Ras-le-bol de l’innovation

Pin It

Comprenez-moi bien, j’adore l’innovation et je crois sincèrement que la « recherche et développement » sont fondamental. Plus encore la recherche fondamentale est trop souvent mise de côté et peu financée au profit de la recherche commerciale.

 

Pourquoi mon ras-le-bol de l’innovation?

 

Les fonctionnaires et les politiciens aiment bien les mots-clés. Ces mots deviennent les leitmotives des subventions, programmes et orientations ministérielles et gouvernementales. Hors de ces mots-clés, point de salut. En 2002, les mots-clés étaient encore « inforoute » et « affaires électroniques ». À cette époque, le gouvernement investit massivement dans les concepts de « cité du commerce électronique », « cité du multimédia » et dans l’inforoute. On peut lire dans un article de Canoë de1996 :

 

Le ministre des Finances du Québec a annoncé, dans son discours du budget, que le gouvernement verserait 20 millions de dollars par année dans le Fonds de l’inforoute durant les trois prochaines années.

«Il faut, de dire le ministre Bernard Landry, que les Québécoises et les Québécois aient accès, sur l’autoroute de l’information, à des services d’utilisation courante et à une masse critique de produits disponibles en français. Le Fonds de l’autoroute de l’information demeurera l’instrument privilégié pour favoriser la création de contenus et de service électroniques permettant notamment à la population québécoise de travailler, de se divertir, de s’instruire et d’avoir accès à des services culturels de source québécoise en français.»

 

C’est d’ailleurs sous cette impulsion de mots-clés qu’en 2000, l’université de Montréal et HEC Montréal décidèrent de créer le premier diplôme de 2e cycle en commerce électronique. Ce fut l’une des très bonnes idées issues de ces mots-clés et je fus l’une des premières diplômées de cette nouvelle Maîtrise scientifique en commerce électronique. Mais en 2002, juste après la bulle internet et la réalisation que les argents investits dans « les cités du whatever » n’aient finalement servi qu’à enrichir le secteur de la construction et engraisser les CGI de ce monde, on a décidé tant au fédéral qu’au provincial de trouver le nouveau leitmotiv du développement économique. Ce leitmotiv ou encore le Saint Graal économique serait désormais « l’innovation ». Qu’est-ce que ça veut dire exactement, personne ne le sait, mais c’est la clé magique qui ferait désormais pleuvoir les crédits d’impôts et subventions de toutes sortes.

 

Je me souviens encore au début de ma pratique, qu’il n’y avait plus rien pour le web, le commerce électronique ou l’internet, mais que tout était devenu « innovation ». Je me souviens d’avoir analysé les innovations d’une pléthore de petits entrepreneurs qui avaient tous inventé le nouveau gestionnaire de contenus (CMS) qui devait révolutionner la planète. Ils étaient tous financés à l’os pour les crédits d’impôt à l’innovation. J’étais médusée de réaliser qu’ils s’abreuvaient tous à la même mamelle et que cette vache à lait finançait des copycats tous plus médiocres les uns que les autres. C’était pitoyable de voir ça. J’ai analysé au moins une cinquantaine de ces soi-disantes innovations et aucune d’entre elles n’existe encore aujourd’hui.

 

Puis vint la grande gaffe à Bernard Landry. Cette gaffe fut le pont d’or promis à Ubisoft pour qu’ils s’installent chez nous. Les autres joueurs du gaming de l’époque furent rapides à demander l’équivalent pour eux-mêmes, des programmes d’Ubisoft. S’en suivit une myriade de crédits d’impôts et de subventions qui font maintenant du Québec, l’une des plaques tournantes du gaming et des effets spéciaux de la planète. J’en suis fort aise. J’ai d’ailleurs souvent blagué qu’il serait maintenant intéressant de faire la même gaffe pour le reste du numérique.

 

Au fédéral, le tournant « innovation » arriva plutôt autour de 2005. Là aussi, tous les programmes du numérique, du commerce électronique et de « l’inforoute de l’information » prirent le bord. Le nouveau ministre conservateur des sciences technologies et innovation croyaient que le monde avait été créé en 7 jours et le pire est que ce n’est même pas une figure de style.

 

La semaine dernière, pour une deuxième fois, avec un panel de six autres experts internationaux, j’étais juge d’une soixantaine de dossiers du volet expérimental du Fond des médias du Canada. Ils auront la chance inouïe de se partager les quelque 15 millions de financements biannuels de l’organisme.

 

Par l’entremise du volet expérimental, le FMC favorise le développement de contenus numériques et de logiciels d’application interactifs à la fine pointe de l’innovation. Les projets appuyés dans le cadre de ce programme doivent être développés à des fins commerciales par l’industrie des médias canadienne ou à des fins d’utilisation publique par des Canadiens.

 

Certains de mes collègues juges venant d’autres pays, étaient scandalisés de la faiblesse de présentation et d’innovation de certains dossiers et des sommes faramineuses qu’ils récolteraient à la suite de cette ronde d’analyse de l’innovation. D’ailleurs moi-même, j’allais presque développer des boutons à lire certains dossiers truffés de mots-clés vides « sous-entendant l’innovation ». Celui qui me fait le plus « tiqué » est le fameux « notre algorithme ». Celui-ci n’est jamais expliqué ou encore présenté. Il suffit qu’il soit présent. Ceux qui l’écrivent n’ont probablement jamais fait de mathématiques fondamentales et sont très certainement « poche » en algorithmes, mais, qu’à cela ne tienne, ils ont « un algorithme » soi-disant révolutionnaire. J’ai aussi en tête un dossier de développement d’une application d’un conglomérat regroupant une dizaine de membres et demandant près d’un million de dollars pour développer cette application extraordinaire. Le hic est que l’un de mes potes, par ses week-ends, a déjà développé une application semblable et bien supérieure, et ce tout à fait gratuitement, pour le plaisir intellectuel de le faire.

 

Par ailleurs, plusieurs autres dossiers n’ont d’innovants que certaines modifications à ce qui existe déjà. En outre, ces entreprises venant du gaming, sont déjà subventionnées à l’os par d’autres programmes comme les crédits d’impôt.

 

Entretemps, notre premier ministre nous a promis il y a plus d’un an un Plan numérique pour le Québec, nos infrastructures internet et cellulaires sont pitoyables à un prix exorbitant et les ratés des projets de technologies de l’information sont une catastrophe, dépassent plusieurs milliards et ont fait naitre un autre mot-clé en vogue. Celui de #Bordelinformatique.

 

Il me semble qu’il serait temps de remettre sur la map un mot-clé qui touche l’ensemble de la société et des industries. Il me semble qu’il est grand temps pour des états généraux du numérique au Québec. Il me semble qu’il est grand temps pour les mots-clés « numériques » et « planQc ».

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Claude

    Les projets informatiques innovants (projets qualifiés de N+1 et autres superlatifs) sont désormais mis au service des politiciens. L’étude des besoins d’affaires est plutôt une étude des besoins politiques. Ainsi un projet devant servir les besoins des citoyens sera récupéré par les politiciens qui y verront un moyen de polir leur image et d’atteindre leurs objectifs politiques (aussi farfelus que ces derniers puissent-être). L’égo des politiciens est à la hauteur des investissements requis pour réaliser ces projets.

    Bon … je me défoule … faut pas garder ça en dedans, ça fait du bien d’en parler (en fait rien de tout cela n’est nouveau … désolé !).

    Bravo pour vos analyses Mme Blanc, heureusement que vous êtes là pour parler de la place du Québec dans cette transformation numérique.

    Merci et bonne journée,

    Claude

  2. Yves-Marie Lemaître

    J’ai beaucoup aimé votre billet! Et surtout, il me console un peu… Car il suffit de remplacer les termes relatifs au Québec par les équivalents Français (c.à.d. en usage en France), et nous avons une decription exacte de la situation de ce côté-ci de l’Atlantique…
    Les gargarismes sur la FrenchTech et autres « Plans numériques », piloté par notre (certes dynamique) Secrétaire d’Etat au Numérique, et les incubateurs qui fleurissent pour occuper les jeunes diplômés à la poursuite de la nouvelle Licorne, qu’ils sont certains de ne plus trouver dans la Finance, la Distribution, ni même dans le Luxe…
    Ah de l’énergie, oui ils en dépensent, presqu’autant que les subventions et les cagnottes de « crowd-funding » (désolé, le nom francophone ne me vient pas), mais des projets de long terme, on n’en voit que trop peu.
    Merci de nous rappeler à l’évidence: développer une start-up, c’est avant tout répondre à un besoin avec une offre pérenne, c’est beaucoup plus de stratégie que de tactique, c’est penser avant d’agir…
    Voilà, votre agacement est contagieux. Mais salutaire.
    Alors oui, pour paraphraser le Général de Gaulle, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant « l’Innovation ! », « l’Innovation ! », « l’Innovation ! » mais cela n’aboutit à rien et cela ne signifie rien.