Les singeries de Patrick Lagacé

Pin It

Je connais Patrick Lagacé depuis 15 ans. Il était venu sur le tard à écrire des billets de blogue (en 2005) et participait aux défuntes rencontres Yulblog qui rassemblaient les blogueurs autour d’un verre. On se saluait de loin, ne faisant pas partie du même cercle. Puis nous avons été bénévoles ensemble pour les étudiants qui se préparaient « Aux jeux de la communication ». Enfin, en 2008, je faisais mon coming-out de transsexuelle. C’est alors que monsieur Lagacé me contacta pour faire un papier sur mon histoire. J’étais vraiment très réticente à cette idée puisque j’avais toujours eu le contrôle de ma communication et je ne voulais pas qu’on déforme mes propos. Mais j’acceptai avec la condition que je puisse autoriser certains passages qui pourraient être sensibles. Patrick Lagacé refusa que je relise son texte avant publication, mais il accepta de me lire au téléphone certains passages que j’aurais pu trouver délicats avant publication, ce qu’il fit. Cependant, il ne me lut jamais un certain passage. Dans son article, question d’ajouter du poids à ma virilité préchangement de sexe, il écrivit que j’avais les dents croches à force de m’avoir battue. C’était un détail complètement faux. Je ne lui avais jamais dit ça et j’avais les dents croches parce qu’il me manquait trop de molaires et que mes dents se déplaçaient. Mais ça faisait bien dans son histoire.

Monsieur Lagacé est un gars brillant. Il a la plume et la verve incisives. Il a le jugement facile aussi. Il est chroniqueur et non pas journaliste. Sa job est de fournir une opinion et il est normal que son opinion soit subjective. Cependant, on s’attend tout de même à ce qu’il discute de faits, pas qu’ils les inventent et pas qu’il se servent de ses très nombreuses tribunes, dans les journaux, à la radio et à la télévision pour détruire des réputations, régler ses comptes ou démoniser des gens. On s’attend aussi à ce qu’il ait une certaine rigueur et l’humilité de reconnaître des erreurs qui peuvent inévitablement survenir à toute personne normalement constituée. C’est d’ailleurs arrivé quelquefois à Foglia qui reconnaissait avoir été trop loin. Nous sommes tous humains. Mais monsieur Lagacé semble au-dessus de tout ça.

Toujours est-il qu’il y a deux ans, je me présentais en politique. Avant même que je ne sois officiellement candidate, Patrick Lagacé disait sur toutes les tribunes que je ne devrais pas être candidate parce que j’étais une sorte d’écervelée qui écrivait n’importe quoi sur Twitter. Pour prouver son opinion, il reprenait certains de mes statuts Twitter hors contexte et les présentait comme s’ils étaient la norme de ce que j’écris tous les jours. Il ajoutait de surcroit qu’il me connaissait bien et que ça faisait des années que je faisais des « singeries » sur le Web. Avec une agressivité peu commune, il détruisait mon image avant la campagne électorale, durant et après. J’aurais été la pire gaffe du PQ. Ainsi, il donna le ton aux journalistes qui ne cessèrent de m’accabler tout au long de cette campagne.

Il disait :

Mais qu’est-ce qui a occulté cette journée et fait perdre du jus de cerveau et de l’espace médiatique à son chef ?

Une péquiste.

Une péquiste et ses singeries.

Michelle Blanc, la candidate dans Mercier (Montréal).

Pif, paf, pouf, la vie numérique de Michelle Blanc a toujours été très divertissante : ici, une déclaration-choc sur l’islam ; là, un tweet ponctué de grossièretés et de jurons d’église à propos de tout et de rien (bien souvent de rien), sans oublier une menace de poursuite contre un chroniqueur et une confession sur sa première vaginite.

(…)
Sauf que la vie numérique de Michelle Blanc est bien sûr devenue un coffre aux trésors qui recèle des peaux de bananes grosses comme la toile du Stade, une fois qu’elle est devenue « Michelle Blanc, candidate ».

Une citoyenne privée peut bien assimiler la vue d’un hijab à la lapidation des homosexuels, ça n’engage que sa personne, même si c’est légèrement réducteur. Elle peut sacrer comme une cochère et comparer l’électeur à « un dumpling qu’il faut fourrer » (2014), elle a le droit, à l’époque, ça n’engageait qu’elle…

Une fois candidate, c’est une autre histoire.

Or, après la campagne, j’écrivis en privé à Patrick Lagacé. Voici l’échange de nos discussions.

Or, comme il le mentionne, « On verra si j’ai plus de mal à expliquer ces tweets que tu en as eu à expliquer les tiens ». Or, je ne pouvais pas expliquer mes tweets. J’étais en campagne électorale et j’avais reçu le mot d’ordre de laisser mon chef prendre le micro pour me défendre. Il ne fallait pas faire dévier la campagne. Je me suis d’ailleurs expliqué un an plus tard dans mon billet Pour pouvoir marcher la tête haute de nouveau, stop au #lynchagepublic. Dans ce billet, je reprenais certains tweets hors contexte de journalistes, pour faire la démonstration qu’il est ridicule de juger du corpus entier d’un compte twitter, sur quelques bribes de son corpus. Je n’identifiais personne justement parce que je ne voulais cibler personne. L’un de ces journalistes reconnut un de ces tweets et m’invita aussitôt à une entrevue pour discuter de ça. Ce journaliste était Dutrizac. Il avait eu l’honnêteté de reconnaître le ridicule du processus. Son entrevue est ici. Or, plusieurs des « singeries de journalistes » qui sont dans cet exercice sont celles de Patrick Lagacé qui a toutes les tribunes pour expliquer ses tweets. Je lui offre donc la possibilité de le faire une fois pour toutes et de justifier ses utilisations des mots « nègres », « fif », « stie de neg » et autres. Le « politically correct », la « cancell culture » et la « call-out culture » sont des aberrations. Il arrive à tout le monde d’en échapper une ou tout simplement, d’être plus incisif. Mais ces soi-disant « singeries » ne devraient jamais définir une personne, sauf si par de vicieuses manigances, on décide de crucifier quelqu’un. Cette démonstration n’a qu’un objectif. Celui d’insuffler un peu d’humilité à monsieur Lagacé afin qu’il puisse peut-être un jour, reconnaître qu’il est loin d’être parfait, que personne ne l’est et qu’il est démagogique de détruire des gens pour des bribes de contenus tout comme il le serait de prendre une phrase d’un livre et de prétendre que cette phrase représenterait le livre en entier et pire encore, l’auteur lui-même…

Voici ici quelques tweets choisis, sur plusieurs dizaines que j’ai en archive.

Notez aussi que le nombre de captures d’écrans ici-bas n’est qu’indicatif de la récurrence de ce que monsieur Lagacé nomme lui-même des « singeries », dans ces propres contenus. Je vous ferai observer que les dizaines de contenus « colorés » de monsieur Lagacé ne représentent en rien l’ensemble de son corpus. C’est même l’exception. De tenter de faire croire que c’est la norme relèverait de la malhonnêteté intellectuelle et de la fourberie…

 








Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Parent-alerte

    Ezra Levant est juif.

Laisser un commentaire