C’est fou comment les Français aiment l’anglais!

Pin It

Il y a des différences culturelles majeures entre Français et québécois. Pour preuve, ce billet qui s’inquiète de la francisation de Facebook, qui signera ainsi son arrêt de mort en France.
L’argument :

Car la langue de Shakespeare avait ses avantages dans l'hexagone. En effet, la langue anglaise limitait de fait l'utilisation de Facebook à toute une partie de la population française, je pense notamment aux plus jeunes, pour qui l'anglais rappelle les heures de cours, et les séniors. En traduisant son application en Français, Facebook s'ouvre de fait à ces populations, qui ne sont pas majoritaires, mais qui restent un fort potentiel de croissance. Mais à quel prix ?
(…)
Et ce côté "accessible à tous", "où tout le monde doit être" va progressivement énerver les français pionniers de Facebook (beaucoup de blogueurs), et qui en ont tant parlé à l'époque, ayant permis le buzz et le succès actuel.

Plus clairement, j'ai peur que Facebook devienne le nouveau Skyblog, une plateforme innovante (en son temps) mais vite catégorisée "Djeuns" de par son accessibilité

Décidemment, un monde nous sépare… Comme dirait Astérix, ils sont fous ces Romains !

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Sylvain Grand'Maison

    J’ai aussi lu ce billet ce matin avec un peu de stupéfaction. Dans le billet original, on sent une forme d’élitisme où on dit que la francisation va rendre FaceBook trop accessible au reste de la France. Comme si ceux qui connaissent la langue de Shakespeare en terre de Molière voulaient se réserver «leur» FaceBook pour eux. Ça va à l’encontre même de l’idée de réseau social, non? Je dis ça comme ça.

  2. Anaïs

    Selon plusieurs de mes amis français, l’image de Facebook en France depuis son arrivée est plutôt élististe…alors oui le fait de franciser Facebook va le rendre certainement plus accessible à la « plèbe », et c’est tant mieux, mais de là à causer sa perte, c’est se donner beaucoup d’importance…encore un Cocorico de trop !
    Une française heureuse au Québec (ça existe!).

  3. delcroix

    heureusement, enfin, j’espère, ce n’est pas l’avis de la majorité de mes compatriotes :-)

  4. Administrator

    J’aimerais croire qu’il blague (le premier avril c’st demain) mais je ne le pense pas. Je suis cependant convaincue qu’il ne représente pas tous les blogueurs français…

  5. Christian Aubry

    Ils ne sont pas fous, ces Français, Michelle. Certains d’entre eux sont juste un peu trop « francocentristes » (ou nombrilistes, si tu préfères); c’est humain.

    Ainsi, il n’est pas venu à l’idée de Florian que les 66 millions de français avaient probablement moins pesé dans la balance des priorités de traduction que les 200 millions de francophones, dont 7 millions de Québécois grâce auxquels le français reste la troisième langue officielle de l’Amérique du Nord! Ce sont notamment les 600 000 membres du réseau « Montréal, Qc » qui ont fourni le gros des troupes du groupe « Pour un Facebook en français ». Sans leur poids relatif et sans ce groupe de pression non négligeable sur le marché publicitaire nord-américain, il est évident que l’Allemagne (82 M d’habitants) aurait eu sa traduction avant la France (66 M).

    Quant à cette idée que la présence des jeunes pourrait détourner les adultes de Facebook, tout ceux qui l’utilisent assidument savent bien qu’elle ne tient pas debout puisque tous les outils sont là pour nous permettre de les laisser jouer dans leur cour et d’avoir du plaisir, entre adultes, au fumoir.

    Bref, je suis d’accord avec toi et fier d’être Néo-Québécois :)

  6. michel v

    Oh, mais les franco-élitistes comme ça ont même un gros groupe FaceBook dédié : http://www.facebook.com/group.php?gid=6677334651

    Extrait de la description du groupe : « Parce que, émergeront des groupes « 9-3 EN FORCE » ou  » NIKE LA POLICE ET LA FRANCE »
    Parce que tes copines recevront tous les jours des « poke » d’inconnus, et des messages comme  » t’oré pa un 06 stp…? » »

    Les « jeunes » viennent jusque dans nos bras égorger nos fils et nos compagnes ! Aux armes !

  7. michel v

    (Je précise vu que j’ai écrit « nos » dans le dernier paragraphe que je ne suis pas de ces élitistes, au cas où l’ironie ait échappé au lecteur de ces lignes.)

  8. cecile gladel

    Les Français ne sont pas conscients de la menace de l’anglais car ils vivent dans une mer alors que nous sommes dans une piscine….Ils le réalisent en voyageant au Qc. Mais il y a sûrement une forme d’élitisme aussi. Ça vient avec le fromage ;-)
    Et correction, Facebook était offert en Allemand quelques semaines avant le Français, tout comme l’Espagnol…
    On voit leurs priorités…

  9. tch

    Je ne discuterais même pas de l’article cité, c’est un ramassis d’ignorance face au fondement même du Web!

    C’est le traitement qui est fait du post… je suis plutôt surpris de voir que :
    le post d’un francais = les français pensent
    c’est comme dire:
    1 post de Michelle = les québécois ont dit

    Cela me rappelle certaines pensées de nos voisins américains…on voit où cela mène

  10. Christian Aubry

    Bon point, Tch. Reste un fait: on imaginerait mal un Québécois se livrer à un discours francophobe de ce genre.

    En passant, voici une citation amusante de Wikipedia à verser au dossier: « Facebook est un site Web de réseau social destiné à rassembler les lycéens et les étudiants (puis les jeunes employés et les militaires, une fois leurs diplômes acquis), en priorité dans les pays anglophones. » Finalement, ce sont donc les « djeuns » qui seraient en droit de trouver les adultes un peu trop envahissants sur Facebook, pas le contraire ;)

  11. Sylvain Grand'Maison

    Bon point Christian,
    Surtout qu’à l’origine, FaceBook a débuté comme réseau universitaire, puis interuniversitaire pour enfin devenir public.