Jean-Luc Mongrain et l’usurpation d’identité

La semaine dernière j’eus l’immense plaisir d’être invitée à l’émission phare de LCN, Mongrain, avec l’ineffable Jean-Luc-Mongrain. Je crois que c’est sans doute l’une de mes meilleures entrevues (disons que la chimie entre monsieur Mongrain et moi-même a plutôt bien passé). Nous y avons discuté de médias sociaux, d’usurpation d’identité et de la différence entre Facebook et Twitter.
Visionnez ou revisionnez cette entrevue

Pour en savoir plus sur l’usurpation d’identité, relisez mes billets :
Le Lab VOXtv – Chronique : Usurpation d’identité, Twittersnob, domaineurs et autres fléaux

De l’usurpation d’identité sur les médias sociaux

De l’usurpation d’identité sur les médias sociaux II

Pour comprendre les différences entre Facebook et Twitter, vous pouvez lire les billets de mes catégories Facebook et Twitter et le microblogging. Vous pouvez aussi relire les billets spécifiques suivant où je traite des différences entre les deux outils.

Facebook vs Twitter

Pourquoi Twitter est supérieur à Facebook dans une optique de marketing et relations publiques?

Pourquoi Facebook c’est de la merde dans un contexte d’affaires

Des précision sur Pourquoi Facebook c’est de la merde dans un contexte d’affaires

Twitter, déjà cinq ans et un web diffèrent grâce à lui

Il y a quatre ans, j’écrivais Twitter c’est pour les twitt. Depuis, j’ai complètement changé de perspective et écrit plusieurs centaines de billets à son propos. C’est que Twitter est difficile à appréhender (comme le montre le graphique plus bas) et qu’il devient efficace une fois qu’on obtient un effet réseau. Pour expliquer ça, c’est un peu comme si on est le seul à avoir un fax. On ne fera pas grand-chose avec un seul fax. Mais lorsque plusieurs personnes de notre réseau a un fax, il prend toute son utilité. C’est la même chose avec Twitter. Si vous ne suivez que quelques personnes qui eux ne twittent que sporadiquement, Twitter a l’air vraiment inutile. Mais une fois que notre réseau est établi et que nous suivons des centaines de gens qui ont des intérêts semblables aux nôtres, Twitter prend tout son sens.

Je rappellerais aussi que c’est grâce à twitter si nous parlons désormais de web en temps réel et qu’à la mort de Michael Jackson (comme j’en parlais dans le billet Les moteurs de recherche en temps réel), les moteurs de recherches ont dû s’adapter à cette nouvelle réalité. Ils se sont notamment adaptés aux infos en temps réels que l’on trouve sur Twitter, en signant des ententes avec elle, afin de pomper leur fil de données pour les faire apparaître dans leurs résultats de recherche. C’est d’ailleurs, à ce jour, la principale source de revenus de Twitter.
Je vous invite à fouiller vous-même dans ma catégorie Twitter ou le microblogging pour retrouver, de mes archives, les quelques centaines de billets que j’ai écrits à son propos ou encore à relire ces quelques billets que j’ai choisis pour vous.

Questions réponses à propos de Twitter

Ces organisations qui ne comprennent pas Twitter

LeLab VOXtv, chronique Twitter explication et l’impact sur les médias

Twitter, le profil sociodémo, les bénéfices et le point de vue de son CEO

Le « n’importe quoi » sur Twitter et dans les études à son propos

Le cas Twitter parmi les médias sociaux

À propos d’une éthique de Twitter

À propos du bruit dans Twitter

Twitter, le nouveau fil de presse?

Twitter pour les nuls

Conférencière Médias sociaux et festivals

Demain je serai conférencière Médias sociaux et festivals, lors d’un événement privé de la direction des commandites de Loto-Québec. C’est que Loto-Québec remercie ses partenaires événementiels en leur offrant une journée de formation. Le titre de ma conférence : Les Médias Sociaux 101 Pour ces organisations qui croient être des festivals

et ma première diapo :
VOUS N’ÊTES PAS

UN FESTIVAL

VOUS ÊTES

UN SUJET

Je vais certainement les « shaker un peu ». L’idée derrière cette boutade est de faire prendre conscience aux Festivals (comme à n’importe quelle organisation d’ailleurs) qu’ils sont avant tout un SUJET, s’ils veulent être efficaces en ligne et trouver une ligne éditoriale. Comme je l’explique dans mes autres billets Comment trouver sa politique éditoriale médias sociaux et Politique éditoriale et tabous:

En fait, comment pourriez-vous parler de vos produits et services sans parler de vos produits et services? Là est la question!

Comme c’est mon habitude lorsque je suis conférencière, ma présentation est disponible en ligne au préalable.

Pourquoi Twitter est supérieur à Facebook dans une optique de marketing et relations publiques?

Pourquoi Twitter est supérieur à Facebook dans une optique de marketing et relations publiques? Pour différentes raisons que j’ai déjà exprimées dans une myriade de billets que je vous remets en fin de mon argumentaire. Mais je vais plutôt ici vous faire un petit récapitulatif (partiel) de certaines différences que j’observe.

Facebook:
C’est pour la masse, mais cette masse n’a que peu de chance de voir vos contenus de page Facebook à moins qu’il ne soit vos amis (et seulement eux auront accès à vos contenus). Le processus permettant de faire croitre les « amis » est long et dispendieux. Vous pouvez décider de faire un concours pour attirer des amis, mais il faut débourser plusieurs milliers de dollars et les conditions sont contraignantes. La très grande majorité des contenus de Facebook sont hermétiques au reste du Web. Vos contenus peuvent disparaître n’importe quand. Il est difficile de fouiller dans vos archives et la pérennité de celle-ci est loin d’être certaine.
Twitter :
C’est pour les « early adopter », le 2e groupe le plus influent du Web après les médias traditionnels c’est-à-dire les recherchistes, les journalistes, les super blogueurs, les faiseurs de tendances. Dans un processus de marketing ou de relations publiques, il semble très pertinent d’entretenir un dialogue avec ceux qui peuvent réellement multiplier l’impact d’un contenu dans les médias trad., dans leurs blogues et sur les moteurs de recherches. Twitter est complètement ouvert au reste du Web. Il n’est pas nécessaire d’être « ami » avec quelqu’un pour voir son contenu. Les contenus mis en ligne sur Twitter apparaissent dans les moteurs de recherche dans la nouvelle fenêtre de ceux-ci pour les contenus du « web en temps réel ». Twitter a une myriade d’outils d’extraction de données et de contenus. Le trafic vers un site Web généré par twitter est supérieur à celui généré par Facebook. Les recherches par sujet sur Twitter sont de beaucoup supérieures que celle de Facebook. À ce propos, j’ai un nouveau client qui est guide de chasse à l’ours noir. Une requête « bear hunt » dans Twitter (ou l’un des très nombreux outils de recherches externes à twitter) fait apparaître rapidement des centaines de clients potentiels et d’interlocuteurs (et de détracteurs) vivement intéressés par le sujet. Faire la même chose dans Facebook est d’une lourdeur désarmante.
Pourquoi les gens retwittent-ils?
Ces organisations qui ne comprennent pas Twitter
Twitter, comment suivre des milliers d’usagers et les Twittersnobs
Les moteurs de recherche en temps réel
LeLab VOXtv, chronique Twitter explication et l’impact sur les médias
Twitter, le profil sociodémo, les bénéfices et le point de vue de son CEO
Questions réponses à propos de Twitter
7 raisons pour lesquelles les gestionnaires de produits se doivent d’être sur Twitter
Twitter pour les entreprises sans buts lucratifs
Pourquoi les entreprises se plantent sur les médias sociaux en général et Twitter en particulier

et le toujours pertinent
Les compagnies sur Twitter et Twitter comme outil de marketing et de relations publiques

Je vous invite aussi à lire ou relire mes billets Pourquoi Facebook c’est de la merde dans un contexte d’affaires et Des précision sur Pourquoi Facebook c’est de la merde dans un contexte d’affaires.

Facebook Places, pourquoi je n’aime pas

Facebook Places est la nouvelle fonction de géolocalisation qui est maintenant dans Facebook. Comme l’indique readwriteweb :

Cette nouvelle fonctionnalité de Facebook est en optin, ce qui signifie dans ce cas précis que Facebook part du principe que vous voulez faire parti de l’aventure de Places et partager vos données de géolocalisation avec vos amis mais pas nécessairement avec la totalité de l’internet (nous travaillons à un futur billet sur la façon de désactiver Places pour ceux qui ne souhaitent pas se lancer dans les joies de la géolocalisation).
Les utilisateurs choisissent (ou non) de signaler leur présence à un emplacement (check in), mais peuvent égale ment ‘tagguer’ un ami qui s’y trouve (théoriquement). La première fois que vous êtes ainsi taggué, Facebook vous demandera si vous autorisez ainsi qu’un ami vous géolocalise. Si vous acceptez, le statut de votre ami apparaitra sur votre mur, si vous refusez, il ne sera présent que sur le mur de votre ami. Vous pouvez également changer vos paramètres afin de désactiver totalement cette capacité à être taggué.

Pour le monde des affaires, il y a de grands avantages à cette fonctionnalité. On pourra ainsi augmenter la pertinence et le ciblage publicitaire de Facebook et développer une suite d’applications qui aura une correspondance immédiate avec l’usager mobile. Cependant, déjà une foule d’autres applications font la même chose sans nécessairement avoir besoin d’inclure l’ensemble de nos amis Facebook dans la démarche. Par exemple, l’application mobile Tripadvisor vous fournira la liste des restos ou hôtels les plus proches de votre géolocalisation (incluant les commentaires des usagers comme j’en discutais à l’émission Le Lab) sans avoir à rameuter qui que ce soit. Vous avez la même chose avec Foursquare et dans ce média social géolocalisé, je suis très sélective de mes amis (j’ai d’ailleurs plus de 500 demandes de mise en contact en attente), ce que je ne fais absolument pas sur Twitter ou sur ma page fan de Facebook. En outre, je conviens facilement que depuis que j’ai eu des menaces de mort sur le Web, je suis un peu plus parano. Mon adresse physique n’est nulle part et j’ai 5000 connexions sur ma page perso Facebook dont 80% me sont pratiquement inconnus. C’est très bien la géolocalisation, ça a beaucoup d’avantages, mais la sérénité a un prix et il y a certains paramètres et certains outils dont je vais me méfier, dont cette application Facebook Places…

Twitter et médias sociaux dans un contexte politique

C’est en compagnie de Denis Coderre et de Bruno Guglielminetti que vendredi dernier, nous avons jasé d’utilisation politique des médias sociaux et de Twitter à l’émission Isabelle le matin d’Isabelle Maréchal au FM98.5. Cette entrevue est maintenant en ligne.

Les politiciens et Twitter: Denis Coderre, député de Bourassa; Michelle Blanc, auteure de Les médias sociaux 101, et Bruno Guglielminetti. Avec : Isabelle Maréchal Émission : Isabelle le matin | Mis en ligne le vendredi 17 septembre 2010 | Durée : 30:48

Pour plus d’informations sur le sujet, vous pouvez aussi visiter ou revisiter ma catégorie Politique et internet

Podcamp Montréal 2010, j’étais anti-conférencière lors de cette anti-conférence

Quelquefois par an, je donne gratuitement de mon temps pour des organismes à but non lucratif. C’est donc avec plaisir que j’étais conférencière lors de l’anti-conférence Podcamp Montréal 2010. Je n’avais rien préparé et c’était une période de questions ouvertes avec l’auditoire. Alors bon visionnement

Bombe. TV, mon entrevue Médias sociaux en ayant du fun

C’est avec plaisir que j’ai participé à une capsule Bombe.TV pour jaser de l’un de mes sujets de prédilection, les médias sociaux. Ainsi, nous discutons d’exemples positifs d’entreprises sur les médias sociaux, de ce qui fait une bonne conversation, de certaines de mes vidéos préférés White Christmas (mon côté ringarde) et Dove Evolution et de ces gens qui veulent avoir une vidéo virale. Comme vous le remarquerez peut-être, j’ai eu bin du plaisir avec la jeune journaliste Vanessa Cournoyer et nous avons franchement rigolé durant ce tournage.

M-C Gilles, deux steamés avec la papesse de l’autoplogue

C’est Nathalie Petrowski qui va être contente. Mais certainement pas autant que moi. J’ai l’immense plaisir de pouvoir enfin vous présenter la capsule de la Série Deux steamés d’Urbania, que l’un de mes chouchous, ce très cher MC Gilles, a fait avec la papesse de l’autoplogue, c’est-à-dire moi-même. Contrairement aux nombreuses capsules LeLab de VOXtv, qu’on trouve dans mon blogue, on y parle que de moi. Moi, moi, moi, comme dirais madame Petrowski lors de ses chroniques à l’émission Six dans la cité (tel que compter par JeffC30 sur Twitter) :

@MichelleBlanc J’ai compté pas moins de 20 MOI de Nathalie #Petrowski à Six dans la cité cet après-midi. Sois rassurée ;)

Voici donc cet entretien difficile, sans complaisance, d’un intervieweur qui me travaillait dans les coins, pour me faire parler de mon petit moi.

Cliquez sur la photo pour vous rendre au vidéo

Cliquez sur la photo pour vous rendre au vidéo

Glassdoor, le Web 2 à la rescousse des infos salariale

C’est via un twitt de Vanina qui pointe vers Techcrunch que je prends connaissance de l’existence de Glassdoor.com, cette startup qui dévoile les dessous salariaux des grandes entreprises TI et des dirigeants qui les mènent. Au moment d’écrire ces lignes, le site était indisponible, sans doute dû à l’effet Techcrunch (mais peut-être ont-ils le même hébergeur que Twitter?).

The idea behind Glassdoor  is simple: You tell me your salary, and I’ll tell you mine. (…) The site collects company reviews and real salaries from employees of large companies and displays them anonymously for all members to see. (The startup plans to make money from ads targeted at job seekers, premium services, and aggregated compensation data it wants to sell to HR professionals).
The idea is to collect as much detailed salary information and feedback for every job title at a company so that job seekers can know how to evaluate an offer, and current employees can see how they are doing relative to their peers. “When the annual compensation review comes,” says CEO Robert Hohman, “you need to know what your market value is.” Or you can just live vicariously through others.