Plein le cul et émotivité

Pin It

Les événements récents au Québec  m’exaspèrent. Ils m’inquiètent aussi.

 

Je suis convaincu que les groupes de pressions de gauche sont à l’origine de ce conflit qui perdure, comme je l’ai déjà démontré. Je comprends tout à fait le raz le bol (que je partage) de la population contre le magouillage, mais je suis contre la valorisation de la désobéissance civile et suis inquiète de ses répercussions à long termes. Quel futur premier ministre pourra dorénavant faire passer des réformes nécessaires quoi qu’impopulaire? Qui pourra renier avoir appuyé les citoyens à désobéir et requérir leur obéissance lorsque cela fera son affaire?

J’ai plein le cul d’entendre dire que c’est la population qui descend dans la rue. On parle de quelques centaines de personnes à Québec et de quelques milliers à Montréal. Le terme la population s’applique plutôt à ceux et celles qui entendent les hélicos incessants au-dessus de leur tête, qui sont pris en otage entre les divers manifestants, qui doivent fermer portes et fenêtres pour pouvoir faire dormir les enfants tandis que des héros de la casserole sévissent. J’ai aussi plein le cul des médias sociaux qui sont devenus le défouloir des extrémistes de droite comme de gauche. Le centre n’y a plus de voix et ne s’exprime plus. Je suis outré qu’on me rappelle incessamment ma différence en guise de ferme ta gueule, c’est déjà une fleur qu’on te fait de te permettre d’être encore vivante. Oui je suis une nouvelle femme, oui j’ai des opinions qui ne sont pas populaire auprès de certains groupuscules et oui je vais continuer de gueuler pour faire valoir le droit, la démocratie et je vais continuer de faire avancer les droits des trans et l’importance d’une saine économie numérique dans le respect de nos institutions et en continuant de m’exprimer, avec mes nombreux défauts, mes biais que je n’ai pas honte de nommer et le bagout qui fait de moi quelqu’un de vrai et d’entier.

J’en ai aussi plein le cul qu’on dise Quelle est belle notre jeunesse! Tout le monde la trouve belle la jeunesse. Moi la première. Elle était d’ailleurs très belle lors des jeux de la communication à l’Université Laval à participer positivement à ces jeux, venant de toutes les universités francophones, en pleine grève. Elle était aussi radieuse dans les diverses universités où j’ai été invité à partager mon savoir gratuitement devant des classes pleines, toujours durant une soi-disant grève. Elle est aussi belle chez ces 70% d’étudiants qui ont terminé leurs sessions.

J’en ai plein le cul d’entendre les médias parler de manifestations festives. Qu’est-ce qu’il y a de festif à faire chier ses voisins et la population de Montréal prise en otage par ces hors-la loi?

J’en ai aussi plein le cul de cette presse gratuite de fin de semaine et de ces commentateurs pro gogoche qui ferait mieux de s’en tenir aux sujets culturels pour lesquels ils sont moins trou de culs.

 

J’en ai plein le cul, mon vase déborde, ma patience aussi…

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Pierre J.

    Je suis d’accord avec tout ça.
    Je ne suis pas optimiste pour le futur.
    La table est mise pour toutes sortes d’autres débordements.

    Honnêtement, ça ne me donne pas envie de finir ma vie au Québec.

  2. Marie-Claude Ducas

    J’ai toujours un peu de misère quand on utilise des termes comme « trous de cul » dans des textes. C’est peut-être un de mes (nombreux?!) côtés démodés, mais ça me laisse toujours un petit malaise. Mais sur le fond, je suis entièrement d’accord avec ce billet.
    Et je ferais des rapprochements avec ces propos d’Alain Dubuc, dans La Presse hier: « Ce mouvement, peu structuré, marque plutôt une victoire de la passion sur la raison. Les arguments factuels, très défavorables aux étudiants, ont été rapidement balayés, parce que le débat s’est déplacé sur le terrain des émotions. » (..)Les étudiants se sont lancés dans une bataille corporatiste très classique, la même que celle des générations d’étudiants qui les ont précédés. Cette bataille s’est élargie à la défense du modèle québécois où l’on retrouve, presque mot à mot, à peu près tous les lieux communs que débitent depuis 30 ans des «forces vives» comme la CSN. » http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/alain-dubuc/201205/28/01-4529208-cherchez-lerreur.php

  3. Daniel

    Je suis également tout à fait d’accord avec toi!!

  4. Sylvain Bérubé

    «J’en ai plein le cul, mon vase déborde, ma patience aussi…»

    C’est pas mal ce qui disent les gens dans la rue aussi.

    Sylvain Bérubé, Sherbrooke

  5. Pier Turcot

    Je vous comprend tellement Michelle Moi aussi »J’en ai plein le cul, mon vase déborde, ma patience aussi…« Ça me fait tellement du bien de l’écrire ouf!

  6. Micheline H

    Tu as raison Michelle. Nous sommes réduits au silence et entourés de partout par les slogans, revendications, casseroles et insultes envers les policiers, les citoyens qui ne manifestent pas, l’autorité en général. Je sais qu’il y a de la corruption et je suis contre cette corruption, je n’ai d’ailleurs pas confiance en plusieurs politiciens et partis, et j’aime les jeunes, mais tout ceci m’a l’air de la révolution de l’enfant roi qui va faire du bruit jusqu’à qu’on lui donne ce qu’il veut.

  7. Réjeanne lavoie

    Je vis en région où c’est plus tranquille….Mais moi aussi j’en ai marre de tout cela….On passe pour une gang de cons ,de pas élevé et comme vous dites si bien madame Blanc ça ose parler pour nous la majorité…

  8. Vicky Lespérance

    Vous avez tout dit. J’ai également remarqué que les gens du centre, on est muselés de par les deux côtés. Et que les gens vous remette sur la gueule votre changement de sexe prouve que c’est devenu un cirque, du n’importe quoi. Pis voulez-vous me dire pourquoi ça les dérange? Vous avez fait ce qu’ils crient haut et fort ; Du changement face à quelque chose qui devient insupportable. Ils devraient admirer votre courage et votre force plutôt que de vous rabaisser. J’ai hont en la race humaine en ce moment. Pis penser faire une révolution avec des chaudrons est ridicule. C’est devenu un party pour enfant et familles alors que c’est supposé être sérieux. Faites moi rire!

  9. Clarice

    Merci Madame Blanc.

    Votre intelligence me touche beaucoup.

  10. Mathieu St-Onge

    Chère Michelle,

    Je comprend votre exaspération, même si je ne la partage nullement, la mienne étant d’une toute autre nature et s’exprimant avec ceux que vous semblez exécrer, dans le fracas des casseroles.

    Ce qui ressort de part et d’autre, ce qui paradoxalement nous réunit en quelque sorte, c’est la prise de conscience de l’existence d’un important clivage au sein de la population. Surprise! Ce qui existe partout ailleurs dans le monde s’incarne également ici, au Québec. Deux modèles de société s’affrontent dans les officines politiques, dans la rue, sur les médias sociaux. À défaut de mieux, on a appelé ça la «droite» et la «gauche». Un débat vieux comme le monde.

    De tout temps, d’un côté comme de l’autre, on a cherché à réduire l’adversaire à sa plus simple, voire à sa plus simpliste expression. C’est ce que vos adversaires les plus féroces font avec vous. Et c’est dans ce même piège et dans cette même facilité que vous tombez, à vitesse grand V et en toute émotivité, lorsque vous dites en avoir «plein le cul de cette presse gratuite de fin de semaine et de ces commentateurs pro gogoche qui ferait mieux de s’en tenir aux sujets culturels pour lesquels ils sont moins trou de culs.»

    Mais rassurez-vous, vous êtes loin d’être seule dans ce combat contre les «trous de culs» de la société: vous avez l’élite de votre bord. Le parti au pouvoir. Les banques. Les médias qui parlent au «vrai monde». Les éditorialites qui auraient voulu être comptables. Les organisateurs de festival. Et surtout, cette très pratique majorité silencieuse à qui l’on peut faire dire tout, n’importe quoi, et son contraire.

    Que peut bien faire contre cela quelques brebis égarées munies de casseroles et de cuillères de bois?

    N’ayez crainte, le silence reviendra bien assez tôt, et vous pourrez alors vaquer de nouveau à vos affaires la conscience tranquille.

    En toute amitié, et au plaisir de battre le fer avec vous lorsqu’il sera un peu moins chaud.

  11. Sébastien Trahan

    J’en es plein le cul de ces commentateurs de droite qui font semblent qu’ils ne sont pas de la presse.

    J’en es plein le cul des gens mal-informé qui gueule pour gueuler.

    J’en es plein le cul de cette haine contre les universitaires, quand le gouvernement fais tous pour allonger le conflit.

    J’en es plein le cul de c’est gens qui mette responsable des étudiants, quand notre gouvernement ne gouverne plus.

    J’en es plein le cul du 70%. Vous êtes au courant que plusieurs étudiant ont voté contre la greve et contre l’hausse des frais de scolarité.

    J’en es plein le cul des gens qui ne parle pas de l’îlot voyageur qui a couté 560 million comme signe de la mauvaise gestion de nos Université.

    J’en es plein le cul qu’on laisse passé une coupe de la taxe sur les banques de 0,8% pour un total de 2,4 milliard et qu’on augmente la taxe sur l’éducation de 118% pour 300 million dans 7 ans.

  12. Marc Beaudet

    Ah Michelle, te lire fait toujours du bien. C’est impressionnant la qualité de tes intervention. Merci d’existé!

  13. Pierre Beaudet

    vous errez Madame… La « population » est constituée de TOUS les résidents du Québec. Que vous ne vous reconnaissez pas dans la partie de cette population qui arpente chaque soir les rues de Montréal et d’ailleurs, soit, vous avez droit a votre opinion. Mais que vous tentiez de discréditer un mouvement populaire qui ne cesse de prendre de l’ampleur ? Que vous insinuiez que ces « trous du culs » et ces « hors la loi » ne font pas partie de la population ? En d’autre circonstances je vous répondrai que je reste « sans voix », heureusement, ce n’est pas le cas présentement.

  14. Anna Filina

    Je suis d’accord sur tous les points, sauf pour les manifestations festives. Ceux qui y participent sont joyeux. Ils apprécient réellement l’ambiance. C’est comme les voisins qui finissent leur party d’Halloween à 3h du matin. Nous, on a envie qu’ils baissent la musique qu’on puisse dormir pour être top shape demain au travail.

  15. France

    Bravo pour l’article se serait bien de mentionner à nos charmants étudiants ils veulent la gratuité comme en Europe hi hi c ben beau mais dont ils prêts à donner 1 an de services militaires mmm pas certaine c pas menacant des chaudrons :-))) bravo pour l’article c tres inspirant et je suis tout à fait d’accord avec toi ce n’est pas la majorité ni la « population » c une minorité et j’ai bien hâte si jamais il y a des élèctions qui gagnera mais surtout qui votera !!!

  16. Anne-Marie P.

    Je suis tellement déçue et choquée à la lecture de vos propos. Nous sommes tous capables de constater l’injustice économique et sociale, la dégradation de nos valeurs et richesses, et pourtant ils se trouvent des gens comme vous pour crier à la protection des riches et des nantis, vos craintes et vos pleurs de larbin ne font que renforcer l’idée de notre imbécilité et anesthésie collective. Je terminerai avec les propos de Stéphane Hessel (un homme à qui vous ne ressemblez guère, soyez rassurée):  »S’engager ce n’est pas simplement réfléchir ou décrire, il faut entreprendre une action. »

    Une action comme tous ces gens, jeunes et mois jeunes, le fond à chaque jour, dans l’espoir d’un monde plus juste et moins corrompu.

  17. F.

    Chère Mme Blanc,

    Je comprend votre écoeurantite, je comprend la frustration des gens qui comme vous, en ont plein le cul des manifs et de tout le reste…. sur certain point je suis d’accord avec votre billet mais j’ai quelques questions pour vous et pour tout ceux qui pourraient m’aider à comprendre… premièrement quels sont mes options si je ne suis vraiment pas d’accord avec les décisions que le gouvernement prend et qui affecteront mon avenir et celui de mes enfants? Je ne suis qu’un simple citoyen parmi tant d’autre, pas une multi-nationale, pas une banque, ni un prospère homme d’affaire qui a un festival que les manifestants pourraient déranger… Je n’ai aucun accès au parlement et même si j’en avait un, je doute fortement que mon opinion serait prise en compte. Alors je fait quoi? Je fait comme la plupart des gens et je «chiale» dans mon salon pour ne surtout pas déranger mes voisin qui pourraient être en train d’écouter la télé ou de lire un bouquin sans trop se soucier de ce qui se passe dans leurs société ou ne voulant juste pas s’en mêler?

    Depuis le début des conflits j’ai eu des discussion avec des gens des 2 côtés, la plupart des discussion que j’ai eu avec les pro-manifestants, et je ne parle pas seulement des étudiants, parce que pour votre info, je suis pour une hausse des frais de scolarité mais juste pas sous la forme proposée par le gouvernement, dans la plupart des ces discussion, on m’expliquait les répercussions des hausses et de la loi 78. De l’autre côté, les arguments portaient plus sur «les criss d’étudiant avec leurs iPhones» et «les estie de casseroles», mais très peu de points m’expliquant simplement et calmement pourquoi ces trucs devraient passer, quelques-uns on apporté des nuances sur le discours étudiant, mais rien de concret, rien qui ne m’a fait dire, vous savez quoi, vous avez raison.

    Alors Mme Blanc, SVP, expliquez moi ce que nous, pauvres gens du centre qui n’ont à peu près aucun pouvoir politique sauf celui d’aller voter aux 4 ans et de retourner bien au chaud en attendant la prochaine fois, qui ne pouvons rivaliser contre les banques et autres organismes pour qui le profit est plus important que la qualité de vie des citoyens et qui ont vraisemblablement plus de poids que nous pour faire changer les choses en leurs faveurs, que devrions et pouvons faire pour aider à régler cette crise? Et il ne faudrait pas prendre les gens pour des imbéciles non plus, pas parce qu’ils sont dans la rue aujourd’hui qu’ils y retourneront dès qu’une décision du gouvernement ne fera pas leurs affaire, la plupart de ces manifestants ont une tête sur les épaules et beaucoup de jugement.

    D’ici à ce qu’on me dise comment dans cette merveilleuse démocratie où le gouvernement élu par le peuple ne se soucis de son opinion qu’en période électorale, je serai dehors avec cette «minorité bruyante» qui au contraire de ce que le reste de la population qui préfère rester bien confortable à la maison à critiquer le gouvernement sans jamais rien faire, à me faire entendre à la seule place où j’ai un peu l’impression que je peu me faire entendre et que je peux faire une différence.

    Bien à vous,

    Un simple citoyen du centre qui pour une fois a décidé de faire quelque chose, en fait, de faire tout ce qu’il peut faire.

  18. Marie-Chantale

    Haha, j’ai bien rie en vous lisant! On dirait un autre Martineau, mais avec beaucoup moins de lecteurs, …. Vous devriez d’ailleurs prendre exemple sur vos collègues qui pensaient comme vous, mais qui dernièrement, on aussi commencez à modérer leur opinion.
    Commentaire comme ça… Vos lecteurs sont polis avec vous à ce que je lis dans les commentaires. Exagérez pas votre situation, en jouant à la victime qui est martyrisé, c’est pathétique. Tout le monde qui prend position c’est derniers temps (monsieur et madame tout le monde inclus) trouvent leur contrepartie et risquent les insultes. Ça fait partie des pays démocratique de pas penser pareil. La façon de l’exprimer? Bien c’est certain que ça dégénère quand ils y en a qui suivent tout depuis plus de 100 jours, et que d’autres sont sensibilisés depuis que des casseroles passent devant chez eux seulement. Des hélicoptères qui passent au dessus de votre tête? Ah svp, il y a des avions qui passent à longueur de jour au dessus de notre tête. Le niveau de décibel est le même, faite le test! Votre argument relève seulement de votre perception biaisé par une fixation parce que « ça fait pas votre affaire »!
    Il y a plusieurs étudiants qui ont votés contre la hausse, et contre la grève. Parce que ça coûte cher entre autre! Notez, il serait intéressant que vous fassiez des recherches sur les étudiants en grève selon les régions. Si Montréal est davantage investie, c’est probablement parce que c’est là que sont une bonne partie des cégeps et universités dans les environs, et aussi l’endroit où le coût de la vie est le plus élevé. Mais, je préfère entendre une personne qui a étudié dans le domaine dire ce qui en ai.

  19. Michel Bergeron

    Vous avez tout-à-fait raison Michelle en disant que la population du Québec ne se résume aux quelques milliers de personnes qui agitent leurs casseroles . À preuve, depuis un peu plus de 24 heures quelques 16000 ont appuyé la proposition sensée du Rassemblement des Cols rouges sur le site . Il y a fort à parier que ce nombre grossira dans les jours à venir. Si seulement les médias parlaient de ces initiatives.
    Vivement le rétablissement de l’ordre social!

  20. Plein le cul et émotivité | Bienvenue! | %blog_URL%

    […]  Imprimez ce billet […]

  21. Pascal Henrard

    Je ne partage pas cette opinion. Je trouve que nous vivons une époque formidable.Il faut que vous soyez bien loin de la rue pour penser que le mouvement ne compte que quelques poignées d’illuminés, certes désorganisés, mais joyeux et déterminés. Face à la situation que nous vivons (je parle de celle qui prévalait avant même le mouvement étudiant) de surconsommation compulsive, d’endettement effréné et de corruption galopante, il y avait deux attitudes: continuer sans se préoccuper de demain, se lever et réclamer des changements. Nous n’avons pas de François Hollande québécois, et Jean Charest a le droit divin de décider quand il y aura des élections. Les gens on décidé de sortir de leur canapé. Quitte à déranger quelque voisins.
    La théorie du complot gauchiste me fait sourire. C’est ignorer le courant de solidarité qui anime de plus en plus de monde dans de plus en plus de villes à travers le Québec. N’en vous déplaise, les casseroles risquent de tinter encore longtemps dans vos oreilles.

  22. martin

    Michelle, je vous suis et admire depuis pres de 3 ans.
    Je comprends votre colère. 100 jours de greve et pres de 40 manif nocturnes si vous habitez au coeur, cela aurait aussi le don de m’agacer.
    Cependant je ne partage pas du tout votre analyse. Francais j’ai voté Sarkozy, car je ne suis pas de gauche.
    Premiere chose, la France a vecu Mai 68. Pour autant, et malgré la compétence des francais a descendre dans la rue, notre pays a su faire des reformes depuis lors.
    Deuxiemement, j’aime le Quebec depuis 8 ans, et particulierement ma blonde d’icitte. Mais j’ai toujours été troublé qu’au Quebec, on accepte, qu’on fuit le debat potentiellement conflictuel, passivement.
    C’est pourquoi je suis heureux de voir ces dernieres semaines le peuple quebecois discuter, argumenter, oser donner son point de vue.
    Et ce a mon travail, chez mes amis, dans les medias… et encore vous savez quoi, je trouve que ca pourrait aller plus loin (pas dans la.rue, dans le debat). Mais ca reste mes lunettes de francais ca.
    Enfin, au dela des extremes qui alimenteraient la crise, celle ci est, je trouve, vraiment mais vraiment mal gerer par le gouvernement qui a une large part de responsabilite dans le conflit.
    Bon je suis arrivé a ma rencontre mais on peut reprendre le debat plus tard!
    Au plaisir!

  23. Francois Garon

    J’aimerais te reconnaître dans qui tu es et ce que tu fais. Seth Godin disait récemment dans un billet, nous pouvons être créatif et faire face au jugement des autres ou se prévaloir de la seconde option: se taire et être ignoré.

    Avec ta créativité et tes idées, tes choix de vie et tout ce qui te compose, ton identité est claire et je te salue.

    On ne peut pas en dire autant pour plusieurs qui changent d’idée aussitôt qu’ils entendent un nouvel argument.

    La cause des frais de scolarité a été, selon moi, reléguée au second rang, derrière toute la série de causes pour lesquelles les gens descendent dans les rues… C’est le chaos total d’une écoeurantite aiguë qui malheureusement perd de son sens et sa direction de jour en jour.

    Le message et confus… Et si ça continue, le résultat le sera aussi.

  24. Claude Robillard

    Madame Blanc, je suis choqué par vos propos. Voci le commentaire que j’ai écris ce matin au Premier ministre du Québec; il aurait pu tout aussi bien s’adresse à vous. Qui voulez-vous protéger? Les riches? Votre langage ne fait pas avancer le débat. Les jeunes ont utilisés vos médias sociaux et vous êtes frustré qu’ils fassent comme vous et s’exprime avec fermeté… Voici mon message au Premier ministre.

    Monsieur le Premier ministre,

    Votre gouvernement n’a pas négocié avec les jeunes, vous avez simplement reformulé votre même offre, celle de votre position de départ. Dommage, vous avez affaire à des personnes qui ne se laissent plus berner par vos belles paroles.

    Les médecins que l’on forme à McGill qui quittent le Québec, c’est eux qui devraient payer pour nous rembourser leurs études. Si j’avais à décider, je dirais oui à la gratuité scolaire à condition que l’étudiant reste au Québec pour un minimum de temps après ses études afin qu’il puisse rembourser en impôts ce que la société lui offre. Les frais de scolarité seraient capitalisés et une portion de la dette réduite contre une déclaration de revenus. Donc, à chaque année d’imposition, la dette serait amortie. Au bout, disons de 7 ans, la dette serait effacée complètement.

    Votre gouvernement est dur, envers les jeunes, est-ce que ce semblant de négociation calmera la contestation, j’en doute. La démocratie ne consiste pas uniquement à voter une fois par 4-5 ans, la population a le droit de contester les décisions et les lois du gouvernement. Que ça vous plaise ou non, les jeunes font partie de la population.

    Ce conflit coûte cher aux contribuables. J’estime que la faute vous est imputée. Vous avez gardé une position intransigeante depuis le début du conflit. Vous ne vouliez pas perdre la face aux yeux de la population. J’ai l’impression que vous vous êtes dit que ce ne sont que des jeunes et que c’est vous qui alliez leur imposer vos valeurs.

    Les jeunes nous arrivent avec des idées différentes. Certes, cela peut nous surprendre, mais nous devons nous adapter, les écouter, les comprendre. La méthode forte ne rime à rien. Vous vous êtes un élu, vous n’êtes pas là pour n’en faire qu’à votre tête.

    Monsieur le taux d’insatisfaction de vote gouvernement est à 75%. Je n’ai pas vu un Jean Charest insulté lorsque la Caisse de dépôt à perdue 42 milliards de dollars, ni lorsque de sauvages compagnies foulaient les propriétés privées pour chercher des gaz de schiste. Et votre Plan nord, nous devrons payer la route pour que les étrangers viennent s’enrichir avec nos ressources naturelles. Si ce n’est pas rentable sans ces routes, laissez les ressources sous terre, un jour ce sera assez rentable pour qu’ils nous paient des redevances adéquates.

    Tout au long de vos mandats, il y a eu beaucoup de contestation de la part de la population. Vos idées ne passent pas. Vous êtes toujours le même Conservateur déguisé en sous un manteau Libéral. Je crois que c’est ça que la population n’aime pas. La population du Québec est plus libérale dans son sens pur du terme. Et vous monsieur Charest, vous ne comprenez pas que le monde change. Vous résisté désespérément en voulant garder les choses comme elles sont. Enrichir les riches, taper sur les jeunes à coups de matraque et de poivre de cayenne. Qu’est-ce que ça donne de vouloir gérer une crise à coup de loi spéciale? Cela n’arrangera rien. Vous et votre gouvernement avez réussi à radicaliser les jeunes et les moins jeunes en refusant de vous assoir à la table de négociation. Et là, vous vous retirer de la table parce que vous n’êtes pas capable d’apporter des arguments cotre les propositions intéressantes des jeunes.

    Le problème ne se réglera pas avec ce genre d’attitude. Tout le long de cette crise votre attitude démontre que vous ne vouliez pas changer un iota de votre plan de match, la récente négociation n’a été que de la frime, il n’y avait de votre part aucune intention réelle de négocier, que des miettes.

    Comme des milliers de Québécois, je suis très déçu de mon gouvernement. Il est toujours le temps de revoir l’attitude de votre gouvernement dans ce dossier. Plusieurs de vos amis ont de la difficulté à vous appuyer. Il reste bien quelques Desmarais et Péladeau ici et là qui vous appuient. Mais vous êtes de plus en plus isolé. Il me semble que les jeunes proposaient des solutions pour sortir de cette crise. À mon avis, c’est votre rôle d’écouter les jeunes et de négocier une sortie de crise. En êtes vous capable? Cessez d«,en faire qu’à votre tête.

    Allez monsieur Charest, régler le problème de façon pacifique avant que la situation devienne encore plus chaotique. L’été s’en vient, c’est le temps des vacances. Permettez-nous de vivre cette saison dans la joie et le calme.

    Merci beaucoup et bonne chance.

  25. Jean-Sébastien Marcoux

    Michelle,

    J’ai beaucoup de respect pour ta personne et ton travail.
    Il y a quelques années, tu m’as brillament aidé dans un concours publicitaire.J’étais étudiant. Je le suis encore. Aux études supérieures.
    Mais cela n’a pas d’importance.

    Ce qui est important, c’est que tu t’impliques pour apporter des solutions. Le ras le bol est généralisé. Mais le problème est là.

    S’il te plaît, cesse de tomber dans la démagogie.

    Je te cite : «Allez monsieur Charest, régler le problème de façon pacifique avant que la situation devienne encore plus chaotique. L’été s’en vient, c’est le temps des vacances. Permettez-nous de vivre cette saison dans la joie et le calme.»

    C’est probablement la chose la plus sensée que tu as dite sur le conflit étudiant depuis le début.

    Cordialement et respectueusement,

    Jean-Sébastien Marcoux

  26. Jean-Sébastien Marcoux

    En fait je citait monsieur Claude Robillard, qui a commenté juste avant. Comme quoi parfois, on va trop vite :D

  27. Steph

    « J’en ai plein le cul, mon vase déborde, ma patience aussi… »

    Il y a d’excellents produits pharmaceutiques et des médecins très qualifiés pour ce genre de symptômes. À lire vos propos, vous semblez près du burn-out ou de l’hystérie… Allez consulter, avant de péter les plombs…. :D

  28. Plein le cul et émotivité | Bienvenue! | %blog_URL%

    […] Plein le cul et émotivité […]