Ma lettre de motivation pour être accepté à la Maîtrise

Pin It

Lors de mon dernier billet L’importance du rêve, je parlais de la lettre de motivation que j’écrivis et qui me permit, malgré mes faibles notes, d’être admise au programme de Maîtrise en commerce électronique. Une commentatrice, Ingrid, aimerait bien la voir cette fameuse lettre. Donc la voici (notez qu’à l’époque j’étais encore un homme, ce qui n’est plus le cas, de toute évidence…)

Le vendredi 13 juillet 2001

Monsieur Peter G.Kropf
Directeur du programme
Monsieur Gilbert Babin
Co-directeur du programme
Monsieur Vincent Gautrais
Co-directeur du programme
Comité de sélection de la Maîtrise ès Sciences en commerce électronique
École des Hautes Études Commerciales
3000, chemin de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal (Québec) H3T 2A7

Objet : Candidature de Michel Leblanc

Permettez-moi de vous remercier pour l’attention que vous porterez à ma candidature. À l’analyse de mon dossier, vous remarquerez la complémentarité de mes expériences professionnelles, aptitudes et champs de compétence avec le programme de Maîtrise ès Science en commerce électronique avec spécialisation gestion. Vous serez satisfait des nombreuses références d’employeurs ou de clients bien servis. Par contre, vous serez hésitant en voyant ma moyenne de 3.6 sur 5 et en remarquant le nombre d’années manquant entre mes études et le marché du travail. Permettez-moi de vous les expliquer.

Les années 80 ont été pour moi une période particulièrement turbulente où je travaillais dans les bars la nuit et où j’étudiais le jour. Cette période a été marquée par divers abus qui ont eu pour résultat de ralentir ma progression intellectuelle et professionnelle. Les années 90 ont été tout autre. Elles ont été une suite de défis professionnels, intellectuels et technologiques qu’aujourd’hui je suis fier d’avoir accomplis.

J’aimerais que dans votre sagesse et qu’avec votre aide, les années 2000 puissent me permettre d’atteindre de nouveaux défis et me permette de participer positivement à l’émergence de ces nouveaux marchés qui attendent l’envol du commerce électronique.

J’espère que vous pourrez, à l’étude de mon dossier, saisir toute la volonté d’apprendre et de réussir, toute la créativité, toute la détermination et toute l’intelligence qui m’ont permis de relever avec brio plusieurs des défis auxquels j’ai été confronté et qui me permettront de finir parmi les meilleurs de votre classe 2001-2002 pour finalement devenir un agent positif des changements que nos entreprises auront à envisager sur la route du commerce électronique.

J’anticipe le plaisir de recevoir votre réponse et de peut-être avoir la chance de pouvoir jouir et apprendre de votre savoir. Veuillez recevoir Messieurs l’expression de mon profond respect.

Michel Leblanc

MAJ
Morale de cette histoire, il faut savoir capitaliser sur ses forces sans pour autant cacher ses faiblesses (qui sont de toute manière très évidentes). Vous pouvez aussi noter que déjà, sans l’avoir planifié, j’étais une personne avec ce que l’on pourrait appeler, une communication authentique, directe et franche. Ça m’a payée à l’époque et ça continue de le faire aujourd’hui…

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. ipub

    excellente MDR, toujours une sacré personnalité ;)

  2. Olivier

    Faiblesses en orthographe :
    les années 2000 … me permetteNT

    En plus y’a une répétition de permettre. J’aimerais que dans votre sagesse et qu’avec votre aide, les années 2000 puissent me permettre d’atteindre de nouveaux défis et me permette de participer – suffit d’enlever « me permette » de la phrase, on évite une faute d’orthographe et une répétion d’un coup, et hop.

    2 jours pour pondre ça, ça fait dur quand même. Le gars a dû se dire, « être aussi nul en français, il doit être bon en commerce » ;)

    A part pour un job où on doit faire des lettres de motivation, je vois pas trop l’intérêt pour le recruteur de demander des lettres de motivation. On peut être nul à exprimer sa motivation et bon en commerce électronique, ou le contraire. Comme un politicien peut être nul en campagne mais bon en gouvernant (mais on saura jamais qui).

  3. Michelle Blanc

    Pour ton info, cette lettre était accompagnée d’un dossier assez éloquent dont tu n’as pas pris connaissance. De plus, cette lettre est la copie brouillonne qui était dans mon ordi et la copie qui a été envoyée a été corrigée au préalable par ma charmante conjointe. Mais cette version est sur un disque que je n’avais pas le temps, le goût ou le besoin de charger. Et puis tant qu’à être dans les confidences, je te rappelle mon billet qui t’était adressé On n’aime pas mon troll de même que ma mise en garde et ma politique éditoriale des commentaires. Puis, Olivier, je serais bien curieuse de lire l’une de tes lettres de motivations dans laquelle tu admettes être un troll de première et un empêcheur de tourner en rond qui s’amuse à faire systématiquement chier. Je me demande ça te prendrait combien de temps à pondre ça?

  4. Pierre-Étienne Vachon

    Je suis tout a fait d’accord avec toi Michelle. Olivier si tu es si extraordinaire où sont tes publications pour que l’on puissent faire part d’autant d’intérêt envers ton contenu que tu portes envers celui-ci?

    Michelle j’ai beacoup apprécié cet article et surtout ta MAJ. Je pense également que on se doit d’afficher une certaine transparence envers nos faiblesses.

  5. Natalie Gauthier

    Olivier,

    Serais-tu celui qui critique également mon blog lorsque je m’éloigne de la ligne éditoriale pour traiter d’un sujet d’intérêt public? Je me demande si tu fais le tout à temps plein en couvrant l’ensemble de la blogosphère.

    Je remarque certaines faiblesses au niveau de la citation. La prochaine fois que tu cites, pourrais-tu employer les termes et symboles appropriés svp afin de rendre la lecture un peu plus agréable?

    Par exemple, «[…] les années 2000 […] me permettent[…]. ».
    Je peux te réfèrer quelques livres pour remédier à tes lacunes.

    Merci

  6. Bernard

    Très intéressant de lire vos derniers billets. C’est bien de rêver, mais encore faut-il se donner les moyens d’accéder à ses rêves. Cette lettre, je la vois un peu comme votre billet pour la loterie « nouvelle carrière ». Sans doute qu’au moins 7 personnes sur 10 se seraient dit: « Bof, j’ai pas les notes… pourquoi perdre mon temps là-dessus. » Les 8e et 9e: « Les notes ce n’est pas tout ce qui compte. Si je n’en parle pas, je n’en entendrai pas parler… »

    Le 10e: « si je suis pour aller là, autant y aller pour les bonnes raisons, et ne pas jouer quelqu’un que je ne suis pas, car j’en ai pour 20 ans à jouer ce rôle! »

    Je suis moi-même à me « forger » une nouvelle carrière depuis quelques mois. Ça implique des réflexions et des doutes, mais ça finit toujours par pointer à peu près dans la même direction. J’en suis donc, moi aussi, à prendre des billets – ou plutôt à me donner les moyens d’arriver à ce que je souhaite. Je sais vers où je vais, mais aucunement jusqu’où ça peut mener… et c’est parfait ainsi!

    P.-S. Je me propose d’aller voir Jean-Marc Chaput bientôt. Je crois que ça ne pourra que m’aider à mettre mes idées dans le bon ordre!

  7. Chantal Beaupré

    Je trouve malheureux qu’un individu (et tu auras certainement deviné que je parle ici de Olivier) ait une vision principalement orientée sur les aspects d’une situation quelconque qu’il juge négatifs.

    Je trouve encore plus malheureux que ce même individu concentrent ses efforts à détruire les efforts et les succès de ses confrères humains. À mon avis, ce type de comportement dénote possiblement la présence d’un complexe d’infériorité dont la vive douleur émotive est « gelée » par des cognitions et des actions basées essentiellement sur un sentiment de supériorité à l’endroit des autres.

    Si mes soupçons s’avèrent exacts, il serait fort surprenant qu’Olivier admette « tout de go » une telle difficulté personnelle; le déni est souvent un mécanisme de défense fortement utilisé par les personnes aux prises avec cette souffrance.

    Ceci étant dit, je trouve génial que – malgré l’adversité de la part du « Comité de sélection » à l’égard de ta candidature – tu n’aies pas courbé l’échine et abandonné ton rêve de carrière. À mon avis, voilà qui est exemplaire et tout à ton honneur.

  8. Olivier

    Cette lettre de motivation est absolument nulle, je peux effectivement en pondre des supérieures en bien moins de temps que 2 jours. Mais encore une fois, le problème que je soulevais est qu’en fait une lettre de motivation devrait être inutile d’après moi. Dans un monde idéal, on ne vote pas pour le meilleur en campagne, mais pour le meilleur exécutant.

  9. Chantal Beaupré

    Cher Olivier,

    Bien que je ne partage pas ton point de vue, sache que je respecte totalement celui-ci. Ne m’en déplaise, nul n’est absolument tenu de partager mon opinion – et ce principe s’applique également à toi.

    Par contre, il m’apparaît important d’ajouter ici que le monde idéal que tu décris – bien que possiblement souhaitable – n’existe pas dans les faits (du moins, pas dans la réalité qui prévalait alors au moment où la lettre de motivation concernée a été composée et acheminée au Comité de sélection).

    Compte tenu de ces circonstances et avec le recul dont nous sommes en mesure d’avoir aujourd’hui, il semble bien que non seulement la lettre de motivation de Michelle fut pertinente, mais qu’elle ait eu pour elle de nombreux avantages: acceptation au programme d’études, possibilité de nouvelle carrière, mise sur pied d’une nouvelle entreprise (travail autonome) et revenus financiers nettement satisfaisants.

  10. vincent gautrais

    Avec un peu de retard (je reviens d’Europe), je puis dire que cette lettre me rappelle de bons souvenirs et à la différence de la plupart des centaines de dossiers que j’ai eut l’occasion de traiter (entre 90 et 150 par année), je me souviens très très bien des circonstances de celui-ci. Circonstances dont il me plais de penser d’avoir contribué à leurs élaboration.

    Sans trahir le secret des délibérés, et les opinions de mes collègues et amis Peter et Gilbert, je puis souligner que cette lettre fit toute la différence. Et au-delà de son élégance, elle présente de biens belles qualités qui peuvent être insérées dans un tel document. De l’équilibre, de la force, de la retenue aussi (si, si), et de l’affirmation bien sûr.

    Forcément, lorsque l’on reçoit plus d’une centaine de dossiers par année, l’on est toujours le « suivant d’un suivant » comme disait Brel. Aussi, il importe de se démarquer, sans confronter. Agacer, susciter l’intérêt. Titiller sans bousculer.

    On est pas loin de la fameuse « authenticité » du web 2.0…

    Huit ans après, c’est sans aucun doute un des très bons coups de notre programme (et il en a d’autres), notamment, comme il est écrit dans ladite lettre, relativement aux défis « qui me permettront de finir parmi les meilleurs de votre classe 2001-2002 pour finalement devenir un agent positif des changements que nos entreprises auront à envisager sur la route du commerce électronique. »

    Cher ambassadeur du programme, merci pour tout.

    Vincent G.

  11. Michelle Blanc

    Merci à toi cher Vincent, d’avoir permis une nouvelle direction à ma vie et l’acquisition de connaissance qui aujourd’hui me passionne et me permettent de gagner ma vie très honorablement. Je t’en serais éternellement reconnaissante…

  12. JACK

    je vais faire la meme

  13. Moise

    Excellence madame

    Je suis fier de votre talent et votre franchise. Si le monde était comme toi!!………….