements négatifs et de l’hostilité à votre égard. Si j’étais vous, j’en serais blessée et fâchée! Je comprends votre défense, je l’approuve et je l’appuie.

    Outre les «droits de la photo», ce montage «caricatural» n’est-il pas humoristique avant tout? De mauvais goût, j’en conviens, mais il s’agit justement d’une caricature à saveur prétendue humoristique. Vous «bafouer d’une barbe», tel que vous le dites, consisterait-il à vous dépeindre de quelque fausse manière que ce soit? Il est connu que vous ayez précédemment et physiologiquement été de sexe masculin.

    Je ne suis pas certaine si ce dit montage est légalement répréhensible…

  12. Jugement en Cour Supérieure : Michelle Blanc c. Simon Jodoin André Péloquin et BangBangBlog | Développement de carrière | %blog_URL%

    […] Dans la poursuite civile en diffamation Michelle Blanc c. Simon Jodoin André Péloquin et BangBangBlog (dont j’ai parlé dans mon billet Simon Jodoin, André Péloquin et BangBangBlog, […]

  13. Le cas Simon Jodoin : le journal Voir laisse faire ça? | Le Globe - regard citoyen

    […] genèse de cette histoire a trouvé son début un peu après la mise en demeure qu’a envoyée Michelle Blanc à Simon Jodoin (en lien avec un montage photographique publié sur le blogue Bang Bang la mettant […]

  14. Le cas Jodoin - Renart Léveillé | Renart Léveillé

    […] genèse de cette histoire a trouvé son début un peu après la mise en demeure qu’a envoyée Michelle Blanc à Simon Jodoin (en lien avec un montage photographique publié sur le blogue Bang Bang la mettant […]

  15. le cas Jodoin | BLING BLING GLOB

    […] genèse de cette histoire a trouvé son début un peu après la mise en demeure qu’a envoyée Michelle Blanc à Simon Jodoin (en lien avec un montage photographique publié sur le blogue Bang Bang la mettant […]