L’arnaque de l’IA et nos impôts qui payent pour ça

Pin It

Une cliente et amie qui travaillait pour une multinationale technologique a changé d’emplois pour travailler chez une start-up en Intelligence Artificielle. Elle n’y travaille plus outrée de ce qu’on lui a demandé de faire ou de ne pas faire. C’est que cette entreprise est fortement financée à même nos taxes (comme plusieurs start-up en IA), qu’une portion importante de ces subventions devraient aller en marketing et que très peu de cet argent se rend effectivement à ce poste primordial pour l’essor de l’entreprise. En outre, tout et n’importe quoi seraient de l’intelligence artificielle. C’est que c’est maintenant « le mot-clé » à la mode auprès des investisseurs et gouvernements et qu’il assure des retombées financières trébuchantes et sonnantes. Il suffit d’avoir un soi-disant algorithme pour se prétendre être en intelligence artificielle. D’ailleurs, personne ne pourras voir l’algorithme en question puisqu’il fera partie des « avoirs intangibles stratégiques » de l’entreprise. C’est drôlement opportun disons.

Sarcastiquement, Le Figaro titrait récemment, 40% des start-up européennes d’intelligence artificielle n’utilisent pas d’intelligence artificielle. On peut y lire :

Un leurre, joliment enrobé. Deux cinquièmes des start-up européennes d’intelligence artificielle n’utilisent en fait aucune technologie assimilable à de l’intelligence artificielle, d’après le rapport «The State of Ai» (l’état de l’IA) de la société d’investissement londonienne MMC Ventures. L’entreprise a mené l’enquête auprès de 2830 start-up européennes prétendant être spécialisées dans le domaine, en cherchant à en savoir plus sur les programmes d’intelligence artificielle utilisés à travers les entretiens avec leurs dirigeants et des recherches sur leurs sites Internet. Mais ils n’ont trouvé de preuves de l’utilisation réelle de ces technologies que pour 1580 d’entre elles. Malgré le manque d’intelligence artificielle dans leurs produits, 40% prétendent développer des programmes d’apprentissage automatique, utiliser des réseaux neuronaux ou encore faire de la reconnaissance d’image, note le Financial Times, qui rapporte l’étude.

Ça me rappelle la glorieuse époque 2005-2010 alors que nous investissions massivement en développement logiciel et que deux entrepreneurs sur cinq que je rencontrais, venaient de développer le nouveau CMS qui devait bouleverser la planète à $2000 de location par mois alors que WordPress qui est gratuit, existait déjà.

D’ailleurs, la conclusion de L’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) dans le document Financer l’intelligence artificielle, quelles retombées économiques et sociales pour le Québec ? est plutôt ironique…

La mise en place d’un écosystème de l’IA exige une implication politique et financière considérable de la part de l’État. Ces investissements dans le secteur innovant des big data et de l’IA pour la relance de la croissance économique ont été justifié, en partie, par la crise économique mondiale de 2007-2008. Or, ces efforts sont menacés par l’incertitude liée aux retombées locales du capitalisme numérique, qui favorise plutôt la concentration des richesses et des résultats de la recherche entre les mains d’un nombre restreint d’acteurs. Si une réflexion éthique accompagne désormais le développement de l’IA, aucun espace institutionnel spécifique n’encadre pour l’instant les activités économiques des acteurs de ce secteur. De ce fait, non seulement les risques sociaux ne sont pas réellement minimisés, mais rien n’assure que des investissements publics majeurs se métamorphoseront en retombées collectives pour les Québécois·e·s.

Vous pourriez aimer lire mon billet de 2015
Ras-le-bol de l’innovation

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Adrian Bolosin

    Je trouve ça extrêmement dommage pour nous en tant que payeur de taxes et pour les entreprises légitimes qui développent de vrais projets en IA. Comme quoi, là où il y a place à l’escroquerie de fonds publiques, il y en aura certainement!

Laisser un commentaire