Je ne suis pas diplomate

Pin It

Je ne suis pas diplomate et je suis quelquefois polémiste. Je suis reconnue pour mon franc-parler, mais aussi pour la profondeur et la pertinence de certaines interventions didactiques, stratégiques, philosophiques ou autres. Je suis aussi transparente comme encore peu de gens le sont sur le Web, Ici, sur Twitter, dans Facebook et ailleurs. Or, le copain d’enfance, Mario Asselin me conseille d’être plus diplomatique dans mes interventions sur Twitter, ou même dans mes écrits. C’est que je pourrais nuire à l’adoption de saines pratiques Web 2.0, par nos poltrons d’élus qui ne se fient qu’aux dires de leurs conseillers communicationnels de la vieille école. Alors soit, je porterai la responsabilité de nuire à l’avancement de la politique 2.0 au Québec. Je rappellerais par contre, que malgré mes nombreux coups de gueule, je documente énormément, je donne des exemples, je déniche des statistiques et je m’efforce d’être à l’affut de l’innovation et des bonnes pratiques d’affaires électroniques et de présence Web. Je soulignerais aussi que je vante énormément, mais que je remarque que mes coups de gueule ont souvent plus d’impact. J’innove moi-même beaucoup aussi et j’expérimente une communication qui est encore hors-norme pour les gens d’un certain âge, mais qui est plus répandue chez les jeunes. On appelle ça aussi la transparence radicale. Ce n’est pas toujours joli de dire ce qu’on pense et de partager une portion de notre intimité cérébrale mais j’ose croire que je le fais avec un certain « fair-play ». Je me suis fait des ennemis et aussi beaucoup d’amis. Les gens qui me paient et qui me demandent mon avis savent que je ne mettrai pas d’eau de rose sur ce que je leur dirai. Ils savent aussi que mes critiques seront documentées et qu’elles viendront avec des alternatives permettant de corriger les lacunes et de pousser les retombées positives au-delà de ce qu’ils avaient pu imaginer au départ. Si des gens de partis politiques sont choqués par ce que je peux dire de leur inactivité, « too bad », si d’autres savent en tirer parti, ce sera tant mieux pour nous, mais surtout pour eux, car ils pourront ainsi multiplier les retombées de leurs efforts.

Dans la vie, on ne peut pas plaire à tous et ceux qui se choquent de l’intensité de mes écrits, ça me fait de la grosse peipeine…

Maj
Ceci est un billet émotif. Je suis une grande émotive bon… et je n’aime pas ça qu’on me pique, voilà…

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. J-F Dubé

    Tu sais Michelle, tu aime beaucoup piquer mais tu dis ne pas aimer te faire piquer. Je l’ai toujours dit, si on est capable de donner, on dois être capable de recevoir!

    Pour ce qui est de tes critiques envers les partis sur twitter, je dois avouer que le ton employé était quand même assez dur. Mais ce qui m’a dérangé le plus c’est surtout que ces partis étaient pratiquement invisible il y a quelques mois sur le web (du moins la partie interactive) et maintenant qu’ils font des efforts, on les critique sur la méthode prise. Certes il y a beaucoup de retard dans ce domaine au Québec mais nous ne pouvons critiquer une seule personne pour ce retard…

    Nous sommes encore un nombre relativement restreint à travailler dans ce domaine et nous nous devons de le rendre accueillant afin de créer de nouvelles opportunités. Sans éviter la critique, il serait à notre avantage d’être constructif et chaleureux lorsqu’un nouveau joueur se manifeste.

    Mon but ici n’est pas de mettre en question ta crédibilité, parce que je ferais une grande erreur. Comme toujours, tes propos sont juste, empreint de connaissances incroyables et d’une expérience immense. Le « problème » ici est simplement une question de « contentant » et aucunement de « contenu ».

    Amicalement,

    J-F

  2. Michelle Blanc

    @JF
    Je suis pleine de paradoxes…mais je suis capable de recevoir, la preuve, je reçois et je réponds. Pour quel parti tu travailles déjà? Québec Solidaire? Moi je n’ai pas été dure avec les partis sur Twitter et certains y sont arrivés avec de gros sabots et une arrogance peu commune (genre QuébecGagnant). Si le twitereur fantôme de ce parti était un twitereur non politique, ça ferait déjà un bon bout de temps qu’il serait flushé par tous. Y être est une chose, y être positivement (comme Québec Solidaire par exemple) en est une autre.

  3. florence meichel

    Etre constructif et chaleureux n’empêche pas d’être incisif et pertinent…je ne vois pas d’incompatibilité dans les approches…au contraire…c’est parce que tu es chaleureuse et constructive que tu es entendue quand tu es incisive sur certains points…et cette franchise est justement une brique importante de la dimension constructive et chaleureuse liée à ta personnalité…c’est ce qui permet l’instauration de relations de confiance avec toi ! Le tout est de trouver le bon équilibre ! :-)

    Le monde complexe…ton parcours et ta personnalité le reflètent…nous avons à apprendre de toi !

  4. florence meichel

    Le monde EST complexe ! pardon il manque un mot !

  5. Michelle Blanc

    :-)

  6. J-F Dubé

    Simplement préciser que c’est simplement cette intervention précise que j’ai voulu critiquer parce que le reste du temps je suis plus que d’accord avec les opinions de Michelle.

    Et non, je ne travaille pas pour Québec Solidaire

    Bonne soirée!

  7. Une journaliste enfin d’accord avec la communauté de geeks • Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique. Marketing Internet, consultante, conférencière et auteure

    […] n’est plus les seuls à le dire. Mais ce n’est peut-être pas diplomate de le remarquer? Bah, au diable la diplomatie, au point où sont rendus les […]

  8. Bienvenue aux auditeurs de tout le monde en parle • Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique. Marketing Internet, consultante, conférencière et auteure

    […] ai aussi signifié que tous les autres partis sont aussi poche que le sien et il m’arrive aussi de ne pas être diplomate et on peut mettre ça sur le dos de la nervosité et de mon personnage franc et direct. Je regrette […]

  9. Réjeanne

    Bien des gens gagnent très cher pour bâtir l’image d’une personnalité, que ce soit politique ou autre et l’important dans cette approche c’est d’avoir l’heure juste pour parvenir à des résultats positifs. L’hypocrisie n’a jamais été une marque de succès car, tôt ou tard, le naturel refait surface.

  10. SUE MURPHY

    Personnellement, je suis tellement tanné du FAKe, des mensonges, des faussetés véhiculés partout que c’est très très très rafraîchissant d’entendre des gens comme vous Michelle! Moi, je suis une toute nouvelle arrivée dans ce monde du 2.0 avec mon petit blog www,marketingting.com inspiré par notre amie commune Renée wathelet. Je tente également d’apprendre le plus possible , d’apprendre des autres et de partager les tites connaissances acquises 20 ans dans le domaine des mégas agences de publicité. La pub et la politique 2 mondes de mirage, de rêves et de blah blah blah. Donc, continuez à véhiculer s opinions et états d’âme au yable le voisinage! on ne saura plaire à tous…:) Sue Murhy allias Suebidoux

  11. Jean-Claude Plourde

    Bonjour Madame Blanc,
    Il faut reconnaître que le transfert d’une compétence individuelle en compétence collective n’est pas facile. Souvent le détenteur de ces connaissances trouve que son environnement ne comprend pas assez vite, n’utilise pas les outils de la bonne façon, que la stratégie d’appropriation n’est pas appropriée et c’est en parti ce que je perçois dans votre billet. Pour avoir déjà vécu ce sentiment d’incompréhension, il faut faire un retour sur soi et analyser notre stratégie de transfert de ces connaissances en compétences.
    Avec les outils du Web 2.0 la communication du savoir est immédiate. Toutefois, l’appropriation demande des outils qui sont différents. Les YULBIZZ, FOCUS 20, WEB2BIZZ, WORDCAMP, PODCAMP, blogs personnels, en sont des exemples qui portent mais qui n’ont pas le même diffusion et votre participation significative à plusieurs de ces rencontres et vos billets répondent bien à votre objectif de transfert de vos immenses connaissances.
    «Il ne sert à rien de tirer sur l’herbe pour la faire pousser». Proverbe chinois.
    Quand on se fixe un objectif et qu’on se discipline en conséquence, on finit par l’atteindre tôt ou tard. Très souvent c’est la discipline qui fait la différence.
    J’histoire des grands mouvements sociaux montre que ce sont des rencontres d’amis, intéressés qui changent le monde. Merci de continuer votre bon travail avec vos amis. J’en suis pas, mais les retombées de vos amis chez-moi en sont importantes.
    Salutations!

  12. Pierre-Luc Poisson

    Sherbrooke, lundi 11 avril 2011.
    Bonjour,
    Je lis à l’instant ce billet et que de vérité, authenticité, fraîcheur. Je sais je suis une personne qui aime féliciter les gens et par surcroît je suis honnête et sincère; et comme vous je paie souvent très cher pour ma franchise!
    Merci de bien nous infomer, de nous partager vos états d’âme sur Twitter et avec vous le Monde est bien meilleur.
    Vous avez toute mon admiration.
    Un gars qui decouvre le Web 2.0
    Mes salutations!
    PLP