Referdia de Invado International et autres achats groupés, scam ou opportunité ?

Pin It

Un ami Facebook qui est désespéré et se cherche un avenir après avoir perdu son emploi me demande de l’aider à comprendre « la nouvelle opportunité du siècle » qu’est Referdia de Invado International The Next Generation of Online Buying Group (je prends un grand respire sarcastique ici). En faisant une petite recherche internet, hormis les promesses de fortune des déjà trop nombreux adeptes de la start-up, on tombe sur quelques forums dans lesquels des gens se posent des questions. Je suis entre autres tombée sur cet excellent témoignage de anthonyu dans le forum Fatwallet :

natkra90, you, like thousands others who hoped to make money on MLMs are going into this thinking that with a lot of hard work in selling their product, you could make some money, and with a lot of hard work recruiting other people who are as enthusiastic as you, you could make a lot of money. If you keep on doing what you’re doing and your recruits keep on doing what you’re doing, you could build a good downline (not sure if that’s an actual term but it’s the opposite of upline). But as you will soon find out, this will be all about recruiting people who’d be willing to pay the $500 fee. You will get a few friends and a few strangers to sign up but, like 90%+ of those who joined, your leads will soon dry out or you’ll find out that your recruits won’t be as enthusiastic as you are now and be non-performers. If you end up being in the upper 10% that makes money off this, then more power to you.

That is your picture right now but I’d like to show you the big picture. Ask yourself why these MLM « founders » have gone from one MLM to another. Was the product in the old MLM all of a sudden no good? Is there a difference between ACN energy and Invado energy? You’ll find out that it’s not about the « product ». The well has gone dry and it’s time to start a new MLM structure. The top of the pyramid moves to another organization and the thousand or so under them move with them because they’ve also made some money in the previous MLM. In short, it’s a whole new $500 entry fee for everybody and a whole new set of commissions for those high enough in the pyramid. Majority (90%) of the non-earning recruits in the old MLM have been left behind. They’re no longer needed because all they’re good for is their $500 fee. It’s time to get new recruits and get new commissions with this new company selling new (or rehashed) « products ». Have you ever asked yourself what this « company » is really about? Is it to sell tablets? Is it about energy commission? Is it a discount travel site? Are they riding on the popularity of Groupon, Living Social, etc? There is no long-term vision. Products change. They’ll try and re-invent everything they’ve previously done and see if something sticks. That’s how you know that it’s not about the product.

What you see is a legitimate way to make some money and, with a lot of hard work and « training », an opportunity to build a « sales network ». What people here at Fatwallet are seeing is the big picture of large pyramid organizations moving from one company to another in hopes of generating a new set of commission from the new recruits, 90% oh which will never recoup the $500 fee they paid. That’s why they’re all screaming SCAM.

Pour les potes francophones, je vais vous traduire ça illico. Les entreprises de vente par palier vous demandent (pour devenir distributeur) de payer un prix d’entré et vous ferez de l’argent sur tous ceux qui suivront après vous. Vous les endoctrinerez et à leur tour ils succomberont aux promesses de richesses faciles. On appelle ça aussi une structure pyramidale et inévitablement, elle s’effondrera et beaucoup des dupes qui ont participé à « l’opportunité du siècle » perdront leur mise, qui n’est somme toute, que peu d’argent ($500), leur temps et leur rêve.

Voici maintenant un autre point de vue, celui de l’entreprise qui participe aux structures de coupons. Un billet d’Adviso (qui date déjà d’un an) qui fait une analyse des sites d’achat groupé à Montréal nous révèle que ce sont surtout les restaurants qui sont prisés dans ce genre de transaction. Or dans un article de MarketingMag on identifie deux grandes catégories d’entreprises qui peuvent user de coupons et malheureusement, à cause des coûts d’exploitation, de denrées et de personnel, les restaurants font justement partie des entreprises qui perdent de l’argent avec les achats groupés :

Pour vous donner une réponse plus nuancée, il existe deux types d’entreprises. Il y a des entreprises qui sont heureuses de proposer des rabais régulièrement, comme les zoos, parce que réduire leurs droits d’entrée n’implique pas de coût supplémentaire. Donc, plus de gens visitent leur établissement et dépensent pour les attractions et produits alimentaires. Pour elles, le modèle Groupon fonctionne parfaitement.

Par contre, pour un restaurant, les consommateurs ne dépensent souvent pas davantage que ce à quoi leur donne leur aubaine du jour, et ne reviennent pas. Parce que les commerçants ont des frais de nourriture et de service associés à ce type d’offre, ils perdent de l’argent. Au final, les Groupon de ce monde continueront sans doute de répondre aux besoins de segments particuliers d’attractions et de services spécialisés, mais ils ne réussiront pas à bien servir les commerçants de meilleure qualité dans un certain nombre de catégories importantes. Je ne dis pas qu’ils vont disparaître, ils vont tout simplement devenir plus modestes.

Par ailleurs, les sites d’achats groupés sont en perte de vitesse, le leader Groupon est en difficulté avec la SEC américaine, Facebook et Yelp ne participent plus au phénomène de group buying et Forrester souligne que les clients commencent à souffrir de la « fatigue du rabais ».

Forrester Research analyst Steven Noble says consumers next year will start being affected by “deal fatigue”, with too many operators of various sizes offering too much different deals for them all to be a success.

“There will be a gap opening between the larger and the marginal operators,” Noble told SmartCompany this morning.

Côté client, je vous suggère de lire mes billets Groupon ou pourquoi ça me tape déjà sur les nerfs et Groupon, précisions additionnelles sur le pourquoi Groupon ça me fait rire . D’ailleurs je ne parlerez plus de « pôle dancing/fitness/exercice/whatever » puisque le flot de commentaires qui a été activé par ces deux derniers billets est assez pour moi. Je vous invite aussi à lire l’histoire d’horreur d’un boucher dans l’article de TheStar Roseman: Why you might be wary of Internet coupons.

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Referdia de Invado International et autres achats groupés, scam ou opportunité ? | Bienvenue! | %blog_URL%

    [...] Referdia de Invado International et autres achats groupés, scam ou opportunité ? [...]

  2. René De Beaumarchais

    J’ai une connaissance qui s’est embarqué dans Invado. C’est pas terrible comme opportunité.

  3. Jean-François B

    Madame Blanc,

    En ce qui me concerne, je ne peux pas dire que j’adhère à l’arrière-goût que me laisse la lecture de ce billet. Il est très intéressant, il contient beaucoup d’information et il permet de prendre connaissance de plusieurs analyses très pertinentes! Cependant, je vois le «big picture» plutôt différemment.

    D’abord, au sujet du point de vue exprimé dans le premier témoignage, je ne perçois pas aussi clairement ce mouvement selon lequel les pointes des «structures pyramidales» dont il est question se déplaceraient d’une «opportunité du siècle» à l’autre. Il importe de bien nuancer ce que l’industrie de la vente directe représente: « (…) avec 1,3 million de travailleurs canadiens qui y sont associés, les ventes directes ont enregistré une croissance de 11.2% au cours des cinq dernières années – passant de 1,96 milliard de dollars à 2,18 milliard de dollars – et une augmentation soutenue de 10% à 20% en une décennie.* »

    Les gens ont tendance à confondre les entreprises de vente directe – ou marketing de réseau – avec d’autres concepts similaires, à la structure illégale. En deux mots, la nuance consiste en ce que la profitabilité d’une entreprise doit être soutenue principalement par la vente de ses produits ou services plutôt que par les frais d’adhésion qui sont chargés aux nouveaux représentants qui y adhèrent. Quelques exemples d’entreprises de ce type bien connues et légitimes sont: Amway, Avon, Mary Kay, Nu Skin, PartyLite, Regal, Tupperware et USANA.* Pour mieux comprendre, je recommande cette publication ( http://bit.ly/kdIsq5 ) de la Federal Trade Commission (États-Unis).

    En outre, de nombreux représentants connaissent du succès avec chacune des entreprises mentionnées plus haut, et la plupart de celles-ci existent depuis assez longtemps pour prouver qu’elles sont davantage que de vulgaires opportunités éphémères et trompeuses.

    Voici par ailleurs deux excellents articles parus récemment dans le magazine américain Success au sujet des entreprises de vente directe.

    http://bit.ly/HOqIBt
    http://bit.ly/HYhQbm

    Certains pourraient ne pas voir en quoi le fait, pour ses représentants, de devoir référer commerces et consommateurs à une inscription gratuite au site Web permet à Referdia de se différencier des entreprises à la légitimité douteuse dont il a été question plus haut. Sachez simplement considérer toute forme de publicité, bien que pas aussi tangible concrètement qu’un pot de crème à mains ou qu’une bouteille de vitamines, comme un produit que les entreprises se procurent et pour lequel elles paient (parfois des fortunes!) C’est donc dire que le chiffre d’affaires de Referdia – ainsi que le salaire de ses représentants – dépendent davantage des coupons qui se vendent en ligne que des frais d’adhésion que doivent couvrir les nouveaux représentants. Tout comme McDonald’s fait plus d’argent à vendre des Big Macs qu’à vendre des franchises, aussi dispendieuses soient-elles.

    Ensuite, en ce qui concerne le concept d’achats groupés, particulièrement celui proposé par Referdia, mon oeil d’ancien conseiller publicitaire pour un média traditionnel (hebdomadaire local) me permet d’y déceler un potentiel absolument fascinant.

    À ma connaissance, bien peu d’autres véhicules publicitaires, spécialement du côté des médias traditionnels, sont en mesure de vous garantir le succès qu’aura votre campagne. Referdia ne le peut pas non plus, mais ce dont vous pouvez être assuré comme commerçant, c’est que vous n’allez payer que pour les ventes qui seront effectuées grâce à la promotion que vous annoncerez. Clairement : pas de ventes, pas de facture à régler. Mises à part les solutions comme le pay-per-click de Google, c’est plutôt rare. Essayez d’aller vous faire rembourser les montants déboursés en pubs dans les journaux locaux ou nationaux, sur un panneau routier ou à la télévision, sous prétexte que vous n’avez pas obtenu les résultats / le volume de ventes escomptés!

    Si vous devez gérer des budgets publicitaires et que le concept vous semble le moindrement sensé jusqu’à maintenant, vos prochaines minutes seront merveilleusement bien investies en regardant les courts vidéos explicatifs qui se trouvent ici: http://bit.ly/I9hnGw

    Finalement, j’adhère à certains éléments soulevés dans l’article de MarketingMag cité dans votre billet. Il y a effectivement certains types de produits et services pour lesquels ce genre de marketing fonctionnera plus facilement. Mais la diminution de l’efficacité des sites d’achats groupés, annoncée dans la citation, n’est-elle pas généralisée à l’ensemble du monde publicitaire? À mesure que les nouvelles plates-formes se multiplient comme autant de nouvelles solutions pour les annonceurs, le marché se segmente et la part qui en revient à chacun diminue. C’est le principe fondamental de l’offre et de la demande!

    Darren Hardy, rédacteur du magazine Success, disait ceci en février 2011 (traduction libre) : «En 1992, une personne était sollicitée par en moyenne 2000 messages publicitaires et autres sollicitations de marketing quotidiennement. Aujourd’hui, nous sommes frappés par plus de 30 000 images, réclames et autres offensives publicitaires chaque jour. Au même moment, les consommateurs deviennent de plus en plus habiles pour éviter toute cette publicité en navigant entre les blocs publicitaires télévisés, en écoutant la radio satellite et même en devenant génétiquement aveugles aux bannières clignotantes sur le Web ! Notre culture est à ce point inondée de marketing commercial que nous y devenons immunisés. Par conséquent, il en coûte actuellement trois fois plus cher en marketing pour obtenir la moitié des résultats d’il y a 20 ans. Alors que les prix augmentent, les résultats s’amenuisent.»

    Cela dit, en portant attention à l’approche de Referdia, vous réaliserez que ce site est beaucoup mieux outillé pour faire face à l’effritement de l’engouement envers l’achat groupé. Mais aussi pour rester en situation d’offrir, à long terme, une solution gagnante afin de permettre aux entreprises de rejoindre directement leur clientèle cible locale, actuelle et future. Et puis, dans un contexte où les annonceurs ne paient que pour les résultats obtenus, ça vaut le coup d’essayer!

    * http://bit.ly/I0RRo5
    ** http://bit.ly/Id32Zb

    P.S. Excusez la longueur de la réponse, je n’ai pas encore de blogue à partir duquel vous répondre officiellement ;-)

  4. stut juridique entreprise

    Se contenter de dire merci ne serait pas suffisant, pour la grande clarté dans votre écriture.

  5. carolina

    Moi je tiens à remercier Mme Michelle Blanc pour toutes ces explications et son article est très intéressant qui était très explicite.

  6. Jean-sebastien

    Ce n’est pas parce qu’on se dit specialiste du média social et qu’on a un blogue… Qu’on a une vision et une connaissance juste de tout.
    Jean François a fait une excellente réponse à votre blogue tandancieux et légèrement teinté de jugement rapide et de manque de connaissances au sujet du marketing relationel. C’est très dommage.
    Moi si je décide de travailler fort dans la vie pour réussir dans mon entreprise et que ça marche c’est de la faute de qui? De moi!
    Des tas de resto ferme leur portes… Mauvaise gestion ou autre… Des tas d’entrepreneurs ne réussissent pas. C’est pareil dans tous les domaines! Le marketing de réseau c’est La MEME chose! Y’en a qui travaillent fort et d’autre qui trouvent des excuses pour justifier que c’est la faute des autres…

    Vous dites que 90% des gens ne réussissent pas dans les MLM… À ça je répond: »Ha oui!!! Y’a 10% qui réussissent en mettant des efforts? COOL!!! Je suis en mesure de le faire! Wow! 10% »

    Demandez à ceux qui ne réussissent pas combien de temps ils l’ont « essayé » leur buisness. 1 mois? 1 ans? Connaissez-vous des restos qui deviennent rentables en 1 mois ou 1 an?

    Dans la vie si tu veux et que tu mets les efforts, tu peux réussir… Plusieurs l’ont compris et sont heureux dans leur MLM…

    Renseignez-vous et cessez de décourager les gens par vos frustrations personnelles Mme Blanc.

    Merci! Un gars ordinaire qui a remboursé sa franchise de 500$ depuis longtemps ;-)

  7. ACFAS: Panel Les médias sociaux et la perspective consommateur • Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique. Marketing Internet, consultante, conférencière et auteure

    [...] sur les médias sociaux, mais la mobilité est quasi inexistante dans certains coins du Québec. 5- Je ne crois pas aux achats groupés, d’ailleurs Groupon est sur une pente descendante et souffre de nombreux copycat. Par contre la [...]

  8. Michel

    Je suis du même avis que jean Sébastien , 2 petit mois et j ai remboursé mon 500$. Demander donc à ceux qui a s’implique ce qu il en pense? Pour les restaurent seulement 20% réussissent à reste ouvert après 5 ans malgré plus de 300000 en investissement et vous critiquée un investissement de 500 que les gens ne font pas d argent après 1 mois. Mme Blanc Avez vous au moins pris le temps de regarder un peu ou vous aviez une réponse toute prête à n importe quoi?

  9. Robert

    Je voudrais vous faire part les amis que la vente direct peut être très bien partie prenante.. Vous êtes pas sûre? Allez lire  » Marketing réseau l’école des affaires  » du célèbre conférencier Père riche père pauvre ! Ils ne jure que
    cela. Comme dans tout y des compagnies mauvaise et bonnes donc le marketing est ainsi pareil. Réferdia n’est
    non seulement à mon avis la meilleur mais son structure et parfaite et la formation webinar est parfaite!

    Groupons et tous les autres compagnies « bouffe » le profit du marchant et de plus ils ont aucun pouvoir diversifiés.

    Avant de juger sur un blogue et faire un discours aussi catégorisé … elles devrait savoir en profondeur la machine sur cette compagnie.

    Robert