Le DGEQ, la protection des données personnelles et les tactiques douteuses de Québec Solidaire

Pin It

Cette semaine, dans l’article de La Presse, Les partis politiques mettent vos données personnelles à risque, selon le DGEQ, on pouvait lire :

Dans son rapport, rendu quelques mois plus tard, Me Reid évoque pour la première fois le risque que des pertes, des vols ou des accès non autorisés aux banques de données des partis exposent les données personnelles des millions de Québécois qui y sont fichés.

« Les partis politiques ne peuvent tenir pour acquis qu’ils sont à l’abri des cybermenaces contre le processus démocratique. Nous sommes préoccupés par cet enjeu et nous souhaitons agir d’une manière proactive afin de prévenir les conséquences sur la vie privée des électeurs. »

– Pierre Reid, directeur général des élections

Le DGEQ a certainement raison de s’inquiéter des risques d’intrusion et ou de vol des données personnelles des québécois que peuvent détenir les partis politiques. J’ajouterais à cette inquiétude, celle de l’obtention de la permission d’utilisation des données personnelles par les partis. Toutes les organisations se doivent d’obtenir, de documenter et de sécuriser de telles permissions sauf, les partis politiques. D’ailleurs, Vincent Marissal de Québec Solidaire souhaite un encadrement strict des partis politiques mais s’inquiète plutôt de pouvoir garder « la possibilité d’entrer en contact avec les gens ».

Le député de Québec solidaire Vincent Marissal a abondé dans le même sens. Il souhaite encadrer les partis « de la manière la plus solide possible ». Il a cependant souligné un autre passage du rapport du DGEQ, qui reconnaît leurs besoins particuliers.

« Il faut garder un équilibre pour assurer que nous soyons capables, comme parti politique, d’entrer en contact avec les gens, y compris pour faire de la sollicitation, y compris pour les inviter à des événements », a-t-il dit.

Je comprends monsieur Marissal de s’inquiéter de mettre en péril « le contact avec les gens de son parti ». Et pour cause, Québec Solidaire est champion du marketing électoral douteux. En effet, cette organisation politique, plutôt que de réellement proposer des législations et autres actions politiques qui ont réellement un impact sur la vie des citoyens durant les mandats de ses élus, privilégie les fameuses pétitions. Or, ces pétitions serviront d’outil de propagande électorale subséquente. Québec Solidaire profites de « trous dans la loi » sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques (LPRPDE) afin de spammer les électeurs en période électorale et ce, sans avoir eu la délicatesse d’obtenir leurs consentements préalables pour recevoir leurs publicité/propagande électorale car il s’avère que les associations et partis politiques sont exempts de la loi. Est-ce illégal ? Non ce n’est l’est pas. Est-ce éthique ? J’ai de gros doutes là-dessus.

Comme vous pouvez le voir dans cet exemple récent de PÉTITION POUR UNE ASSURANCE DENTAIRE PUBLIQUE, on demande aux gens leurs nom, prénom, courriel, téléphone, code postal et signature. On omet volontairement par contre de leur demander la permission d’utiliser ces données. Ça deviendra très utile en période électoral pour spammer les électeurs.

Étonnamment, lors de la dernière campagne électorale, plusieurs personnes de Mercier m’ont averti avoir reçu des messages SMS de Québec Solidaire durant les élections, sans pour autant avoir jamais signé l’une de leurs très nombreuses pétitions. Il faut savoir que de moins en moins de gens ont un téléphone filaire et qu’ils sont plutôt des usagers de mobiles. Or, pour avoir ces numéros de téléphones, il faut soit faire une pétition, soit acheter des listes de numéros de cellulaires par code postale. Or ces listes sont interdites au Canada, mais peuvent aisément être acheté aux États-Unis. Il est donc aisé de soupçonner que c’est ce qu’a fait Québec Solidaire pour être capable de rejoindre des électeurs qui n’ont jamais signé leurs pétitions. J’ai donc fait une autre plainte officielle au DGEQ. La réponse des porte-paroles de l’organisme est sans équivoque. Nous ne pouvons rien faire pour ce cas précis, allez voir ailleurs… Voici la réponse officielle du DGEQ.

Il est aussi bon de rappeler que Québec Solidaire a aussi profité des listes de données personnelles d’Option nationale (encore une fois sans l’autorisation des gens qui avaient fournis leurs informations à option nationale) de même que les listes de l’initiative Faut qu’on se parle.

Comme quoi, la réflexion du DGEQ sur les données personnelles que détiennent les partis politiques devrait sans doute inclure aussi une réflexion sur la nécessaire obtention de permission par les électeurs, d’utiliser ces mêmes données …

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Laisser un commentaire