Web 3.0, ComscoreMediaMetrix se trompe

Pin It

Plusieurs amis et collaborateurs, m’ont fait suivre un article de Yves Grandmontagne dans Technautes LaPresseAffaires, qui associe ComscoreMediaMetrix à une nouvelle définition de ce que sera le Web 3.0. Dans cet article, on associe le Web 3.0 à l’explosion extraordinaire de la vidéo sur le Web. Mon avis? Ils se trompent.


Au moment où certaines voix commencent à évoquer la vidéo comme étant la future révolution du Web, le «Web 3.0», ComScore Media Metrix vient conforter cette vision en affirmant que trois internautes sur cinq ont visionné de la vidéo en ligne en juillet dernier.

(…)Sur la vidéo en ligne, si le marché reste à construire il est bien réel, avec une forte attente des consommateurs. Chacun place se billes, mais même si quelques acteurs émergent, rien n’est encore fait. La vidéo sera probablement le média en ligne majeure du futur, et pourquoi pas le «Web 3.0». En revanche, le marché s’annonce comme la tribune d’une foire d’empoigne qui n’a pas fini de secouer le monde de l’Internet…

Je ne mets pas en doute la poussée fulgurante de la vidéo sur Internet qui n’en est encore qu’à ses premiers balbutiements. Déjà, en décembre dernier, je signalais la montée des médias réseau, des médias générés utilisateur et du fait que pour la première fois, la télévision dépasserait l’internet au Canada. Par contre, de là à dire que la vidéo sur le Web est le futur d’internet et que c’est Web 3.0, il y a un pas que je ne suis pas d’accord de franchir.

Alors que serait le Web 3.0

Mes lecteurs assidus ne seront pas surpris de lire que le Web 3.0 sera issu des expérimentations qui ont lieu présentement dans les univers 3D tels que Second Life. Pour appuyer mes dires, je vous cite de nouveau le chairman de SL, dans The Economist.


Second Life is comparable to both the PC and the internet itself, which started as something “quirky” for geeks, and then entered and transformed mainstream society. “Spending part of your day in a virtual world will become commonplace” and “profoundly normal,” says Mr Kapor. Ultimately, he thinks, Second Life will “displace both desktop computing” and other two-dimensional “user interfaces”. As “a hothouse of innovation and experiment,” he says, Second Life may even “accelerate the social evolution of humanity.”

Amazon, IBM et bien d’autres encore, travaillent en ce moment à y développer des API qui feront le lien entre les applications Web traditionnelles, les applications d’affaires et le 3D. À court terme, vous ne magasinerez plus dans un catalogue statique, mais vous déambulerez, littéralement, dans un magasin tel que ce qui existe avec American Apparel dans SL, sauf que vous n’y achèterez plus que des gugus virtuels, vous y magasinerez les vrais articles de la vrai vie. Il en sera ainsi pour les réunions d’affaires multi-continents, qui se tiennent déjà dans l’Univers avec un accès (eh oui) à la vidéo, photo (Flickr vient de développer un API pour SL), PowerPoint, téléphone et autres équipements ou application de la vraie vie. Les interfaces 2D seront chose du passé sauf pour la lecture, qui continuera de requérir une surface plate, pour y accueillir les mots. Voilà ma vision, la partagez-vous?

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. jmleray

    Bonjour,

    Puisqu’il en est question, permettez-moi de vous proposer mon avis sur la transition Web 2.0/Web 3.0 : http://www.emantics.com/index.php/2006/03/31/2-web-20-vs-web-30
    Cordialement,
    Jean-Marie Le Ray

  2. Eric Baillargeon

    > À court terme, vous ne magasinerez plus dans un catalogue statique, mais vous déambulerez, littéralement, dans un magasin tel que ce qui existe avec American Apparel dans SL, sauf que vous n’y achèterez plus que des gugus virtuels, vous y magasinerez les vrais articles de la vrai vie.

    Hum… Cela me rapelle une certaine Louise Guay. Le problème c’est le coût et le temps pour la digitalisation des produits qui est énorme. Et tout cas ce serait une bonne affaire pour eux si jamais quelques entreprises y croient.

  3. Administrator

    C’est là que tu te trompes cher Éric. L’exemple d’American Apparel ou IKEA est plutôt éloquent à cet égard… Les outils et l’interface de SL sont fascinants et si vous ne voulez pas y construire vous-mêmes votre immeuble, vous pouvez en achetez un déjà monté… Si la chose fait peur, téléphonez-moi et je gérerais le mandat avec grand plaisir…

  4. Martin

    D’accord avec toi Michel.

    J’ai un peu de misère à comprendre comment ils peuvent imaginer ou écrire que la vidéo sera le web 3.0. Il me semble qu’en regardant le passé (web 1.0) et le présent (web 2.0), on constate qu’aucun n’a tenu ou se base que sur une technologie. Au contraire, c’est plutôt par l’utilisation de plusieurs technologies que la culture Web 2.0 a émergée.

    De plus, la vidéo n’est pas née d’hier. Certes, il y a une montée en puissance des technologies de création et de partage de la vidéo. Mais peut-être est-ce dû en partie à l’augmentation de la bande passante sur Internet (et dans les foyers) et au Web 2.0 qui favorise le partage de toute sorte et l’interaction entre les internautes.

    À mon avis et comme tu le proposes, c’est par la combinaison de plusieurs technologies (photo, vidéo, téléphonie, mapping, 3D, etc.) que le Web 3.0 émergera à son tour. Ce dernier, comme le Web 2.0, ne sera pas une technologie en soit, mais plutôt une culture ou une façon d’être propulsé par ces technologies.

  5. L'ancien et le moderne

    Merci Michel pour ce billet super rapide après cet article de LaPresse qui ajoutait plus de confusion que de réel réponse

  6. Christian Aubry

    Michel : À court terme, vous ne magasinerez plus dans un catalogue statique, mais vous déambulerez, littéralement, dans un magasin tel que ce qui existe avec American Apparel dans SL, sauf que vous n’y achèterez plus que des gugus virtuels, vous y magasinerez les vrais articles de la vrai vie.

    Soit, mais tu nous offres là une vision passablement réductrice des univers 3D, restreinte à leur seules fonctions commerciales. Tu me diras que, ce qui t’intéresse ici, c’est uniquement le commerce électronique. Re-soit. Reste que les univers virtuels à la SL n’ont d’intérêt que s’ils permettent de résoudre des limitations ou d’ouvrir le champ de nouvelles utilisations du Web. Si c’est le cas, on ne fera pas que magasiner dans SL and Co. On s’y instruira, on s’y informera, on y croisera ses amis, peut-être, et l’on se posera la question de savoir jusqu’où la «dénaturation», voire la désincarnation de notre existence peut aller sans remettre en cause des fondements mêmes, ainsi que la notion de plaisir essentiellement sensible qui fut la nôtre pendant des millénaires.

    J’irai aussi dans le même sens que Philippe: le Web 3.0 ne sera pas technologie mais phénomène social s’appuyant sur celles-ci. Ainsi, la vidéo en ligne, la téléprésence et les futures technologies P2P contribueront tout autant que les univers virtuels à créer de nouveaux paradigmes sociaux.

    Un jour, peut-être, l’univers virtuel des petits avatars d’aujourd’hui se mariera avec la vidéo numérique et la téléprésence afin de nous entraîner dans des mondes mêlant intimement le réel et le virtuel. D’ici là, revoyons les films de la série The Matrix et posons-nous les bonnes questions avant d’être totalement dépassés par les événements.

  7. Administrator

    Christian, oui le commerce m’intéresse eh oui Second Life sert déjà à la formation, à la création d’amitié, à l’expérimentation avec les enfants autistiques dans des buts thérapeutiques, à sauver la planète (il y a une levée de fonds pour le Darfour, l’American Cancer Society et pour les Nations Unis), à la politique, à l’économie, à l’architecture, au développement logiciel et plus encore. Ma perspective commerciale est peut-être réductrice de toutes ces autres facettes de cet univers.

  8. Alexandre Frantz

    Et le web 2.1 dans tout ça??? Il faudrait commencer par le commencement. Ces histoires de web 2.0 ou 3.0, ça me fait rire. Ce n’est pas une nouvelle version d’un logiciel dont on parle ici. Un changement de version, ça marque une rupture, une nouveauté. Internet ne fait qu’évoluer à son rythme…