Le retour des Boomerangs

Pin It

Vous avez un site Flash qui ne rapporte rien, qui n’est pas ergonomique et invisible aux moteurs? Inscrivez-vous au Boomerangs, vous gagnerez!

MAJ

Vous pourriez aussi souhaiter relire ces billets

Pourquoi le Flash c’est de la merde
Le leurre du référencement des sites Flash
Les marketeurs qui polluent le Web
Le design est inutile
« Flash bashing »
Est-ce que le « beau » design est important en ligne?
Du Néo-Gala de Boomerang de 2.0 ou autre

À propos de design et de Flash
Les néo-Boomerangs, le concours “des vrais”
Les Boomerangs ne font pas l’unanimité
L’aveuglement des grosses agences

Les avantages d’un site pourri
Le divorce publicitaire/consommateur
Ce que je pense de Flash

On peut dire que je suis conséquente avec moi-même

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. JP Boudreau

    Je crois surtout que les prix Boomerangs devraient intégrer un facteur budgétaire afin de pouvoir relativiser les résultats davantage en fonction de l’enveloppe disponible.

    Oui, ce concours s’adresse à la crème mais est-ce à l’image de la réalité des chantiers Web que nous vivons dans l’industrie?

    Peut-être que les projets devraient être déposés dans 2 intervalles budgétaires afin de permettre aux gros résultats dans un petit budget de chauffer les fesses aux gros budgets qui ne livrent pas toujours la marchandise (je ne parle pas au niveau de la plateforme graphique et du trip créatif mais plutôt de ce qui est inscrit au bilan du client après de tels investissements). Après tout, ces galas ont peut-être intérêt à diminuer leurs barrières à l’entrée pour augmenter leur crédibilité et leur emprise sur l’industrie.

    C’est un peu comme mesurer sa réussite sur ses ventes en oubliant la marge nette. On est plus riche à dégager 100 000$ de profit net et créer de la valeur avec 500 000$ de ventes que finir l’exercice à 1M$ et des pertes.

    Bref, être artificiellement en vie car de bons copains subventionnent des trips qui ne rapportent pas mais qui épatent la galerie ne fait pas partie de mes recommandations stratégiques courantes.

  2. Olivier

    Il faut peut-être voir les Boomerangs comme les awards de pubs, où on récompense l’aspect artistique, le fun, pas froidement la rentabilité de la pub. Sinon, comme suggéré par JP, la solution serait de donner un compte paypal à chaque participant en début d’année, pré rempli avec le même montant, et regarder à la fin de l’année de combien le compte a augmenté, comme une partie de Monopoly.

  3. cfd

    @Olivier: Le monde de la pub est-il à ce point superficiel qu’il est capable d’oublier qu’une bonne publicité est à la fois « artistique, fun ET rentable »… Les concours sont là pour faire avancer une industrie!

  4. Olivier

    C’est un peu ambigu, les awards de films par exemple ne tiennent pas compte du nombre d’entrées, ils essaient plutôt de faire le contraire : le gagnant va faire plus d’argent parce qu’il a gagné le concours. Je pense qu’un site 100% Flash non référencé peut être très beau, me faire passer 5 minutes très émotionnelles. Les Boomerangs seraient dans ce cas une alternative à Google, un autre moyen de trouver des sites de qualité. L’équation « site de qualité = site bien référencé = site qui rapporte » est dangereuse aussi, pas besoin de nécéssairement la renforcer avec « site de qualité = site 0% Flash, bien référencé = gagnant Boomerang ». C’est bien que les Boomerangs apportent une autre dimension je trouve.

  5. Denis

    @Michelle

    Ce que vous dites me semble outrancier, à la limite de la déraison. Les techniques de référencement permettent aujourd’hui d’indexer du site flash.

    Je suis d’accord avec vous sur le fait qu’un site Flash nécessite un effort en terme de référencement bien supérieurs à un site au contenu « classique ».

  6. Vallier Lapierre

    Les Boomerangs, comme l’Indice Internet SECOR Commerce, sont taillés sur mesure pour récompenser à tout coup les gros budgets, donc les grosses agences et forcément beaucoup plus le show-off que l’efficacité.

    Il serait pertinent de faire l’équation budget + stratégie = rendement.

    L’Indice Internet SECOR Commerce serait viré à l’envers de cette façon. Et la participation pourrait ainsi être ouverte à tout le monde. Un simple blogueur pourrait l’emporter en démontrant ce que ça a coûté et ce que ça a rapporté.

    Les sites flash seraient probablement éliminés de la partie du même coup.

    Ça prendrait un prix créé et géré collectivement. Mais, peut-être y a-t-il des priorités collectives beaucoup plus urgentes !

    En tout cas, ça fait toujours du bien de bitcher contre les gros en début de semaine.

  7. Hebi Flash Blog » C’est l’été, profitons-en pour nous tirer une balle dans le pied

    […] lis régulièrement le blog de Michelle Blanc depuis longtemps. Ses derniers posts semblent être parti en croisade contre les sites fullflash à […]

  8. JFPoulin

    Je ne vais pas me faire le défenseur du Flash car je viens d’en faire 6 mois dans une grande agence de montréal qui gagne toujours plusieurs boomerang d’ailleurs. Mais je dois avouer que le Flash peut rendre certains service dans le cas de site promotionnels pour de très courtes échéances.

    Mais autrement je crois effectivement que les agences montréalaise abusent et brûle la crédibilité de leurs clients sur le web a force de ne produire que du flash.

    Un petit mot au Directeur de création: Psst il existe autre chose que le flash pour créer de belle interface sur le web…si si… on se réveille.

    Et messieurs les directeurs d’agence… Psst vous devriez engager des architectes/ ergonome… si si vous y gagnerez en crédibilité auprès de vos clients.

  9. Les dix compétences recherchées chez les agences de publicité, par leurs clients • Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique. Marketing Internet, consultante, conférencière et auteure

    […] Ça  me pousse, encore une fois, à me questionner sur la pertinence des concours de beauté Web à la Boomerang… […]

  10. Bisbille marketing, pouvoir des blogueurs et mélange des genres • Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique. Marketing Internet, consultante, conférencière et auteure

    […] j’ai critiqué vertement certaines entreprises, dont Bureau en gros, Direction Informatique, la technologie Flash et les Boomerangs, InfoPresse, France24, Loïc Le Meur et Myco Anna (et certains autres qui ne me viennent pas en […]

  11. Mon Boomerang à moi • Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique. Marketing Internet, consultante, conférencière et auteure

    […] me fait toujours drôle d’aller aux Boomerangs et de passer l’année à vomir sur les sites Flash. Je persiste et signe, beaucoup des sites gagnants sont des sites de merdes. À cet effet, je ne […]