Pauline Marois à propos de l’économie numérique, des médias sociaux et de l’open source

Pin It

Cet après-midi j’ai eu une discussion Skype avec Madame Pauline Marois, chef du Parti Québécois, à propos des médias sociaux et de l’économie numérique. En fait c’était ma deuxième entrevue puisque hier matin, nous avions tenté de nous parler. Malheureusement, mon iPhone avait choisi ce moment pour flancher. Madame Marois ayant un agenda plutôt chargé en cette fin de course électorale, nous ne pouvions nous parler que cet après-midi, alors que j’étais à mon salon de coiffure, (le salon Hed à Montréal, d’ailleurs mon coiffeur Luc Gagnon insiste pour que je dise à Madame Marois qu’il est un de ses plus grands admirateurs) et que madame Marois était dans son autobus de campagne avec un lien internet aléatoire. Madame Marois a accepté de jaser avec moi même si les conditions n’étaient pas optimales. Vous trouverez en effet que l’audio n’est pas facile et que votre humble blogueuse a un look un ti-peu métallique.

Mais trève d’introduction, écoutez plutôt madame Marois…

(Si quelqu’un peut améliorer et filtrer le fichier audio de mon entrevue avec Pauline Marois n’hésitez pas à me le faire savoir)


Pauline Marois chef du Parti Québécois en… par MichelleBlanc

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Au tour d’Option nationale de répondre à nos questions « E-Gouv Québec

    […] Pauline Marois à propos de l’économie numérique, des médias sociaux et de l’open sou… […]

  2. L’équipe de Québec solidaire répond à nos questions « E-Gouv Québec

    […] Pauline Marois à propos de l’économie numérique, des médias sociaux et de l’open sou… […]

  3. Le plan numérique et le gouvernement ouvert s’invitent dans la campagne électorale « E-Gouv Québec

    […] Pauline Marois à propos de l’économie numérique, des médias sociaux et de l’open sou… […]

  4. Bilan de mes rencontres avec les chefs des partis et leur vision du numérique • Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique. Marketing Internet, consultante, conférencière et auteure

    […] Cette semaine j’ai mis en ligne (par ordre inverse de leur rencontre) mes entrevues avec Pauline Marois, Amir Khadir Jean-Martin Aussant, Jean Charest et François Legault et nous discutions de […]

  5. Fabienne Malenfant

    Bravo pour le début de l entrevue avec un sujet bien féminin !
    Je déplore que Mme Marois ne soit pas sur Twitter. Elle avait une présence plus visible sur Facebook. J`espère qu`elle saura si mettre en tant que Première Ministre du Québec.

  6. Pauline Marois à propos de l’économie numérique, des médias sociaux et de l’open source | Bienvenue! | %blog_URL%

    […] Pauline Marois à propos de l’économie numérique, des médias sociaux et de l’open source […]

  7. cherif Bishweka

    je felicite la femme pleine d’initiative en personne de Pauline Marois, je suis Africain congolais de la RD Congo. Merci

  8. Loraine

    Miles, I agree with you that unilinguism, elecpiasly when you have great natural conditions for bilinguism, is a bad idea. I am, after all, a (federal) liberal. I, in no way, condone what the PQ is doing. I was merely showing how it was consistent with the PQ’s values, and even though I don’t share these linguistic values (I have a lot to say about language laws in Que9bec – I can see the use for some of them, but others, such as radio quotas, are disgusting), but they’re still sound.To comment on what you pointed out in your last post, it’s not the PQ’s job to care about francophones outside Que9bec, not any more than it is to care about francophones outside Canada. If anything, the PQ would love for francophones in the ROC to « migrate » to Que9bec, but francophones outside Que9bec are really not under the jurisdiction of Que9bec provincial parties, PQ or otherwise. I know they are doing a disservice to francophones outside Que9bec, but they probably see it as collateral damage – it’s sad if that happens, and they don’t want it to happen, but if it’s the price to pay for an independant Que9bec, they’ll pay it (and gladly welcome them as Que9bec immigrants).You bring up one of the topics I most like to discuss with my separatist (or federalist Que9bec nationalist) friends, that is how most of them complain about being assimilated by English Canada yet trying to assimilate non-francophones within Que9bec. I’d like to think I make them think about it, but all of them leave the discussion showing no signs of regret with wanting to do in Que9bec, as part of the French majority, what they would not want to get in Canada, as a minority. They are quite fine with this discrepancy. I do not understand it, however, but even within soft federalists it’s a very frequent position. I don’t know if you’ve ever lived in Que9bec, but the question of language is a very, very, very important subject to many Que9becers, and probably the #1 reason for independence – if it’s important enough for independence, surely a law obligating people to speak it in order to get elected isn’t the most radical of ideas. I know it might sound silly, but these people don’t operate with the same frame of mind as we do (see: voting for the Bloc). Note also that the PQ doesn’t say that we should all speak JUST French – the PQ has no problem with teaching English and other languages in public schools, on the contrary – what the PQ wants is for everyone in Que9bec to speak AT LEAST French. The rest is great, it’s wonderful if you speak Hebrew or Russian, but you must at the very lest speak French.