Bloguer pour vendre, suite et fin de pourquoi bloguer

Pin It

 Le livre collaboratif Pourquoi Bloguer (dans un contexte d’affaires), auquel j’ai collaboré, est en prévente et vous pouvez toujours bénéficier d’une dédicace et d’un rabais de $4.95 si vous achetez maintenant.

Voici maintenant la suite et la fin de mon chapitre.

Quelles peuvent être ces autres retombées d’affaires?

Charlene Li de Forrester s’est posé cette question . La réponse qu’elle a fournit dans son document The ROI of Bloging est assez éloquente. Ayant moi-même bénéficié des nombreuses retombées qu’elle énumère dans le tableau plus bas, je suis porté à donner beaucoup de crédits à sa réflexion. Ainsi, le blogue augmentera sensiblement la visibilité de la marque, permettra de récolter des idées fraîches et lucratives venant des lecteurs, diminuera l’impact de critiques pouvant exister à votre endroit sur le Web et diminuera les coûts associés aux ventes. Je vous mentionnerais que pour ma part, ce chapitre est issu principalement de nombreux billets qui sont déjà écrits dans mon blogue. Celui-ci me permet donc de retrouver et de diversifier les impacts de mes contenus et idées sous forme de chapitre dans ce présent livre, sous forme d’articles que j’envoie à de nombreux médias, qui ne manquent pas de citer la source originale et de m’envoyer des lecteurs/clients potentiels additionnels, sous forme de contenus pour mes conférences ou sous forme de contenus pour mes mandats de consultations. Le blogue ne sert donc pas strictement qu’à vendre et peut être un outil qui engendre de nombreuses autres retombées.

Vous avez encore peur de bloguer?

Vous êtes probablement victime de ces nombreux mythes qui entourent les blogues d’affaires. Lorsque j’explique le phénomène blogue dans un contexte d’affaires, invariablement, je sens que mes interlocuteurs saisissent la portée marketing indéniable du médium tout en craignant l’ouverture et les possibles retombées négatives que ce genre de communication bidirectionnelle peut engendrer.

Commençons par les deux craintes majeures qui surgissent le plus fréquemment. Aurais-je dû contenue à livrer à mes lecteurs potentiels et comment pourrais-je répondre à tous ces commentaires que me ferons les lecteurs? Tout d’abord, si vous êtes passionné par votre travail vous pouvez certainement en parler des heures durant avec vos confrères, clients et partenaires d’affaires. Pourquoi ne pourriez-vous en faire autant sur un blogue? Si la crainte de la page blanche est la réelle source de vos angoisses, choisissez un pseudonyme, parlez de pêche, de golf ou de tout autre sujet qui vous accapare vraiment et essayez de bloguer anonymement sur une plate-forme gratuite telle que Blogger pour quelques mois. Vous vous habituerez à la technologie, vous développerez un style, vous décontracterez et lorsque vous sentez que vous êtes prêt, débutez votre blogue d’affaires (idéalement avec une autre technologie que Blogger qui est trop restrictive). Pour ce qui est de répondre aux nombreux commentaires, commencez par en recevoir quelques-uns avant de paniquer avec ça. Vous trouverez d’ailleurs, que lorsque l’on débute, ou encore en fonction de votre sujet, les commentaires ne sont pas si nombreux que ça. De plus, si vous avez une abondance de commentaire, sachez que vous n’êtes pas obligé de répondre à tous personnellement. Vous pourriez par exemple, ne répondre qu’à ceux que vous jugez représentatifs de l’ensemble. Ce qui représente une charge de travail beaucoup moins lourde.

Mythe 1 instaurez une politique éditoriale pour limiter les risques de poursuites judiciaires.

L’instauration d’une politique éditoriale n’est certes pas une mauvaise chose. Cependant, vos employés sont déjà sujets aux diverses clauses de confidentialités ou encore à un code de conduite, que vous devriez déjà avoir mis en place pour les communications courantes de votre société. Les blogues font donc intégralement parti de ces ententes.

Réalité 1 Afin de réduire les risques, les entreprises devraient mettre en place des mesures de contrôles éditoriales.

Si vos employés bloguent pour vous, il va de soi qu’un responsable de l’entreprise lit et approuve les contenus avant de les mettre en ligne. Les technologies blogues permettent ce genre de contrôle administratif et il serait certes plus judicieux de prévenir les contenus à éviter avant qu’ils ne soient en ligne que de réagir par la suite. De plus, il est beaucoup plus aisé d’expliquer en quoi un contenu peut déroger de l’aspect confidentiel ou contrevenir à certaines règles juridiques avec l’employé rédacteur que de le menacer de sanction.

L’esprit des blogues réside dans une communication ouverte plutôt que dans une confrontation.

Mythe 2 Pour réussir un blogue d’affaires, les entreprises doivent sélectionner les bonnes personnes pour bloguer

Dans certaines entreprises, les blogueurs sont soigneusement sélectionnés afin de devenir les évangélistes officiels de l’entreprise. Cependant, les employés qui ont la connaissance du terrain sont souvent laissés pour contre.

Dans certaines entreprises, les blogueurs sont soigneusement sélectionnés afin de devenir les évangélistes officiels de l’entreprise. Cependant, les employés qui ont la connaissance du terrain sont souvent laissés pour contre.

Réalité 2 Les blogues devraient être largement disséminés dans l’entreprise comme lieu de partage du savoir et elles devraient de surcroît, établir des règles permettant aux meilleurs de ces contenus d’être rendu disponible aux bonnes personnes, aux bons moments.

Ne sélectionner que quelques membres de son personnel pour bloguer est un appel à la catastrophe et au burn-out du blogueur. Vous devriez plutôt instituer des blogues intranet sécurisé et accessible à tous afin d’y recueillir les meilleurs contenus qui seront alors exposés sur votre blogue d’entreprise. Vous avez une mine de passion et d’informations très pertinentes qui réside en chacun des employés. De plus, ils sont au fait des informations à valeur ajoutées qu’ils peuvent partager aux autres employés et éventuellement aux clients.

Mythe 3 Les blogues d’entreprises sont surtout intéressants en termes de marketing et de PR.

Certes les blogues sont efficaces en terme marketing. Ils dépassent même les sites traditionnels à cet effet.

Certes les blogues sont efficaces en terme marketing. Ils dépassent même les sites traditionnels à cet effet.

Réalité 3 Les blogues devraient aussi être utilisé afin d’augmenter le capital informationnel de toutes les fonctions de l’entreprise.

Plusieurs entreprises ont dépassé la vision strictement marketing ou PR des blogues pour harnacher son pouvoir dans diverses fonctions traditionnelles de l’entreprise. Ainsi, il est possible d’utiliser les blogues pour entretenir une conversation avec les partenaires externes dans une optique de recherche et développement, de vente, de ressources humaines ou encore de service clientèle. Par exemple, Stillwater National Bank, utilise les blogues comme un extranet pour ses partenaires hypothécaires, afin de les tenir informés des opportunités qui se présentent sur une base régulière. Ils ont de plus, intégré ce blogue à leur logiciel CRM afin de suivre l’évolution des besoins des clients. Aux fins de ressources humaines, les blogues, dans une configuration intranet sécurisé, pourrait aussi servir de lieu de dissémination de l’information pertinente aux employés et émanant du service des ressources humaines. Ces informations pourraient contenir des détails sur les politiques de l’entreprise, la rémunération, les photos et vidéo du dernier party de l’entreprise et pourquoi pas, les photos du dernier né de l’employé qui est en congé de maternité. Ils souderaient ainsi l’esprit de corps, qui pourrait s’exprimer en ce lieu privé.

Mythe 4 Avoir des blogueurs célèbres est la clé du succès.

Robert Scoble et Jonathan Schwartz (de Microsoft et Sun) sont les blogueurs d’entreprises les plus connues de la planète américaine. Chez les Français, Loïc Lemeur (Six Apart) est sans doute leur équivalent. Ces personnages nous donnent l’impression qu’il faut être une célébrité pour devenir blogueur d’affaires. Notez cependant que ce sont les blogues qui ont grandement forgé leur célébrité.

Réalité 4 Les entreprises devraient harnacher et mettre en ligne le contenu le plus approprié en fonction des initiatives qu’ils veulent mettre en marche.

Les lecteurs de blogues et les engins de recherches ne s’intéressent pas qu’aux célébrités. Ils s’intéressent plutôt à la pertinence et à la qualité des contenus qu’ils peuvent consulter. Si vous développez des contenus pertinents, vous aurez des lecteurs qui reviendront et qui adopteront peut-être votre entreprise, au point de devenir les évangélistes de votre marque. Vous serez alors des célébrités.

Copyblogger.com  fait une leçon intéressante sur les manières de capturer l’attention des lecteurs de votre blogue, dès les premières lignes. Voici un résumé traduit librement de ses 5 conseils.

1-Poser une question rhétorique.
2-partager une anecdote ou une citation savoureuse.
3-Stimulez une vision de l’esprit par l’utilisation de mots tels qu’imaginez, vous souvenez-vous, voyez comment, etc.
4-Utilisez une analogie, une métaphore ou une similitude qui facilite l’imagerie mentale.
5-Citez une statistique ou une donné inusité et même choquante.

Don’t be famous: be Usefull

Selon Steve Rubel du célèbre blogue américain  de Micropersuasion.com , il existerait les 4 P du marketing de blogue. Évidemment, il se réfère aux 4 P du marketing traditionnel, soit le Prix, le produit, la Place (distribution) et la Promotion. Selon Rubel les 4 P du marketing d’un blogue sont :

Passion : écrivez sur un sujet qui vous passionne
Purposeful (buts visés) : Sachez pour quoi et pour qui vous écrivez, gardez votre objectif d’affaires en tête

Present (présentement) : écrivez à propos des sujets qui sont de l’heure, j’ajouterais même, écrivez à propos des sujets qui le seront bientôt. À ce propos, une série d’analyses que j’avais faites à propos de la présence Web des partis politiques durant des élections, sont devenus d’actualités le lendemain de celles-ci. j’ai donc jouit d’une couverture médiatique imprimée et télévisuelle gratuite et non sollicitée.

Positional (prenez position) : Prenez position sur les enjeux dont vous parlez. Il n’y a rien de plus banal que de visiter un blogue qui ne fait que répéter bêtement des idées et des trouvailles faites par d’autres, sans ajouter une valeur quelconque. Ce genre de blogue nous permet de découvrir la source que nous consulterons dorénavant. Mettez-y donc votre grain de sel!

*Ces mythes et réalités des blogues d’affaires sont issus et traduits librement du document Blogging in the enterprise (PDF), a Guidewire Group survey, iUpload sponsor, oct. 2005 et se retrouvent aussi dans le billet : http://www.michelleblanc.com/2006/06/06/blogues-entreprises-mythes-realites/

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Comments are closed.