De l’impact des médias sociaux en régions éloignées

Pin It

La semaine dernière j’étais à Rimouski pour donner une conférence. La veille de celle-ci, j’ai été reçue comme une reine par ma cliente, Sylvie Roy du Groupe Vagabond, qui vint me chercher à l’aéroport, m’accompagna à l’hôtel puis m’invita au resto Bistro L’Ardoise. J’y fus si bien reçue et l’assiette était d’un tel délice et d’un montage artistique si raffiné que je m’empressai de twitter et de facebooker :

ai mange un succulent jarret d’agneau risotto chanterelle au Bistro l’Ardoise de Rimouski et jase avec le chef Alexandre Bouffard

Le lendemain, lors de ma présentation, je parlai aussi de l’importance de la passion et du fait que si on peut mettre sa passion en ligne, ça coûte moins cher de marketing (thème que j’ai déjà couvert dans mon billet La passion et les coûts marketing). À ce moment-là, je parlai de nouveau du resto Bistro l’Ardoise. Or un peu plus tard, on me posa la question : mais en région, pour ceux qui n’ont pas le Web ou qui n’ont que la basse vitesse, que pouvons-nous faire? (Comme cela a été mentionné dans les billets de gens présents à Rimouski Pourquoi j’ai payé pour voir Michelle Blanc et Le Web en région), je répondis pas une boutade du genre : il existe toujours les signaux de fumées ou le télégramme. Il est vrai que si quelqu’un n’a pas accès à l’infrastructure Internet, ce n’est pas évident de faire du marketing avec ça. Il est aussi de plus en plus clair que les gouvernements se doivent d’offrir des services Internet et cellulaires à la grandeur du pays et à des coûts raisonnables et que ça va avoir un impact majeur sur le reste de l’économie en général et de l’innovation en particulier comme j’en ai discuté justement dans mon billet Le Lab VOXtv Chronique Pourquoi nos entreprises sont en retard sur le Web ?
N’empêche que même sans Internet pour tous, et même en région, les gens qui ont accès au Web peuvent créer un impact significatif sur un petit commerce. D’ailleurs, même les gens hors de la région peuvent aussi s’intéresser à ce qui se passe ailleurs (parce qu’ils voyagent) et augmenter potentiellement le chiffre d’affaires d’une petite entreprise régionale comme le démontre ce prochain Twitt, écrit de l’autre bout de la province, Gatineau :

@MichelleBlanc Je suis à Rimouski du 15 au 18 Oct, on se manque de pas trop. Je suis censé d’aller justement à l’Ardoise, c’est comment?

En conclusion, voici le courriel que je reçois de l’épouse du proprio du resto :

Bonjour Madame Blanc

Votre passage dans notre vie, en une journée, à déjà eu beaucoup plus d’impact que notre contrat annuel chez Astral Média. Cela semble peut être anodin pour vous, mais pour des gens pour qui la passion première n’est pas la pub mais recevoir des gens, bénéficier d’un tel appui médiatique, de la part d’une personne que nous respectons autant, vaut de l’or pour nous. De plus, nous avons dû remettre du jarret à braiser cette nuit à cause de vous…

Votre conversation avec Alex (qui je crois, m’a été répété intégralement) nous a ouvert les yeux et donné un bon coup de pied. Pas que nous ne comprenions rien au marketing,c’est un sujet qui m’intéresse vraiment (j’ai même un dec en commerce de mode) notre prochaine étape en pub(que nous retardons depuis toujours) c’est le web. Le problème c’est que notre ordinateur me réveille la nuit pour me faire peur. Mais, le seul fait que vous nous ayez dit que nous n’utiliserions pas vos conseils sous prétexte qu’ils étaient gratuits, nous pousse à les suivre, par respect pour vous et en signe de gratitude.

Ce fut un honneur et un privilège de vous recevoir chez nous. Merci pour tout.

Dévoilement : Alexandre Bouffard m’a donné un pot de cerise au kirsch qui vieillit depuis un an dans son sous-sol.
Re-dévoilement : J’aime partager mes expériences qui sortent de l’ordinaire de manière très positive ou négative. Je ne parle jamais de l’entre-deux. Je le fais gratuitement parce que ça fait partie de ma philosophie médias sociaux.

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Tweets that mention De l’impact des médias sociaux en régions éloignées • Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique. Marketing Internet, consultante, conférencière et auteure -- Topsy.com

    […] This post was mentioned on Twitter by Philippe Martin, Michelle Blanc. Michelle Blanc said: Mon billet: De l’impact des médias sociaux en régions éloignées http://bit.ly/u4RDm […]

  2. Cindy Rivard

    Je me dois d’abord de vous remercier pour le lien vers mon billet dans votre article. Il y a une autre phrase que je retiens de votre passage à Rimouski : «ceux qui sont très actifs sur les médias sociaux sont les influenceurs, ils ont un impact sur la masse.» J’ose espérer que si plusieurs blogueurs se font entendre pour dire et re-dire encore que les manques en télécommunications (internet & cellulaire) dans les régions éloignées sont une aberration qui nuit au développement économique des régions, ça fera une différence. Il est grand temps de se mettre à jour, depuis le temps que ça se dit… les résultats tardent pourtant à venir.

    Merci aussi pour l’exemple éloquent du Bistro l’Ardoise de Rimouski. Nous, au Bas-Saint-Laurent, on connait ce Bistro, mais vous venez de lui ouvrir une porte sur votre réseau avec les retombées qui vont avec. Voilà un commerce qui n’aura pas à être convaincu de la force des réseaux sociaux et qui s’empressera sans doute à emboiter le pas. Pour les autres commerces, le Bistro l’Ardoise sera pour eux un exemple d’ici, ce qui est plus convainquant que plusieurs exemples de retombées générés par le web pour des entreprises qui ont pignon sur rue ailleurs. Personne ne pourra dire «Oui, mais c’est pas pareil pour eux…», argument vide qu’on entend encore trop souvent.

  3. Sylvie Roy

    Bonjour Michelle

    Ce fut un plaisir de vous recevoir à Rimouski. Le Groupe Vagabond a aussi eu des répercussions intéressantes de votre visite. L’après-midi de votre conférence, vous avez TWITTER votre satisfaction et votre joie de retrouver des vêtements de la collection VITRIN et de Joseph Ribkoff à notre boutique Revue de Rimouski. Nous avons eu, sur notre site web, des visites en augmentations et particulièrement à la section des compagnies que vous avez mentionnées.QUEL HEUREUX HASARD N’EST-CE PAS?

  4. Olivier

    Ceux qui ne peuvent s’offrir internet peuvent toujours inciter leurs clients à twitter et à facebooker. En base de la note, « Tip not included. Please twit about us! » L’exemple ci-dessus semble montrer que ça suffit.

  5. Marc Gauthier

    Avec le web, le terme «région éloignée» perd tout son sens…

  6. Michelle Blanc

    Le commentaire précédent d’Olivier est une commandite de mon troll officiel

  7. Sylvain Carle

    C’est une belle histoire. Elle raconte de manière éloquente la « multiplication » du « reach » qu’un petit commerce peut avoir par l’amplification de quelqu’un de très bien connecté dans les médias sociaux.

    Mais il y a un problème.

    Pour chaque restaurant chouette de Rimouski, il n’y a pas assez de Michelle Blanc, avec ses conférences, son lectorat de blogue et de Twitter.

    Disons que pour les 88 restaurants de Rimouski qui se payent une entrée dans les Pages Jaunes (juste pour établir une base de calcul, ça ne veut rien dire de plus) le top 10% ou 20% pourraient se mériter d’être chaudement recommandés. Ça fait quand même 16 personnes bien connectées dans les médias sociaux pour 20% des restaurants juste à Rimouski… ça ne fonctionne pas quand on dépasse le niveau anecdotique. Il n’y a pas 100 personnes au Québec qui ont autant de reach sur internet (à titre individuel).

    C’est ça le problème.

    À moins de faire du bundling!

    Mais vous direz: Ho! 10 personnes qui ont 1/1000 du reach de Michelle Blanc ça ne fait tout de même de 1% d’efficacité. Ha tiens c’est à peu près le taux de clic sur internet.

    Alors comment on règle ça?

    Il faut utiliser le réseau pour multiplier les signaux sociaux.

    J’aime beaucoup cette histoire, parce que c’est le canevas pour établir le modèle. Faut ensuite comprendre et construire la mécanique qui applique le modèle. C’est là dessus que je bûche depuis 3 ans (je pense que je commence à comprendre comment ça marche)…

    PS. Je suis né à Rimouski alors c’est encore plus parlant pour moi.

    PPS. Le problème de la connectivité haute vitesse en région et l’accès au service internet devrait être un cheval de bataille des gens de l’industrie, mais c’est tout un autre sujet, ça mérite son propre débat!

    PPPS. utiliser le réseau pour multiplier les signaux sociaux ça serait un très bon titre de conférence ça!

  8. Sophie Labelle

    Chouette histoire Michelle ! Tes anecdotes « à succès » sont agréables à lire. Tu as ce « petit-je-ne-sais-quoi » de conteuse d’antan ! C’est valorisant de voir qu’avec si peu – un tweet – tu as eu un grand impact pour ce resto de Rimouski.

  9. Etienne Chabot

    Chouette billet. J’adore la démonstration que tu fais.

    J’aime encore plus l’idée de Sylvain Carle de paramétriser cette hsitoire pour en faire une étude de cas qui pourra servir de modèles à d’autres PMEs ou plutôt très petites entreprises locales.

    En passant Sylvain, j’ai relu ton commentaire 2 fois et malgré le fait que je saisi où tu t’en vas avec ton argumentaire, je ne comprends pas la mécanique ou l’inter-relation des chiffres que tu lances. ;-) Ca mériterait un billet sur ton blogue!

  10. Sylvain Carle

    @Étienne c’est un peu ça mon point, ce n’est pas une étude de cas qui peut s’appliquer à grande échelle, c’est une belle anecdote.

    Mais elle contient quand même des indices sur les signaux sociaux qui permettent de construire des amplificateurs. Ça vaudrait certainement un billet complet, en effet…

  11. vincent

    Pour un Québec en haute-vitesse dans tout les villages et villes aussi éloignés soient-ils et le plus vite possible ! Toute l’Alberta est en haute-vitesse fibre optique depuis plusieurs années avec SuperNet: http://www.servicealberta.gov.ab.ca/AlbertaSuperNet.cfm

  12. Olivier

    « Ça fait quand même 16 personnes bien connectées dans les médias sociaux pour 20% des restaurants juste à Rimouski… » probablement moins que 16, une personne bien connectée peut twitter plusieurs restos, je dirais même qu’en quelques mois elle aura twitté tous les restos qu’elle aime de sa région.

  13. Twitter au menu | rezopointzero.com

    […] et les « connecteurs » sur les médias sociaux.  Voici ce que Michelle Blanc raconte sur un de ses tous derniers billets : La semaine dernière j’étais à Rimouski pour donner une conférence. La veille de celle-ci, […]

  14. LE DÉVELOPPEMENT DU eCOMMERCE « GESTIO NOVE Consultants

    […] http://www.michelleblanc.com/2009/10/14/impact-medias-sociaux-regions-eloignees/ Bookmark on DeliciousDigg this postRecommend on FacebookBuzz it upShare on LinkedinTweet about itSubscribe to the comments on this postTell a friend […]

  15. Annie

    Merci pour ce billet très intéressant. J’habite moi aussi en région et travaille en développement économique. Je rencontre encore des entrepreneurs qui n’ont même pas encore d’adresse électronique et mon but est de les intéresser aux possibilités du Web et des médias sociaux… Il y a encore beaucoup de chemin à faire… Des trucs pour les sensibiliser?