Une chance que nos extrémistes ne sont que de petits cons

Pin It

Je regarde les récents événements liés au conflit étudiants gouvernement et j’ai certaines inquiétudes. Je ne connais pas la gestion de la sécurité publique mais lors de ma formation d’officier d’infanterie, j’ai eu des cours de contrôle de foule, de psychologie des foules, de stratégie militaire et lors de ma M.Sc., de cours de gestion du risque et de la sécurité informatique. Par ailleurs, je suis l’actualité internationale et j’observe beaucoup.

Je remarque le chaos dans lequel se retrouve Montréal comme suite à divers événements et je me dis « Une chance que nos extrémistes ne sont que de petits cons ». S’ils étaient de vrais terroristes, nous serions dans le « caca mou ». Ce qui me frappe particulièrement est que Montréal est une île. En cas de crise majeure, nos accès routiers pour entrer ou sortir de l’île sont rapidement congestionnés. C’est déjà un risque majeur. Je me souviens du gaz sarin dans le métro au Japon et je me dis que si au lieu de simple fumigène ça avait été de tels types de gaz, les ambulances n’auraient pas été en mesure de se rendre sur les lieux. Ils ne pouvait même pas circuler à Montréal cette semaine lors de simple fumigène.

Un pote français me parlait des troubles étudiants en France et que lors de ceux-ci, dans la côte longeant la Sorbone, les étudiants sortaient les automobiles du côté de la rue, les enflammaient et les poussaient vers les policiers en bas de la rue. Il est donc rassurant que nos émeutiers ne soient que de petits cons et ne tirent que des boules de billard et des marteaux. S’ils projetaient des voitures en flammes, nos services policiers pourraient-ils réagir convenablement ? Ils sont déjà débordés avec de simples conards.

Certains souhaitent que l’armée canadienne intervienne pour faire cesser la crise. Ils ne connaissent de toute évidence pas les techniques de contrôle de foule militaire. À l’époque de ma formation d’officier, ces techniques étaient déjà particulièrement spectaculaires. J’imagine qu’en trente ans, elles se soient passablement sophistiquées et que l’aspect coercitif est encore plus répressif. Déjà, il y a trente ans, les bâtons de contrôle de foule militaire avaient des encoches à leur extrémité qui servaient à ouvrir la peau des manifestants lorsqu’ils se faisaient frapper et je ne parle ici que des bâtons. Ceux qui rêvent de voir débarquer l’armée pour mâter les étudiants ne réalisent sans doute pas que la répression militaire est un degré de réponse largement plus sérieux , dangereux et violent que celle que la police de Montréal peut mettre en exécution. On n’est certes pas rendu là. De plus, je ne pense pas qu’on veuille vivre dans un état policier (ou pire militaire) et qu’au nom de notre sécurité, nous soyons victimes de mesures si draconiennes.

Par contre je me questionne sur la réponse que j’ai pu constater jusqu’à présent. Si nous avions des manifestants ou des « wanabe terroristes économiques » plus déterminés, il m’apparaît que de déstabiliser une ville comme Montréal, serait un jeu d’enfant. Montréal l’est déjà depuis plusieurs semaines avec des manifestants d’un amateurisme rassurant. Nous sommes vraiment chanceux que nos extrémistes ne soient que de petits cons…

Lisez aussi

Embassy of the United States, Ottawa: 27 APRIL 2012: SECURITY MESSAGE FOR U.S. CITIZENS IN MONTREAL

LE BLOGUE DE MATHIEU BOCK-CÔTÉ: Un extrémisme nihiliste et destructeur

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Abitbol

    Je vous suis sur Twitter et je suis en général d’accord avec vos positions. Et celle-ci m’interpelle particulièrement. Les étudiants pourraient mobiliser plus qu’ils ne le font. Et c ne sont pas des petits cons. Ils manifestent principalement la nuit…
    Merci pour ce témoignage/prise de position.

  2. Pierre Longpre

    Michelle

    Les traiter de petits cons ne les calmera pas. Je pense que le renforcement positif fonctionne mieux que les insultes.

    Si ça marche avec les p’tits chiens, ça peut marcher avec le PM et les étudiants !

  3. Michelle Blanc

    Notez que ce sont les extrémistes qui sont de petits cons…

  4. Martin Leclerc

    Ce qui me dérange le plus avec cette crise, c’est que les soit disant leaders étudiants ne réalisent pas toute l’influence qu’ils ont sur « les petits cons ».

    Le leadership c’est l’art d’influencer le comportement humain afin de lui faire faire une tâche de la façon voulu par le chef…

    Ont-ils perdu tout sens du mot « leader » ou nous cachent-ils leur vrai visage?

  5. ianna

    Je suis en désaccord avec ton propos. Je trouve qu’il est déconnecté de la réalité. Le mouvement étudiant se montre assez responsable et mature. À maintes reprises, les étudiants ont donné des leçons de démocratie au gouvernement charest qui ignore complètement toutes demandes. Lorsqu’il y a 200 000 personnes qui marchent dans la rue pour une cause, on ne peut pas se mettre la tête dans le sable. C’est énorme, une première au Québec. Et lorsque c’est ignoré, c’est normal qu’il y ait de la colère venant de certains. C’est complètement irrespectueux. Le responsable de la radicalisation du mouvement, c’est charest. Oui, charest lui-même !
    Et selon plusieurs témoignages, les policiers aussi sont tannés que le gouvernement charest ne réagissent pas honnêtement dans ce dossier.

  6. huguette guilhaumon

    J’aime bien l’image de petits cons sauf qu’à 18 ans j’ai fait comme eux – sur les mêmes rues, avec les mêmes déguisements et les mêmes slogans. Sauf qu’il n’y avait pas de policiers et que nos revendications étaient fumeuses – genre on veut une société juste et heureuse !!! Je crois que c’est une question d’hormones. À 18-20 ans, il faut tout foutre en l’air pour se donner une petite place pour exister.

    Ceci dit, je suis consciente que je ne règle en rien en disant cela !

  7. Abel Joseph

    J’ai beaucoup aimé votre réflexion au sujet de la crise étudiante. Par contre, je dirais que les policiers sont en mesure de gérer la situation si la société et le gouvernement provinciale leurs donnent les outils nécessaire pour le faire. Si la société veut une police moumoune. On aura une police moumoune pour gérer ces évènements du genre.

  8. Une chance que nos extrémistes ne sont que de petits cons | Bienvenue! | %blog_URL%

    [...] Une chance que nos extrémistes ne sont que de petits cons [...]

  9. Richard Lapointe

    Bonsoir Michelle,

    Comment saisir la notion de petits cons? Ils ne savent pas ce qu’ils font, ils se font manipuler, pire, ils savent ce qu’ils font et foncent dans le mur espérant que ce dernier cède?

    Je pense comprendre le sens que vous donnez à « petits cons » : pas irresponsables, mais relativement inconscients des conséquences ou de « l’effet domino » de leurs actions. Mais qui l’est?

    Je me rappelle mes 17-18 ans (j’en ai 56…) et je ressens la même indignation devant un pouvoir arbitraire, incohérent, provocateur, de mauvaise foi, immature, et j’en passe.

    En passant, on nous servait les mêmes host.. d’arguments il y a 40 ans : on nous manipule, ils ne savent pas ce qu’ils font, la vraie vie, c’est pas ça, et tutti quanti!! Plus ça change, plus c’est pareil.

    Mais pour en revenir à votre propos, il est vrai que la répression à un coût (coup??) matériel et moral. Chanceux d’avoir à faire à des amateurs (vous dites cons)? You bet! Notre cher gouvernement et ses alliés ploutocrates (http://fr.wikipedia.org/wiki/Ploutocratie) permettront-t-ils l’éclosion de belles vocations grâce à leur bêtise ou leur avidité sans fin (l’un égalant l’autre)? À voir…

  10. Lorraine Boury

    Bonjour Michelle,

    J’ai publié un lien vers ton article sur Facebook, avec la présentation suivante : « Un autre article « technique » de Michelle Blanc, surprenant et éclairant de réalisme sous son titre provocateur, qui confirme mon adhésion à la non-violence (de part et d’autre des forces en présence) et mon souhait de ne jamais voir cela… ».

    Merci!

    Lorraine
    Gréviste générale illimitée, partisane de l’efficacité et de la non-violence

  11. Pellerin Guy

    Petit cons!..
    Je ne crois pas, mais ayant encore la foi et une naïveté certaine face aux «establishments» et aux politiciens de carrière. (voir Jean Charest qui a fait ses classes avec Machiavel).

    Deux fois, les petits cons se sont fait roulés dans la farine ou le purin – jamais par Jean Charest lui-même, mais par – Lyne Beauchamp, Pierre Reid, Michelle Courchesne – qui en remets, etc…-

    Par deux fois nos trois petits cons, on les a ridiculisés lors de ces négociations bidons qui n’avaient pour but que de faire gagner des points aux libéraux dans les sondages.

    Très souvent Ce Gouvernement a raillé SES Étudiants, les a envoyé au Goulag.
    Je peux même très bien imaginer les rires gras du gouvernement (comprendre les la garde rapprochée du PM )en regardant les informations et les commentaires de nos petits cons qui disaient avoir eu une rencontre positive et remplie de respect avec Madame Courchesne.

    Ces petits cons ont essayé… et se sont fait roulés.
    Si leur but avait été terroriste comme vous le dites si bien, c’est certain que Montréal aurait été vite à feu et à sang, et cela ne s’est pas produit car je n’ai jamais senti que le but visé ait été celui-là.

    Il y a sûrement des étudiants casseurs, mais je crois qu’ils sont une minorité actuellement, – certains le deviendront certainement après ce qui est arrivé – des personnes qui enfilent des costumes différents le soir comme pour un bal masqué.

    Il y a des vrais casseurs, ils sont toujours là, et je crois que les policiers les connaissent depuis le temps et qu’ils pourraient intervenir très tôt… ils ne le font pas malgré qu’au début des manifestations les étudiants les ont conspués et dénoncés.

    Jean Charest joue à la Roulette Russe. Il fait en sorte que la société se radicalise et c’est dommage…

    Pourquoi? Pour emmerder les petits cons… et les discréditer.

    Bravo les petits cons, d’être encore idéaliste, mais jusques-à quand encore.
    Quousque tandem abutere… John James Charest… patientia nostra?…