Lettre ouverte à Gabriel Nadeau-Dubois

Pin It

Voici une lettre ouverte qui a été précédemment publiée sur le mur de ma page Facebook par madame Claudine Baldo (avec permission de publier) et qui est rédigée par monsieur Alexandre Thibault.

Lettre ouverte à Gabriel Nadeau-Dubois

Je suis écœuré de la grève, Monsieur Nadeau-Dubois. Nous sommes écœurés de la grève. Nous sommes écœurés des manifestations, de la violence, de l’hypocrisie, de la lâcheté dont fait preuve la CLASSÉ. Je crois que vos revendications sont mal fondées. La cause pour laquelle vous militez n’est plus claire, à quoi donc servent les dépenses de millions de dollars engendrées par cette grève? Est-ce la brutalité policière? L’injustice de la loi 78? La stupidité de Jean Charest? L’énorme hausse des frais?

Tout d’abord, vous prétendez être victimes des policiers. Je tiens à vous rappeler la charte des droits et libertés du Canada. Je cite: « Le droit à la réunion pacifique ». Je doute fortement que lancer des objets sur des policiers, sauter sur des pare-brises ou fracasser des vitrines de magasins peut être considéré comme pacifique. L’intervention policière est nécessaire pour contrôler les étudiants déchaînés. Si vous ne leur dites pas de se contrôler, les agents de la paix se doivent de le faire.
C’est pourquoi je crois que vos revendications ne sont pas fondées.

Ensuite, vous dites clairement que la loi 78 va à l’encontre de vos 4 droits fondamentaux. Laissez moi vous expliquer quelques alinéas. Obligation de présenter votre itinéraire de manifestation 8 heures à l’avance. Je ne vois pas pourquoi ceci empêcherait quiconque de se réunir pacifiquement. Pas le droit de porter un masque? Simple précaution pour identifier les malfaiteurs. De toute façon, pourquoi un manifestant devrait t-il avoir honte de se réunir pacifiquement? C’est pourquoi je crois que vos revendications ne sont pas fondées.

Ensuite, vous déclarez que Monsieur Charest et le parti libéral prend des décisions non démocratiques. Pensez ce que vous voulez, mais ce gouvernement a été élu en majorité à l’Assemblée Nationale. De plus, la majorité des Québécois appuient le parti Libéral dans ce conflit. Si vous désapprouvez de ses décisions, il revient à vous de voter contre lui au prochaines élections. Je tiens à vous rappeler que le vote est toujours et encore la façon de choisir un gouvernement, et non la désobéissance civile et la violence. C’est pourquoi je crois que vos revendications ne sont pas fondées.

Enfin, vous vous opposez à la hausse des frais de scolarité de 325$ pendant 5 ans au Québec. Vous avez entièrement le droit à votre opinion. Laissez-moi vous poser une question: n’est-ce pas juste que les étudiants paient un mince 17% de leurs études? Mes impôts servent à payer 83% de vos études. Je concède que nous sommes la province la plus imposée mais les frais de scolarité dans 5 ans seront toujours les plus faibles en Amérique du Nord. De plus, il est prouvé que l’augmentation des frais de scolarité n’affecte pas nécessairement l’accessibilité aux études pour la classe moyenne et pauvre. Il existe des prêts et bourses qui sont accessibles à ceux qui en ont besoin. Si vous jugez que votre éducation ne vaut pas la peine d’être payée à son juste prix, personne ne vous oblige d’étudier. C’est pourquoi je crois que vos revendications ne sont pas fondées.

Comme l’a dit Platon dans La République: ‹‹Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au-dessus d’eux l’autorité de rien et de personne, alors, c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie.››

Cessez s’il vous plaît de vous prendre pour Che Guevara. Vous luttez pour des droits qui sont respectés. Vous résistez contre ceux qui veulent vous protéger. Vous bataillez contre la démocratie en disant la défendre. Comprenez que vous ne vous combattez pas contre un dictateur, mais contre vous-même.

Respectueusement,
Alexandre Thibault

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Mike

    N’oublions pas que la CLASSE est financé par des syndicats qui sont tout aussi soupçonnés de corruption que le gouvernement lui-même…

  2. Gab Labelle

    Non non non … En lisant le premier paragraphe, on sent tout de suite que cette lettre ouverte n’est pas un acte constructif. Le rédacteur s’est fait plaisir and that’s it! Une lettre ouverte qui manque d’ouverture!

    Bref … Les sessions sont suspendues right?!? Donc pourquoi parle-t-on encore de « grèves étudiantes » car les choses ont maintenant évoluées et il s’agit bel et bien de manifestations, d’un mouvement social, il s’agit d’actions collectives revendicatives en faveur d’une cause, et visant même, peut-être, à « transformer » l’ordre social existant. À lire cet article, il n’y a pas de problème dans notre société, il n’y a pas de malaise collectif, tout est cool … « Travaille, consomme et tais-toi! »

    Au delà des débats exacerbés, de l’argumentaire pour ou contre, au delà des arguments rationnels d’Alexandre Thibault dont on pourrait longuement débattre, il y a « manifestement » quelque chose qui s’passe dans nos rues… Et c’est magnifique! On accusait les jeunes d’être cloués devant leur TV/ORDI, d’être désintéressés de la politique, et pas juste les jeunes d’ailleurs! Aujourd’hui les choses sont en train de changer, les gens sont dans la rue et exigent LE changement.

  3. Réjeanne lavoie

    Merci de dire tout haut ce que la majorité du peuple pense….Je n’ai pas faites de hautes études mais je comprends que la loi 78 n’empêche en rien de manifesté…Ce que je comprends moins ce sont certains artistes ,avocats qui s’insurgent contre cette loi!
    Est-ce pour ce faire du capital de popularité…

    De voir la saison touristique à Montréal et tout ce que cela comporte en perte !!!! Tout les dommages causé aux xcommercants…Est-ce que ces mêmes artistes et hommes de loi y pensent? (Dieu merci ce ne sont pas tous les artistes et avocats qui pensent autrement)….

  4. Patrik Garon

    Un autre exemple flagrant que les grands esprits discutent des idées, les moyens esprits des événements et les petits esprits discutent des individus (genre je t’écris une lettre GND).

  5. patrick morin

    Très chèr Madame Leblanc, force de constaté que tu du temps de platon, si vous étiez, vous aurez étée une fervante admiratrice de la théorie de la terre plate, donc le débat pour moi s’arrête ici.

  6. Steve

    Je vais être bref… Gabriel Nadeau Dubois représente le peuple militant pour la répartition des richesses? Il brise des vitrines et donne son avis sur l’intelligence de James John Charest? Je croyais qu’il était seulement un représentant d’assosiation etudiente avec une belle élogence. Ouin!! Ah oui et j’ai participé à 4 manif que son association on organisé. 3 fois il y avais 200 000 personnes et une fois 30 000 et aucune casse ou bris. 1 manif que j’ai été ou les gens sont rentrer en conflit avec la police et tout à été brisé et c’etais une manif improvisé, que Nadeau Dubois n’y était pas et sûrement n’etait pas au courant. Bref quand on veut parler d’un sujet on sort de son salon et on va sur le terrain car sinon sa fait des lettre ouverte à côté de la track, comme la votre. Moi je parle le pas du conflit israélo palestinien, car je ne suis pas la et je ne sais pas se qui se passe en vrai…. Vous voyez

  7. Simon

    Platon disait aussi dans la même République que la démocratie n’était pas un système politique qui fonctionnait.

  8. Simon

    Gabriel Nadeau-Dubois n’est aucunement responsable de la situation actuelle, votre lettre est vide de sens puisqu’il y a une erreur de destinataire. Vous avez perdu votre temps.

  9. Jean-François Côté

    Monsieur Thibault,

    Permettez-mois de commentez votre argumentation, point par point:

    1) Vous faites un lien entre « manifestation étudiante » et « violence ». Ceci est un sophisme. Vous associez 2 choses qui ne sont pas liés et vous l’utilisez comme argument. Bien qu’il y ait eu de la casse (surtout au début), les dernières manifestations de casseroles montrent bien que la violence est loin d’être liée au mouvement. Si 250 000 personnes avaient voulues être violente, Montréal serait à feu et à sang, ce qui n’est pas le cas. Si vos sources sont le journal de montréal, vous devriez aller faire un tour sur youtube.

    2) Le mouvement est contre certains point de la loi 78. La loi 78 brime le droit au rassemblement pacifique. Laissez-moi vous donner un exemple bien simple: Si des gens sont sur leur gallerie est font de la casserole et voit des gens qui s’assemble et marche dans la rue, normalement, ils pourraient les joindre et montrer leur mécontentement sans avoir peur de quoi que ce soit. Par contre, depuis la loi, ils devraient en théorie s’assurer que l’itinéraire a été donnée chose qui, à cause de loi, est encore plus difficile à savoir car les organisateurs/association derrière la manifestation (s’il y en a) sont passibles d’amendes encore pire si la manifestation devient illégale donc ceux-ci ne s’affichent plus publiquement. Il n’y a plus de calendrier nul part. Donc cette personne qui suit 30000 personnes un mardi soir à mtl pourrait se retrouver avec une amende de 5000$, ce qui est totalement injuste.

    3) Un gouvernement élu, ce n’est pas une carte blanche pour 4 ans. C’est un peuple qui remet la majorité des décisions dans les mains de personnes en qui ils ont confiance. Quand ce lien de confiance est brisé (corruption, décision louche, etc…), les gens sont dans le devoir de le faire savoir et non de se dire: « On verra ça aux prochaines élections!! ». De plus, afin de laisser mon texte clair et court, je n’entrerai pas dans les détails de comment le parti libéral a été financé pour gagner les dites élections, je pense que vous savez clairement ce que je veux dire…

    4) Votre argumentation ici est complètement « outdated » et a été qualifiée de « Mythe » dans plusieurs vidéos fait par des experts avec source à l’appuie (ce que je ne vois pas dans votre texte). Je vous conseil juste de chercher « mythe hausse étudiant » ou quelque chose comme ça sur youtube et vous verrez ce que je veux dire. De plus, bien que le catalyseur a été la hausse des frais de scolarité, il s’agit maintenant d’une révolte contre un pouvoir qui fait la sourde oreille et qui gère une crise de manière totalement aberante. Aussi, aussitot que je vois « JE » dans une phrase d’argumentation à saveur social (je payes pour vous, etc…), il ne me sert à rien d’argumenter, on ne bâtit pas une société avec des « JE » et des « Moi ».

    Finalement, je dirai simplement pour répondre à votre premier paragraphe que bien que la révolte dans les rues de plusieurs villes du Québec n’a pas un thème clair (crise étudiant, loi 78, anti-libéral, etc…), le message est clair. Plusieurs gens en ont assez et veulent pouvoir s’exprimer quand ils veulent, où ils veulent. Point final.

    En passant, je ne suis pas un étudiant. Je suis un ingénieur en logiciel qui a eu la chance d’avoir ses études payés par des parents qui ont toujours cru que l’éducation étaient une des choses les plus importantes dans une société et qui ont économisé toute leur vie pour moi est mes 3 soeurs. Je suis un chanceux et je connais plein de gens qui ne le sont pas autant que moi, je me bat pour eux et pour mes futurs enfants.

    Merci et bonne journée!
    Jean-François Côté, ing.

  10. Philippe Fortin

    Premièrement, la très grande majorité des manifestants 1) sont pacifiques 2) ne portent pas de masque 3) sont très fiers du message qu’ils portent. De ce fait, votre argument et vos contre revendications sont infondés.

    Deuxièmement, nous sommes la province qui dépense le plus d’argent par étudiant pour l’obtention de leur diplôme, malgré nos frais peu élèves, selon moi une enquête permettant de découvrir pourquoi pourrait largement servir à ne pas augmenter les frais de scolarité et plutôt de diminuer les dépenses.

    Troisièmement, le gaspillage de fonds publics n’est plus à démontrer. Il faudrait selon moi réviser toutes les dépenses des universités comme il a été proposé et refusé par le gouvernement et les recteurs.

    Quatrièmement, les étudiants actuels feront leur juste part puisque qu’ils paieront à leur tour les impôts permettant de payer les études des générations futures, en plus de contribuer massivement aux caisses de retraite et au système de santé pour les générations passées qui eux ne se sont privés de rien pour nous laisser ce fardeau fiscal.

    Finalement, personne ne se prend pour Che Guevara, mais apparemment vous vous prenez pour la raison absolue. Vous irez durant votre temps libre vérifie qu’elle proportion de la population québécoise a voté libéral aux dernières élections ( de mémoire, environ 30% ) donc oui c’était « démocratique » mais assez loin de la majorité. Les revendications contre la hausse des frais de scolarité ne sont que la pointe d’une crise sociale qui tend à démontrer de la population envers un gouvernement et une élite ( appelons les ainsi ) de gens qui méprisent les payeurs de taxes de la classe moyenne et ceux qui n’ont même pas les moyens de payer ces taxes. C’est probablement pourquoi vous trouvez que le débat part dans tous les sens : les étudiants ne sont plus les seuls a revendiquer dans le dossier, mais ils revendiquent toujours la même chose depuis le début. Ils disent et continueront de dire non à une hausse, encore toujours, injustifiée.

  11. Jean-Philippe Tittley

    Michelle,

    Avec tout le respect que j’ai pour vous, je ne peux taire ceci : publier cela témoigne de votre incompréhension du sujet. C’est dommage, mais il est possible d’y remédier. Lisez le dernier texte de Normand Baillargeon. http://voir.ca/normand-baillargeon/2012/05/24/a-mm-pratte-dubuc-facal-et-a-tous-les-autres-qui-ne-comprennent-pas/

    Et, de grâce, si vous souhaitez donner voix aux gens qui pensent comme vous, assurez-vous du moins de sélectionner des gens qui savent écrire.

    JPT

  12. Jean Saisrien

    C’est du gros n’importe quoi…
    Y compris de l’amalgame malhonnête.

  13. Maude Ducharme

    De plus en plus, je remarque que le problème se transforme en conflit générationnel où deux vision de ce que devrait être la société québécoise. Une société d’utilisateur-payeur où le peuple n’a qu’une chance de s’exprimé au quatres ans (vision des vieux) versus une société égalitaire où le peuple EST le pouvoir (vision des jeunes). C’est poétique, non? Le problème c’est qu’il faut interprèter ça autrement: les gens qui préfère la société d’utilisateur-payeur ne veux juste pas payer pour les autres (les vieux) et les gens qui préfère la société égalitaire se dit qu’ils sont pogné pour faire vivre les vieux, ils ont aussi droit à un peu de considération de la société.

    Donc, si on ne répond pas aux demandes des jeune, cela transformera énormément la société car trahir une génération complète ne se fait pas san heur. Beaucoup de jeune ont maintenant une haine des baby-boomer et se promette que ces vieux ne seront plus jamais bien traité.

    Nous avons beaucoup de vieux au Québec, un lourd fardeau pour la société et les jeunes sont persuadé que ce n’est pas à eux de payer pour les ravages faites par les baby-boomer. La manifestation n’est plus une question d’utiliser les frais de scolarité pour financer le R&D industriel dans les universités. C’est devenue un problème pace que l’on traite les jeunes comme des citoyens de secondes zone.

    Remarquez, dans les médias, on ne dit pas que ce sont des citoyens, on dit que ce sont des enfants. C’est faux. Ce sont des adultes, des citoyens. Il sont aussi important que n’importe qui et les dénigrer est symptomatique de la situation.

  14. Charles

    Lettre ouverte à la lettre ouverte à Gabriel Nadeau-Dubois

    Je suis écœuré de la grève, nous sommes écœurés de la grève. Nous sommes écœurés des manifestations, de la violence, de l’hypocrisie, de la lâcheté dont fait preuve le gouvernement. Les étudiants sont en grève a cause de la hausse depuis 12-13 semaines, je ne les compte plus… Jean Charest a décidé de nous imposer une loi spéciale pour enlever notre droit de grève… Il et normal que lors de nos manifestations, nous soyons contre aussi… Et la stupidité de Jean Charest est aussi la cause première de ses 13 semaines de grèves… Dois-je vous rapeller qu’a ce jour, il ne s’est toujours pas assit avec les étudiants… La grève a tout de même réveiller une partie de la population et il est vrai que le mouvement est rendu beaucoup plus grand que juste la hausse des frais mais les étudiants ne sont pas en grève pour ça… La « grève » cessera lorsqu’une offre potable arrivera. Je ne peux vous garantir que les moyens de pressions vont cesser contre Charest/pour la gauche… La population ne voudra surement pas arrêter mais ce ne sera pu principalement des étudiants qui manifesterons… La cause étudiante est toujours la cause principale présentement c’est pourquoi présentement les leaders étudiants essaient de négocier avec le gouvernement pour trouver une entente… C’est pourquoi je crois que vos accusations ne sont pas fondées.

    Tout d’abord, vous prétendez que les étudiants casse tout. Je tiens à vous rappeler que les policiers eux-même disent que ce ne sont pas des étudiants qui sont la pour la cause étudiante mais des casseurs qui étaient la dans bien d’autres manifestations avant la cause étudiante. Je doute fortement que une personne qui lance un objet sur un policier, saute sur un pare-brise ou fracasse une vitrine de magasin peut faire que la manifestation soit considéré illégal. L’intervention policière n’est pas toujours nécessaire. Si les policiers ne leur rentrent pas dedans, les manifestants, pour la plupart, reste pacifique. Si tu vas au centre commercial, qu’une roche est lancé sur une cliente et que la cliente ne voit pas le lanceur, Il y a t’il des chances que tu te fasses arrêter par la police + amande car la police va décider d’arrêter tous les gens qui étaient la pour UN lanceur? Pourquoi dans une manifestations ils les arrêtent tous pour une roche lancé? C’est autant leur droit d’aller manifester que d’aller au centre commerciale. C’est pourquoi je crois que vos accusations ne sont pas fondées.

    Ensuite, vous dites clairement que la loi 78 ne va pas à l’encontre de nos droits et pour le prouver, vous citez 1 alinéa de la loi 78 en expliquant que celui-ci ne brimes pas nos droits… Il y a des dizaines d’avocats qui disent que ça brimes nos droits… Ah oui, aussi : la loi sur le masque est un règlement municipale qui n’a aucun lien avec la loi 78… Je te conseil d’aller lire la loi 78 au lieu de vous fier à Québecor… (http://www.lapresse.ca/html/1425/projetdeloi78.pdf) C’est pourquoi je crois que vos accusations ne sont pas fondées.

    Ensuite, vous déclarez que Monsieur Charest et le parti libéral prend des décisions démocratiques. Imposer une loi spéciale à une partie de la population car tu n’es pas capable de même t’asseoir quelques minutes avec eux pour en parler… Ce n’est pas de la démocratie. Des étudiants veulent simplement en parler avec Jean Charest et il refuse même de leur démontrer que la hausse est justifié. Êtes vous vraiment en mesure d’affirmer que Jean Charest gère bien notre argent? Doit-je vous rappeler, vous qui accordez tellement d’importance aux paroles de nos ancêtres, que la désobéissance civile à été un moyen utiliser par plusieurs comme Gandhi. Les féministes qui ont fait changer toute une mentalité ne y sont pas arrivé en restant au chaud devant leur feu de foyer chez-eux. Laissez-moi vous citer l’article 35 des droits de l’homme : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » C’est pourquoi je crois que vos accusations ne sont pas fondées.

    Enfin, vous appuyez une hausse des frais de scolarité de 325$ pendant 5 ans au Québec. Vous avez entièrement le droit à votre opinion. Laissez-moi vous poser une question: n’est-ce pas injuste que des étudiants ne puissent pas aller étudier car leurs parents ne veulent pas s’endetter pour leur enfant et que les enfants n’ont pas les moyens de se payer leur frais tout seul. Avez-vous comparé nos frais de scolarités avec ceux des États-Unis? Pourquoi vu qu’ils sont le pays à côté de nous ils faut absolument y comparer nos frais de scolarités alors que nous ne changeons pas notre système de santé même s’il est bien différent du notre… Pourquoi pas hausser les coût de santé? Nous pourrions les monter beaucoup et encore avoir les plus bas d’une bonne partie du Canada et des États-Unis. Malheureusement, les bourses ne sont pas si simple à avoir… Tu ne rentre pas dans une banque en disant je vais étudier mes parents font 60 000 par années donne moi les bourses que j’ai droit d’après ce tableau de La Presse… Plusieurs conditions plus ou moins censés les encadres… Et les prêts vont devoir être remboursé, ce qui équivaut à de l’endettement… Ceci en décourage plusieurs d’étudier. Et non nous n’avons pas le choix d’étudier… Le système est fait de façon a ce que si tu veux faire tel ou tel métier, il te faut ABSOLUMENT un diplôme et je suis loin d’être sur que le Québec a le moyen de se passer de médecin. C’est pourquoi je crois que vos revendications ne sont pas fondées.

    Cessez s’il vous plaît de croire avoir étudier de font en comble ce conflit. Vous utiliser des arguments qui ont été détruits mainte et mainte fois. Vous citer des règlements municipale en voulant défendre la loi 78. Comprenez que vous ne vous combattez pas contre des casseurs, des gens violents, mais contre votre futur.

    Respectueusement,
    Charles Vigneault

  15. Chantal Fournier

    Et vlan!!!! J’admire votre style d’écriture mais surtout, les faits clairement révélateurs que vous y avez soigneusement intégrés Monsieur Thibault! Les étudiants mécontents n’ont qu’à aller s’inscrire à des cours à l’extérieur de la province justement. Là, ils y verraient clairement ce que sont les frais de scolarité élevés. Contribuable de la classe moyenne, je suis tout à fait d’avis avec vous du fait que mes impôts servent à payer 83% de leurs études. Lorsque j’étais étudiante, je n’ai jamais manifesté pour des hausses – ayant également eu lieu dans les années ’90. Et que dire quand mes frais de condo ont augmentés sans cesse à chaque année? Je n’ai pas fait de grève, je n’ai « enfirwapé » personne pour qu’on manifeste avec moi. Non … Je me suis fermé la gueule et j’ai acheté une maison … pour moins cher. Plaignards d’enfants-rois! Et dire que c’est vous qui allez nous diriger plus tard? Cessez de jouer à la vedette « monsieur » Gabriel Nadeau-Dubois … Cessez votre jeu de rôle … Lors de votre prochaine marche dans la métropole, vous devriez vous arrêter à l’école nationale de théâtre du Canada. On pourrait certes vous y créditer des cours … et enfin, épargner.

  16. Genevieve Gagnon

    hey bien moi je suis tannée d’entendre d’un côté: que la majorité des québécois n,appuient pas la hausse
    et de l’autre côté: , que la majorité des québécois appuient les étudiants. Pouvons nous faire un référendum sur cette question afin d’avoir l’heure juste sur qui est majoritaire?
    Qui est dans nos tête pour savoir ce que la majorité pense?

  17. Genevieve Gagnon

    (Je me reprend car je me suis mal exprimé!)

    Je suis tanné d’entendre les gens qui sont Pour la hausse et Contre la grève dire que la majorité des Québécois pensent comme eux. Je suis tanné d’entendre les gens qui sont Contre la hausse et Pour la grève dire que la majorité des Québécois pensent comme eux. Aucun Référendum n’a été fait sur la question! Dans quelle majorité je suis supposé être?!? Qui est dans ma tête et dans la votre pour affirmer quelque chose d’aussi important en ce moment?

  18. Sarah

    Sérieux je viens de perdre 2 minutes de ma vie à lire ce truc.

  19. Denis Boudreau

    Torchon de bêtises, rédigé par un citoyen qui ne comprends rien aux véritables enjeux derrière la crise actuelle.

  20. Alexandre Thibault

    chill

  21. Alexandre Thibault

    je vous remercie tous d’avoir investi du temps pour lire ce que j’ai écrit

  22. OcMarc

    Quelqu’un peut faire le message à l’auteur que les histoires de violence, de cassage, de commerces avec des vitres brisées et tout ça, ça fait DES SEMAINES que ça n’arrive plus…

    c’est le fun de savoir que vous êtes tannés de ce qui s’est passé il y a des semaines de ça…

    et ce qui se passez en ce moment, présentement, cette semaine-ci, vous en pensez quoi ?

  23. Alexandre Thibault

    J’aimerais vraiment savoir qui sont les étudiants qui ont commenté et qui ne le sont pas. Ainsi, on pourrait voir si l’opinion sur mon texte est biaisée.

  24. anonyme

    haters gonna hate, good job alexandre

  25. Philippe Sauvageau

    La violence… woh! Jean Charest… aille! Les haters… ayoye! Alex thibeault… trop fort! Gabriel NAdeau-Dubois… Woh, aille pi ayoye! Jai quasiment le goût de dire mausus! La grève étudiant.. c’tassez! Pauline Marois… ben voyons! Comme nous a enseigné Lucrèce : « La vie n’est donnée à personne en propriété, mais à tous en usufruit. »
    P.S. (Way to go thib le gros! jsuis fier de toi!)

  26. Michel

    A tous les directeurs des ressources humaines,

    Messieurs serez vous confortables d’embaucher ces jeunes qui une fois installés dans vos bureaux, contesteront le règlement d’ordre intérieur de l’entreprise, refuseront de se soumettre à la hiérarchie et créeront la zizanie au sein de l’entreprise ?

    J’espère que vous prendrez quelques renseignements à ce sujet et y réfléchirez à deux fois.

  27. Frédéric Chiasson

    Bonjour Mme Blanc,

    Je trouve un peu étrange cette tournure politique des dernières semaines sur votre blogue, alors que vous aviez écrit vous-même que, comme l’armée vous avait apprise, il ne fallait pas parler de politique, de sexe ou de religion : http://www.michelleblanc.com/2011/03/03/politique-editoriale-et-tabous/

    C’est dommage d’autant plus que vous pourriez parler de l’utilisation des technologies pour réduire les frais de scolarité, comme le logiciel libre, dont parle Fabien Deglise dans le Devoir. En voici les deux premiers paragraphes. (Le texte entier est disponible aux abonnés du Devoir ici : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/351040/le-logiciel-libre-pour-resoudre-la-crise)

    Le logiciel libre pour résoudre la crise – Fabien Deglise , 28 mai 2012, Québec, dans le Devoir

    Plus de logiciels libres pour moins de droits de scolarité. Les trois associations des professionnels de l’informatique versés dans le logiciel libre ont décidé de faire front commun hier afin d’inciter la ministre Michelle Courchesne à prendre en considération ce type d’applications pour résoudre en partie la crise sociale actuelle.

    Selon eux, les économies potentielles liées à l’utilisation de ces produits dans le vaste plan de rajeunissement du parc informatique de la fonction publique pourraient atteindre 450 millions de dollars et du coup réduire la hausse des droits de scolarité envisagée par Québec d’ici 2017 de plus de 50 %. [...]

  28. Martin Filion

    Pourquoi répliqué a des gens qui ont des préjugés comme ca?? On voit bien que dans la lettre de Monsieur Thibault, il n’y a pas grands arguments valables. Qu’il n’est peut-etre pas aussi bien informé qu’il le pense. Gardez donc vos forces et commentaires pour quelque chose de plus intelligent. Quand je vois un commentaire comme:  » Il y a de la casse, c’est de la faute des étudiants », déja on peut dire que le reste des commentaires sera probablement de la merde……

    Avant d’écrire et de dire quelque chose sur un sujet, informez vous comme il faut…….sinon ca l’air morron !!!

  29. Lauréline Manassero

    J’ai découvert la formule d’Abraham Lincoln, la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple » et c’est celle que j’admire et que j’approuve. En ce moment, je suis écoeurée de l’attitude du gouvernement qui se comporte comme une Aristocratie! (Le pouvoir des riches). On les élient pour 4 ans et ensuite ils font ce qu’ils veulent? C’est ce que vous souhaitez vraiment, qu’on change de roi tous les 4 ans?

    J’ai 24ans, j’ai 3 diplomes, je travaille à temps plein et je reprends des études à temps partiel. Pourquoi? Pour continuer de me perfectionner dans mon domaine, les communications-marketing. Ce n’est pas un choix de faire des études, c’est un droit! Pouvoir apprendre, s’instruire, comprendre pour devenir de meilleurs observateurs, de meilleurs citoyens, de meilleurs employés. J’ai les moyens de me payer des études (pour l’instant) ou avec un peu de chance mon entreprise me les paiera. Mais tant que l’on ne travaille pas, quels sont nos revenus?

    Oui pour l’instant, la majeur partie des études sont payées par les contribuables, et vos études? N’ont-elles pas aussi été payés par la génération au dessus? On a l’impression que vous avez été jeune il y a trés longtemps et vous avez oublié combien il est dur de grandir, de devenir autonome et de pouvoir s’instruire pour mieux se construire.
    Voulez-vous vraiment casser la jeunesse? Attention c’est elle qui un jour paiera votre retraite.

    À la base je ne suis pas contre une hausse des frais de scolarité, tant que les prêts et bourses existent et permettent à tous, surtout les jeunes en région, de faire des études. Il faut aussi tenir compte du coût de la vie aux études. Il faut, selon moi, aussi privilégier ceux qui travaillent à temps partiel tout en étudiant à temps plein, c’est courageux.

    Je répondrai à Michel (deux commentaires plus haut) que nous ne souhaitons pas contester le réglement intérieur des entreprises, mais il est évident que les jeunes préfèrent travailler en équipe que de suivre bétement des ordres des patrons sans être tenus au courant de la stratégie de l’entreprise.

    Nous sommes dans une air de collaboration et il est évident que ce sont les générations qui se confrontent. les baby boomers ont vécus comme des rois! Aujourd’hui, ils le montrent encore! Nous voulons la solidarité et le pouvoir tous ensemble! C’est en unissant nos forces que nous allons grandir, pas en étant égocentrique.

    Prenons exemple sur la France et disons oui à l’éducation, la santé et la justice!

  30. Alexandre Thibault

    Bon je vais quand même essayer de me défendre.

    Il y a quelqu’un quelquepart qui a dit: je suis loin d’être sur que le Québec a le moyen de se passer de médecin. Je ne vois pas comment l’augmentation des frais de scolarité peut désencourager quelqu’un ayant les capacités intellectuelles d’étudier en médecine. Qu’est-ce qu’une dette d’études comparée aux salaires des médecins? De plus, des bourses sont très souvent attribuées aux résidents.

    Ensuite, quelqu’un qui prend part à une manifestation illégale est illégal. C’est justement pour encourager l’obéissance à la loi.

    Pour ceux qui me traitent de moron, vous ne méritez pas que je réponde à vos commentaires. Je ne souhaite pas m’abaisser à des propos de maternelle.

    Je n’ai jamais dit que la majorité des Québécois appuyaient Jean Charest. J’ai simplement dit qu’ils l’appuient dans ce conflit.

    Ceux qui parlent du gaspillage des fonds publiques, vous divaguez du sujet.
    Je suis bien heureux d’avoir tant de critique. Comme l’a dit Oscar Wilde: « Quand les gens sont de mon avis, il me semble que je dois avoir tort. »

    Charles, premièrement, le gouvernement négocie présentement avec la FEUQ et la FECQ. Deuxièmement, il y a plus d’un an de cela, le gouvernement convoqua une table ronde et les associations étudiantes décidèrent de ne pas y assister. Aujourd’hui, elles sont frustrées.

    Pour terminer, je vous invite à discuter du sujet avec des personnes autre que des étudiants. Vous verrez que la réalité des étudiants et celle du reste de la population n’est pas la même.

  31. Prefontaine P

    Lorsque j’ai étudié au CEGEP et Université, j’ai payé mes propres cours. Je travaillait et les hausses, je l’ai acceptés. Aucune manif de personne. Aujourd’hui, on ne respecte aucunement les lois, le vote majoritaire dont un GVT à été élu……… M. Nadeau lorsque vous ferez 3 fois le salaire d’un travailleur dans un domaine…… Allez-vous refuse de payer vos impôts aussi…… Pauvre petit!

  32. Simon F.

    Mettre l’ensemble du mouvement étudiant dans le même sac en prétextant qu’il ne s’agit que d’une bande de casseurs, c’est prendre des raccourcis intellectuelles inquiétants.

    C’est comme si, moi, je disais que tous les transgenres sont des bizarres qui veulent jouer dans des pornos ou faire de la prostitution. Avouez, quand même, que ce serait drôlement tordu.

    Le fait que Charest trône en maître à l’Assemblée nationale ne lui confère pas non plus le droit de diriger comme un souverain. D’abord, parce que, à moins qu’on me fasse la preuve du contraire, le premier ministre doit diriger pour l’ensemble des Québécois. Ensuite, quand on regarde ça objectivement, ça s’adonne que Charest, lui, n’a obtenu dans les faits l’appui que d’à peine 24 % des Québécois.

    À moins que mes maths fortes de 4e secondaires soient révolues, ça, ça ne donne même pas 1 électeurs sur 4. Ça fait que sa majorité, il peut se la fourrer dans le c…

    Bizarrement, on entend dire que la majorité des Québécois appuient Charest. Ah, oui ?!? C’est drôle parce que, depuis que la loi 78 a été votée, la seule chose que j’entends dans le transport en commun le matin, à la caisse du supermarché ou encore dans nos réunions de famille, c’est à quel point c’est une loi de con, fabriqué par un gouvernement de cons et votée par une bande de cons.

    Je cherche encore les gens qui sont contents que l’État ait suspendues les libertés individuelles, et je ne trouve pas encore. D’ailleurs, pas plus tard qu’en fin de semaine, à la SRC, un sondage CROP nous disait tout à fait le contraire. Le monde ne veut pas de ça pour régler le conflit.

    Les impôts, en passant, que je sache, servent à payer l’ensemble des services. Oui, ça se peut que mes impôts servent à payer des trucs dont je ne me servirai jamais. So what? Moi, des pourvoiries d’État pis des affaires de même, je n’utilise pas ça. Est-ce que je demande une exemption d’impôts pour ça ? Ben non, cr… Parce que le gars qui s’en sert, lui, paie pour un service que d’autres vont utiliser mais pas lui. On appelle ça vivre en société et non dans une niche.

    Enfin, comme certains manquent d’arguments et se sentent quelquefois le besoin de citer d’anciens philosophes dont tout le monde se crisse tellement quand ils sont au CEGEP, je me permettrai moi aussi cette citation : Changez de disque, il commence à être usé.

    P.S. Je ne sais pas c’est de qui. Peut-être que Charest le sait, lui.

  33. René Forget

    Bonjour Alexandre Thibault

    À la lecture de quelques unes de vos interventions, je constate que vous manquez dramatiquement d’information.

    C’est comme la dame qui dit: » je n’ai pas fait de hautes études mais je ne vois pas en quoi la loi 78 vous empêche de manifester ». Cette femme parle avec son coeur, mais elle ne semble pas réaliser que TOUS les gens qui en ont fait de hautes études, S’OPPOSENT à la loi 78.

    Plusieurs personnes ont tenté de vous donner cette information par écrit. Je vous offre de le faire en personne.

    Je vais respecter votre droit à votre opinion qu’au lieu de chercher à le changer, je vais vous donner de l’information et vous laisser tirer les conclusions que vous voulez.

    Le savoir est le pouvoir.

    Ce qui est d’ailleurs le point de ce conflit.

    si mon offre vous intéresse: rene@reneforget.ca

  34. Stéphanie

    Comme on dit, il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir!
    Après tout ce temps et ces grèves, je ne peux pas croire qu’il y ait encore des gens qui n’ont rien
    compris à la RESPECTABILITÉ de ces manifestations!
    On a beau être pour ou contre, je crois simplement qu’il est impossible de cracher sur le fait
    qu’enfin une bonne partie de la population se mobilise, se lève et font entendre leurs idées et opinions.
    Déjà, que pour ça moi je lève mon chapeau!

  35. Gigi

    Les sages inventent les proverbes et les dictons, les innocents les répètent…

  36. Martin Filion

    @ Alexandre. Il y a 1 an, les associations étudiantes ONT assistés aux tables rondes, mais il parait évident que tu es tres mal informé. Les associations ont quitté les tables rondes car il n’y avait pas place a discussion avec le gouvernement, tout avait déja été planifié d’avance par le gouvernement. VOILA la vrai affaire !!! Et ensuite, crois tu que tout les étudiants seront des médecins?? Ha oui et le fameux argument de  » Moi j’ai travaillé, j’ai payé mes études et j’ai rien demandé a personne ». ………..ME, MY SELF AND I !!! Il y a des étudiants qui sont dans des familles monoparentale, avec tres peu de revenus, et que meme avec les prets et bourses c’est tres dur. Mais non vous aimer mieux penser que parcque VOUS avez réussi a le faire que tout le monde est pareil………ME, MY SELF AND I !!!

    Et en parlant du gaspillage de fonds publics, on est dans le champs ?? Pense pas moi !!! Vous vouler pas payer plus d’impot pour l’éducation, mais ca vous dérange pas d’en payer plus pour la corruption, la collusion, se faire fourrer quoi !!!! Le peuple est-il si aveugle que ca ???

  37. Alain Robert

    « If you’re not careful, the newspapers will have you hating the people who are being oppressed, and loving the people who are doing the oppressing. » ~Malcolm X

  38. Nzinga

    Pathétique cette lettre ouverte. En service commandé? On se le demande… Que des adultes se vautrent dans le lynchage public d’un leader étudiant, qui n’est ni plus ni moins que le représentant d’un mouvement démocratique, est tout simplement pitoyable. On peut en revanche s’interroger sur ce que le sieur Thibault et son acolyte Mme Blanc représentent, mise à part leur bien piètre petite personne…
    Je ne m’étendrai pas sur le contenu assez lamentable de la lettre, d’autres internautes l’ont fait avec brio avant moi. Je joins simplement ma voix à celle de tous ceux qui, comme moi, vous trouvent vraiment ridicules et infantiles. Et je finis en vous disant que vous m’inspirez bien de la peine : vous n’avez pas le quart du leadership et de la structure des 3 leaders étudiants et nul doute que votre parcours n’inspirera jamais autant que le leur. C’est peut-être cela la cause profonde de votre rancoeur.

  39. serge hudon

    Madamme,vous ne savez absolument pas de quoi vous parlé. C’est un discour de larbin, de milk-shake et d’un produits finis. Votre liberté de parler ne vous donne pas l’absolution eu égard à votre liberté d’esprit. Je vous fais un copié/collé d’un gars qui sait , qui connais , et qui peut valider son argumentaire…..contrairement a votre bla bla. TRÈS INTERESSANTE A LIRE ET À FAIRE CIRCULER

    Lettre ouverte au Premier ministre du Québec

    Depuis maintenant 100 jours les étudiants québécois manifestent contre l’augmentation des frais de scolarité

    Monsieur le Premier ministre, je vous fais une lettre que vous ne lirez pas, quand bien même vous en auriez le temps.

    Il y a dix ans, on m’a fait venir à l’Université de Montréal pour contribuer à l’excellence en enseignement et en recherche en bio‐informatique, un domaine émergent particulièrement important pour la médecine moléculaire. Pour me faire quitter mon poste de directeur de recherche au CNRS en France, on m’a offert une chaire de recherche du Canada, qui non seulement me fournissait des fonds pour effectuer mes recherches, mais aussi une prime de 30 000 $. Mieux encore, le gouvernement du Québec m’a exonéré d’impôt provincial pendant les cinq premières années. J’aurais dû me méfier, mais les scientifiques sont fort naïfs. Comment considérer qu’un gouvernement est sérieux dans son support à l’université quand il exonère d’impôts les plus riches, mon salaire étant en effet d’environ 100 000 $ ?

    En fait, ces considérations financières avaient peu d’importance. L’excellence universitaire, exercice humain très demandant et très délicat, nécessite avant tout un cadre favorable. J’étais donc attiré par un environnement de recherche humainement riche au département de biochimie, et par le Québec, un pays démocratique, respectueux des droits, avec un enseignement de qualité, où il faisait bon vivre. Même si cette vision idyllique s’est un peu modifiée au fil du temps, je n’ai jamais envisagé de revenir en France. Non seulement j’ai payé mes impôts provinciaux avec plaisir il y a cinq ans, mais j’ai aussi choisi de transformer la prime en subvention de recherches pour recruter des étudiants supplémentaires. Bref, tout allait bien jusqu’il y a 100 jours.

    Avant de revenir sur ces 100 funestes jours, je tiens à vous indiquer, Monsieur le Premier Ministre, en utilisant un langage économique que vous affectionnez, que mon retour sur investissement est excellent. Mon immodestie, qui est probablement la seule chose que je partage avec vous, n’en souffrira pas. Excusez- moi pour la nécessaire technicité de ce paragraphe. Le principal critère pour évaluer la recherche fondamentale est le nombre de publications, surtout dans les meilleures revues scientifiques (seules les publications dans les revues Nature et Science sont prises en compte dans le célèbre, bien que critiquable, classement des universités réalisé, par exemple, par l’Université de Shanghai), et le nombre de citations. Avec une petite équipe et des moyens financiers relativement modestes, notre travail s’est traduit par quatre publications dans Nature et Science (l’Université de Montréal dans sa totalité en a publié 49 depuis 2003) et a reçu plus de 1000 citations en 2011. Demandez à vos experts, vous trouverez très peu de chercheurs au Canada, voire aux États- Unis, ayant une productivité aussi grande, c’est-à -dire un impact scientifique par dollar investi. Je pense donc avoir rempli ma part du contrat et contribué à l’excellence de la recherche scientifique québécoise.

    Depuis 100 jours, tout a changé pour moi. Un mouvement étudiant, massif, démocratique, a soulevé une question primordiale, les frais de scolarité universitaire que votre gouvernement a décidé d’augmenter de 75% sur 5 ans, paraît- il pour favoriser l’excellence dans la recherche. Faire payer aux étudiants la recherche de pointe, est- ce une bonne idée ? 100 jours de grève étudiante et aucune négociation, ou si peu. Pire encore, 100 jours de grève étudiante et quasiment aucun débat sur cette question. Tout a été fait pour parler d’autres choses que de l’excellence en enseignement et en recherche. Est- ce un boycott ou une grève ? Une vitrine brisée par ci, un parcours non annoncé par là. La condamnation de la violence par les associations étudiantes est- elle suffisante ? En même temps, malgré des blessés graves, nous n’avons jamais entendu le gouvernement appeler à limiter la violence policière, j’y reviendrai.

    Monsieur le Premier Ministre, pourquoi donc le Québec et le Canada recrutent ‐ils les chercheurs d’excellence préférentiellement dans des pays où l’éducation est gratuite, ou à tout le moins très peu chère, comme la France, la Chine, l’Allemagne, l’Argentine, l’Autriche, l’Inde ou la Russie ? Pourquoi les recrutements n’ont- ils pas lieu dans les pays où les frais de scolarité sont très élevés, comme les États- Unis d’Amérique ? Pourquoi ces mêmes États- Unis sont- ils contraints de recruter autant d’étudiants et de professeurs à l’étranger si leur système d’éducation très couteux pour les étudiants est si performant que le Québec se doive de l’imiter ? Sans prétendre résoudre ce paradoxe, je peux apporter quelques éléments de réflexion. En transformant les étudiants en clients, on introduit plusieurs moyens de pression permettant de dégrader fortement l’excellence de l’enseignement, et par là même l’excellence de la recherche, qui rappelons- le repose avant tout sur les étudiants. Les clients achètent leur diplôme, et ils s’attendent donc à l’obtenir, même s’ils n’ont pas le niveau. Ensuite, l’université a tout intérêt à garder ses clients, puisqu’ils constituent leur principale source de financement. La pression se transmet aux professeurs, qui doivent réduire le taux d’attrition au maximum. Dans ces conditions, pourquoi faire échouer un client à un examen, puisque cela réduirait les ressources de notre département et de notre université, allant à l’encontre de l’intérêt du professeur ? Les professeurs, qui, vous l’avez peut- être oublié, Monsieur le Premier Ministre, sont avant tout des êtres humains, se trouvent tous les jours face à des étudiants, qui sont aussi des êtres humains, mais des êtres humains luttant pour survivre dans un monde où les richesses sont de plus en plus accaparées par une petite minorité. Comment, humainement, peut- on refuser un cours à un étudiant sérieux qui a travaillé fort et qui s’est lourdement endetté, mais qui est juste en dessous du niveau requis pour satisfaire aux hautes exigences du savoir intellectuel actuel ? Comment peut-on, humainement, laisser un jeune avec une grosse dette et sans diplôme ?

    Aucune des pressions induites par le clientélisme universitaire n’est à elle seule décisive pour dégrader la qualité de l’enseignement. Mais elles vont toutes dans ce sens et il y a fort peu mesure gouvernementale pour soutenir l’excellence dans l’enseignement, la bonne volonté des étudiants et des professeurs nous préserve, pour combien de temps encore, du naufrage. Aux États- Unis, où les études sont très chères depuis longtemps, les notes finales d’un étudiant sont corrélées positivement avec le montant des frais de scolarité, est‐ce bien sérieux ! La dette étudiante y est actuellement de plus de mille milliards de dollars, et l’enseignement est déjà sévèrement dégradé. Une question cruciale est de savoir comment elle sera remboursée, si tant est qu’elle puisse l’être. Monsieur le Premier Ministre, oui, la question des frais de scolarité et de l’excellence universitaire est très complexe et ne peut pas se résoudre par une loi spéciale, mais par un large, long et difficile débat démocratique.

    Débat démocratique, mais quel étrange concept viens ‐je d’évoquer ? La démocratie semble se résumer, pour vous, au seul dépôt dans l’urne d’un bulletin de vote tous les quatre ans. Mais comment croire que l’on puisse décider intelligemment de toutes les questions complexes auxquelles notre monde est confronté par un seul bulletin ? Quel n’a donc pas été mon désespoir quand une association étudiante, la CLASSE, a été vilipendée, insultée, trainée dans la boue parce que ses représentants respectaient le mandat qui leur avait été confié lors de votes démocratiques ! Quelle horreur, des élus qui refusaient d’abuser de leur pouvoir, qui refusaient de faire passer leur opinion personnelle en lieu et place de celle des gens qu’ils représentaient, et outrage inimaginable, osaient affirmer qu’ils allaient consulter leur base ! Monsieur le Premier Ministre, comment puis‐je accepter de voir ainsi bafouer les principes fondamentaux de la démocratie par un gouvernement censé oeuvrer pour l’épanouissement de la démocratie ?

    La vraie démocratie, qui n’est pas la dictature de la majorité, doit mettre en oeuvre de multiples systèmes, des contre- pouvoirs, pour garantir les droits de tout un chacun. Comment peut- ‐on respecter les minorités, si seul un vote tous les quatre ans est considéré comme suffisant ? Or, du fait du baby boom, les jeunes, les étudiants, constituent une petite minorité au Québec. Il y a plus de personnes de plus de 75 ans que de jeunes de 15 à 19 ans, fraction de la population qui de toute façon n’avait pas le droit de vote lors des dernières élections. Il y a seulement 500 000 jeunes de 20 à 24 ans, mais plus de 2 millions d’ainés âgés de plus de 65 ans. Dans un tel contexte, et sans un long débat, quelle est la chance de faire passer l’idée d’études universitaires presque gratuites garantissant l’excellence de l’enseignement, alors que l’impact concret d’un tel choix servira l’intérêt des Québécois dans 10, 20 ou 30 ans, avant l’idée d’une baisse immédiate des impôts ?

    Cent jours de lutte menée par des centaines de milliers de jeunes Québécois n’ayant comme seul pouvoir que des manifestations pacifiques et le sacrifice de leur propre session. Et quelles réponses le puissant gouvernement québécois a-t-il fourni ? Le mépris, l’absence de dialogue, la répression et maintenant une loi spéciale qui réduit la liberté d’expression de tous et qui laisse à la police, et bientôt peut- être à l’armée, le soin de régler la question de l’excellence universitaire. Il n’est nul besoin d’être grand clerc pour imaginer la violente répression qui sera nécessaire pour arrêter un mouvement si profond, si massif, si motivé. Chaque fois que mes enfants, ou leurs amis, sortent le soir, c’est avec la peur au ventre que j’attends leur retour, sursautant à chaque coup de téléphone qui pourrait m’annoncer la perte d’un oeil, un traumatisme crânien, voir pire. Oui, je sais, la police fait un métier difficile, oui il y a de très rares casseurs qui veulent en découdre et se cachent parmi la foule, oui il y a maintenant beaucoup de fatigue. Les conditions sont réunies pour que de graves bavures se produisent. Monsieur le Premier Ministre, agissez pour qu’elles ne se produisent pas, soutenez les policiers qui font bien leur travail et condamnez ceux qui abusent de la violence, comme par exemple à la brasserie Saint- Bock. Croyez- vous vraiment que poivrer des touristes va permettre de recruter des chercheurs d’excellence et de former d’excellents étudiants ?

    Cent jours de lutte à mains nues face à un pouvoir sourd, autoritaire et violent, peuvent-ils s’expliquer seulement par la question des frais de scolarité et de l’excellence universitaire ? Que nenni. La jeunesse sent bien, voit bien que notre modèle de société est en train de s’effondrer ; tous les marqueurs sont au rouge : un environnement social dégradé, marqué par une montée indécente des inégalités ; un environnement biologique dégradé, avec une disparition accélérée des espèces et des écosystèmes ; un environnement physique dégradé, avec le réchauffement climatique et les multiples pollutions chimiques ; un épuisement généralisé des ressources, qui oblige à exploiter à grands frais les sables bitumineux, les gaz de schiste, les métaux au fond des océans ou dans le Grand Nord ; un système financier démesuré, mais qui ne survit qu’à force de subventions, générant une dette publique impossible à rembourser. Ces cent jours de lutte sont un extraordinaire cri de désespoir de notre jeunesse, désespoir qui s’est cristallisé sur la question des frais de scolarité, mais qui dénote un très profond malaise sociétal.

    Le Québec est le premier pays riche à prendre massivement conscience du mur dans lequel nous sommes en train de nous enfoncer avant que la crise économique se manifeste de manière évidente comme en Grèce ou en Espagne. Monsieur le Premier Ministre, vous avez l’opportunité extraordinaire de disposer d’une jeunesse courageuse, innovante, politisée, prête à explorer un nouvel avenir qui nous fera éviter tous les graves dangers évoqués plus tôt. Ou alors, souhaitez-­vous choisir l’obstination, l’aveuglement, la répression, la violence et m’obliger à vivre dans un autre pays où la démocratie, l’éducation, la nature… Bref : la société humaine, pourront s’épanouir ?

    Hervé Philippe

    Professeur titulaire, Chaire de Recherche du Canada en Bioinformatique et Génomique Evolutive, Département de Biochimie – Université de Montréal

  40. Anonyme

    Petite remarque: Le Québec n’est pas un pays

  41. Nancy Thériault

    Lolll, le commentaire sur les petites, moyens et grand esprits est d’Une finesse…j’aime bien.
    Ou voici une autre bonne qui s’applique ici, comme ailleurs…:

    Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt!

    Interprétons, oui, mais n’en profitons pas pour changer les faits.

    Ah, si chacun avait la stricte vérité (sincérité) comme valeur, les conflits seraient moins longs!

    GND est pointé comme un souffre-douleur…c’est triste, car au Québec, quand quelqu’un s’élève, on le scrute pour le faire retomber…ce n’est pas comme cela qu’on va évoluer. Quand on veut l’avancement, on ne rase pas la tête de ceux qui dépassent, on utilise leur intelligence, sans jalousie et sans envie…Mais a-t-on suffisamment de sincérité pour voir les raisons de l’agacement qu’on a de se casser le cou pour voir plus haut?

    Ceux qui n’ont pas étudiés beaucoup dans la vie sont mécontent? Pourquoi? Parce que pour eux (ils ont le droit) les études ne sont pas une valeur. Ils ne comprennent pas à quoi peut bien tenir celui qui revendique cette valeur!

    Il est bien inutile de vous cherchez des critiques mensongères pour camoufler votre manque d’intérêt aux études…Vous nous sortez prétextes, mensonges et sophismes pour ternir celui qui a une valeur que vous n’avez pas…Est-ce utile est digne? Non!

    Respectez ceux qui ont des valeurs différentes des vôtres…et quand viendra le temps de consoler ceux qui ne peuvent pas étudier pour X raisons, c’est là que vous devez parler et dire vos valeurs à vous, pour encourager celui qui ne pourra pas étudier!…

    Mais pour l’instant, votre opposition est bien inutile et démontre votre impertinence dans le sujet, en ce moment, pour l’instant!

    Laissez la place à ceux qui ont la pertinence avec eux, car c’est leur conflit et leur combat. Vous, avec d’autres valeurs, vous vous en servirez en temps et lieu…Inutile d’abaisser celui qui vous fait le ver la tête!

    Faites équipe…et quand vous percevez des différences de valeurs entre les autres et vous, sachez ne pas parlez de ce que vous ignorez mais sachez aussi parlez en temps et lieu…Discernement et respect!

    Et avant tout: Vérité et perception aigu de celle-ci svp…Notre société, on la construit avec des têtes hautes, pas en les rasant…c’est le pire moyen de reculer!

    Franchement voulez-vous bien me dire en quoi vous avez des « écoeurements »?

    Vos écoeurements ne sont pas supposés primer égoîstement, surtout pour critiquer une personne qui démontre intelligence et intérêt à ce qui est noble!

    Si vraiment vous êtes tannée, faites comme moi, et baissez la tête, et occupez-vous de vos préoccupations…le conflit ne dérange en rien, absolument rien d’autre que les étudiants et les politiciens…Nous, on a vraiment aucun dérangement susceptible de chialer contre ceux qui font valoir leurs points de vues…Non mais!

    Mêlez-vous de ce qui vous regarde, et si vous voulez prendre des problèmes sur vos épaules, soyez constructive au lieu d’être rasoir!…Si votre seul problème est un conflit politique….vous avez aucun problème, madame! Allez donc faire un tour à Ste-Justine, parler avec une mère qui a un fils leucémique de 10 ans…Prend-elle son temps pour écrire contre un jeune qui montre de l’intelligence? Non…

    Vous êtes écoeurée??? Bien pauvre vous…un rien vous dérange…et ensuite, vous tapez sur un jeune et ragée contre lui pourquoi?…parce qu’il est un leader! Défoulement? Si vous voulez le faire, n’écrasez pas nos jeunes intelligents!…et demandez-vous autant que vous demandez auz jeunes…cessez de nous écoeurer avec vos écoeurements égoïstes contre un jeune de 22 ans….Eye, c’est un espoir ce jeune, pour l’avancement de la société. Pourquoi le faire taire, quand ce qu’il dit est utile?

    Penses avant de parler, et soyez sincère svp…La vérité, lorsque vous avez écrit ce mot est autre…vous le savez…alors cessez de la camoufler pour priver nos jeunes de leurs droits (ce conflit est un droit, faire la grève aussi, et si vous étiez renseignez, vous n’essayeriez pas de nous faire reculez dans nos droits…chèrement acquis.

    Au revoir!

  42. Anonyme

    Bravo M. Blanc,
    Enfin un commentaire ou réflexion qui est neutre, Gaby lâche le morceau ou ta santé va blaster….

  43. Jacques

    Cher Mme Blanc et Thibault

    Je crois sincerement que votre maquillage vous empeche de voir le vrai visage de ce gouvernement pourri et corrompu a l’os. SVP, reveillez-vous. Ce gouvernement de marionnettes aura depense des millions de votre argent pour se permettre une police de mercenaires pour essayer de cacher et camoufler leurs fraudes et leurs corruptions … REVEILLEZ-VOUS car nos jeunes le sont et c’est tant mieux. En passant, j’ai 72 ans et j’ai des arriere-petit-enfants et je pense surtout a eux qui auront a payer les pot-casses des liberaux corrompus.

  44. Charlotte

    Que les étudiants aient raison ou non…là n’est plus la question. Depuis le début de ce conflit, on peut voir des éléments  »diviseurs ». Les enfants de riches qui pourront payer leurs études contre les enfants de la classe moyenne…les babyboomers qui ont tout reçu gratuitement contre la nouvelle génération à qui nous ne laissons rien…même Charest a voulu jouer la division entre les différentes associations étudiantes.
    On peut être en désaccord tout en restant poli et respectueux. J’ai lu quelques injures faciles dans cette discussion.
    Je suis maman de deux étudiants, un au cégep l’autre à l’université, je suis également une baby boomers et je n’ai vraiment pas l’impression d’avoir tout reçu gratuitement.
    J’ai 57 ans, je travaille depuis l’âge de 17 ans, je ne suis pas issue d’un milieu aisé…chez nous les études ca se résumait au cour  »commercial » donc travail de bureau au salaire minimum. Je suis à l’aise financièrement que depuis 10 ans et j’en ai bavé avant. Donc, à près de 50 ans, je dois payer les frais scolaires de mes jeunes et trouver un moyen d’économiser un minimum pour ma retraite. Ensuite, à près de 60 ans, je dois désormais supporter ma mère alzheimer, parce que je ne peux me résoudre à la mettre en foyer, lui donner sa petite pilule le matin pour qu’elle ne dérange pas et lui offrir la contention la nuit pour qu’elle reste au lit.
    Non, désolée, je n’ai pas reçu plus que les autres générations. Je n’ai pas eu de garderie à 5 ou 7$ par exemple et plein d’autres choses.

    Je me fais longue, simplement pour exprimer que même à 60 ans, je suis d’accord avec ces jeunes, même en étant maintenant plus à l’aise financièrement, je n’ai pas oublié ce que c’est que de chercher le moyen de se nourrir tout en payant le loyer et oui, je conserverais mon cellulaire ou tout autre petits luxes qui sont désormais essentiels.

    Ce débat, soulevé et mené par ces jeunes représentants d’associations étudiantes, est le mien également. C’est celui de notre société toute entière. Le but n’est pas de savoir qui a tord ou qui a raison, le but est de dire clairement que le Québec s’en va dans une direction que la majorité de la population ne souhaite pas. Je ne crois pas que les personnes appuyant la loi 78 soient vraiment informées de la gravité des atteintes aux libertés d’expression qu’elle contient. Je voudrais voir tout ceux qui se disent d’accord avec la hausse des frais de scolarité, me dire qu’ils seraient aussi soumis si c’était leur facture personnelle pour leur liaison internet qui augmentera de 75% sans qu’il ne puisse exprimer leur mécontentement.

    Je voudrais aussi entendre mon gouvernement appeler un chat et chat et cesser de tordre les opinions de la population en employant un language qui choque:
    Avez-vous entendu M. Charest appeler la grève étudiante une grève ? moi je n’ai toujours entendu que  »BOYCOTT » c’est loin d’être la même chose.
    Ces associations étudiantes sont reconnues, on leur doit donc le respect démocratique de leurs droits associatifs et la grève en est un.
    Ca dérange…on s’en doute. Une grève qui ne dérange pas n’a aucune utilité.

  45. Denis ducasse

    Mon dieux madame je pense que vous soufre de. Nombriliste vous croyez que seul GNd et le seul à supporter sette grève voyon vous devriez regarder d autre choses que LCN et vous aller trouver plien de chose que ont doit plus tolérais au québec madame la nombriliste si vous aimez pas que le peuple parle bien veuyer déménager soie dans un autre province ou encore mieux aller dans un peuple arable vous allez comprendre que ont doit pas rester charet et ces inosent continuer sinon nous allons devenir pire que le peuple musulmane réveiller vous madame la princes des nombriliste Nous nt lâcheras pas

  46. Lany

    dans quel monde vivons-nous?Je pense que le mot responsabilitée, respect d’autrui s’envolent comme du vent,il faut savoir grandir et ne pas mettre sur le dos des autres nos propres responsabilitées,je pense qu’on a bien facilitée la vie de nos enfants et ils veulent toujours en avoir plus,les parents sont d’accord avec eux car bien souvent ce sont eux qui paieront la facture mais rien n’empêche un jeune de travailler durant l’été et économiser un peu d’argent pour ses études,mon fils a entré dans l’armée,il a été par la suite 6 mois en Croati et il s’est payé le cour qu’il voulait suivre,non on est pas obligé d’en faire autant peut être mais aujourd’hui il est un homme responsable qui paie ses factures ect et de bons impots pour vous,c’est à chacun de nous de faire notre part mais quant on est déjà pressé comme des citrons faut pas exagérer c’est facile de demander et d’exiger, vous n’êtes pas les seuls à avoir besoin,pensez aux Hopitaux et aux gens âgées qui ont déjà payé leurs impots il y a de grands-besoins dans notre province de Québec ca coute cher aux contribuables, mais avant de juger un gouvernement ou autres personnes responsables aller marcher dans ses souliers durants plusieurs mois et ensuite vous pourrez donner votre opinion,moi j’ai un certain âge et je peux vous dire que dans mon temps c’étais pas facile comme aujourd’hui,je vous souhaite la paix dans un monde pacifique et je pense comme cette dame car je vois les choses ainsi,il est vrai que je n’ai pas eu la chance de me faire instruire,je n’ai qu’une 7 ième année, je fais des fautes parfois mais quand je lis la lecture des autres je me trouve pas si pire que ca, car je vois les fautes d’écritures des autres,c’est une belle école l’internet, je comprend aussi les jeunes mais je trouve que ca va beaucoup trop loin et ca peut finir par des émeutes,des morts ect et ce sera la tyranie de qui aura toujours raison es-ce-que tout celà en vaut la peine pour ces coûts-là NON :-)