La culture et le choc des cultures numériques

Pin It

Ce week-end je ferai pratiquement du bénévolat pour aider les artistes. Je donnerai une formation Web à plusieurs artistes de la galerie SAW à Ottawa. D’ailleurs, le site de cette excellente galerie (tout en Flash donc invisible aux moteurs de recherche) est symptomatique du choc des cultures des artistes non numériques avec ce qu’on pourrait appeler les artisans du web. Mais il y a pire. Les artistes souffrent beaucoup du Web. Pas juste parce que pour la très grande majorité ils ne le comprennent pas, mais parce que le Web, cette maudite invention, vient gruger chaque jour plus profondément dans leur poche, dans leur gagne-pain. Je les comprends. J’ai beaucoup d’amis artistes. Ce n’est pas facile pour eux en ce moment. Ce n’est pas facile non plus pour les journalistes. Ce ne sera pas facile bientôt pour les enseignants et pour plusieurs catégories de travailleurs. C’est que le web change la donne. Il la change lentement mais sûrement. Il change surtout les modes de rémunération et ce que nous appelons « platement » les modèles d’affaires.

Donc avant de continuer, je vais réécrire ici ce que j’ai déjà écrit dans mon billet : La difficulté des artistes avec le Web, en parlant d’un de mes potes qui est musicien reconnu internationalement.

(…)Quelques minutes plus tard, un autre pote qui lui est acteur vient me voir. Je lui raconte la mésaventure puis il me dit :

Tu sais Michelle, tu n’as pas été très à l’écoute. C’est très difficile pour les artistes présentement. Ils ne vendent presque plus de disque et contrairement à toi et tes conférences, faire des spectacles ce n’est pas payant. Ils ont une grosse équipe de tournée, des musiciens, des techniciens, de l’équipement, un manager, au bout du compte, ils ne touchent pratiquement rien. Je comprends qu’il ait pogné les nerfs. D’ailleurs, on a le même problème avec l’UDA qui n’arrive pas à se faire payer les pubs que les artistes font et qui passe sur le Web. Le web est en train de nous ruiner. La prochaine fois ferme ta gueule et écoute-le. Ne parle plus de Web.

Morale de l’histoire

Je compatis avec les artistes, je comprends que plusieurs n’usent pas du Web de la bonne manière et je suis consciente que ceux qui font le plus de frics avec les contenus en ligne, quels qu’ils soient, sont les fournisseurs de services internet qui ne paient aucune redevance à qui que ce soit et que c’est SCANDALEUX. Je comprends aussi que comme le mentionne Attali, les modèles d’affaires doivent changer et la culture qui a toujours été financé par le privée et le public, ne l’est pratiquement pas pour le web et les créateurs qui y déversent de nombreux contenus. Entre-temps, bien des gens sont pris dans l’étau du changement et n’arrivent plus à vivre de leur art et c’est d’une tristesse profonde.

J’aime les artistes et je suis prête à faire ma part pour les aider à capitaliser sur le Web plutôt qu’à le démoniser et à lutter avec acharnement contre les changements qui sont inévitables. Je suis donc prête à offrir mes services de consultante, à moitié prix, selon ma disponibilité aux regroupements d’artistes qui pourraient requérir mes services. Pour le reste, je ne peux malheureusement que compatir pour ceux qui malheureusement, sont pris dans le tordeur sans pitié du changement…

Pourquoi je vous parle de ça ? Sans doute parce qu’hier, ma Bibitte Électric chérie me dit : Michelle c’est toi qui avait dit à Luc De Larochellière cet été qu’il devait commencer à songer aux produits dérivés de son oeuvre pour faire plus d’argent ? Va lire sa déclaration dans l’article du Voir Manifeste pour la chanson de pointe.

(…)« Depuis l’avènement du gramophone, il a toujours été de plus en plus rentable d’être musicien jusqu’à aujourd’hui, où plutôt que de progresser, nos revenus régressent, lance Luc De Larochellière. Moi, quand un expert du Web me dit que de donner ma musique sur Internet va me faire vendre plus de t-shirts, j’ai juste envie de l’envoyer chier. Je ne suis pas un vendeur de t-shirts, mon travail est de composer des chansons, et cette musique a une valeur. »
(…)

J’étais en effet l’invitée de Penelope McQuade cet été, en même temps que Luc De Larochellière. Les recherchistes m’avaient demandé au préalable d’aller voir la présence de Luc De Larochellière en ligne. Elle était si moche que par respect pour monsieur De Larochellière, j’ai demandé au recherchiste de parler d’autre chose. C’est là qu’on me proposa de plutôt parler « de la musique en ligne ». J’ai en effet répété ce que je dis souvent : l’argent est maintenant dans les produits dérivés de l’œuvre plutôt que dans l’œuvre elle-même. L’argent est dans les spectacles, les ventes de CD sur place, les t-shirts, la musique pour la pub et regardez ce qu’est en train de faire Misteur Valaire pour vous inspirer (c’était donc une peu plus que strictement vendre des t-shirts). D’ailleurs encore la semaine passée, Guillaume Déziel, le brillant manager de Misteur Valaire récidivait pour son propre combat dans son article du HuffingtonPost L’aberration du droit d’auteur :

Culture, agriculture, droit d’auteur, brevet : même combat. Ce n’est pas ce qu’on invente qui a de la valeur; c’est ce qu’on en fait !

M’étant fait envoyer chier anonymement par monsieur De Larochelière (malgré que plusieurs centaines de milliers de personnes aient écouté l’émission où je suis supposé lui avoir dit de vendre des t-shirts) je reprends ici un commentaire du chroniqueur de Triplex, Laurent LaSalle, sur le mur Facebook de Marc Desjardins :

«Sur Internet, le contenu n’a plus aucune valeur. Pourtant, nos chansons et nos vidéoclips circulent en malade sur les réseaux sociaux.» En malade? Luc, un peu de sérieux…

Du système que ça prend pour faire rouler la machine

Comme vous le savez peut-être, je suis aussi auteure à succès. Mon Les médias sociaux 101 a en effet été best-seller durant 32 semaines au classement Gaspard/LeDevoir. Pourtant, je ne touche qu’environ $1.50 du livre vendu. Ce qui se résume à une intéressante avance puis plus rien. J’avais aussi le choix de m’autoéditer. Cependant, de s’autoéditer suppose que je ne serai qu’en numérique, pas en papier. Cela suppose que si je voulais être en papier, que j’avance moi-même les sommes nécessaires à l’impression, que je me monte un réseau de distribution, que je gère les stocks, que je monte moi-même ma campagne publicitaire, de relation publique, que j’engage un directeur littéraire, graphiste, réviseur et autre. Finalement, ça se résume à ce que je me monte une tout autre business parallèle. D’ailleurs, les éditeurs ont aussi des enjeux encore non résolus avec Apple (pour iTunes) et Amazon qui ne respectent pas les DRM et grugent un pourcentage indécent sur les éditeurs et les auteurs. De surcroit, mon livre ne se vend toujours pas en France, mais des discussions avancent (ironiquement) avec le marché chinois. Comme quoi mon livre qui est déjà en Français a plus de chance d’être traduit en chinois que d’être disponible en français en France. Mais c’est ça qui est ça et heureusement pour moi, je ne vis pas strictement de ma plume. On me dit aussi que ce qui se vend au Québec ce sont les bio et les livres de cuisine, mais que depuis 18 mois, étant donné la surabondance de livres de cuisine, les ventes de cette catégorie sont tombées de façon dramatique (heureusement pour moi ma bio va sortir l’automne prochain, peut-être avant que cette catégorie ne tombe aussi). Tout ça pour vous dire que les bio et les livres de cuisine ce n’est pas de la grande littérature. Ce n’est pas l’équivalent de ce que l’auteur  OLIVIER ROBILLARD LAVEAUX appelle « la chanson de pointe » dans son Manifeste pour la chanson de pointe, pour la littérature, disons. Mais c’est tout de même ça qui se vend. Tout comme la pop qui est peut-être une musique merdique, mais c’est elle qui se vend. On peut se draper dans le linceul « de l’artiste qui cré une œuvre originale et de pointe » et crever de faim, ou être extrêmement chanceux et trouver un mécène qui nous fait vivre, être déclaré génie par la population mondiale et faire bin du fric. La réalité est que ça risque rarement d’arriver et que pour tous les artistes, quelque soit leur art, le web est là pour foutre le bordel et révolutionner les manières de faire.

Je me rappelle aussi d’un pote de Québec qui durant des années a fait des sites Web pour l’industrie du cinéma québécois. Il a récolté de nombreux prix. Ces sites étaient tous en Flash et ne vivaient que quelques mois ou quelques années. Il les vendait pourtant plusieurs centaines de milliers de dollars. Il rit aujourd’hui de l’imbécillité du système qui finançait ses trucs à la con.

Le web dérange, il modifie, il retourne les gros joueurs, le corporatisme des éditeurs de musique, de livre, de tv, de cinéma, des regroupements d’artistes et de bien d’autres industries encore. Certains se font des concours pour se remettre des prix bidon pour leurs « œuvres web » et se rassurer que tout est toujours pareil. Ils font des sorties épisodiques contre ces méchants usagers (qui s’adonnent à être aussi des clients), mais rarement les entend-on réfléchir lucidement sur les modifications qu’eux même doivent entreprendre. Sans doute parce que ça ne fait pas encore assez mal…

Vous aimerez sans doute mes autres billets:

Attali et l’argumentation pour le téléchargement gratuit.
Certaines entreprises culturelles peuvent en montrer en matière de marketing 2.0
Le problème des artistes avec le Web
LeLab VOXtv, chronique Pourquoi les artistes sont « poches » en ligne
Permettre ou non l’utilisation de téléphones intelligents durant les spectacles?
Paywithatweet : une nouvelle forme de paiement viral et social
Robert Lepage et les médias sociaux
Le mauvais cheval de bataille de l’ADISQ
L’ADISQ poursuit sa campagne de perte de temps

Imprimez ce billet Imprimez ce billet

Commentaires

  1. Ethan Bonnamour

    Salut Michelle,

    c’est toujours un régal de te lire, toutefois ce commentaire sera peut-être hors contexte, mais pourrais-tu si tu es d’accord faire en sorte que les liens mentionnés dans tes billets s’ouvrent dans une nouvelle fenêtre. Parce que tu nous offre beaucoup de lien et de contenu externe, qui nous fait quitter ton billet lorsque nous le lisons :) Merci beaucoup
    Ethan

  2. Michelle Blanc

    Cher Ethan, je suis contre ce type de truc et préfère personnellement le « back button » qui est sur chaque navigateur. Désolée de ne pas a acquiescer à ta demande…

  3. Marc Desjardins

    Michelle, dans ce cas-ci, l’idée n’est pas de discuter de la commercialisation et de la propagation de l’oeuvre dans une transaction commerciale, encouragée par le véhicule. Il faut bien plus s’interroger sur la juste rétribution de la propriété intellectuelle, de la valeur du droit de création. Malheureusement, le Canada est dans le modèle nord-américain où l’on protège le droit du consommateur au détriment du droit d’auteur. L’Europe, là-dessus, en général, et la France en particulier, ont légiféré il y a bien longtemps pour rendre ce partage équitable.

    Ici, on a longtemps conservé le modèle où les brevets et la propriété intellectuelle étaient gérés par le Ministère de l’Agriculture (c’est sérieux). La fameuse licence obligatoire enlevait aux créateurs tout droit sur une oeuvre quand elle était reproduite sur un support quelconque et forçait un modèle de prix très bas. On a encore des relents de ces lois dans notre modèle de distribution.

    Au-delà de ça depuis que la copie est possible, même l’infime part de droits est réduite à presque néant. Avec Internet, on aurait pourtant dû avoir un moyen de percevoir ces droits chez ceux qui en profitent le plus, les diffuseurs, les fournisseurs de service… Ensuite, à eux de penser un modèle de récupération chez l’usager, pas aux créateurs qui n’ont pas à être les agents de promotion de leur oeuvre. Le fait de créer devrait à lui seul être valorisé, mais il y a loin de la coupe aux lèvres… Il faut solidariser créateurs et artisans du Net, pas diviser, c’est vital.

    Marc

  4. Jean-François R. Ouellette

    @Ethan: Maj.(Shift) + Clic pour ouvrir un lien dans une nouvelle fenêtre.

    Merci Michelle pour votre billet. Je tenais aussi à vous féliciter pour votre conférence de 18 minutes à TEDx. Votre discours sur l’inclusion et l’acceptation contribue certainement à un monde meilleur.

    Concernant le sujet qui nous occupe, en particulier les fournisseurs d’accès Internet, la Cour suprême vient de rendre une décision défavorable à la taxation. Pour un excellent résumé: http://www.gautrais.com/Les-fournisseurs-de-service

    Pour comprendre la mutation profonde que produit le web sur notre façon de « consommer » (je n’aime pas ce mot) la culture, voir l’inspirante conférence de Lawrence Lessig sur TED: http://www.ted.com/talks/lang/en/larry_lessig_says_the_law_is_strangling_creativity.html

    Enfin, pour les artistes courageux qui décident de se retrousser les manches et de se lancer sur le web, des ressources existent. Notamment, pour vos besoins juridiques, il existe une clinique juridique dédiée 100% aux artistes: http://www.cjam.info
    En plus, les bénévoles sont allumés et connaissent le web.

  5. Fanie

    Salut Michelle, :-)

    Je ne sais pas si tu te souviens du groupe musical Hanson? Ils étaient 3 très jeunes frères qui ont eu un succès international vers la fin des années 90. Pourquoi je te parle de ce groupe? Parce que je trouve que leur cas est particulièrement intéressant. Ils ont toujours utilisés le web, depuis leurs débuts, ce qui fait qu’ils ont réussis à continuer leur carrière. Grâce à leurs fans mais également à la gestion de leur carrière via le web.
    Jette un coup d’oeil à leur site, je crois que tu va trouver cela intéressant: http://www.hanson.net
    Ils produisent eux-même leur musique, vendent des produits dérivés, offre l’accès à un fanclub en ligne aux fans (version payante et/ou gratuite), etc.

  6. La culture et le choc des cultures numériques | Bienvenue! | %blog_URL%

    [...] La culture et le choc des cultures numériques [...]

  7. L’ère de la musique numérique: sculpture d’animaux et sexualité… | MTLCulturelles – Magazine d'actualités marketing culturel

    [...] suis tout à fait d’accord avec cette philosophie…et la célèbre Michelle Blanc aussi qui est d’avis que l’argent est maintenant dans les produits dérivés de l’œuvre [...]

  8. Retombées d’affaires des médias sociaux pour une artiste • Michelle Blanc, M.Sc. commerce électronique. Marketing Internet, consultante, conférencière et auteure

    [...] coins du Canada francophone qui y étaient (je vous en parlais d’ailleurs dans mon r.cebt billet La culture et le choc des cultures numériques). Ils seront sans doute heureux de lire le témoignage suivant, d’une photographe, qui vient de [...]