Un billet qui me touche

Pin It

En faisant une ronde pour vérifier les changements reliés au référencement de mon blogue comme suite à ma transition, je tombe sur ce billet de paperblog.fr que je n’avais pas vu passé, et qui me touche beaucoup. En voici quelques passages :

D’un point de vue « affaires » et culture Web, consulter régulièrement Michelle Blanc représente un incontournable. Ses commentaires sur le monde du Web sont toujours pertinents et riches d’informations utiles. Ce qui rend la lecture encore plus profitable, c’est la façon dont l’information y est commentée, dans un sty;e très personnel et toujours basée sur des opinions arrêtées et pas nécessairement « main stream ».

(…) Il y a aussi des prises de positions pas toujours populaires, souvent provocantes et qui doivent sûrement générer quelques ennemis dans la blogosphère. Malgré ces aspects marginaux, le blogue a solidement établi la réputation d’une spécialiste du Web qui gagne bien sa vie dans son domaine. Comme blogue d’affaires qui supporte un service de consultation, on peut difficilement faire mieux.

Mais avec les récents évènements très personnels publiés par Michelle Blanc, une nouvelle leçon nous a été offerte. Car bien que ce blogue présentait souvent des contenus qui n’avaient rien à voir avec le monde du Web, le « coming out » et la communication de la transition de Michel Leblanc à Michelle Blanc nous a démontré qu’un blogue solidement établi peut aussi servir à sensibiliser la population sur des réalités peu connues qui causent la souffrance de plusieurs personnes.

Qu’un blogue d’affaires à succès génère en même temps des bénéfices sociaux, voilà une belle contribution. Mais en plus, et là j’émets une hypothèse, je crois que cette histoire nous démontre également qu’un blogueur peut tirer un bénéfice personnel de sa popularité sur le Web pour mieux vivre une « crise ». Dans l’isolement, est que Michelle Blanc aurait eu la vie plus facile? Car on s’entend que ce qu’elle vit doit être extrêment difficile, le vivre publiquement encore plus. À ma première lecture du billet que je vous suggère plus haut, je me suis dis « Wow, ça doit être l’enfer d’annoncer ça à tous ses lecteurs ». Avec le temps, j’ai conclu que ce fut somme toute assez positif de pouvoir en parler avec tant de gens, avoir des discussions, recevoir des encouragements et faire avancer la compréhension sur la question.

Ça fait drôle de lire ce que des gens pensent de mon blogue et de mon « coming out ». Moi je suis trop proche pour avoir une opinion objective. Quoique l’opinion exprimée ici ne l’est peut-être pas non plus, mais elle me fait drôlement chaud au cœur…

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Christian Aubry

    J’adhère tout particulièrement à cette phrase: « Qu’un blogue d’affaires à succès génère en même temps des bénéfices sociaux, voilà une belle contribution. » C’est on ne peut plus vrai.

    À cet égard, ce qui est très touchant, c’est que ton expérience n’a pas seulement une portée personnelle, mais une portée universelle aussi. Et pas seulement pour les personnes en transition sexuelle, mais pour nous tous, citoyens du monde et acteurs de nos propres vies publiques et privées.

    Ce que j’en retiens pour ma propre business, c’est que l’authenticité et la transparence présentent toujours plus d’avantages que d’inconvénients à moyen et long terme. En ce sens, je te considère, chère amie, comme une référence en matière de communication responsable.

    Même si le chemin que le destin a tracé et que tu as suivi en pleine conscience est parsemé d’embûches, j’espère que ces pensées positives et le soutien de tes vrais ami(e)s — ils sont très nombreux — t’aideront à passer au travers.

  2. Michelle Blanc

    Maudit Christian!
    Tu m’as encore fait verser quelques larmes

  3. Lyro

    Je tiens à remercier personnellement Michelle Blanc pour son ouverture d’esprit et lui transmets de chaleureuses félicitations pour son blogue remarquable, et la façon extrêmement courtoise et respectueuse dont j’ai été accueillie récemment, avec des questions plutôt controversées d’éventualité de déclenchement d’une pandémie d’influenza aviaire, et des efforts déployés par des communautés virtuelles – le Flublogia – visant à améliorer les préparatifs pandémiques.

    «Il y a aussi des prises de positions pas toujours populaires, souvent provocantes et qui doivent sûrement générer quelques ennemis dans la blogosphère.» La personne qui a écrit ce commentaire au sujet du blogue de Michelle Blanc faisait allusion à de toutes autres questions, mais ces commentaires, dans leur intégralité, se transposent parfaitement aux questions de pandémie, qui ne sont pas populaires. La façon dont le blogue de Michelle Blanc permet l’intégration de nombreuses problématiques sociales mérite d’être saluée.

    Je pense que Michelle Blanc possède des qualités-dénominateurs communs aux personnes qui arrivent à faire le tour de la question de la problématique de pandémie et s’impliquer totalement dans l’idée d’un état de préparation, de même que dans son application pratique. Et ces gens sont plutôt rares… Kathy FL, écrivait à ce sujet, en janvier dernier, dans Pandemic Flu Information (Helping those ready to be helped – http://www.zonegrippeaviaire.com/showthread.php?t=1168): «La plupart ont une stabilité émotionnelle solide comme une épine dorsale à laquelle ils peuvent avoir recours même dans une situation qui incite à la panique. C’est comme si un peu de métal parcourait leur épine dorsale, si vous voulez, les aidant à passer au travers des situations pénibles ou effrayantes. La plupart, bien qu’ils puissent être indépendants d’esprit, ont également la capacité d’effectuer des tâches multiples sans que cela les rende fous ou les conduise à se fourvoyer d’une façon ou d’une autre.»

    Les billets de Michelle Blanc et les excellents commentaires qu’ils génèrent, m’aident à évaluer le développement de mon domaine d’intervention, un média social en préparatifs pandémiques. En permettant que ces éléments soient présentés et analysés sur son site, Michelle Blanc ouvre la porte à la possibilité que les acteurs de ce milieu réussissent à AUTO-COMPRENDRE la nature fondamentale de leurs actions et de quelles manières leur implication citoyenne s’insère dans le développement du web, dont la tendance générale tend vers un capital social.

    «Planter de l’authentique», qui était le but visé par le personnage Jean de Florette, sur la ferme des Romarins, interprété par Gérard Depardieu, du film français réalisé par Claude Berri, semble donc être un but partagé aussi par Michelle Blanc. La formule a démontré fonctionner et donner des résultats positifs. Peut-être devrions-nous l’appliquer à nos projets respectifs…

    Les répercussions des réflexions qui ont présentement lieu au sujet de la reconnaissance du site http://www.Zonegrippeaviaire.com et des autres médias sociaux par le gouvernement du Québec, auront très certainement une portée beaucoup plus considérable sur l’avancement de notre compréhension de l’impact des applications web 2.0, que ce que nous évaluons présentement. Michelle Blanc se positionne une fois de plus en véritable leader.

  4. Eve

    C’est une sacrée belle tape dans le dos pour vous, c’est super!
    Et en plus, c’est vrai!