- Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique. Marketing Internet, consultante, conférencière, auteure. 18 ans d'expérience - https://www.michelleblanc.com -

Antagoniste.net, Le scoop bloguosphérique

Pin It [1]

Dans un commentaire de ce blogue, le copain Stéphane Z [2] s’étonne de mon peu d’intérêt pour l’histoire Antagoniste.net [3].

(Je m’étonne de ne pas te voir reprendre le premier scoop blogosphérique d’antagoniste.net)

Mon cher Stéphane ne t’étonne pas tant que ça puisque …

Primo, j’aime bien arriver avec un angle, une info, une primeur, une réflexion qui n’ont pas déjà été amplement couverts par d’autres. J’ose me faire croire que je suis original et que je parle de choses différentes.

Secondo, je ne vois pas d’antagonisme entre les journalistes et les blogueurs. Je suis plutôt pour la collaboration et l’entraide. Plusieurs de mes billets sont souvent repris par les médias et les journalistes me téléphonent fréquemment. J’aime croire que je complémente par mes réflexions et par mon expertise, le travail de terrain et les entrevues de fond qu’ils ont eux, le temps de faire et pour lesquels ils sont payés. Par exemple, il y a quelques minutes, le copain Dominic Arpin [4] me téléphone pour savoir ce que je pense d’une tactique de marketing Internet qu’a mis de l’avant le parti québécois pour l’acquisition de clients sur le site du PQ. Comme il n’en a pas encore parlé, je peux vous dire que c’est original comme idée, mais contre-productif comme référencement et probablement inutile. Si je tentais de prouver à Dominic que je suis meilleur que lui pour dénicher un scoop, il ne me téléphonerait probablement plus.

Tertio, les blogues comme les médias traditionnels, trouvent des scoops par chance, par le réseau social qu’ils ont créé, par des fuites ou tout simplement par un sens poussé de l’analyse ou par perspicacité. Ces qualités générales peuvent être réparties équitablement dans la population en général qui contient évidemment des blogueurs et des journalistes. Maintenant, les médias ont un attrait naturel pour quelqu’un qui veut « couler » une nouvelle. Cependant, le mécanisme est certainement plus ardu que celui que met en place un simple blogueur. Oui il y aura des fuites, des scoops et des histoires et elles viendront des blogueurs autant que des journalistes. Elles viendront même de citoyens ordinaires qui ne sont ni blogueur ni journalistes et qui les transmettront à des gens qui sont proches d’eux (journaliste ou blogueur) ou qui les mettront directement dans un média social pour que la nouvelle prenne vie d’elle-même. Vous avez sans doute remarqué que ce blogue suit un peu l’actualité. Ce n’est pas que je veuille être journaliste, mais plutôt que les incidents de la vie sont aune source d’inspiration et de réflexion pour ma pratique de consultant. En outre, étant dans le marketing, je sais aussi qu’un sujet d’actualité parle plus pour transmettre un savoir, qu’un sujet vieux de trois ans. D’ailleurs, ce sujet d’actualité auras aussi l’avantage de permettre une acquisition de clientèle via les moteurs de recherche ce qui n’est pas à dédaigné.

Quatro et finalement, la nouvelle dénichée par Antagoniste.net [3], quoique très pertinente à éclairer la réflexion politico-subversive d’une candidate inconnue d’un parti presque aussi inconnue qu’est le Québec solidaire, as peu d’intérêt pour moi. Que ce soit un blogue et qu’il ait sorti la nouvelle? So what! Qu’il ait retracé les dires de cette candidate sur le forum des Cowboys fringants, déjà c’est un peu plus dans ma ligne éditoriale. Pour le reste, je m’en fou.