Les tentacules de Facebook n’ont que peu à voir avec vos paramètres de sécurité

Pin It

L’utilisation et le monitorage des données personnelles par Facebook n’est vraiment pas un art. C’est plutôt une science particulièrement bien développée et qui a de quoi vous faire dresser les cheveux sur la tête. Oui Zuckerberg l’a eu vraiment facile la semaine dernière lors de son passage devant les élus américains. En termes de relations publiques traditionnelles, il a eu le beau jeu, et ce, pour plusieurs raisons. Il a gardé son calme, il s’est excusé et a promis que les choses changeraient. C’est pas mal ce que voulaient entendre les élus et les investisseurs qui lui ont permis de rattraper plusieurs des points qu’il avait perdus en bourse.

Mais c’est une toute autre histoire pour la Sillicon Valley, les geeks, les avocats spécialisés de droit de l’internet et pour les observateurs avisés.

Tout d’abord, Zuckerberg il avait le « scape goat » idéal. Ces méchants de Cambridge Analytica et ces dizaines de milliers de développeurs externes qui ne sont vraiment pas gentils et qui faisaient n’importe quoi avec vos données personnelles avant que le bon Facebook ne ferme le robinet des données en 2014. L’autre excuse est celle de vos paramètres de sécurité. Zuckerberg a expliqué en long et en large que vous pouvez utiliser les paramètres de sécurité afin de décider qui verrait vos statuts. Le monde entier ou vos amis proches. Ça avait l’avantage de sous-entendre que si vos données sont utilisées, ce sera peut-être de votre faute parce que vous êtes ignorants et que si vous paramétrez convenablement vos comptes Facebook, vous ne devriez pas avoir d’inquiétude. Or c’est à la fois vrai et particulièrement Faux.

Dans pjmedia on apprend que même si vous n’avez jamais été sur Facebook, vous pourriez être suivi par eux.

(…) So if you’re one of those who blames Facebook users for allowing their personal data to be compromised, don’t be so smug. Facebook may be sharing your personal data as well.

(…) When people sign up for Facebook, they’re encouraged to upload their contacts to make it easier for Facebook to connect them with their friends. That allows Facebook to access personal contact information for people who never signed up for the platform or gave their permission to share their information. Facebook knows that these contacts are friends of the new Facebook user, and can start compiling additional details on these non-members.

Et Buzzfeed confirme que même lorsque vous n’êtes pas sur Facebook et que vous avez désactivé votre compte (momentanément ou pas, que vous êtes logged-out) vos « j’aime », servent et serviront à suivre vos préférences et ils vont même jusqu’à monitorer vos achats hors ligne.

(…) You know those Facebook “like” buttons you see around the internet? (There’s even one on this article.) They’re tracking your browsing activity whether you’re a Facebook user or not. “If you’re logged into Facebook and visit a website with the Like button, your browser sends us information about your visit,” Facebook’s website says. “If you’re logged out or don’t have a Facebook account and visit a website with the Like button or another social plugin, your browser sends us a more limited set of info.”

(…)Businesses can upload their data to Facebook to see if the ads they run on Facebook lead to sales in their stores; they do this via something Facebook calls offline conversions. Here’s how Facebook’s website describes them to advertisers: “Facebook’s offline conversion measurement solution helps you understand which offline events, such as purchases in your retail store or orders made over the phone, happened as a result of your Facebook ads.” Businesses upload their in-store sales data in spreadsheet format and then Facebook matches that data with the people that saw its ads.

Donc paramètres de sécurité ou pas et même d’être sur Facebook ou pas, vous êtes déjà dans le collimateur des tentacules de Facebook. C’est aussi pourquoi, il me semble qu’un cadre règlementaire qui devrait s’intéresser particulièrement aux ramifications tentaculaires du marchandage de nos données personnelles, devient plus que nécessaire…

On peut d’ailleurs lire ce matin dans le Journal de Montréal, que Des avocats identifient des jurés grâce à Facebook…

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Laisser un commentaire