- Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique. Marketing Internet, consultante, conférencière, auteure. 15 ans d'expérience - https://www.michelleblanc.com -

Je ne suis pas diplomate

Pin It [1]

Je ne suis pas diplomate et je suis quelquefois polémiste. Je suis reconnue pour mon franc-parler, mais aussi pour la profondeur et la pertinence de certaines interventions didactiques, stratégiques, philosophiques ou autres. Je suis aussi transparente comme encore peu de gens le sont sur le Web, Ici, sur Twitter, dans Facebook et ailleurs. Or, le copain d’enfance, Mario Asselin me conseille d’être plus diplomatique dans mes interventions sur Twitter [2], ou même dans mes écrits. C’est que je pourrais nuire à l’adoption de saines pratiques Web 2.0, par nos poltrons d’élus qui ne se fient qu’aux dires de leurs conseillers communicationnels de la vieille école. Alors soit, je porterai la responsabilité de nuire à l’avancement de la politique 2.0 au Québec. Je rappellerais par contre, que malgré mes nombreux coups de gueule, je documente énormément, je donne des exemples, je déniche des statistiques et je m’efforce d’être à l’affut de l’innovation et des bonnes pratiques d’affaires électroniques et de présence Web. Je soulignerais aussi que je vante énormément, mais que je remarque que mes coups de gueule ont souvent plus d’impact. J’innove moi-même beaucoup aussi et j’expérimente une communication qui est encore hors-norme pour les gens d’un certain âge, mais qui est plus répandue chez les jeunes. On appelle ça aussi la transparence radicale. Ce n’est pas toujours joli de dire ce qu’on pense et de partager une portion de notre intimité cérébrale mais j’ose croire que je le fais avec un certain « fair-play ». Je me suis fait des ennemis et aussi beaucoup d’amis. Les gens qui me paient et qui me demandent mon avis savent que je ne mettrai pas d’eau de rose sur ce que je leur dirai. Ils savent aussi que mes critiques seront documentées et qu’elles viendront avec des alternatives permettant de corriger les lacunes et de pousser les retombées positives au-delà de ce qu’ils avaient pu imaginer au départ. Si des gens de partis politiques sont choqués par ce que je peux dire de leur inactivité, « too bad », si d’autres savent en tirer parti, ce sera tant mieux pour nous, mais surtout pour eux, car ils pourront ainsi multiplier les retombées de leurs efforts.

Dans la vie, on ne peut pas plaire à tous et ceux qui se choquent de l’intensité de mes écrits, ça me fait de la grosse peipeine…

Maj
Ceci est un billet émotif. Je suis une grande émotive bon… et je n’aime pas ça qu’on me pique, voilà…