Via Capitale, charognards de l’immobilier

Pin It

Hier était la journée nommée « lundi blues», la journée la plus déprimante de l’année. Selon Atlantico, cette journée serait même associée à une hausse des suicides. Il est aussi peut-être judicieux de rappeler que dans le cas des trans, 65% de la population a fait une tentative de suicide, que 57% des personnes transgenres ont perdu les liens avec leur famille et que 55% des transgenre ont perdu leur emplois.

 

Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que hier, lors de la diffusion de l’une des émissions les plus écoutées, le retour de la série Les Pays d’en haut, on pouvait voir cette pub de Via Capitale.

 

https://www.instagram.com/p/BPWXjQtjB3R/?taken-by=blancmichelle

 

Étant donné la délicatesse qui entoure les services funéraires, le soutien psychologique ou les services juridiques qui peuvent justement être associés aux drames humains que sont le divorce, le suicide et autres épreuves troublantes et difficiles de la vie, leur publicité sont fortement encadrée. Et c’est bien ainsi. Il doit y avoir une certaine décence à vivre et faire du fric sur le dos des gens affligés de tragédies.

 

Cette décence élémentaire vole complètement en éclat avec cette pub à soi-disant saveur humoristique.

 

C’est l’agence de publicité Alfred qui est derrière ce chef-d’œuvre de mauvais goût et comme me le disait Frédéric Henri sur ma page Facebook

 

Il y a 2 erreurs grossières :

 

  1. impliquer que le changement = drame = bris de famille automatique. Ce sont des stéréotypes indéfendables.

 

  1. tenter de blâmer la personne qui change de sexe auprès des enfants pour le drame (…depuis que papa est devenu maman) : le déménagement est la faute du papa devenu maman.

 

 

Je passe ma vie à relativiser le mépris de ma transsexualité. Pas besoin en plus de voir ça à la tv dans une estie de pub poche… de Via Capitale

 

Chiffes transphobie

P.S.

Notez que dans mon texte il n’y a pas d’hyperliens vers Via Capitale. Déjà que je rediffuse leur pub merdique, je ne leur donnerai pas du google juice en plus…

 

MAJ

Je reproduis ici le commentaire de monsieur David Martin, qui apparaît dans la section commentaire de ce billet:

 

David Martin

Notre campagne présente sur un ton léger et bon enfant diverses situations concrètes et contemporaines de la vie pouvant inciter des gens à reconsidérer leur type de résidence ou vendre leur propriété : infidélité conjugale, tanguy quittant enfin la maison familiale, gens attendant un héritage laissé à une tierce personne, grossesse imprévue, dettes auprès de gens peu recommandables.
Une des exécutions évoque le changement de sexe d’un parent. Nous pensions avoir abordé ce cas avec respect, sans jugement et avec le ton qui caractérise nos communications publicitaires.
Nous avons entendu certaines personnes exprimer un malaise ou un mécontentement. Nous tenons à réitérer publiquement notre sensibilité et notre respect envers elles, leur réalité et leur opinion. À cet égard, nous avons choisi de retirer ce message des ondes. De plus, nous avons décidé de faire un don à l’association des transsexuelles du Québec.

David Martin, président et chef de la direction
Via Capitale

 

Je vous invite aussi à prendre connaissance de mon autre billet MERCI au PDG de Via Capitale

 

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Élyse Lechasseur

    je trouve ça très méprisant envers les genres et tout ce qui concerne les personnes comme moi. Nous avons assez de souffrir en silence et surtout d’être peu écouter. Laissez-nous la paix et utiliser d’autres moyens de promouvoir votre publicité. Merci

  2. Luc St-Pierre

    Bonjour Michelle,
    Je viens de lire ton blog dans lequel tu exprimes toute la révolte que la publicité de La Capitale t’inspire. Je comprends très bien ta réaction. Ce n’est pas du très grand art, certainement pas du matériel pour un prix Publicis et il y a un manque flagrant de rectitude et même d’empathie. Je parle souvent de ma propre condition de mâle franco hétéro et blanc qui y goûte souvent et que souventes fois on présente comme un tata fini pas capable de poser une tablette au mur. L’amalgame est hors de comparaison je te le concède mais affecte néanmoins les perceptions. À une certaine époque, on pouvait voir à la télévision, même à Radio-Canada, des grandes folles qui ridiculisaient l’homosexualité mâle sans la moindre gêne et sous des couverts d’humour. Je pense au célèbre Christian Lalancette dans “Chez Denise” joué par André Montmorency, Bernie Lacasse dans “Jamais deux sans toi” et plus récemment le beau Jean-Lou dans “La Petite Vie”, la chanson de Paolo Noël qui atteignit des sommets au palmarès en nous parlant de l’insignifiante Paulette, tapette de la rue Sanguinet-te. Je ne suis même pas gai et ces personnages-là me faisaient gricher des dents. Rétrospectivement je pense qu’on peut voir ça comme un passage nécessaire dans le processus d’ouverture des esprits aux “choses différentes” et je doute fortement qu’on pourrait récidiver aujourd’hui avec des niaiseries pareilles sur l’homosexualité. Et après toutes ces niaiseries de jadis, les gais bénéficient maintenant, ici au Québec, de bien meilleures conditions qu’avant ou qu’ailleurs même si rien n’est jamais parfait ici-bas. Pas à cause de ces niaiseries-là, comprends-moi bien, mais après ces niaiseries-là. Comme les transgenres émergent dans les médias, la même chose risque de se produire, que dis-je, va se produire. On a déjà cette publicité médiocre et on a vu un personnage transgenre complètement déjanté dans l’émission “Complexe G”. L’histoire se répète toujours et en l’occurrence tout va y passer comme le reste. Une autre occasion où la vie nous force à se boucher le nez en attendant que l’odeur de crotte passe. Mais on a toujours le droit, voire l’obligation de clamer haut et fort que tout cela pue l’enfer.

  3. David Martin

    Notre campagne présente sur un ton léger et bon enfant diverses situations concrètes et contemporaines de la vie pouvant inciter des gens à reconsidérer leur type de résidence ou vendre leur propriété : infidélité conjugale, tanguy quittant enfin la maison familiale, gens attendant un héritage laissé à une tierce personne, grossesse imprévue, dettes auprès de gens peu recommandables.
    Une des exécutions évoque le changement de sexe d’un parent. Nous pensions avoir abordé ce cas avec respect, sans jugement et avec le ton qui caractérise nos communications publicitaires.
    Nous avons entendu certaines personnes exprimer un malaise ou un mécontentement. Nous tenons à réitérer publiquement notre sensibilité et notre respect envers elles, leur réalité et leur opinion. À cet égard, nous avons choisi de retirer ce message des ondes. De plus, nous avons décidé de faire un don à l’association des transsexuelles du Québec.

    David Martin, président et chef de la direction
    Via Capitale

  4. Karine

    Bravo Mme Blanc
    J’ai écouté votre entrevue à Denis Levésque et chapeau !!🖒🖒

  5. Karine

    De plus, savez vous quoi ? À partir de maintenant quand je parlerai de ou à ma nièce Mélissa , je m’exprimerai au il. .
    Il a souffert et souffre encore de ça. ..
    Je comprend tellement ce que vous exprimez.

  6. Criccc

    C’est bien beau votre geste M. Martin .. un don c’est toujours bien et ca fait plaisir…. mais les gens de l’agence Alfred ont quand meme ete grassement paye pour cette pub. Les sessions de brainstorming .. les heures supplementaires.. les bonus.. etc… il y a des gens transgenres qui ne peuvent meme pas se faire engager au salaire minimum… et eux auront fait beaucoup d’argent avec cette campagne.. encore plus depuis qu’elle est controversee.. maintenant qu’elle est la position de l’agence face a ceci. Merci

  7. Sabrina Guilbert

    Ce la est plus limpide pour moi et pour le Scoch?

Laisser un commentaire