Mon Boomerang à moi

Pin It

Ça me fait toujours drôle d’aller aux Boomerangs et de passer l’année à vomir sur les sites Flash. Je persiste et signe, beaucoup des sites gagnants sont des sites de merdes. À cet effet, je ne vous parlerai pas du grand gagnant parce que j’ai déjà dit que je n’en parlerai pas et que le strict fait de dire que je n’en parle pas a fait (il semble) bouillir de rage une des VP de l’entreprise (mon dieu, une chance que je n’en ai pas parlé et que je ne me suis pas vidé le cœur. Elle aurait bin fait une syncope. Mais cette même VP n’as jamais eu la délicatesse de me dire une petit merci quand au contraire je lichais abondamment et gracieusement son président. C’est ça la vie de « bitch bloguesque ». Quel persiflage!) C’est différent pour les pubs numériques. Je n’ai rien contre les pubs en Flash (je n’ai rien pour non plus). Moi la pub, ce n’est pas mon dada et comme consommatrice, je ne les regarde pas anyway. Quelles soient en Flash, en HTML, en image ou en carton au coin de la rue sur un lampadaire avec une face de politiciens, je m’en fou et je trouve que ça dérange le décor réel ou virtuel. Mais voilà que le party Boomerang, c’est le lieu de rencontre de bin des potes que je n’ai que rarement le temps de voir, de serrer la pince, de blaguer et d’agacer avec leur techno Flash. Comme ce Fellini des médias interactifs Martin Ouellette (l’un de mes mentors philosophique et non technologique), à qui je tirais la pipe. « Pauvre Martin, petite année pour toi, tu n’as gagné que quatre Boomerangs cette année? ». Faut tout de même dire que la gang à Martin, Provokat, ne sont que huit et que le nombre de ces trophées par tête de pipe qu’ils remportent au fil des ans, doit faire sérieusement chier ces multinationales de l’éphémère avec leurs centaines d’employés qui en plus de faire de l’inutile, ne sont pas foutu d’être reconnus par leurs pairs.

Je dois aussi confesser avoir été traitée comme une reine. C’est d’abord Médias Transcontinental qui m’offrit le billet et le transport en limo et champagne, jusqu’à la grande fête de la pub. C’est mon ancien ex-associé et grand copain Guillaume Brunet qui eu la délicatesse de me cueillir et j’eus ainsi le plaisir de rencontrer sa présidente Nathalie Larivière. Madame Larivière est une femme réellement charmante qui même si elle est l’une des capitaines d’industrie les plus en vue au Québec, est resté d’une simplicité et d’une accessibilité désarmantes (entre vous et moi, nous avons même parlé chiffon). Quelle belle rencontre. Puis, rendue sur les lieux, ce sont les gens de Yahoo-Québec qui m’accueillirent à leur table d’honneur sur le parterre et poussèrent la délicatesse via Patrice Laing, de me féliciter publiquement d’avoir, avec mon franc parlé à TLMEP, fait avancer un peu plus la cause du numérique au Québec. J’étais rouge de gêne (mais heureusement, il faisait noir). Puis finalement, tous ces copains que j’étais si heureuse de voir, que j’aime tant agacer, qu’il me fait vraiment plaisir de côtoyer. C’est donc un mautadit de beau party et cette année, il y avait assez de boissons et de bouffes pour satisfaire le millier d’invités qui y étaient.

Le gros velours de mes Boomerangs est qu’à la sortie de l’événement, nous recevons un exemplaire de la revue InfoPresse de décembre et que la pub Big Idea Chair de Yahoo (sur deux pages) y était, en plus d’un article de fond sur les blogues d’affaires mettant entre autres en vedette mon client chou chou DessinsDrummond.com et son blogue, dans le grand spécial Boomerang de l’année. Quelle douce ironie…

MAJ
Ha oui, l’autre petit velours est que la bannière du livre collectif Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires (qui pollue en ce moment mon sidebar, faut que je sois constante tout de même) est l’un des grands gagnants Boomerang de cette année. Merci encore à Martin Ouellette pour ça…

MAJ2
Ce billet témoigne aussi de la grande ouverture à la critique d’InfoPresse qui ne m’en a jamais voulu d’être si cassante avec eux. Même qu’hier, le PDG Bruno Gautier me dit qu’il aimerait bien qu’on prenne un café un de ces quatre. C’est dire à quel point ils ne sont pas susceptibles…

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Katheline Jean-Pierre

    Mon dieu, mais tu es en feu ce matin! vive les Boomerangs et vive le *bitch blogging*. Ça réveille plus que mon double-cappuccino…

  2. Louise B.

    Je suis tellement d’accord avec le Flash qui est bien « cute », mais qui rend pas toujours service. Et puis un jour, il faudra se déniaiser et penser qu’il y a des agences qui font des sites avec moins que 1.5M$ de budget. Yes Sir… Et qu’il y a des équipes qui doivent être créatives en ti-père pour rendre avec des budgets qui sont pas ceux de Molson. Reconnaître ces agences là et leurs clients, c’est une responsabilité de l’industrie.

    Sur ce, je salue l’équipe de Provokat qui est inspirante pour mille et une raisons. Bravo et bonne continuité.

    Louise B.

  3. JF

    j’ai travaillé sur Tourisme Montréal et je peux te dire que ce n’est pas un exemple « d’utilisabilité ». On a ici au contraire un bel exemple d’un site dirigé par un designer qui n’a aucune idée de ce que l’utilisateur peut souhaiter. J’ose a peine imaginer un touriste en France voulant voir Montréal et qui doit se « tapper » 80Mo de téléchargement pour visionner le vidéo.

    Chez SIDLEE c’est le royaume du gros vidéo auquel on met une navigation.. et on se bidonne a dire qu’on a fait un beau site..

    On n’invente plus rien depuis bien longtemps chez SIDLEE le site du Casino de Las Vegas qui était fait sur la même thème, musique techno sur le même beat et le même type de navigation…

    Ou sont donc les créateurs dans un tel processus? On ne réinvente plus l’interface pour informer de mieux en mieux l’utilisateur.. on l’alourdit pour essayer de ressembler au media télévisuel?

    A ceux qui se disent Analyste chez SIDLEE et qui affichent le gagnant sur leur Facebook… un peu de réserve svp.

  4. Frédérick

    Bon travail en effet ak DessinsDrummond, c’est l’fun d’avoir l’article dans cette parution là de la revue

  5. JF

    Heu tu veux pas mettre mon commentaire?? trop blasté??

  6. Yannick

    J’aurais tellement aimé être à cette soirée! J’étais au party de Vlog… on peut pas tout avoir! Mais je me jure bien d’être là l’an prochain. J’ai feuilleté Infopresse ce matin, et il me semble avoir une ouverture vers des sites plus proche de la communauté parmis les gagnants. ;)
    Yannick

  7. Francois Viens

    Pour ma part, j’aimerai bien voir apparaître de nouvelles catégories pour le concours… Mon idée n’est pas précise mais disons qu’une version plus marketing de « Respect des bonnes pratiques » serait très appréciée par une grande partie de l’industrie et également par le W3Québec (http://www.w3qc.org), communauté que je représente. Le W3Québec serait également prêt à contribuer à l’analyse des dossiers et à conseiller les responsables du concours… Sauf quelques exceptions près, le bon Web est laissé de côté par les Boomerangs et c’est très dommage…

  8. Olivier

    Les sites indexés sur Google n’ont pas besoin des Boomerangs pour être connus. Les Boomerangs sont utiles aux sites introuvables à cause des contraintes des moteurs de recherche qui ne comprennent pour l’instant que le texte (alors qu’une image = 1000 mots).

    Plutôt que de demander aux Boomerangs de récompenser les sites en texte, demandons à Google d’indexer les sites en images.

  9. Francois Viens

    Il n’est pas seulement question de référencement mais également de récompense… C’est flatteur en tant que concepteur de recevoir un prix pour notre bon travail, ça vaut pour les concepteurs Flash mais également pour les non Flash. Cela dit, peut-être que les Boomerangs n’est pas le bon cadre pour récompenser ces gens là et qu’un autre concours indépendant pourrait être créé!

  10. JF Dubé

    2 Questions

    1- les Boomerangs, ce n’est pas un concours sur l’aspect visuel du design? Si c’est le cas, tout les gagnants mérite leurs prix!

    2- Si tu n’aime pas la pub, pourquoi tu nous impose une bannière large comme ton blogue et qui ne t’apporte assurément aucun revenu considérable?

  11. Michelle Blanc

    @JF
    Faut pas être trop méchant tout de même. Juste un peu…
    @JFDubé
    Si ça ne me payait pas, ça ne serait pas là. Je n’aime pas la pub mais je suis pleine de paradoxes et je vis bien avec ça…

  12. émergenceweb : blogue » 14e édition des prix Boomerang : bravo aux gagnants !

    [...] Jury. Il y a une foule d’autres prix. Bravo, donc, aux autres gagnants, même si comme le dit Michelle Blanc je ne suis pas non plus un fan des sites conçus en Flash. Vous pouvez trouver la description de [...]

  13. Grand prix Marketing Interactif pour Tourisme Montréal | Ressac Media | Le Blogue

    [...] de lui. On parle du nouveau site de Tourisme Montréal, contre lequel s’étaient ralliés une quantité de blogueurs plus ou moins spécialisés dans le domaine ou crédibles, au clavier en [...]

  14. Pierre Bellerose

    Michelle,

    Permets-moi de ne pas être d’accord avec toi sur ce dernier billet.

    Je sais bien que je ne suis pas le plus objectif pour parler du site web de Tourisme Montréal mais je me permet de le défendre ici. Les prix obtenus hier sont pleinement mérités. Mon opinion est simple et limpide : le site est magnifique, les commentaires des utilisateurs élogieux et l’achalandage en croissance.

    Le site de Tourisme Montréal n’est pas le grand gagnant pour rien!

    Aussi, j’ajoute ici que ma collègue Carmen Ciotola (VP Comm. à TM) est une grande dame du marketing et qu’elle a déjà été choisie personnalité marketing de l’AMM de 2005 (entre autres).

    Je ne suis pas un spécialiste du référencement mais un intense défenseur de Montréal. Et ma chère Michelle, je peux t’assurer que j’ai la profonde conviction que le site web de Tourisme Montréal est un magnifique ambassadeur de cette ville que j’adore.

    Au plaisir

    NB Qui est ce « JF » (ancien employé de Tourisme Montréal??)qui se permet des commentaires négatifs sur TM et Sid Lee sans s’identifier??

  15. Michelle Blanc

    @Pierre Bellerose
    Cette semaine, dans le Mirror, Britney Spears reçoit la note de 1/10 pour sont disque Circus par le critique Erik Leijon. Elle risque cependant de gagner aux American Music Award, d’avoir des fans en délire, de faire bin plaisir à son manager. Reste que son dernier CD c’est de la merde. Je donne ça à titre indicatif parce que moi, je n’ai jamais critiqué par écrit le site de Tourisme Montréal. On peut certes, lire entre les lignes ce que je pense du site et ce que je pense des commérages que ta collègue colporte à tout vent sur ce que je n’ai pas écrit. Et puis, moi je suis bien la personnalité nationale du Big Idea Chair de Yahoo, pis après??? Ce qui me dérange le plus avec votre site et avec ce prix est que ma niche à moi c’est le tourisme en ligne, ici et ailleurs (aux E-U par exemple) et que Tourisme Montréal, étant le phare qu’il est, donne malheureusement l’impression au marché que c’est le genre de site qu’il faut faire alors que moi je valorise la complète antithèse de ça et qu’on me questionne très souvent là-dessus. Alors en toute amitié, je ne peux pas avaliser publiquement le contraire de ce que je m’efforce d’inculquer, à longueur d’année, dans mes diverses initiatives éducationnelles et pédagogiques. C’est d’une tristesse…

  16. André Luc Le Blanc

    Bonjour Mme Michelle Blanc

    Je suis André Luc Le Blanc – 52 ans et je viens de prendre le tournant, du Super Mario WEB. Juste un mot et une question comme ça!

    C’est bien de voir qu’il reste encore des gens vrais et encore authentique. Merci bien pour nous tous! Maudite belle leçon de vie.

    Moi je n’est juste qu’une question? Sachant que vous êtes maintenant reconnue comme étant LA nouvelle cocluche ou Gourou(e) du Marketing au Québec, que les Québécois vous ont adoptées unanimement par tous!
    Any way! Ma question est!

    Que pensez-vous de StoreOnLine!
    nouvelle WW organisation de Marketing Américaine établie depuis 6 ou 8 ans.

    Faut-il garder Lesyeux ben ouvert pour ne pas se faire FourvYr complètement ou s’y abandonnée complètement devenir dépendant! Il y a aussi le juste milieu!
    Note: on ne se connaît pas!

    Merci bien

  17. Philippe Roy

    Bonjour Michelle,

    Jeudi dernier, j’ai volé un boomerang avec un site tout en flash. Étant développeur flash de métier, je me permet de dire mon opinion, même si je me sens un peu comme Martin Picard dans blog végétarien.

    Tout d’abord, je suis le premier critique des sites ou applications flash, je suis intolérant au loading et sévère avec les mauvaises utilisations. Je refuse souvent des projets, jugeant qu’il ne s’agit pas du bon médium. Comme dans un exemple que vous donniez, un client qui se fait un site http://www.hotelchose.com, se tirerait dans le pied avec un site 100% flash, mettant de côté tout le SEO, SEM etc…
    Cependant, un lien vers sa mini application nous permettant de voir les chambres en 3d en flash serait parfaite.

    Je crois aussi que certain site tout en flash sont tout à fait appropriés. Micro site de campagne ciblées, sites portfolio d’artiste ou de l’expérientiel. qui nous permettrons d’innover, de façon encore une fois, dosé et approprié avec le contenu.

    Je comprend la frustration de certain à l’égard du flash, mais pour comparer à photoshop, c’est pas parce qu’il y a des photoshop disaster (http://photoshopdisasters.blogspot.com/) qu’on doit renier le programme.

    Maintenant pourquoi récompense-t-on ces sites plutôt que d’autre énormément plus rentable ?, je sais pas, peut-être pour les mêmes raisons qu’on donne pas d’oscar à Tobey Maguire.

    merci de m’avoir lu.
    Philippe

  18. JFPoulin

    @ Pierre Bellerose
    Je suis un ex employé de Hue qui a fait la production technique du site de TOurisme Montréal. Ne te méprends pas, je n’ai rien contre Montréal mais plutot contre l’argent qui a été dépensé pour un site qui ne sera pas accessible et facilement utilisable par ceux qui voudront apprendre a connaître notre ville.

    Et je suis probablement moins dure d’opinion que Louis B ci-dessus qui a bien raison.

  19. Marc-André Lavoie

    Je suis un gars de Flash, j’ai gagné un Boomerang cette année, c’était pour un site Flash, et croyez-moi, ce n’était pas un gros budget (oh, que non !). Preuve que ça n’est pas qu’une question de gros sous.

    Vous me direz que le site aurait aussi bien servi sa cause en étant tout de CSS vêtu. D’un point de vue cartésien, certes. Si on regarde froidement le but du site: visionnement, commentaires et ratings sur des courts métrages. Oui, on aurait pu faire une application html, pleine de bonheur W3C. Mais pour moi, l’utilisation du Flash, dans ce cas-là, ajoute une couche allégorique qu’un site html, aussi efficace et ergonomique soit-il, ne peut apporter.

    Je respecte tout à fait que vous pensiez que mon travail consiste à faire des sites de merde. En ce qui me concerne, c’est une belle métaphore organique, car elle m’éloigne de la pandémie de rationalisme qui refroidit atrocement notre société.

  20. Marc-André Lavoie

    @Yannick
    Bien oui, le site de Michel Coulombe a gagné. Une belle victoire !

  21. Martin Ouellette

    Merci Michelle. Tes mots doux en l’endroit de Provokat sont accueillis avec tendresse et humilité.

    Au sujet du site de Tourisme : perso je le trouve bien. Mais, vu qu’il me semble être, d’un point de vue Web, une répétition de ce que Sid Lee avait fait l’année d’avant pour MGM Grand, je ne comprends pas cette reconnaissance. Mais, là, à trop lire ce blogue, je deviens bitch!

    ps: xxx

  22. JFPoulin

    En fait de flash un site comme l’événementiel qu’a fait Marc-André Lavoie pour RDI était plus qu’approprié par contre et très imaginatif dans son interface pour permettre de voir le processus de votation dans le cadre du concours. Ici le fait de le faire en flash valait la peine je trouve.

    Bravo Marc-André et Michel Coulombe de Radio Canada qui a toujours été le modèle de perfection comme client.

  23. Observateur

    Je suis un technologue, avec aucun parti pris pour Flash, HTML, PHP,.Net ou Java. Je veux exprimer mon point de vu sur ce post.
    Je sens du ressentiment et du mépris dans certains commentaires concernant le site de Tourisme Montréal. Ça ressemble étrangement à des règlements de comptes !!???
    J’ai fait personnellement une petite analyse par curiosité sur le site en question et permettez moi tout d’abord rectifier certaines informations : Le site n’est pas un site flash, c’est plutôt hybride Flash et DHTML/AJAX/CSS. Bâtit sur une plateforme technologique éprouvée (sans trop s’étaler sur les détails). C’est un heureux mariage des deux mondes : Inspirer avec les sections flash et informer et agir avec les sections HTML. C’est un site totalement indexé par Google et les autres moteurs de recherche. Certainement, il contient certaines lacunes, nul n’est parfait. Il combine les bonnes pratiques reconnus actuellement. Personnellement, Je trouve que ce site est un superbe ambassadeur pour Montréal.
    Pour la pertinence, la créativité, le succès, l’approche marketing, Est-ce qu’il mérite le prix ? : Les options sont ouverts divergentes et des fois contradictoires, c’est parfait ainsi et c’est comme ça qu’on avance. La seule chose déplorable est que ça prend des tournures plutôt bizarres quand ça réduit l’autre, le discrédite, l’annule, le juge, et on n’aime pas ça, n’est ce pas?
    Merci à tous.

  24. Marc-André Lavoie

    @Observateur: excellente observation !

    Faudrait un minimum de rigueur avant de tirer sur un site à boulets rouges.

    @Michelle Blanc :
    On dirait que vous en avez déjà trop dit … Un post sur Tourisme Montréal, et pourquoi il représente tout ce qu’il ne faut pas faire, serait des plus apprécié !

  25. JFPoulin

    @ Observateur
    @ Marc-André

    Excellent exposé en effet. Comme tu le dis, et je suis d’accord, le site est hybride.

    Mais la ou j’ai un doute c’est dans la pertinence de l’utilisation de la composante Flash dans la navigation et je me demande un peu si le boomerang n’a pas été un peu attribué pour cela. http://www.tourisme-montreal.org/Accueil/

    Et si il a été attribué un peu pour ca je me demande si quelqu’un a remarqué la similitude avec un autre prix boomerang attribué a la même firme pour une navigation du même type il y a un an ou deux pour le site du MGM Grand http://www.mgmgrand.com/

    Qu’en pensez-vous?

  26. Marc Desjardins

    Je pense qu’il faut relativiser ces propos qui naviguent dans la disproportion et qui ne tiennent pas en compte notre territoire extrêmement hybride face au Web.

    Histoire d’être transparent, je dois dire que j’ai eu l’intense bonheur de travailler avec Diesel (avant Sid Lee) comme «consultant externe en résidence» en 2000/2001, au moment où l’entreprise prenait, presque seule, le virage interactif au Québec. Un des grands plaisirs pour moi, vieux praticien venant du trad et des débuts du Web comme du monde de la culture, c’était de voir les patrons me demander constamment de les «challenger» pour aller plus loin, pour penser en dehors de la boîte. Ça a donné des élans de créativité immenses et de belles audaces. Mais Diesel/Sid Lee était et est une agence considérable, facturant, légitimement, le temps de ses collaborateurs à 250$ l’heure. Cet état de fait, sur la planète Web, les a contraints à devoir travailler avec de très gros clients qui ont de très gros budgets. C’est très normal et toutes les agences de trad qui ont fait le virage Web fonctionnent ainsi. Ce faisant, ils ont développé une signature intégrant vidéo, Flash et interfaces complexes. C’est une signature (ce que je ne vois pas chez aucune autre grosse agence pub d’ici). En parallèle, ils expérimentent dans plein de champs de créativité pour permettre de conserver l’audace en place. Malgré tout ce qu’auraient pu souhaiter Martin, JF, Bertrand et tous les autres chez Sid Lee, ils ont dû faire leur deuil de naviguer les eaux du Web 2,0 à petits budgets, ce que d’autres joueurs, comme Provokat, par exemple, font merveilleusement bien. Sid Lee est une grosse agence internationale maintenant et on ne peut pas lui reprocher d’agir ainsi. D’ailleurs, on est vachement colonialistes sur ce domaine puisque jamais on ne reproche ça aux Crispin Porter de ce monde quand on s’extasie sur leur réalisations. Mais bon, la bitcherie régionale appartenait depuis longtemps au monde de la pub trad, elle se perpétue dans celui du Web.

    Par contre, et là-dessus je donnerai toujours raison sur ce point à Michelle et aux autres défenseurs de l’artisanat et du Web accessible et surtout communautaire, il est terrible de voir à quel point personne n’a compris, au Québec, que le Web bien pensé et sans grands moyens, peut donner de formidables résultats. J’ai vu des clients du monde de l’hôtellerie s’extasier devant la présentation du site de TM et de vouloir les mêmes résultats avec 5,000$ de budget! Quand on leur dit qu’un blogue et une présence quotidienne et actualisée leur donneraient les mêmes résultats, ils se braquent et finissent par se faire faire des sites en Flash poche, avec des grosses photos qui glissent, des vidéos mal tournés par des vidéastes sans expérience et aucun texte, aucune stratégie et surtout aucun moyen d’échanger avec la clientèle et créer une communauté. On revient aux vitrines passives d’il y a 10 ans, avec beaucoup de pizza et aucune efficacité. C’est là que Flash (et toutes les «templates» téléchargeables pour 60$) a détruit la pensée derrière le Web. Mais Flash, c’est également génial pour la vision expériencielle.

    Laissons aux Sid Lee de ce monde le droit et le talent de faire ce qu’ils font avec brio mais faisons comprendre aux clients toujours loins de leurs pompes qu’on ne peut pas copier sans moyens une superproduction… après tout, le cinéma d’auteur est aussi valable. On peut aussi bien aimer The Dark Knight que Rachel Getting Married, mais on doit respecter les moyens qu’on a et réfléchir à ce qu’on peut offrir plutôt que de faire dans la copie sans âme. Tourisme Montréal ont certainement eu exactement ce qu’ils voulaient quand ils ont commandé le nouveau site à Sid Lee, du prestige et une certaine grandiloquence qui n’est pas du tout désagréable. Mais ce n’était pas ce qu’Elektra voulait en demandant à Provokat de créer leurs outils et chacun en a eu pour son argent, tous budgets confondus.

    C’est pourquoi, je ne me sens jamais diminué de faire tout seul un petit site pour un client, avec pas beaucoup de sous, le plus d’imagination possible et un taux de fréquentation immense, alors que j’ai déjà conçu pour un autre un site de 1,2 millions, avec une équipe de 56 personnes. Chaque bonheur est différent, chaque vision propre au sujet, au client et à ses moyens.