À Christiane Charrette pour parler d’économie numérique et d’autres choses

Pin It

Lundi matin (en reprise le soir), à partir de 10hr00, je serai à l’émission radiophonique de Christiane Charrette (Radio-Canada) pour parler entre autres d’économie numérique, cette grande oubliée de la campagne électorale vide actuelle (J’ai d’ailleurs déjà accordée une entrevue à Bruno Guglielminetti, son réalisateur, à ce propos). On sait déjà que les différentes initiatives de la communauté Web du Québec pour qu’ENFIN on considère le numérique comme une voie d’intérêt pour l’économique, l’éducationnel, le sociétal ou même le gouvernemental, n’ont pas porté grands fruits auprès des instances politiques. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un coup d’œil sur le décompte qu’a fait Éric Baillargeon, du nombre de fois que ce mot est mentionné dans les sites et programmes des partis.

Économie numérique

Québec Solidaire: 0 page
Québec Gagnant: 0 page
Action Démocratique: 0 page
Parti Libéral: 0 page

Vieux site du PQ : 0 page

Nos politiciens ne sont vraiment pas rendus là ! Laisson leur une chance avec « numérique » seulement.

Numérique (comme dans plan, identité, technologie)

Québec Solidaire: 1 page
Québec Gagnant: 0 page
Action Démocratique: 0 page
Parti Libéral: 0 page

Ouf ! Merci Québec Solidaire. Le PQ en avait 2 pages (en excluant baladeur).

Donc, comme nous sommes toujours en période électorale, comme certains partis politiques me lisent et surtout comme vous mes lecteurs me lisez, est-ce qu’Éric et moi sommes dans le champ? Y a-t-il un parti qui a une quelconque vision d’un avenir numérique au Québec? Dois-je réellement conclure que les partis politiques sont nuls en numériques? Pour quel parti devrions-nous voter si nous considérons que le numérique est important pour l’avenir du Québec et pourquoi devrions-nous faire confiance à tel parti? Que voilà de bonnes et grandes questions qu’il me fera plaisir de jaser avec madame Charest lors de cette émission de grande écoute. Mon avis actuel est que les partis sont tous NULS à cet égard. Mais j’ai encore le temps de changer d’avis et de peut-être faire aussi changer d’avis les auditeurs qui écouteront?

Il sera évidemment aussi question de ma condition de transsexuelle. À cet égard, je serai très émue de discuter avec madame Charrette étant donné qu’indirectement, si je suis encore en vie, c’est un peu grâce à elle. C’est que l’automne dernier, lors de ma grave dépression qu’est la dysphorie d’identité de genre, en m’en allant voir un de mes clients à Drummondville, je projetais de me projeter contre un viaduc à 150km/h. Mais la radio était ouverte et madame Charrette recevait l’épouse d’un homme qui s’est suicidé à leur retour d’un voyage autour du monde et elle était là pour parler de suicide. À un moment quelqu’un dans l’émission dit « Le suicide est une solution permanente à un problème temporaire ». Ça m’a calmée, je me suis rendu chez mon client et passa une très belle journée là-bas et je suis encore en vie grâce à ça. J’en profiterais donc pour remercier Madame Charrette d’avoir été la lumière au bout de mon tunnel cette journée-là…

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. J-F

    Selon moi,

    Tu devrais dire qu’il y a un gros retard mais une certaine volonté. Que Québec Solidaire est le seul a vraiment se démarquer mais que la question du vote, aucun parti ne semble considérer le numérique dans son programme.

    Je pense surtout que tu devrais parler des raisons qui motivent un plan numérique et SURTOUT les conséquences de l’absence d’un tel plan.

    J’ai discuté avec beaucoup de « average internet user » et pour eux, l’internet c’est surtout du divertissement et un peu d’outils. Parce que mal informés, la majorités ne réalise pas les impacts à long terme d’un tel retard numérique.

  2. Luc Bergeron

    Bonjour Michelle, superbe billet et faut dire que j’admire votre courage et vos idées qui ma très aidée. À mon tour, j’aimerai vous présenter mon blogue qui vous rejoint. Il s’agit plutôt d’un vlogue, puisque je parle de ma vie en vidéo. La différence avec les autres blogues est que mon histoire comme dans la vraie vie est une comédie dramatique. Le concept original est que les épisodes se suivent chaque semaine et que la seule trame sonore se résume à des chansons francophones entremêlées. Chaque bout de chanson se suit et cela de façon cohérente pour raconter mon histoire. Cela vous rejoint pour le côté transsexuelle. Je n’es pas abordé encore directement ce sujet, mes moi je souffre de dédoublement de la personnalité et je suis parfois un homme ou une femme. Je vous laisse découvrir mon histoire et au plaisir de vous rencontrer un jour. http://www.bandemusicale.com

  3. Mario Asselin

    Évidemment, je sais bien que toi et Éric êtes en mesure d’apprécier les limites du décompte sur Google de certains mots-clés pour qualifier l’importance du sujet auprès de la classe politique… Enfin, j’espère!

    Un des messages importants à passer, il me semble, est lié à l’importance qu’on donne maintenant au travail collaboratif. On ne travaille plus «en équipe» qu’au moment où on est en présence physique les uns des autres. Les nouvelles technologies nous permettent maintenant de travailler encore mieux, ensemble, entre les périodes où on se réunit; de fait, les réunions (synchrones) ne se terminent plus au moment de quitter la salle, car le travail (synchrone et asynchrone) collaboratif se poursuit… Les politiciens et leur entourage doivent comprendre l’importance qu’a ce nouveau mode opératoire dans notre quotidien autant que dans la construction d’un projet de société.

    L’idée, ça peut aussi être de leur demander leurs stratégies pour arriver à travailler comme ça eux également… Que sont-ils prêts à faire pour changer leur mode d’interaction avec leur entourage et avec la population?

    Pour citer «a frog» s’ils pouvaient comprendre que «le numérique, ce n’est pas virtuel, c’est réel»… ça serait déjà beaucoup!

    Merde pour ta conférence et souviens-toi que c’est du direct, cette fois ;-)

  4. Luc Lefebvre

    Je suis totalement d’accord avec l’idée que les partis politiques actuels au Québec ne sont pas à jour.

    En fait, on ne pourrait être d’accord avec la situation actuelle, particulièrement lorsqu’on regarde l’utilisation extraordinaire d’Obama de ce super média.

    Cependant, nous sommes au Québec. Le changement prend beaucoup de temps avant de se rendre en haut. Les partis politiques sont dirigés par des vieilles générations très récientes au changement et c’est pourquoi nous ne voyons actuellement pas de changement.

    Cependant, pour faire parti de cercles politiques plus rapprochés, je peux vous assurer que l’idée fait son chemin.

    Ca va venir, le plus tôt possible sera le mieux, c’est sûr, mais ça va venir.

    Au Québec, quand vient le temps d’amener une nouvelle idée et de faire affaires avec les vieilles générations, il faut y aller avec du tact, prendre son temps, montrer son sérieux et son profesionnalisme.

  5. Panthère Rousse

    Michelle, la femme que tu as entendue à Christiane Charette, elle s’appelle Maryse Chartrand et son film «Le Voyage d’une vie».
    http://tinyurl.com/64kgk5
    Et je viens de tomber sur ceci sur le site de Tout le monde en parle.
    (29 novembre 2007)
    «Sujet du message : Maryse Chartrand

    Je suis infirmière et j’ai déjà vu des retombées positives suite à l’entrevue de Madame Chartrand.
    Je peux vous dire par expérience qu’elle a sauvé une vie en décidant un monsieur de venir consulter.
    Une vie, c’est énorme, et je remercie cette grande dame pour son courage et ses propos réalistes et positifs.
    Ils contribueront certainement à sauver plusieurs autres personnes aux prises avec la dépression.
    Bravo pour votre initiative.
    France Martel, Lévis
    http://tinyurl.com/5hx9fp

  6. Eric Baillargeon

    Je dois ajouter que c’était la même chose pour « commerce électronique ». Prenez aussi le temps de lire les commentaires. Benoit Descary y a ajouté des éléments intéressants.

  7. Myriam Huzel

    En effet, plusieurs exemples, le plus récent étant la campagne électorale d’Obama, ont prouvé les vertus des supports numériques. Cette voie mérite d’être utilisée à bon escient dans toutes les sphères de la société, autant dans le milieu de l’éducation que dans le monde des affaires, non seulement pour favoriser le travail collaboratif dont parle M. Asselin, mais aussi pour mettre en relation les connaissances. Pour ma part, je travaille pour un site Web qui traite des multiples facettes du domaine de l’éducation et je salue toutes les initiatives qui misent sur le partage des savoirs entre les acteurs d’un même secteur. En effet, tous les intervenants qui œuvrent dans un même domaine ont rarement l’occasion de se rassembler et d’échanger sur les plus récentes découvertes, pour valoriser les bons coups de certains groupes ou pour réfléchir sur les principaux enjeux; des rencontres qui enrichissent le milieu. Les nouvelles technologies créent justement ces opportunités et je suis convaincue qu’elles sont essentielles pour l’évolution d’un domaine.

    Myriam Huzel pour PartageonsLeSavoir.com

  8. Michelle Blanc

    Merci de vos commentaires
    @Panthere, suis contente que tu ai trouver son nom
    @Éric, ou j’avais vue, pas fort, pas fort

  9. Luc Gendron

    Au-delà du numérique, il ne faut surtout pas oublier qu’Obama est d’abord un animateur social de premier plan. Les environnements technologiques dans le Web ne sont rien sans une animation de contenu de qualité. Ils ne sont que des véhicules de messages disposant d’une valeur suffisante pour être propagés! Qui se compare vraiment à Obama actuellement dans l’environnement politique actuel au Canada et au Québec? Je cherche encore… Ça m’attriste ;-(

    @Michelle Pour ta participation à l’émission de Christiane Charrette que j’estime, ce n’est pas un hasard qu’elle t’a inspiré un jour sombre. Avec ce qui t’arrive ces temps-ci, « a new star is born! » ;-)

  10. Eric Benoit

    Heureusement pour leurs compétiteurs, encore beaucoup d’entreprises (et partis politiques) ne voient pas la puissance du web. Ces milliards d’yeux avides d’information qui s’échangent messages et idées.

    Faut dire qu’internet a évolué à un rythme fou en quelques années seulement. Tout l’inverse de nos politiciens! C’est une tâche ardue que de changer les idéologies de nos vieux partis politiques statiques. Vieilles méthodes et idées passées date.

    J’ai suivi la campagne d’Obama toute l’année via le web. Son équipe et lui ont accompli un travail exemplaire avec les technologies. Ils ont réussi à ralier la planète entière, ce qui relève du génie!

    Il ne faut pas oublier: peu importe la beauté d’un site ou le nombre de sources de diffusion, si le message est nul il ne passera pas. Et c’est exactement le problème qu’on a ici, au provincial comme au fédéral. Moi franchement le twitter à Pauline ou l’ipod Super Mario m’intéressent juste pas.

    Le web c’est du monde connecté. Ils lisent et regardent ce qui les intéressent. Sinon ils écouteraient la télé.. Pour soulever les passions, ça prend de grandes idées. Une volonté « entière » de changement. En attendant on ne peut qu’envier nos voisins du sud.

    Suggestion de lecture: The Starfish and the Spider.

    Michelle j’aime votre franchise alors pas trop de censure durant l’entrevue svp ;)

  11. Anne

    Dieu que vous parlez des choses graves avec sincérité et simplicité vous! (Et non, je ne parle pas du web là.)
    :-)
    Je bien hâte de vous entendre lundi.

  12. Garamond

    Je crois que le terme «numérique» est trop technique, aux yeux des stratèges des partis…
    Pour eux, le peuple est ignare, il faut donc utiliser des mots qu’il connait, genre « quiz à l’écran » ou encore un « journal video ».
    Numérique, tout comme WiFi, Web 2.0, sont des termes techniques pour les initiés, et qui ne signifient rien pour Madame Chapados de la rue Panet…
    Je suis d’accord qu’on est loin de l’approche de Barack Obama…

  13. Michelle Blanc

    @Anne
    Merci de le remarquer. Ça me touche d’autant plus qu’il semble que ce soi passé inaperçue aux yeux des autres commentateurs, sauf à ceux de la gentille Pahthère. Il semble que les hommes aiment plus parler de politiques que de survie…

  14. Denis Champagne

    Le suicide n est pas une solution…. mais devient un probleme permanent dans la vie jusqu a ce que la personne se detache des illusions et souffrances endurees depuis le temps sans commencement…

  15. Pablo

    Bonjour, je découvre ce site après vous avoir entendu parler a tout le monde en parle c’est vraiment dommage que Guy A Lepage n’est pas plus de connaissance cote Web, je suis sur qu’il y aurait eu matière a dévelopement,il y aurait pu avoir des questions bien intéressantes a vous poser.

    Dans votre dernier paragraphe lorsque vous écrivez: Le suicide est une solution permanente à un problème temporaire, c’est tellement vrai et je suis bien content d’apprendre qu’une émission radio ai pu influencer positivement votre décision.

    Raymond Viger a écrit de nombreux billets intéressants sur le sujet: http://raymondviger.wordpress.com/category/suicide/

    Passez une bonne fin de semaine,

  16. Élections Québec 2008: l’utilisation des logiciels libres. — Comment Changer le Monde

    […] Web et après les nombreux billets de Michelle Blanc présentant les retards du Québec (1, 2, 3, et surement plein d’autres), voici la question technologique. Allons-nous un jour […]

  17. Champollion

    Barak Obama représente du sang neuf, sa personalité, sa vision du 21 siècle et sa proximité avec les citoyens font de lui un exemple éloquent d’adaptation à l’environement.

    Le futur Président des États-Unis constitue, à mon avis, un politicien « moderne » qui, regardant dans l’avenir, comprend la nécessité d’intégrer de plus en plus les nouveaux outils de communication et de commerce sans lesquels l’évolution des sociétés démocratiques n’est plus possible.

    La scène politique québécoise manque cruellement de sang neuf, de visionnaires du 21e siècle.

    Cela dit, je félicite Michelle Blanc pour son oeuvre audacieuse d’amener la classe politique à franchir le pas dans un 21e siècle déjà bien amorcé.

  18. Gilles Montour

    Michelle,
    Merci de mettre cette énergie pour déniaiser le Québec en commençant par moi.
    Avec quel outil WEB pourait-on laisser savoir a Harper ce que nous pensons vraiment de lui et de ces politiques??Puisqu’il veut le savoir!!
    Demain tu sera chez C.C.Tu as l’influence pour initier ce mouvement qui serais une démonstration du pouvoir du net.
    Qu’en penses-tu?

    Bon dimanche

  19. Caro

    Je pense que le monde a besoin de gens comme toi Michelle: authentiques,le coeur et l’esprit ouverts.J’ai l’impression que tu es capable de comprendre tout plein de gens parce que tu as vécu plusieurs vies, chaussé autant de paires de bottes… C’est ce que j’aime du Web : what you see is what you get. C’est avec grand plaisir que j’écouterai l’émission de Mme.Charette demain matin. Je suis certaine que l’on n’a pas fini d’entendre parler de toi et ce dans TOUS les médias.Je m’en réjouis.

  20. Poulin Hélène

    J’ai vu votre entrevue à Tout le monde en parle et je vous écoute à Christiane Charette, j’apprécie votre courage, votre franchise et votre générosité.
    Ça fait du bien d’entendre  »du monde » vrai.

    Hélène

  21. Jean

    Je réagis suite à votre passage sur Radio-Canada concernant internet au Québec. Je ne peux qu’être d’accord avec vous. Depuis 10 ans, je fais des aller-retour entre la France et le Québec pour des raisons professionnelles et familiales (je suis français et ma femme est québécoise). J’ai pu observer l’évolution numérique parallèle entre la France et le Québec. Et je constate que le Québec stagne depuis maintenant je dirais 4-5 ans, alors que la France a beaucoup avancé alors qu’elle était très en retard. Pour la ville, dont je suis originaire, de 30 000 habitants en France loin des grandes villes , on est passé en 5 ans de l’internet lent (dial up à 25 kb/s) à l’internet très rapide (8 Mb/s)! Et surtout les tarifs en France sont extraordinairement moins élevés qu’ici ! Un exemple : mes parents utilise un fournisseur dénommé FREE (http://www.free.fr/adsl/). Pour 30 euros (45 CAD $), taxes comprises, par mois, vous avez :
    – internet 8 Mb/s, illimité en temps, illimité en volume (téléchargement amont et aval illimité)
    – le téléphone par internet, avec temps d’utilisation illimité, pour tous les pays d’Europe ET les USA et le CANADA ! Aussi inclus messagerie et boîte pour message consultable à distance
    – 150 chaines TV numériques en hautes définnition.
    En comparaison, pour arriver à la même combinaison internet+ téléphone + TV, les offres au Québec sont TRES chères ! Et à mon avis injustifiées ! Comment expliquer que quand mes parents me téléphone depuis la France à moi ici au Québec, cela ne leur coûte rien en plus, cela est compris dans le forfait de 30 euros, même si l’on parle 10 ou 20 h par mois ! Alors que si j’appelle mes parents, en utilisant le même réseau physique, mais en sens inverse, cela me côute 10 cents/minutes ?!! Chercher l’erreur !!
    La différence vient je pense que la France s’est dotée de la volonté politique de mettre en place un système numérique compétitif. Pour cela, pas de mystère, il a fallu battre en brèche les monopoles existants. Ce qui est loin d’être le cas ici…Bell et Videotron pratiquent les tarfis qu’ils veulent. Souhaitons que ca change… !

  22. Nicolas

    Bonjour Michelle,
    pour débuter, j’aimerais vous dire que je vous admire grandement, je vous ai découverte à tous le monde en parle, vous m’avez faite grande impression. J’ai une simple question, je suis sur le web depuis ses début, j’y suis vraiment à l’aise à l’exception des sites tels Facebook, Twitter etc,…je n’arrive pas à comprendre le fonctionnement de l’interface, je ne comprend pas,….y a t’il une ressource internet qui explique simplement le fonctionnement de ces sites? J’ai essayer de vous trouver sur twitter, j’arrive tous juste à percer le stade de l’enregistrement,…c’est vous dire.

    Nicolas