Le Web3, résumé de l’événement

Pin It

Le Web3 c’étais le Davos de la techno, le Woodstock du Web, les Nations unies des geeks. Je suis encore sous le choc de cette rencontre et de la fatigue que ce voyage a créée. J’ai eu le malheur de boire un bon verre d’eau de robinet à mon hôtel et les germes de Versailles, ont assailli mon système digestif. Je vous fais grâce des détails. Voici donc un petit récapitulatif de ce voyage

Les rencontres

Les gens rencontrés ont vraiment fait de cet événement une expérience inoubliable. Les conférences étaient d’un convenu qui décevait un expert comme moi. Je n’ai strictement rien appris de ces présentations. Un néophyte y aurait certainement trouvé matière à l’élévation de son point de vue. Mais pour moi, les présentations étaient bien en deçà de mes attentes. Étant donné cette situation, j’ai très vite opté pour les lieux de rencontres des congressistes et fidèle à mon habitude, je me suis beaucoup trouvé dans l’enclos extérieur, réservé aux fumeurs. Mon expérience de réseautage m’a incité à utiliser un vieux truc de réseauteur, celui de ne pas avoir d’allumettes et de devoir quêter du feu à tous. C’est la meilleure manière de briser la glace avec des étrangers. Ainsi donc, j’ai pu mettre un visage sur plusieurs blogueurs que je respecte, rencontrer d’autres blogueurs avec qui je connecte déjà et faire de nouvelles connaissances.

J’ai donc revu Laurent Gloaguen qui est vraiment plus charmant et gentil en personne que dans ses écrits. J’ai eu une longue discussion avec ce cher François Goube que je reverrais décidément de nouveau. J’ai salué les copains de Philippe, la famille Quester-Séméon (qui incidemment, semblent encore en vouloir au Capitaine) et cet autre gentil spécialiste du Web Charles Nouÿrit et son patron, Manuel Diaz.

J’ai aussi eu un long entretien avec le patron de Wikio, Pierre Chapaz. J’ai d’ailleurs un billet en préparation à ce propos. Parlant de long entretien, mardi soir, je suis allé dîner avec ce québécois que je vois trop peu souvent (il est à Québec), Mario Asselin. Il faut bien changer de continent pour se voir un peu. Nous avons eu beaucoup de plaisir à refaire le Web et le monde, à blaguer et tirer la pipe des serveurs de ce restaurant italien où nous étions et à célébrer à la formidable sauterie que la bande à Loïc nous réservait dans une discothèque ouverte spécialement à notre attention. Parlant de québécois, j’ai aussi discuté avec M-C Turgeon et son chum 2.0 Chriss Car. Nous discutions d’ailleurs, qu’il faut être reconnu ailleurs qu’au Québec pour qu’ici, nos accomplissements soient un peu admirés . On aime bien se taper sur la gueule entre nous, mais des fois, un peu d’encouragement des compatriotes, ça fait beaucoup de bien. Incidemment, je m’inquiétais du fait qu’elle ne me soit jamais revenue sur le billet sucré salé que j’avais fait à son égard. Elle m’avait en effet déjà répondu, mais sa réponse est probablement tombée dans les craques antispam. Elle était ravie de ce billet et surprise du fait que trois autres personnes aient songé à en faire des similaires presqu’au même moment. J’ai évidemment conversé avec les autres complices du contingent québécois, Claude Malaison et Michel Chioni.

Pour les nouvelles rencontres, j’ai malencontreusement oublié mon porte carte d’affaires à l’hôtel. Je le recevrais par la poste la semaine prochaine, alors je ferais une mise à jour complète, des noms qui manquent, à ce moment.

Anne Dominique Mayor
Marcella Gäb
Steve Dukes
Ian Green
Christian Jung
Louis Naugès
Tanguy Griffon
Anthony Zanetti
Jamin Rubio
Julien Laurent
Patrick Rabu
Ollivier Jacq
Christophe Baillon
Florent Bondoux
Nassim Ghandour
Eric Tenin
Gilbert Reveillon
Aymeril Hoang

Les présentations

Celle que j’ai appréciée le plus est sans contredit le discours éclairé de Shimon Pérez. Celle qui est la plus décevante, la présentation de Second Life par leur VP marketing, Glenn Fisher de Linden Lab. Il voulait faire une démo « live » et pour ceux qui ont déjà visité l’univers, imaginez une connexion Internet de faible niveau et la lourdeur de chargement des éléments de l’univers qui entourent l’avatar, et vous avez toutes les recettes d’un échec prévisible. Il dit même à un moment donné, « it is always when you want to demonstrate technologies that it crashes ». Quand on pense aux trésors de videos appellé aussi machinima, déjà développé par les aficionados du jeu, on se dit que le monsieur dormait un peu sur la planif de sa présentation.

La présentation la plus enjouée, est celle du duo d’écossais de services et spécialistes de l’analyse sociologique de world of warcraft. Ils nous ont donné une scène de combat d’épée en guise d’intro à leur présentation qui m’a laissé sur ma faim. En effet, ils ne voient que WoW comme outil de socialisation et n’ont cessé de tenter de détruire SL comme une vile tentative marketing sans socialisation aucune. Ils ont complètement oublié tout l’aspect des expérimentations d’affaires, psychiatriques, économiques, didacticiel, de gestion d’équipes de travail et j’en passe, qui est pourtant très développé dans l’univers.

Anecdotes de voyages

Mon dernier souper est au Barrio Latino, fabuleux restaurant de Paris. L’hôtesse m’installe dans un coin sombre et désert du deuxième et me dit que toutes les autres tables sont réservées. Or, au premier, il y a un cours de Salsa avec de jolies demoiselles qui virevoltent gaiement. Je vois le patron passer devant ma table, et lui fais valoir mon statut de blogueur qui parlera de cette froide réception de son hôtesse. Il me place aussitôt près de la magnifique rampe de fer forgé, avec vue plongeante sur les danseuses de Salsa, un étage plus bas. Il me dit aussi que ce n’est pas parce que je suis blogueur qu’il opère le changement, mais bien parce qu’il a le souci de sa clientèle. Il marque encore des points. Incidemment, le repas fût parfait et les crevettes en entrés, les plus délicieuses de ma vie…

Par la suite, je prends quelque verre au mégalo Bar de la rue de Lappe dans le quartier de La Bastille. Le barman qui est un chanteur voulant émigrer au Québec, est particulièrement sympa, et ma voisine de bar, une neuropsychologue, de charmante conversation. Une très belle soirée donc.

Conclusion du voyage

Une palette de congressistes hors du commun, la France et Paris sont d’une grande beauté et j’y retournerai avec ma chérie sans faute. J’ai peu d’apprentissages découlant de ce périple si ce n’est que de mettre un visage sur des noms que je connaissais déjà. Orange c’est avéré un piètre fournisseur de services Wi-Fi pour un groupe de cette importance et tous ont décrié le manque flagrant de bande passante. Bravo à l’équipe de Loïc pour la grande classe démontrée lors de l’organisation de l’événement. La technique audio vidéo était irréprochable, les déjeuners divins et la soirée, franchement enlevante. Les conférenciers étaient généralement de grand calibre, mais les présentations qu’ils ont faits, du niveau des néophytes. Ils auraient avantage, les années prochaines, à présenter des contenus, un peu plus d’à propos par rapport aux professionnels présents. Si Loïc m’invite encore l’an prochain, je saute tout de même dans l’avion et je m’assure d’avoir un cellulaire européen qui fonctionne. Merci encore Loïc pour cette expérience inoubliable.

À propos des politiciens à Le Web3

Certaines langues ont décrié la présence racoleuse des politiciens lors de Le Web3. Pour ma part, je crois qu’ils s’inscrivent dans le fait que de plus en plus le Web sert et servira d’outil politique et de média démocratique. C’est donc tout naturel pour eux de vouloir se faire entendre auprès des blogueurs. C’est même souhaitable!

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Houssein

    « À propos des politiciens à Le Web3″, je m’attendais à un commentaire/analyse plus approfondie ;-)

  2. brem

    Ouais, mais c’est comme si Françoise David et Mario Dumont étaient invités à parler à une conférence sur le réchauffement climatique sous prétexte que Al Gore fait une allocution et qu’il a déjà été VP des USA.

    On crierait tous à la récupération politique.

  3. Administrator

    Oui il y a récupération politique et oui l’analyse est sommaire. Ils ont tout de même parlé du Web et Pérez et Sarkozy ont été d’une éloquence tellement extraordinaire que j’en suis encore sous le choc. Je n’avais jamais encore entendu parler de politiciens de manière si fabuleuse, de toute ma vie. À côté des platitudes et des faits tellement évidents que les experts du Web ont balivernés durant le congrès, ces incartades ont été d’une fraîcheur resplendissante. Si David et Dumont avaient des choses aussi éloquentes à dire à propos du réchauffement climatique, je les écouterais volontiers…

    Je ne suis pas sectaire et entre le pitch de Microsoft, d’Orange ou de Nokia, je préfère décidément ceux de Pérez et de Sarkozy.

  4. francoisgoube

    Salut Michel,

    Ravi de t’avoir vu, ta seule présence au Québec me donne envie d’aller y faire un tour.
    A bientôt j’espère!

  5. Administrator

    Et la tienne François, me donne le goût de retourner en France et pourquoi pas, de visiter Toulouse…

  6. Blogue marketing interactif de l’Association marketing de Montréal et du Publicité Club de Montréal » Blog Archive » Le Web3, résumé de l’événement

    […] Déjà publié sur MichelLeblanc.com […]