Frappé par un train : Ces industries qui subissent l’érosion à cause du numérique et des GAFA

Pin It

Au moment d’écrire ces lignes, ce sont les médias imprimés qui pleurent en commission parlementaire pour qu’ils soient sauvés. Devant cette même commission, les producteurs de contenus Radio s’y sont présentés pour dire qu’eux aussi sont en danger et que leurs revenus sont en baisse constante et dans certains cas, déficitaires. Sans vouloir enfoncer le clou, je rappellerai que les agences de voyages, les commerces de détail, les taxis, les hôteliers et les stations de télévision ont aussi subi le même sort. Ce phénomène qui est loin d’être unique au Québec ou au Canada est généralisé. Bientôt, ce seront les banques, les assureurs, les services comptables et peut-être même les avocats et les médecins qui se feront bousiller une portion de leurs marchés par l’efficacité du numérique et de l’intelligence artificielle.

Mais dans tous ces cas, on fait du cas par cas. Dans tous ces cas, et les « victimes » de ces transformations, et les dirigeants et les gouvernements sont tout penauds de ces bouleversements qu’ils disent ne pas avoir vus venir. Dans tous ces cas, ils n’ont pas géré le changement, ils ne se sont pas adaptés et ils demandent une bouée de secours, pour se noyer juste un peu moins rapidement. Mais pour la plupart, ils se noieront indubitablement. Ils pensent, ils analysent, il tente de s’adapter avec les moyens du bord. Ils n’embrassent pas ces changements. Ils les combattent et les accusent. C’est de la faute des GAFA, d’Uber, de Netflix, d’AirBnB, d’Expedia, de Bitcoin, d’Hotels.com et de tous ces géants qui ont poussé du jour au lendemain ou qui pousseront dans les prochaines années.

Je me demande si lors de la précédente révolution, celle qu’on appelait révolution industrielle, les gouvernements étaient eux aussi tellement gros Jean comme devant que le sont nos gouvernements actuels. Je me demande si le payeur de taxes était aussi à l’aise d’éponger les pertes de ces anciens barons d’industries qui ont disparu. Je me demande à partir de quel moment, les gouvernements ont décidé de faciliter la création des chaînes de montage et de fournir l’électricité qui lui était indispensable? Quand avions-nous décidé d’instruire les travailleurs et les gens d’affaires pour qu’ils prennent efficacement le virage de cette révolution industrielle? Vous me direz que la situation était différente et vous aurez raison. Durant cette révolution, il y eut aussi la 1re Grande Guerre, la révolution bolchevique et la grande crise des années 30. Mais justement, en principe, nous devrions être plus en mesure de nous adapter et d’adapter notre main d’œuvre, de mettre en place les infrastructures numériques nécessaires à notre adaptation (fibre optique et 5G) et voir venir et être actif que d’être continuellement dans « la surprise » et la gestion cas par cas.

Je ne suis pas inquiète pour moi puisque je suis formée spécifiquement pour ça. Mais je le suis pour mon petit-fils, pour mes voisins et pour ma société. Je trouve qu’on fait dur en maudit et je ne sais plus comment me répéter, quoi faire ou quoi dire de plus, pour que collectivement on se réveille et qu’on tente de rejoindre le Kenya dans la Savane Africaine (Silicon Savanah), la Norvège, Israël ou la Corée du Sud… Je suis triste de nos débats stériles, de nos échecs collectifs et de nos soi-disantes « solutions » qu’on nomme pompeusement « innovation et création d’emplois» en y jetant des centaines de millions en attendant que les gros bénéficiaires de ces solutions, licencient, fassent faillite ou ferment carrément boutique comme l’ont fait (pour ne nommer que ceux-ci) Pages Jaunes, Gesca, Téo Taxi et plusieurs autres…

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Remi

    Merci pour cet article plein de lucidité, tout comme votre article ‘Crise des medias’. j’espère que vos arguments viendront nourrir la réflexion publique et, qui sait, parvenir aux oreilles de certains décideurs.

Laisser un commentaire