Sex, drug and Rock & Roll, les innovateurs du Web

Pin It

Sex, drug and Rock & Roll, la trilogie maléfique qui contrôle une partie de la culture pop américaine, est aussi la trilogie qui a influencé la technologie et le Web. C’est un sujet dont je vous ai déjà parlé et qui revient en force dans l’article Sex, Drugs, and Rock & Roll du très sérieux Baseline Magazine.

Sex, drugs, and rock & roll have all found their place in the digital world, and helped make the internet the encompassing cultural force that it has become.
Yes, this is somehow relevant to your business. The sad fact is that your company blogs and social networks probably aren’t very good, and that’s because they don’t feel organic and plugged into the way people actually communicate with each other.
I’m not suggesting that you add sex and drugs to the corporate website, although a little music might be nice.
The point is that people bring their real lives online with them. Companies that communicate with their customers in something like the vernacular have a better chance of building relationships with those customers than companies that stick to impersonal corporate-speak.

C’est tellement vrai que ces industries innovent sur le Web que je dis souvent à la blague lors de mes conférences marketing, qu’on se doit de suivre l’évolution en ligne de ces industries et que si votre conjoint ou patron a des problèmes avec le fait que vous surfiez “porn” vous pourrez toujours justifier que vous faites de la recherche et développement…

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. JF Verville

    C’est bien vrai! Et ça me fait penser à un truc que Nicolas Roberge disait sur son Tweeter la semaine dernière qui m’a aussi fait sourire: « People are so concerned of the image they put out on LinkedIn, they prevent themselves to interact with the site. It’s a pretty dead arena. » Comme quoi Facebook continuera de grandir alors que Linked in est assez tranquille. Bonne semaine!

    Jf

  2. Jean-Francois

    Merci pour le truc du porn Michelle ;)

    J-F a assez raison linkedin manque un peu d’activité.

  3. Garamond

    J’ai essayé cette excuse de R & D avec ma blonde… Elle ne m’a pas cru….

  4. Olivier

    Tout ce que ça a influencé c’est les bloqueurs de pop up.

    Par contre ça génère un traffic impressionant. J’avais fait une page porno car j’avais besoin de traffic pour un truc, c’est un moyen instantané pour créer du traffic. Une autre fois, j’avais un serveur en mode proxy, hallucinant le nombre de requêtes porno qui passaient.

  5. etiennechabot

    Pour faire suite au commentaire de JF Verville, c’est vrai que Linked In est plus tranquille mais est LOIN d’être mort selon moi. D’un point de vue technologique, ils ne cessent d’ajouter des fonctionalités. Linked In vise des professionnels et quels sont les professionnels en majorité sur le marché du travail? Ben oui, les boomers. Ces outils sont un clash important dans leurs facons de réseauter. Ca va progresser lentement mais surement tout comme n’importe quelle innovation technologique. Michelle fait un excellent travail d’éducation de cette génération à propos des bénéfices de ces nouvelles technologies.

  6. Martin Rousseau

    Je suis entièrement d’accord avec le commentaire d’Etiennechabot. Linked In et Facebook ont des rôles différents selon moi. Pour ma part j’utilise davantage Linked In que Facebook. J’y retrouve davantage ce que je recherche pour mes besoins professionnels.

    J’utilise Facebook pour mes Z’amis. En gros c’est comme le côté gauche et droit du cerveau. Chacun à son utilité.

    Mais pour ce qui est de dire que davantage pour les boomers. A voir la quantité de jeunes avocats, ingénieurs et autres sur Linked In… Il est certain que si je recherche un gars de la construction ou un pompier (qui a fait ou non le calendrier), je suis mieux de m’attarder à Facebook.

    Sur ce …

  7. etiennechabot

    @Martin Rousseau, une petite précision sur ma pensée.
    Je ne dis pas que Linked In est davantage utilisé par les boomers, au contraire. Je dis qu’il connait une croissance moins rapide que Facebook simplement parce qu’il cible les professionnels et que les boomers représentent encore la majorité des professionnels. Ces derniers sont plus habitués aux bonnes vieilles facons de réseauter.

    À propos de ton commentaire sur les gars de construction et les calendrier de pompiers: à quand un calendrier des blogueurs? ;-)

  8. Conférence de Michelle Blanc: les médias sociaux… et puis après? « hugo.frappier

    […] L’industrie du sexe innove beaucoup dans le monde du web.  Allons voir ce qu’ils font, ca peut nous indiquer vers où en s’en va. (billet) […]