Quebec Solidaire me touche dans Twitter

Pin It

J’ai grandement déploré l’attitude des partis politiques québécois et canadiens sur les médias sociaux dont l’un des plus importants pour rejoindre le 2e groupe le plus influent du Web (après les médias généralistes) Twitter. Or, hier, j’ai été grandement touchée par une série de communications dans Twitter avec QuebecSolidaire. On pourra dire que la twittereuse de QuebecSolidaire est une opportuniste et qu’elle savait à qui elle parlait et qu’elle a capitalisé sur l’un des sujets majeurs de ma vie présente, le transsexualisme avec lequel j’apprends à composer. Si tel est le cas, c’est drôlement efficace et pertinent dans une optique de communication bidirectionnelle réelle. On pourra dire qu’elle sait que je suis une twittereuse et blogueuse influente et qu’elle tente stratégiquement de me faire pencher du bord de QuébecSolidaire. Encore là, c’est le genre de tactique qui est disponible à tous les partis, mais faut-il d’abord qu’ils comprennent ce qu’est l’influence en ligne et qui peut être les pions influents et quels sont leurs points faibles particuliers. Encore là, c’est une preuve d’écoute et d’analyse peu commune au sein des partis provinciaux ou même fédéraux. Pour ma part, je préfère croire que cette jeune femme s’investit réellement dans son activité twiteresque et que contrairement à ce que dit le copain Tristan Péloquin qui cite Dumont, elle sait très bien que les blogueurs ont une influence et que les tops blogueurs sont sur Twitter.

Selon Tristan Péloquin

Les médias sont moins excités par la campagne en ligne. Pour un parti politique, investir des heures et des heures dans un blogue lu par, au mieux, 5000 électeurs pour la plupart déjà acquis, n’est donc pas un calcul intéressant. Mario Dumont l’a d’ailleurs dit à plusieurs reprises: les blogues, il n’y croit pas. Les poignées de mains dans les centres commerciaux et les annonces formatées pour la télé restent à ses yeux la clé du succès.

Or il est peut-être bon de rappeler que si on ne prend que les 20 blogueurs d’affaires les plus influents du Québec, ils tirent plus de lectorat collectivement que la page d’accueil de LesAffaires.com. On peut dire que ça commence à fesser. De plus, ces mêmes blogueurs sont repris par les médias généralistes sur une base régulière. Leurs opinions ont donc des répercussions plus qu’insignifiantes.
Mais avant de retourner aux twits de QuebecSolidaire, je tiens à mentionner que je n’ai jamais voté pour eux, que je suis de centres droits et résolument proaffaires et antisyndicaliste, mais que rien n’étant coulé dans le béton, ça pourrait changer.

Voici quelques extraits de nos discussions :

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Anne-Marie Provost

    Je ne m’attendais pas vraiment à ce billet :)

    Ceci dit, il faudrait que je sois un peu stupide pour ne pas voir la portée stratégique de tout ça et de ne pas avoir conscience de la position/symbole de la personne à qui je parle, mais au fondement c’est plus mes affects qui m’ont guidés dans ce qui s’est passé hier. Je vis dans un coin assez trash depuis 2 ans et demi, et des trans qui font la rue (ou qui traînent de temps en temps chez Mado) j’en vois chaque soir. J’ai parfois eu envie de les aborder pour mieux comprendre, mais je ne savais jamais comment donc je ne l’ai pas fait. Probablement parce que je ne voulais pas qu’elles se sentent comme un animal étrange de zoo, et que j’avais peur que mes questions soient directes au point que ça entraîne une non-sincérité dans leurs réponses. Et encore plus parce que je ne sais juste pas comment aborder le sujet en face en face comme ça sur la rue. Je me suis donc restreinte à quelques sourires de temps en temps dans leur direction.

    On a une plate-forme qui en parle, et ce que tu amenais s’y intègre bien au niveau du programme. Ça reste une problématique bien réelle et j’y suis assez sensible personnellement. Des gros caves qui écoeurent les trans ou des travesties au coin Montcalm ou qui vont rire des fifs ou des travestis dans leur face ou dans leur dos, ça me fait profondément chier (je suis bisexuelle, et de l’abus j’en ai parfois vu dans ma courte vie). Tant mieux si Twitter m’a permis d’entrer en contact avec toi sur ce sujet, j’ai beaucoup apprécié. Les médias sociaux sur le web sont bien en ce sens au niveau politique, c’est-à-dire qu’ils permettent d’exposer des positions, de voir la réalité des autres à travers celles-ci et de pouvoir les modifier si cela va dans le sens du principe de base des positions.

    Hier soir, je buvais du Belvanie db wood en relisant un livre que j’aime bien. J’avais une petite pensée pour les trans à chaque gorgée, qui me distrayait de ma lecture.
    Tu peux m’envoyer une bouteille par la poste pour que je m’en rappelle plus souvent :p

  2. Veronique

    Un vidéo de Québec Solidaire à voir : http://www.youtube.com/watch?v=QtHSHmO-5Ts

  3. MartinPM

    Il est certain que, même pour Québec solidaire, l’investissement en temps (et l’investissement de quelques pièces de cents noirs) sur le web 2.0 fait parti d’une stratégie globale de communication. Ça serait un peu ridicule de le nier.

    Je ne peux pas parler à la place d’Anne-Marie qui «twitte» pour Québec solidaire, je ne suis pas très twittereux moi-même et je ne suis pas encore «facebooké»… De mon côté, c’est ma première expérience de cybermilitantisme officielle, en marge d’une campagne de terrain à laquelle je participe aussi. Dans les deux cas, je ne suis pas très à l’aise avec le prosélytisme directe. Ça fait plusieurs années que je suis membre d’un parti politique et j’ai toujours eu la même approche avec les gens qui m’entourent et ceux que je croise: je m’affiche rarement rapidement comme membre de QS et je préfère être à l’écoute en premier lieu de leurs sensibilités et de leurs préoccupations. Ça me fait d’abord réfléchir à mes propres positions, et si jamais je vois une ouverture avec les idées de QS, j’en discute. Mais je ne tente pas de recruter ou d’imposer quoique ce soit. Je préfère sensibiliser les gens, avant tout à des idées et des problématiques. Avant le parti.

    Je ne connais pas très bien Anne-Marie, mais j’ai l’impression que c’est un peu la manière avec laquelle elle «twitte».

  4. Pourquoi on est en retard? • Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique. Marketing Internet, consultante, conférencière et auteure

    [...] méritait d’être mis en valeur tellement ils étaient bons. Avant-hier je vous présentais la conversation Twitter avec QuebecSolidaire qui m’avait touchée et hier c’est dans Facebook qu’une conversation s’est embrasée. Voici le statut [...]

  5. Anne-Marie Provost

    [...]’ai été assez ébahie (et contente, je dois le dire !) quand Michelle Blanc a écrit un billet par rapport à notre discussion sur Twitter et au téléphone sur les transexuel-les. Si [...]

    http://qsinterieur.wordpress.com/2008/11/20/on-me-tord-le-bras/

  6. Mon passage à Christiane Charrette et signet choisis… • Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique. Marketing Internet, consultante, conférencière et auteure

    [...] Pourquoi Québec-Solidaire est efficace dans Twitter [...]

  7. Des nouvelles de Vision Montréal « hypractif. le blog

    [...] de s’engager en ligne? Mathieu Turbide le mentionne d’ailleurs, Michelle Blanc aussi. Mais mon point n’est pas ici d’affirmer que des contacts virtuels peuvent remplacer le [...]

  8. La prochaine élection provinciale sera-t-elle média sociaux ? • Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique. Marketing Internet, consultante, conférencière et auteure

    [...] monsieur Kadir) à mettre sur leur avatar Twitter le logo Vote QS pour « vote Québec Solidaire). Cette gestionnaire de communauté avait même réussi à me toucher (ce qui est rare, surtout d’un outil de communication politique) par ses échanges sur Twitter. [...]