Le plan numérique du Parti Québécois, trop fière de ces engagements

Pin It

Les lecteurs de ce blogue savent déjà que depuis 15 ans, je me bat pour un plan numérique pour le Québec.

C’est donc avec enthousiasme que durant une partie de l’été, j’ai planché sur le plan numérique du Parti Québécois. J’y travaillais avec Mireille Jean (députée de Chicoutimi), Guy Amyot (chef de cabinet adjoint de Jean-François Lisée), le recherchiste de l’Assemblée nationale Jean-Philippe Rochette et le chef du Parti Québécois, Jean-François Lisée. Sous la plume de l’éditorialiste Pierre Asselin de Le Soleil, on dit de ce plan :

(…) L’entrée sur la scène politique de Michelle Blanc, pour le Parti québécois, explique aussi l’étendue de la plateforme péquiste, la plus complète de tous les partis. Le parti qui formera le prochain gouvernement, si ce n’est pas le PQ, devrait s’en inspirer.

J’ai aussi discuté en profondeur de ce plan avec Bruno Guglielminetti dans son podcast.

 

Le voici donc dans son entièreté 🙂

Une révolution numérique Déployons notre fibre nationale

Le Québec se branche, mais à basse vitesse. D’autres nations, qui sont passées à la vitesse supérieure, en tirent déjà les bénéfices. C’est le temps pour nous d’agir et d’entreprendre résolument l’incontournable virage numérique. Le Québec aura enfin, du point de vue technologique, un visage du XXIe siècle.

Les programmes mis en place par le Parti libéral, que relaie la CAQ, ne sont certainement pas la solution pour passer à l’ère numérique au bénéfice des citoyens. Ils ne font que subventionner les compagnies de télécommunications pour qu’elles installent, aux frais des contribuables, une technologie sur le point d’être dépassée : relier au cuivre, plutôt qu’à la fibre optique, les maisons du Québec. Si on regarde plus loin que son nez, c’est clairement une erreur.

Le Parti Québécois, lui, propose une approche complètement différente :

Arrêter de subventionner. Commencer à investir. Et en recueillir les fruits.

Prénom
Prénom
Nom
Nom
Code Postal
Code Postal
Numéro de téléphone
Numéro de téléphone
Courriel
Courriel

J’appuie!
L’OCDE a indiqué les façons possibles d’y arriver :

Subventions directes (dans l’UE, aux États-Unis et au Chili, par exemple).
Subventions indirectes, comme des taux d’intérêts favorables ou des avantages fiscaux (Japon).
Partenariats public-privé (au Mexique; cette option est également envisagée en Italie).
Réseau public, construit avec des fonds publics (en Australie ou en Saskatchewan, par exemple), pouvant offrir l’usage de son réseau à des fournisseurs privés d’Internet.
Un gouvernement du Parti Québécois combinera ces éléments. Sous la direction d’un ministre responsable du Numérique, une filiale d’Investissement Québec (NumériQuébec) aura le mandat de créer un consortium d’investisseurs (le Consortium d’infrastructure numérique) visant à :

Compléter le branchement, en fibre optique, des parties du Québec qui n’ont encore aucun service, jusqu’aux résidences et aux entreprises.
Faire passer du cuivre à la fibre optique les branchements de toutes les résidences et de toutes entreprises du Québec.
Ceci dans un calendrier court. Si possible, d’ici la fin de 2022.
Si le territoire du Québec ne comportait aujourd’hui pas un centimètre de fibre optique, l’opération complète de branchement d’une telle qualité coûterait environ 3,5 G$. Or, selon la composition du consortium et la participation des sociétés privées, d’Hydro-Québec et des apports des MRC, des villes ou des régions qui souhaitent devenir propriétaires, la somme requise sera beaucoup moindre.

NumériQuébec puisera dans les fonds d’investissement actuels d’Investissement Québec et des investisseurs partenaires. Nous mettrons à disposition de NumériQuébec, dans le Plan québécois des infrastructures 2019-2023, une somme d’appoint de 240 M$.

Le Consortium d’infrastructure numérique invitera Hydro-Québec à se joindre à l’aventure, question de mettre à profit ses infrastructures de fibre optique et de distribution (voir plus bas). Il en sera ainsi pour toute autre compagnie de télécommunications active sur le territoire québécois, la Caisse de dépôt et placement du Québec, et d’autres investisseurs institutionnels québécois; quiconque souhaite prendre le train du virage numérique du Québec avec nous sera le bienvenu!

La solution la plus économe, c’est de réunir ces entreprises autour d’une infrastructure commune; dans ce cas, elles devront se partager la propriété et les revenus générés. Les compagnies de télécommunication pourraient cependant préférer maintenir leur infrastructure en propre, faisant du consortium un concurrent. Ce sera possible, et ça existe déjà : dans certaines MRC, les réseaux de fibre existent en double.

Dans tous les lieux où la fibre optique n’est pas déjà installée, NumériQuébec privilégiera la prise en charge de l’opération par les MRC, les villes ou les régions. D’ailleurs, plusieurs expériences concluantes sont déjà en cours. La volonté politique locale de brancher les citoyens est forte. L’efficacité est au rendez-vous. Et la propriété du réseau de fibre génère une nouvelle source de revenu stable pour les MRC, ce qui n’est pas négligeable.

Dans le scénario de NumériQuébec, les MRC et les villes pourront décider d’être des partenaires principaux, des copropriétaires, ou de laisser NumériQuébec se charger de l’opération avec ses propres partenaires privés. La pleine indépendance, quoi!

Un investissement payant pour tous

L’International Telecom Union a réalisé une analyse comparative de l’impact économique de la fibre optique jusqu’aux résidences (FTTH) dans plusieurs pays. Elle conclut que le PIB national d’une société industrielle, comme l’est le Québec, croît de 0,25 % par année chaque fois que 10 % de son territoire jouit de cette couverture1 (voir le tableau à la fin). Une couverture de 100 %, telle que nous la proposons, permettrait donc une croissance, à terme, d’au moins 2,5 % du PIB annuel, ce qui est colossal.

En outre, l’OCDE et une récente étude d’Industrie Canada confirment qu’un investissement en FTTH génère, à court terme, un rendement économique de 300 %. D’ailleurs, Industrie Canada estime que l’investissement de 1 G$ sur 2 ans consenti en fibre optique réelle (et non en cuivre) par Bell Canada à Toronto a le potentiel de générer 19 000 emplois par année et d’ajouter 3 G$ au PIB du Canada sur 2 ans2.

La place d’Hydro-Québec

Pour brancher tout le Québec, Hydro-Québec (HQ) peut et doit être mise à profit.

Le réseau actuel : Une étude récente établit que le réseau actuel de fibre optique d’HQ permettrait de brancher au moins 20 000 ménages supplémentaires.
Augmenter la capacité du réseau d’HQ : Il est tout à fait possible d’augmenter la capacité actuelle du réseau de fibre optique d’HQ pour le compléter là où c’est nécessaire. Encore une fois, des coopératives ou les MRC concernées auraient ensuite la responsabilité de prolonger le réseau « jusqu’au bout des rangs ».
La distribution locale : La non-disponibilité des poteaux des compagnies privées pour brancher les résidences à la fibre optique est un problème constant. Pour l’instant, HQ ne met pas non plus ses poteaux à disposition de la fibre. Si elle faisait partie du Consortium, HQ pourrait donc offrir cette possibilité, ce qui faciliterait beaucoup la tâche de tout le monde.

Assurer une couverture cellulaire partout au Québec

Nous sommes à la veille du passage au 5G, une technologie qui permettra entre autres l’avènement des voitures autonomes et de nombreuses avancées pour le télétravail, la télémédecine, etc. Un univers de possibilités nouvelles est à nos portes, en somme.

NumériQuébec mettra à profit le consortium qu’elle souhaite former avec les compagnies de télécommunications pour compléter la couverture de la totalité des régions du Québec, et ce, en partenariat avec celles-ci. Tous se partageront à la fois l’investissement et le rendement.

Avec la technologie actuelle, l’objectif « couverture 100 % » sera atteint dans un court délai. Puis, la venue du 5G permettra un rebrassage des cartes, dans lequel NumériQuébec pourra jouer un rôle clé, pour aiguillonner ou compléter l’équité régionale dans la couverture téléphonique cellulaire.

NOS ENGAGEMENTS POUR UNE VÉRITABLE RÉVOLUTION NUMÉRIQUE

Mettre le Québec sur le chemin de l’identité numérique, en permettant à toute personne d’interagir avec l’État de manière totalement numérique, sans papiers.
On parle ici de l’architecture X-Road. Créée en Estonie, l’architecture X-Road permet aux services publics du pays de s’interconnecter afin d’échanger leurs données pour faciliter la vie des citoyens. Ce modèle a permis une coopération plus poussée entre les organisations publiques et a réduit l’utilisation du papier de façon importante. En prime, les employés de l’État peuvent désormais se concentrer sur les tâches qui nécessitent des interactions humaines. Il s’agira, pour nous, d’observer ce qui se fait partout sur la planète et de retenir les solutions qui s’appliquent le mieux chez nous.

Coût : 28 M$ au cadre financier sur 4 ans : 8 M$ les trois premières années et 4 M$ la quatrième année.

Créer un conseil national du numérique, qui serait formé de représentants reconnus de l’ensemble des secteurs d’activité et de la société civile.
Il serait obligatoirement consulté par les élus et ministères pour toute question concernant le développement numérique sur le territoire québécois.

Coût : nul.

Se doter d’une véritable politique de développement du logiciel libre
Un gouvernement du Parti Québécois donnera la priorité au logiciel libre et aux standards ouverts de façon générale dans tous les projets numériques de l’État. Cette priorité peut être inscrite dans une loi et ses modalités d’application, précisées dans un décret.

Il adoptera des principes, une norme et un manuel pour la conception et le design des services publics numériques. Pour constituer son expertise interne et contrôler sa dépendance à l’externe, l’État québécois doit s’inspirer des méthodes qui ont fonctionné, comme au Royaume-Uni (gov.uk).

Il formalisera et documentera le processus de contribution de l’État aux communautés de logiciel libre en adoptant une politique de contribution de l’État aux logiciels libres, à l’instar des États-Unis, de la France, du Royaume-Uni et, plus récemment, de la Ville de Montréal.

Coût : nul.

Mettre en œuvre un grand chantier de numérisation des produits intelligents développés et manufacturés par les entreprises québécoises, et appuyer d’autres secteurs prioritaires que sont :
L’État sans papiers, le logiciel libre, la télémédecine, les consultations médicales à distance, l’agriculture robotisée et les avancées de la biométrie animale à distance, le commerce et la culture en ligne, l’apprentissage de masse à distance (MOOC Multiple Open Online Courses), le télétravail et toutes les innovations qu’apporte le numérique pour chacune des dimensions sociétales, économiques et ministérielles. Le secteur manufacturier passera en premier, mais les autres seront analysés pour déterminer l’ordre de priorité et les efforts financiers qui leur seront accordés.

Plus précisément, ce chantier :

favorisera l’idéation de la numérisation des produits québécois traditionnels, en rapprochant trois secteurs forts du Québec (les manufacturiers, les experts en technologies numériques et les agents de brevets).
offrira un programme de soutien financier pour l’étude de faisabilité d’une idée porteuse.
offrira un programme de soutien financier pour la réalisation de projets pilotes (crédit d’impôt).

De plus, un gouvernement du Parti Québécois favorisera la cueillette de données publiques, qu’il pourra ensuite rendre disponibles aux entrepreneurs technologiques. Ainsi, il permettra le développement de nouvelles applications numériques au service des citoyens.

Coût : Le gouvernement du Québec a mis 825 M$ à la disposition des entreprises, à même les fonds propres d’Investissement Québec et du Fonds du développement économique, afin de soutenir le secteur manufacturier innovant sur l’ensemble du territoire québécois. Nous réaménagerons une partie de ces budgets pour donner la priorité à cette mesure.

En matière de « chaînes de blocs », adopter une stratégie favorisant le développement de l’économie québécoise.
Cette stratégie sera basée sur les quatre principes suivants :

Respecter la capacité énergétique du Québec.
Favoriser le plus possible les PME québécoises.
Faire le plus possible avec la marge de manœuvre disponible, c’est-à-dire maximiser les retombées pour le Québec (profits d’HQ, retombées scientifiques, emplois, etc.).
Respecter l’autonomie des distributeurs d’électricité locaux (Sherbrooke, BaieComeau…).
Coût : nul.

Doter le Québec de ses propres « fermes » de serveurs gouvernementaux, afin d’assurer sa pleine souveraineté en matière de données publiques gouvernementales.
À l’heure actuelle, il est impossible pour le gouvernement du Québec de garantir que les données sensibles des Québécois (information fiscale, de santé et autres) sont hébergées en infonuagique sur des serveurs québécois, ou selon les standards des lois québécoises.

Coût : nul.

Créer un institut de recherche réunissant les plus grands cerveaux informatiques universitaires du Québec et de nombreux collaborateurs.
Cet institut mettrait à la
disposition de la communauté de chercheurs québécois une infrastructure de pointe pour accentuer la portée de leurs différentes expériences. Il reprendrait ainsi le modèle du Laboratoire en économie expérimentale du CIRANO (Laboratoires universitaires Bell), qui a été mis sur pied en 2000.

Coût : 2 M$ dans la 3e année; 4 M$ dans la 4e année.

Obliger les grosses firmes informatiques qui obtiendront des contrats gouvernementaux à soustraiter l’équivalent de 10 % des montants obtenus à des firmes de plus petite taille.
Les 10 plus importants contractants en TI du gouvernement du Québec se sont partagé 782 M$ en contrats, du 1er avril au 31 décembre 2017. Les deux plus importants sont Société Conseil Groupe LGS, qui est une filiale d’IBM, et IBM Canada. À eux seuls, ils ont obtenu 536 M$.

Coût : nul.

Nommer un ministre responsable du Numérique
Afin de coordonner l’élaboration et l’application de cette politique numérique, qui implique plusieurs ministères et organismes gouvernementaux, il faudra nommer un ministre responsable du Numérique.

Coût : nul.

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Laisser un commentaire