C2 MTL, payant d’avoir des contacts gouvernementaux

Pin It

Difficile pour les organisateurs d’événements technos d’avoir du support gouvernemental. Ils doivent avoir bin de l’imagination pour joindre les deux bouts, qu’on songe aux Événements InfoPresse, au Webcom à Yulbiz que j’ai fondé et qui est maintenant dans une dizaine de villes de plusieurs pays. C’est vrai que Yulbiz n’a pas de lobbyiste, Infopresse pas à ce que je sache, Webcom encore moins. Mais un événement tel que C2-MTL, qui en sera à sa première édition, qui présentera entre autres ses propres créateurs comme conférenciers (Sidlee et le Cirque du Soleil), reçoit plein de fric de différents paliers gouvernementaux. Ça va de soi. Ils vont générer de l’achalandage (du moins on le souhaite), ils vont facturer $3000 par tête de pipe aux 1000 personnes qu’on prévoit recevoir (seulement qu’en vente de billet ça fait déjà un beau 3 millions). Tout ça pour parler de créativité et de business. Ça va en plein dans ce que je reprochais aux gouvernements de ne pas faire avec les événements internationaux tels qu’à LeWeb à Paris ou à SXSW à Austin.

C’est juste que 2 millions de dollars du gouvernement du Québec pour la première année d’un événement, ça me surprend. Surtout lorsqu’on sait que d’autres événements établis, qui font déjà venir à leur frais des vedettes technos des 4 coins de la planète, n’ont jamais reçu le moindre dollar, ça saisit juste un peu…

Dévoilement : Je suis cofondatrice de Yulbiz et j’ai déjà été honorée par Webcom

Sur LesAffaires on peut lire:

Le C2-MTL dispose d’un budget annuel d’environ 6 millions de dollars. La première année, le gouvernement du Québec a consenti 2 millions, la Ville de Montréal 50 000$. Le reste des revenus proviendra de commandites privées et de la vente des billets, qui coûteront 3000$ l’unité. Après cinq ans, le C2-MTL devrait s’autofinancer sans subventions gouvernementales.

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Charles Nouÿrit

    Avec 5 millions de budget ça va être royal comme conférence, y vont servir du caviar pour les lunchs… ou s’en foutrent pleins les poches…

  2. Jacques Warren

    Simonaque! Ils vont offrir les chambres d’hôtel gratos en plus?! D’accord avec toi qu’une conférence à sa première année ne devrait pas recevoir d’argent public avant d’avoir fait la démonstration qu’elle ne sera pas un flop. En fait, une conférence ne devrait pas recevoir d’argent public si elle est à but lucratif (mais c’est souvent ça le truc; tu fais tout cela sous le parapluie d’une OSBL tout en payant des salaires hallucinants ;) ).

    Petite remarque en passant; je ne crois nullement qu’Infopresse fasse partie des organisations qui ont de la difficulté à « joindre les deux bouts » comme tu dis. Il ne faut pas oublier qu’Infopresse ne paie pas les conférenciers locaux malgré les revenus très importants qu’une conférence peut souvent générer (et à voir ce qu’ils servent en petits déjeuners et dîners, ils ne se ruinent pas là!). Je m’en suis scandalisé il y a quelques années, en fait j’ai été le seul, et me suis fait barré par le fait même: http://bit.ly/wFeEer

  3. Michel Chioini

    Tellement d’accord avec toi Michelle. Je peux affirmer que bâtir un événement et une image de marque demande énormément d’effort et de créativité !!! Tiens donc, je pourrais être conférencier à C2 avec toute cette créativité fournie au cours des 5 dernières années????

    Blague à part, à première vue, nous sommes un bon nombre d’entrepreneurs qui pourraient crier à l’INJUSTICE…

    De notre côté, on redouble d’efforts et on ira cogner aux bonnes portes très bientôt.

    ;-)

  4. Bernard Bujold

    Je suis d’accord avec ton commentaire.
    Ce qui impressionnait à la conférence C2-MTL présentée à Montréal du 22 au 25 mai 2012 c’était d’abord le nombre des commanditaires de prestige. Plus de 40 grandes entreprises affichaient le titre de commanditaire de l’événement. Ensuite il y avait le prix de la conférence entre 2,800$ et 1,500$. Finalement, il y avait bien sûr le nom de Frank Coppola sur la liste des conférenciers… L’événement regroupait environ 1000 participants et le thème était la « créativité ».
    Personnellement, j’ai beaucoup aimé les décors et le robot araignée mais je n’ai pas été impressionné par les conférences et je n’ai pas appris comment être plus créatif. L’événement me faisait penser à la première conférence de Bill Clinton présentée à Montréal il y a quelques années alors que c’était la fureur de l’heure à Montréal. En 2012, la fureur de l’heure ce sont les manifestations étudiantes… D’ailleurs, certains visiteurs au C2-MTL se promettaient d’aller assister comme observateur un petit bout de démonstration juste pour voir.
    Il faut noter que le Québec sera l’hôte au cours des prochaines semaines de nombreuses manifestations d’envergure dont les plus prestigieuses seront le Grand Prix F1 et Forum mondial de la langue française à Québec du 2 au 6 juillet. C2-MTL aura été une sorte d’entrée en matière, genre cocktail d’ouverture.
    Voir album photos
    http://www.facebook.com/media/set/?set=a.10151767064065541.857654.579350540&type=1&l=2c977e6374