Mon post-mortem médias sociaux et élection

Pin It

Lors de la dernière élection fédérale, j’observais une corrélation entre les recherches web et l’activité sur les médias sociaux et le raz-de-marée NPD. J’imaginais (à tort) que cette corrélation serait la même pour l’élection provinciale d’hier. C’est ce que j’avançais dans mes billets :

Élection provinciale 2014, contrairement aux sondages, le web et les médias sociaux donnent le PQ gagnant

#QC2014 Le poids des partis et des mots-clés sur les médias sociaux, le PQ en avance.

Les partis politiques et les chefs de partis sur le Web durant la campagne provinciale 2014

J’avais au moins pris la précaution d’écrire

Prenez donc mes observations pour ce qu’elles sont, des observations. De toute manière, d’ici quelques jours, nous saurons si c’est moi et mes outils de monitorage internet qui semblent prédire et dire n’importe quoi ou si plutôt, ce sont les sondés ou les sondeurs qui fabulent…

Les sondages donnent présentement le PLQ gagnant, mais si l’histoire se répète, le Web donne plutôt le PQ gagnant (ne disions-nous pas que Google est le catalogue des intentions).

Par ailleurs, si l’histoire récente de monitorage des médias sociaux est un bon indicateur de la tendance du vote le jour de l’élection (comme ça a été le cas pour la dernière élection fédérale avec GoogleTrends), on peut déjà donner le PQ gagnant, contrairement à ce que nous dit les sondages.

Mes observations sur la variance entre le web, les sondages et le résultat de l’élection d’hier

Dans le cas des élections fédérales, comme provinciales, j’observe que ce sont plutôt les gens de « gauche » qui s’ »expriment et utilisent le plus le Web. D’ailleurs dans mon billet de 2011 Les sites de partis et les tendances de recherches sur le Web (pour les élections fédérales) j’observais :

Grâce à Alexa et à son outil de comparaison de sites, on apprend que c’est le site du NPD et du Parti vert du Canada qui semblent le plus intéressés les internautes.

Or pour l’élection d’hier, une recherche sur tous les médias sociaux avec l’expression Je vote (et pas du tout sur mes propres profils comme certains zigotos aiment le supposer) le tableau des résultats était :

J’observe donc que :

La gauche et les progressistes sont de toute évidence beaucoup plus présents et loquaces sur les médias sociaux

Comme suite au « printemps érable », les internautes « non-progressistes » ont certainement appris à être moins « visibles » afin de ne pas se faire « basher » par les progressistes sur les médias sociaux. J’en discutais dans mes billets :

Les médias sociaux sont-ils responsables d’un climat de haine sociale?

Crise étudiante, la gauche est plus active et intolérante sur les médias sociaux

La « minorité silencieuse » l’est très probablement aussi sur les médias sociaux.

Je continuerai donc de monitorer ce qui se dit sur le web et les médias sociaux en période électorale, mais je sais maintenant que la corrélation que j’avais observée lors de la dernière élection fédérale n’était très probablement que fortuite.

Les Janette

Je suis fière pour une fois dans ma vie d’avoir participé activement et publiquement à un mouvement politique. Je suis triste et très déçue que la Charte de la laïcité ait été instrumentalisée à des fins électoralistes plutôt que d’avoir été implantée et votée à l’aide d’un concensus de tous les partis, ce qui était très souhaitable et possible. Maintenant, j’ose espérer (voire rêver) que la laïcité et l’égalité homme femme demeureront au menu législatif et que les acquis de la Révolution tranquille ne s’effriteront pas avec la montée des intégrismes religieux, de toutes les religions.

Pour la suite

Hier j’ai partagé mes réflexions électorales sur les médias sociaux

#QC2014 Pauline Marois battue dans son comté. Qui la remplacera?

@jesuislfb @Gagne_Emilie @carlcharest La teneur des conversations a été analysé. Les libéraux jasent probablement beaucoup moins

#QC2014 Vous êtes digne madame Marois. Merci pour votre dévouement et bonne continuation à vous

#QC2014 Monsieur Couillard veut un gouvernement intègre compétent et transparent. Je vous prendrai au mot monsieur Couillard.

#QC2014 Merci @phcouillard de songer à une interprète des signes pour traduire votre discours

#QC2014 Ce matin il neige encore, on a un gouvernement libéral pour 4 ans, fortunately for me, I speak english…

Mon rêve?

Comme le parti libéral a toujours été plus « business » que le Parti Québécois, j’ose espérer QU’ENFIN ils se diguidineront pour le numérique. Même s’ils ont flushé Henri-François Gautrin avant l’élection, s’ils pouvaient sortir des boules à mites son 2e livre vert, ce sera déjà un très bon départ. Je leur suggère aussi de relire mes billets
Le plan nord, le plan nerd et LeWeb

De l’urgence d’un plan pour bénéficier positivement de l’économie numérique

Un réveil brutal : Pourquoi devrions-nous planifier le numérique ?

Rapport Gautrin, l’intégral, Gouverner ensemble

De mes archives, à propos du Web et des életions

Élection fédérale de 2011

Les sites de partis et les tendances de recherches sur le Web

Les discussions de blogues avant et après les débats des chefs et les meilleurs politiciens médias sociaux

Les thèmes de la blogosphère avant et après les débats des chefs

À propos d’autres élections

Twitter et médias sociaux dans un contexte politique

Baladodiffusion de l’analyse de l’élection provinciale sur l’Internet de la Colombie-Britannique

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Pierre Longpré

    Ce billet vous honore. Le ton surtout. Juste et à propos. « On the spot ». Merci pour avoir partage cet exercice. Je l’ai trouvé intéressant du début à la fin.

  2. Jo Kerozen

    J’avoue que je préfère les outils qui prennent en compte le « réseau » des sites de réseautage social. Mesurer le volume ne suffit pas a une bonne analyse (quali vs quanti).
    Une carte comme celle de voxpop labs nous informe que le message du PQ est resté entre eux. Même si il est plus repris, même s’ils sont plus nombreux.
    la carte de 2012 est très différente, je dirais que le PQ avait mis en place une stratégie pour Twitter, cette fois ci.
    Pourquoi tant d’ecart entre Twitter et les bureaux de vote ?
    C’est un peu comme si les bénévoles au téléphone n’appelaient que les sympathisants. Ca fait des très bon retours, des super rapports. mais c’est inefficace. Surtout quand y’en a un qui tombe sur un partisan de l’autre bord et l’insulte…

    et sinon, que pensez vous de l’analyse des réseaux sociaux? connaissez vous les outils comme Gephi, Visone etc… pour visualiser les réseaux ?

  3. jacques laliberté

    Avez-vous fait l’exercice avec des mots en anglais aussi?

  4. Michelle Blanc

    Pour Google Trends ça n’avait pas d,importance puisque les noms des partis et des chefs sont pas mal unilingue mais vous avez raison, une prochaine fois nous ajouterons « I vote » pour la portion monitorage de l’expression du vote. Quoi que avec les résultas obtenus, ce ne sera finalement un indicateur de pas grand chose si ce n’est de ce qui se discute le plus sur le Web sans adéquation avec la réalité terrain…

  5. Mon post-mortem médias sociaux et élection | Bienvenue! | %blog_URL%

    […] Mon post-mortem médias sociaux et élection […]

  6. Surveillance omniprésente | Nicolas Mathon

    […] majoritairement les élections fédérales de 2011 et les provinciales de 2014. À ce propos, une nuance très intéressante a été exprimée par Michelle Blanc dans son billet de post-mortem conce… ces nouveaux médias seraient-ils à tendance gauchiste? Dans le cas des élections fédérales, […]