L’argument vert pour le développement de fermes de serveurs au Québec

Pin It

C’est en lisant l’article Les data centers chinois rejettent autant de CO2 que 21 millions de voitures du magazine en ligne Usbeketrica que ça m’a frappé. En effet, les Chinois polluent énormément avec leurs fermes de serveurs. La raison principale de cette pollution est lié à la production d’électricité nécessaire au fonctionnement de ces fermes de serveurs, qui se fait avec des centrales au charbon. D’ailleurs, chez Radio-Canada on apprenait que :

Le charbon est une des ressources naturelles les plus exploitées. Il répond à près du tiers de la demande énergétique mondiale. Il représente 44% des émissions de gaz carbonique dans le secteur de l’énergie.(…)

Les plus importantes réserves connues se trouvent aux États-Unis, en Russie, en Chine et en Inde. Le plus grand producteur et consommateur mondial de cette ressource est toutefois la Chine. À lui seul, ce pays — qui produit 80 % de son électricité grâce au charbon — consommera l’an prochain plus de charbon que tous les autres pays réunis.

Or le Québec est l’un des grands producteurs mondiaux d’hydro-électricité et ici il fait froid. Il faut comprendre que l’énergie utilisée pour les fermes de serveurs sert à faire fonctionner ces serveurs, mais aussi à les réfrigérer et à diminuer la grande chaleur qu’ils produisent. Or , nous pouvons faire ça de façon naturelle, et avec de l’énergie propre. En outre, nous pourrions aussi récupérer une portion de cette chaleur produite, à d’autres fins. En outre, nous pourrions développer ces fermes à proximité des grands barrages qui sont en régions éloignées et du même coup, en assurer plus facilement la sécurité physique. Mais pour ce faire, il faudrait aussi que la fibre optique s’y rende. Je vous mentionne au passage que le plus gros réseau de fibre optique au Québec est celui d’Hydro-Québec, qui s’y rend déjà…

Mais bon, il semble que le gouvernement actuel préfère de loin donner des contrats aux multinationales américaines et mettre nos données en danger à cause du Cloud Act dont j’ai déjà parlé, plutôt que d’investir ici et développer ce qui pourrait faire de nous des leaders mondiaux à cause notamment des arguments verts dont je viens de vous parler…

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Laisser un commentaire