Un message très touchant que j’ai reçu

Pin It

Depuis mes aventures télévisuelles et radiophoniques, j’ai reçu une tonne (le mot est faible) de courriels, de téléphones et de messages de sympathies, d’admiration, mais aussi de douleurs et de souffrances diverses. J’ai pleuré quelquefois en les lisant et dans twitter, un copain me disais « tu n’as pas peur de devenir la psy de service? ». Il a bien raison, je ne suis pas psy, j’ai beaucoup de difficulté avec l’écoute compatissante et ce n’est pas ma tasse de thé. Moi mon trip c’est le Web. Voilà. Je ne veux pas non plus devenir la trans de service des médias et j’ai refusé maintes demandes d’entrevues, de reportages et de topo sur ma condition. D’être la porte-parole des transsexuelles ça ne paie pas, mais d’être la pro du Web me fait très bien vivre merci. Tout ça pour dire qu’il existe très peu de ressources pour aider les trans, leur parent et les gens qui sont confrontés avec cette condition difficile et encore malheureusement peu connue, mais je le répète, vous pouvez contacter la ligne d’écoute de l’association des transsexuels (elles) du Québec, y faire un don et pousser dans l’cul de votre député pour qu’enfin des ressources psychologiques, psychiatriques, médicales et.al., soient mis à la disposition des gens qui sont aux prises avec ça. Tout ça pour vous dire que je vous partage (avec la permission de l’auteure qui préfère rester anonyme) ce message Facebook qui témoigne tristement de ce que peut engendrer le manque de ressources flagrant pour aider les gens qui n’ont pas la chance de faire du fric comme moi. Quelle tristesse et quel scandale silencieux et souterrains.

Je vous ai vue pour la première fois à Tout le monde en parle et croyez-moi vous mettez un baume sur ma plaie béante de Mai 2008.
Une étape de ma vie s’est terminée le 5 mai dernier par le décès de mon ex-conjoint et père de mes enfants.
Ma fille a trouvé chez lui, dans une grande chambre, je parlerais de grand placard qu’il n’a jamais voulu partager, la deuxième vie de son père et elle me l’a appris en même temps.
Mon ex que j’ai connu, aimé, marié, donné 2 enfants, divorcé etc. pendant les dernière 30 années de ma vie était, comme vous, un trans-sexuel non assumé qui vivait sa double vie en cachette depuis son enfance.
J’ai passé par l’étape de la colère, du déni, du ‘qui suis-je’ pour l’avoir aimé; j’en suis maintenant à l’étape d’essayer de comprendre. Ma vie me lance des ‘flash’ des retours en arrière où je vois ce que je n’ai pas vu avant.
J’essaie de me reconstruire présentement; je dois vivre aussi pour mes enfants dont un fils autiste que j’adore.
Je crois que le hasard n’existe pas, qu’il y a des rencontres qui nous changent une vie; je vous remercie pour votre franchise et consulterai votre site régulièrement pour y prendre du courage et aussi comprendre sans juger. Le DSM-IX je le connais, mon fils étant autiste et à la 7ième semaine de grossesse, une grave malformation au niveau de l’intestin a laissé de grandes séquelles (omphalocèle géant) et je crois que son cerveau aussi a été endommagé; y a-t-il un lien génétique, je ne le sais pas mais je débuterai des recherches bientôt.
Merci de me lire et si vous pouvez être aussi sereine, je crois que moi aussi j’y parviendrai.

Merci de votre mot touchant. Avec votre permission, j’aimerais le reprendre dans l’un de mes blogues et je pourrais enlever votre nom pour ne pas trahir votre secret. Je pense qu’il peut aider d’autres personnes. Qu’en pensez-vous?

oui, j’accepte. ça fait partie de ma ‘thérapie’ de pouvoir l’envoyer sur le Web en incognito.
Je vous remercie et je crois qu’à partir d’aujourd’hui, je vais recommencer à m’aimer en tant que femme.

vous devriez parce que ce qui est arrivé n’est pas de votre faute ou de celle de votre ex conjoint. c’est un coup de sort avec lequel des gens ont plus de chance de pouvoir composer que d’autres. Voilà tout. Personnellement j’ai profondément aimé les femmes avec qui j’ai été et j’ADORE ma conjointe actuelle, malgré ma condition… Si j’étais morte, ce n’aurait certainement pas été de sa faute

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. LeRoy K. May

    C’est très touchant en effet. Tu es très courageuse d’aider les gens qui communiquent avec toi comme ça. Prends juste bien soin de toi, aussi.

    On a besoin de tes posts sur le web, également :)

  2. Érica

    En effet, il peut être très difficile de recevoir ce genre de courriel. Et même à l’ATQ, la situation n’est pas plus rose parce que les gens y oeuvrant sont bénévoles. Oui, ils ont les références pour diriger les gens mais c’est tout de même eux qui encaissent le premier choc. Bravo à ces personnes pour avoir le courage et le force de lire et d’entendre les personnes en détresse et de les épauler.

  3. Lëa-Kim

    Wow… C’est très touchant comme message. Et je comprends TRÈS bien le désire de ne pas devenir porte-parole. Comme les ressources sont presqu’innexistantes, les personnes en recherche d’aide vont évidemment se tourner vers celles qui « s’en sont sortie » ou s’en sortent mieux. C’est vraiment une situation abhérente et tout comme Érica, je félicite celles et ceux qui ont la force de s’impliquer pour aider les autres, avec toute la charge émotive et les frustrations qui viennent avec.

  4. Olivier

    Ça me rappelle Gainsbourg qui se disait meilleur peintre que musicien.

  5. Caro

    Comme tu l’as mentionné chez Mme. Charette, on ne réalise pas toujours la portée de ce qu’on partage, le bien que ça peut faire de verbaliser certaines choses…

  6. Nancy Houvert

    Je vous est vu à « Tout le monde en parle » et entendu chez « Christiane Charrette » (en partie seulement) et je tenais à vous dire que je vous trouve pas mal courageuse; et aussi que votre cheminement n’est pas seulement un exemple pour ceux et celles qui ne se reconnaissent pas dans leur corps et dans leur genre, mais tout simplement pour ceux et celles qui n’osent pas sortir du placard pour quelque raison que se soit: parce qu’il n’osent pas choisir un mode de vie, une profession, une confession, une attirance ou se montrer sous leur vrai jour, car ça prends du courage et de la détermination et d’être capable de faire abstraction du regard des autres.
    Quand aux quelques abrutis qui ont la phobie des trans-genres (puisque vous semblez être d’accord avec Vanessa que ça n’est pas du tout une question sexuelle) si ça n’est pas vous qu’ils visent, alors se sont les noirs, les obèses, les femmes etc… car se sont souvent des gens qui ne sortent pas leurs problèmes des placards et en veulent aux autres d’avoir le courage de le faire au lieu d’en prendre exemple et de s’en inspirer, ou tout du moins, de l’apprécier.

    Encore Bravo et bienvenue dans le monde merveilleux et compliqué des femmes!

  7. Raymond Viger

    Bravo encore pour votre travail.

    Je vous félicite pour votre position claire et précise. Vous êtes spécialiste du Web marketing et c’est dans ce sens que vous voulez être appelée et reconnue. Peu importe notre différence, que l’on soit trans, noir, femme, francophone ou autre, nous voulons être reconnu pour ce que nous sommes et pas pour notre différence.

    Bonne continuité