Pourquoi accepter des gens qu’on ne connaît pas sur Facebook?

Pin It

Lors de ma conférence Découvrez la puissance du Web 2.0 sur votre recrutement en ligne, l’un des participants me posa la question « que faites-vous lorsque quelqu’un que vous ne connaissez pas demande d’être votre ami sur Facebook »? Ma réponse fut, « Que faites-vous lorsque quelqu’un que vous ne connaissez pas vous présente sa carte d’affaires dans la vraie vie? Lui dites-vous non je ne la veux pas »? Le concept « d’ami » ou de « friend » en anglais est réellement mal nommé et induit la fausse croyance que ce ne sont que « les vrais amis » qui sont dans Facebook. Mon concept à moi est beaucoup plus large et s’apparente plus à « un réseau de contacts » qui peut inclure de vrais amis, mais aussi des gens que je ne connais que virtuellement, que je ne vois que quelquefois et même que je ne connais pas du tout. Facebook me permettra de les connaître et il est même possible que grâce à Facebook, on devienne de vrais amis. Si j’ai des doutes sur les motivations de quelqu’un qui me demande d’être son ami dans Facebook, avant de l’accepter, je lui demande pourquoi je devrais le faire. La plupart du temps, ce sont des lecteurs de mon blogue. Facebook devient dès lors, un outil de gestion de mes lecteurs qui sont aussi, des clients potentiels. Je suggère donc de ne pas être « fermé » à l’inclusion de gens qu’on ne connaît pas de prime abord, dans Facebook.

Une petite anecdote

Un journaliste télé bien connu au Québec, avec qui j’ai dialogué quelquefois au téléphone, mais que je n’ai jamais réellement rencontré, est « ami » avec moi dans Facebook. Or, durant ma première semaine de convalescence, il m’écrit :

« Mon copain a passé 3 mois à la maison cet hiver après avoir été heurté par une voiture… Nous avons toute une collection de DVD… Si vous êtes en mesure de regarder la télé et que vous n’avez pas vu Desperate Housewifes, on a les 3 premieres saisons je crois… »

 Je lui réponds :

« Vous êtes vraiment gentil, merci. Mon cousin est venu me porter « six feet under’ je viens de terminer la première saison et j’entame la 2e… »

Il rétorque:

« Je ne suis pas un fan de desperate housewifes… mais j’ai presque tout dévoré 6 feet under… un bon divertissement…»

Tout ça pour dire que je suis maintenant un peu plus proche de cette personne que je n’ai pourtant jamais rencontré. Que son petit mot m’a beaucoup touchée et que si j‘avais une vision fermée de ce que doit être un « ami » Facebook, je n’aurais jamais su à quel point cette personne est gentille et prête à rendre service à quelqu’un qui lui est pourtant inconnu…

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. seccus

    Simple réflexion mais combien pertinente. Je joue avec FB depuis quelques semaines et je remarque que des membres ont 200, 500 ou 1000 amis-amies. Avec mes 12 amis-amies, j’ai l’impression d’être dans la cave des résoteux. Mais comment faites-vous pour entretenir un tel jardin ou poubelle de liens? Quand à savoir si vous faites bien ou non, cela ne me regarde pas. Je suis juste intrigué par le mégaphénomène. La tendance voufrait-elle qu’on établisse la valeur d’une personne à la taille de son compte d’amis-d’amies sur FB? Si cela peut stimuler l’estime de soi, pourquoi pas!

  2. Michelle Blanc

    Cher Seccus

    Merci pour votre question qui témoigne de votre peu de compréhension du phénomène FB. Comme plusieurs, il y a certains éléments qui vous échappent et vous me permettez d’éclairer votre et leurs lanternes. Du moins, je l’espère. Tout comme dans la vraie vie, d’avoir 12 cartes professionnelles ou 500 dans son Rolodex, peut faire la différence entre être capable de trouver une ressource qu’on connaît et dont on a besoin rapidement, ou pas. Ça va aussi vous permettre d’être invitées à des cocktails d’affaires et de rencontrer encore plus de gens, ou pas. Si vous n’avez que 12 cartes professionnelles, c’est claires que vous n’êtes pas l’as des réseauteurs dans la vraie vie et si on ne vous juge que sur ça, vous faites un peu dur. Heureusement, il y a bien d’autres critères que le nombre de contacts pour juger de la valeur d’une personne. N’empêche…

    Pour ce qui est d’entretenir tout ce beau monde, vous ne téléphonerez pas à tous les gens de votre Rolodex à chaque jour. Vous n’écrirez donc pas à vos contacts FB à tous les jours non plus. Cependant, contrairement au Rolodex, Facebook a une fonctionnalité qu’on nomme le statut. Grâce à ça, vos nombreux contacts savent ce qui se passe avec vous et peuvent ou non, interagir avec ces informations de diverses manières. Ils peuvent commenter vos statuts et vous pourrez on non faire un contre-commentaire, ils peuvent voter pour vos statuts grâce à l’application Status Competition et ils peuvent vous écrire en privé via la messagerie ou via le chat. Vous ne passerez donc pas la majeure partie de votre journée à parler à chacun des contacts de FB, mais ils seront tous informés de ce qui arrive avec vous, si toutefois vous avez l’intelligence de leur partager votre statut de temps à autre. En termes de gestion des contacts, c’est donc bien différent du Rolodex et bien plus efficace. Le Web 2.0 permet aux individus et aux entreprises de faire du « pull » au lieu du « push ». Les gens s’informent sur vous au lieu que vous ayez à les informer individuellement un à un. C’est une méchante différence. Aussi, grâce à l’onglet « accueil » vous pouvez suivre facilement ce qui se passe avec vos amis, sans devoir aller visiter chacun d’eux individuellement. Voilà donc un tour rapide des avantages de FB versus le Rolodex traditionnel. Et vous pourrez toujours téléphoner à vos contacts si cela vous chante…

  3. Pourquoi accepter des gens qu’on ne connaît pas sur Facebook? Prise 2 | Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique. Marketing Internet, consultante, conférencière et auteure

    [...] Comments Michelle Blanc on Pourquoi accepter des gens qu’on ne connaît pas sur Facebook?Ce billet n’est pas autorisé par un agent officiel d’un parti politique » [...]

  4. Alphonse Ha

    Voici ma mentalité envers Facebook:

    http://alphonseha.blogspot.com/2008/07/just-quick-quote-facebook-users-love-to.html

    Voici mes opinions sur le sujet de Facebook et la solution que j’ai décidé de prendre. Je suis désolé de ne pas développer davantage mais je suis en réunion toute la semaine et je ne veux pas laisser cette conversation « mourir » avant de laisser mes opinions. Malheureusement, ils sont en anglais (ainsi que les autres hyperliens).

    (retiré pour cause de trop d’hyperlien)

  5. Michelle Blanc

    Hey Alphonse

    Ce blogue n’est pas un « buffet » d’hyperliens. Prend ton temps, va à tes réunions et si tu as quelque chose à écrire ici de pertinent, ça va me faire un grand plaisir de faire apparaître ton commentaire. Ce blogue sera encore en ligne le week-end prochain, et le suivant aussi…

  6. Pourquoi accepter des inconnus sur Facebook? | Le techno-blogue à Steph!

    [...] billets de Michelle Blanc (ici et là) sur pourquoi on doit accepter des parfaits inconnus comme « ami » dans notre compte [...]

  7. Et in Arcadia Ego » Blog Archive » Lieux communs 07/30/2008

    [...] Pourquoi accepter des gens qu’on ne connaît pas sur Facebook? | Michelle Blanc, M.Sc. commerce é… [...]

  8. Pour en finir avec les demandes de connexion Facebook infondées - Christian Aubry

    [...] ma copine Michelle Blanc affirme sur toutes les ondes accepter les demandes de n’importe qui car (je résume) « on ne [...]

  9. La grenouille givrée » Blog Archive » Êtes-vous un « Twitter snob » ?

    [...] dans son texte, il fait référence au billet de Michelle Blanc, concernant Facebook, dans lequel il est écrit : « Que faites-vous lorsque quelqu’un que vous [...]

  10. Pourquoi ouvrir une page Facebook pour ZeLaurent ? • Marketing des Médias Sociaux et Vidéo Internet • Laurent Maisonnave

    [...] passés à l’acte : Sylvain Carle, Benoit Descary, Christian Aubry et Vincent Abry. Malgré sa grande tolérance, et sous la pression populaire, la copine Michelle Blanc a dû céder aux charmes d’une page [...]

  11. Anonyme

    j’aime bien votre vision sur les amis sur facebook