Comment faire du bacon (une allégorie des affaires) ?

Pin It

Bacon terminé

Comment faire du bacon? Voilà certainement une question à double sens. En effet, la question peut signifier comment faire de l’argent ou plus prosaïquement, comment faire du bacon, cette partie du ventre du cochon qu’on aime tant au petit-déjeuner.

En fait il y a beaucoup de similitudes entre les deux questions. Dans les deux cas, il faut faire une recherche minutieuse au préalable, trouver les outils appropriés, passer une période en eau trouble pleine de questionnement, ne pas sauter d’étapes, y mettre des efforts et du temps et finalement y aller avec son imagination.

Pour faire de l’argent

Dans mon cas je suis retournée aux études à 40 ans pour faire une M.Sc. commerce électronique. Puis j’ai fondé une première compagnie. Comme nous n’avions pas de crédibilité, nous avons mis des années à nous la construire. On s’était associé avec la Chaire de commerce électronique RBC Groupe Financier de HEC Montréal et avons publié de nombreuses études sur l’impact d’internet. Chacune de ces recherches prenait 600 heures de travail et nous n’étions pas payés. Mais à terme (nous en avons publié 6), nous pouvions nous assoir devant le VP d’une grande entreprise et comprendre et décortiquer ses enjeux. Nous commencions à être crédibles. Puis arrive le déchirement de vision entre les quatre associés et la clause « shotgun ». Nous étions deux contre deux et notre avocat qui était le père d’un des associés, était maintenant assis de l’autre côté de la table. J’ai donc vendu mes parts pour un prix dérisoire et recommencé le processus par moi-même.

Je me suis intéressée aux médias sociaux, j’ai mis en ligne un blogue et je suis allée chercher de nouveaux clients (puisque les clients que j’avais déjà m’étaient désormais interdits ayant vendu mes parts). J’ai traversé de nouveau la période de vaches maigres (qui dans ce cas a duré 6 mois) puis j’ai eu mon premier gros client qui en l’occurrence était Canoë de Quebecor.

Pour faire du bacon

Il faut avoir un fumoir ou une technique particulière pour pouvoir réellement fumer. Par exemple ça peut-être un BBQ, mais d’autres le feront dans un wok. Pour ma part j’ai un fumoir électrique numérique Bradley reçu en cadeau d’anniversaire. J’ai acheté de gros sceaux en plastique (pour la saumure), plusieurs épices et sels non iodés en plus de me procurer du sel de Prague #1. J’ai fait beaucoup de recherches parce que fumer et faire de la charcuterie, on ne rigole pas avec ça et je m’en voudrais pour le reste de mes jours d’empoisonner quelqu’un au botulisme et autres calamités possibles lorsqu’on pratique cet art particulier.

Ainsi je me suis acheté de nombreux livres de recettes et j’ai visité plusieurs sites Web, dont la page http://amazingribs.com/tips_and_technique/curing_meats.html

Ça prend d’abord une belle pièce de poitrine de porc (et j’ai demandé au boucher une partie maigre, tout comme pour les débuts en business  ). J’en ai eu une de 5 kilos. J’ai mesuré soigneusement mes proportions de nitrite, sel, sucre et poivre et me suis inspirée de nombreuses recettes. Lors de la phase de saumurage, l’eau n’était pas des plus ragoutante et oui, j’ai eu des doutes. Puis j’ai fumé mes pièces de viande au bois de pommier tel que décrit entre autres ici http://amazingribs.com/recipes/porknography/making_bacon_from_scratch.html . Puis après la saumure, le rinçage à l’eau froide et le trempage à l’eau pour dessaler le bacon (une demi-heure).

Poitrine de porc dans la saumure

Puis viens l’étape du fumage (deux heures à 220F et deux heures à froid et fumé avec du bois de pommier), puis du séchage à froid dans le frigo (pour deux jours) au cours duquel j’ai badigeonné mes pièces de viandes quatre fois avec du sirop d’érable.

poitrine de porc dans le fumoir 1

poitrine de porc dans le fumoir 2

Glaçage du bacon au sirop d'érable

À la fin du processus, j’avais de maudites belles pièces de viande. Mais étaient-elles bonnes ? Je m’en suis coupé une tranche que j’ai fait cuire doucement à la poêle. À la dégustation, j’étais su’l cul. C’est le meilleur bacon que j’ai mangé de ma vie…

Puis j’ai partagé mes photos de bacon sur les médias sociaux et ce fut un tabac. Comme quoi, bien des gens aiment le bacon (au sens propre comme au sens figuré :-) )…

1 commentaire

La règle des tiers, pour vos photographies médias sociaux

Pin It

C’est en lisant l’article Winning Composition: Using the Rule of Thirds in Design que j’ai eu l’idée de vous parler de cette règle des tiers que je mets constamment en pratique lorsque je prends des photos pour mes présences sociales. Il y a bien des années, je pris un cours à l’Université Laval qui s’intitulait «  techniques de l’audiovisuel de présentation». On y apprenait entre autre comment faire fonctionner un carrousel à diapositive. C’est tout dire :-)

 

Mais dans ce cours, il y avait un module photographie. En plus des rudiments élémentaires de l’appareil photographique, des chambres noires et autre, il y avait aussi la théorie qui expliquait comment faire de belles photos. L’un de ces éléments dont je me sers toujours et que j’explique parfois à mes clients est la règle des tiers, qui est elle-même tirée du nombre d’or.

 

Le nombre d’or (selon wikipedia)

Il est érigé en théorie esthétique et justifié par des arguments d’ordre mystique, comme une clé importante, voire explicative, dans la compréhension des structures du monde physique, particulièrement pour les critères de beauté et surtout d’harmonie ; sa présence est alors revendiquée dans les sciences de la nature et de la vie, proportions du corps humain ou dans les arts comme la peinture, l’architecture ou la musique.

Ce nombre irrationnel est l’unique solution positive de l’équation x2 = x + 1. Il vaut exactement :

calcul de la règle des tiers

soit approximativement1 1,6180339887.

 

La règle des tiers

C’est donc une compréhension mathématique de ce que naturellement, on trouve beau. Ainsi, en photographie, on divisera notre cadrage, en deux lignes au tiers du cadre à la verticale et à l’horizontal. On y placera les personnages, l’horizon, le ciel, des végétaux ou tout autre « sujet » de notre objectif sur ces lignes ou à leurs intersections. Ainsi, les gens qui regarderont ces images, les trouveront « belles » sans nécessairement savoir pourquoi. Pour les photographies sur les médias sociaux, de comprendre cette règle élémentaire, aidera grandement à aller chercher plus d’auditoire, surtout pour des médias comme Pinterest ou Instagram, qui carburent à l’image et au « j’aime ».

7e1427c18a2568117d7ec9095c6c412f
Source: https://www.pinterest.com/pin/81627811967633810/

Rule_of_thirds_applied_on_Mädchen_am_Strand

Source: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Rule_of_thirds_applied_on_M%C3%A4dchen_am_Strand.jpg

 

Et en guise d’exemple personnel et de conclusion, la dernière photo que j’ai partagé sur mes présences sociales…

 

19225825_10154511982206576_9171880248618356384_n

 

 

1 commentaire

Savoir se regarder autrement ou perdre de vue notre spécificité

Pin It

La semaine dernière, j’étais conférencière médias sociaux et commerce en ligne pour parler aux artistes (et non pas réseaux sociaux qui est la résultante de l’utilisation des médias sociaux) francophones de l’Alberta. J’étais donc à Edmonton. Disons que l’enthousiasme pour ce voyage n’était pas à son plus haut. D’ailleurs, l’un de mes bons clients me souhaita « bon voyage à Edmonotone ». C’est tout dire.

L’image qu’on a (malheureusement) d’Edmonton est celle d’une ville terne avec seule particularité d’avoir l’un des plus gros centres d’achat de la planète, le fameux West Edmonton Mall qu’on décrit comme l’un des lieux touristiques les plus importants de l’Ouest canadien (dans Wikipédia). Ça n’aide pas. Je partais donc de reculons vers cette destination. D’autant plus, que l’automne dernier, j’étais conférencière médias sociaux à Edmonton pour le CDEA et l’évènement se tenait dans un quartier industriel des plus rébarbatif.

Mon vol étant confirmé pour la veille de l’évènement au matin, je jouirais donc de l’après-midi pour découvrir la capitale de l’Alberta. Le RAFA me jumela avec Carole St-Cyr, artiste, ancienne animatrice émérite de Radio-Canada et maintenant consultante en communication. Je lui dis tout de go « Carole, j’aimerais voir ce qui n’est pas dans le circuit touristique ». Femme particulièrement allumée, Carole me fit un rapide tour de ville avant de s’arrêter près de l’un des nombreux parcs qui longent la North Saskatchewan River qui traverse Edmonton de part en part. Nous sommes donc descendus dans le parc et j’en ai été subjuguée au point de partager le montage photo ci-dessous. Puis, Carole m’amena aux alentours d’Edmonton découvrir la campagne environnante à Sherwood Park. Il s’agit d’une campagne avec de petits valons, de très nombreuses fermes de chevaux et l’impression de me retrouver dans le décor de la série des années 70, Dallas. En outre, l’aéroport d’Edmonton a une mosaïque verte des plus impressionnante dont on ne parle pratiquement pas.

Parc d'Edmonton le long de la North Saskatchewan River

Mosaïque végétale aéroport d'Edmonton

Source: Les créateurs de cette magnifique mosaïque http://www.greenjeansinteriorscape.ca/portfolio/living-wall-gallery/

Morale de l’histoire

Imaginez qu’on parle de Montréal sans mentionner son Mont-Royal? C’est un peu ce qui se passe avec Edmonton. La différence étant que la rivière d’Edmonton est dans un creux au lieu d’être constamment dans notre face comme le Mont-Royal à Montréal. C’est pourtant un joyau dont les Edmontoniens sont fiers. C’est le poumon de la capitale. C’est le terrain de jeux de ses nombreux citoyens. C’est une particularité géographique qui fait d’Edmonton une ville vibrante, vivante et très loin de l’image d’Edmonotone qu’on aime se faire de la capitale de l’Alberta. Et je ne parle même pas de la vitalité artistique et des nombreuses terrasses et boutiques que j’ai aussi découvert sur l’une de ses artères, la 82e Avenues. Comme quoi, souvent à vouloir pousser ce que l’on croit intéresser les touristes, on en perd sa spécificité. À croire que les gens nous aiment pour un centre d’achat, soit-il le plus gros d’Amérique du Nord, on oublie que notre attrait peut être gratuit, vivifiant, et en plein milieu de ce que l’on prend nous-mêmes pour acquis…

Edmonton est définitivement une ville à visiter et ses citoyens, d’une gentillesse remarquable…

8 commentaires

Conférence, le commerce en ligne et les médias sociaux pour les artistes

Pin It

Dans le cadre de son évènement annuel Le Forum des arts et de la culture du Regroupement artistique francophone de l’Alberta (RAFA), je présenterai la conférence le commerce en ligne et les médias sociaux pour les artistes. J’y expliquerai aux artistes et à leurs agents comment arriver à faire de l’argent grâce au web et aux médias sociaux.

Dans mon billet, Permettre ou non l’utilisation de téléphones intelligents durant les spectacles? j’expliquais la politique du fondateur de Zoofest (mon client) Martin Durocher :

« Bienvenue à notre spectacle! Nous vous invitons à minimiser le son et la luminosité de vos téléphones intelligents et à prendre toutes les photos et les vidéos que vous voudrez. N’hésitez pas à partager celles-ci sur vos réseaux sociaux et à inciter vos amis à venir eux aussi voir les excellents artistes de notre festival. Bon spectacle! »

Ce à quoi, le pote Bruno Boutot avait répondu par le commentaire :

Comme le répète souvent Cory Doctorow

(citation approx. de mémoire):

“Ce dont ont le plus besoin les artistes, ce n’est pas de copyright, c’est d’être connu.”

C’est aussi un des principes des “camps” et “unconferences”:

Tout participant est invité à diffuser le plus possible le contenu, à condition que ça ne dérange pas le déroulement de l’événement.

Ce sera donc l’un des nombreux « pavés dans la marre » que je lancerai aux artistes présents lors de ma conférence vendredi prochain et dont vous pouvez prendre connaissance de mon PPT plus bas 


Laisser vos commentaires

Projet de société pour le Québec ? Vers une révolution éconumérique tranquille…

Pin It

Pylône cerf

Préambule

Nos gouvernements tergiversent depuis des années et ne semblent plus avoir de projet de société. Nous avons bien eu la Révolution tranquille, la nationalisation de l’électricité, la création de la Caisse de Dépôt, la création des Cégeps, de plusieurs universités et des garderies. Mais depuis trop longtemps, nos guerres politiques internes et les divers scandales politiques ternissent cette envie de nous dépasser collectivement et de créer et d’imaginer un futur prospère pour notre nation. Cette situation me désespère et j’aimerais contribuer à ma manière à une réflexion d’action plutôt que de réaction. C’est bien beau de parler d’intelligence artificielle, de ville intelligente et d’innovation, mais bien qu’à plusieurs égards nous puissions faire notre place dans ces champs d’activités, ce ne sera qu’une infime portion de la population qui en profitera. Pour le commun des mortels, ça demeurera des mots creux. On parlera de « grappes » alors que le champ de vigne et le plat de fruit collectif demeurent d’un vide sidéral.

Ce document est ouvert à tous et apolitique. Il est donc souhaitable que vous le commentiez, que vous vous en inspiriez et pourquoi pas, que vous le fassiez vivre dans les propositions politiques des divers partis 

Quelques-unes de mes idées pour un projet de société de révolution éconumérique tranquille

Nationalisation de l’eau

Nous avons une ressource naturelle qui vaut maintenant plus cher au litre que l’essence raffinée. Pourtant, nous ne faisons pratiquement rien de l’eau que les multinationales viennent pomper ici et revendent à fort prix partout dans le monde. En outre, nous gaspillons et polluons allègrement cette ressource renouvelable dont nous pourrions tirer collectivement profit.

Si le Québec exportait 10% de ses 1000 milliards de m3 d’eau douce renouvelable par an à un prix égal au coût actuel de dessalement de l’eau de mer, soit 0,65 $/m3, et si le gouvernement percevait 10% de cette somme en redevances, cela générerait des revenus de 6,5 milliards $ par an pour le gouvernement, soit 5 fois plus que le dividende versé par Hydro-Québec.
tiré de Le Québec et sa vision économique du 19e siècle

Nationalisation des infrastructures numériques et cellulaires

Comme ça a été le cas pour l’électricité, les infrastructures numériques deviennent des outils de développements économiques majeurs. Ces infrastructures sont désuètes à la grandeur du Québec. Plusieurs études démontrent que la croissance de la pénétration de la fibre optique sur un territoire augmente significativement le produit intérieur brut de ce même territoire. Ces infrastructures se paieraient elles-mêmes et deviendraient un outil d’attraction des capitaux étrangers et de croissance de la main-d’œuvre.

most studies conclude that broadband penetration has an impact on GDP growth. However, one observes that such a contribution appears to vary widely, from 0.25 to 1.38 per cent for every increase in 10 per cent of penetration

Tiré de Pourquoi la Caisse de dépôt et placement ne s’intéresse-t-elle pas à la fibre optique ?

Voir aussi:

Internet, un impact économique plus important que l’agriculture ou l’énergie

Le pourquoi de la nationalisation des infrastructures numériques

La Blague de IEDM et du CRTC à propos de l’internet haute vitesse au Canada

La piètre qualité des services internet québécois nuit aux exportations

L’internet en région ou comment handicaper l’essor économique

Création d’un ministère de la révolution numérique

Ce ministère à vocation transversale supervisera la transformation numérique de l’état et de la société. Il valorisera le code source ouvert dans l’appareil d’état et ses sociétés paragouvernementales. Il évaluera les besoins de transformation de la main-d’œuvre pour s’adapter à la révolution numérique. Il mettra sur pied un comité de sages qui feront des recommandations juridiques, économiques, politiques et sociétales pour faciliter la transition vers l’économie numérique.

Travailler à des solutions des problèmes structuraux du commerce électronique que sont le transport et la taxation.
Certains des problèmes structuraux du commerce électronique au Canada

Mettre en place les recommandations du Rapport d’étonnement

• Créer une Agence du numérique qui relèverait de l’Assemblée nationale (comme la Société Hydro-Québec qui a pour mission de gérer toutes les questions énergétiques). Cette agence relèverait du Parlement et devrait transcender les partis politiques et le pouvoir exécutif.

• Coconstruire un Plan numérique avec l’ensemble des acteurs et la population de toutes les régions du Québec, capable de développer à la fois l’économie, la culture et les savoirs, dans notre société qui doit s’adapter, comme toutes les autres, au XXIe siècle.
• Créer un Conseil national du numérique qui serait formé des représentants reconnus de l’ensemble des secteurs d’activités et de la société civile. Il serait obligatoirement consulté par le Parlement et les ministères pour toutes questions concernant le développement du numérique sur le territoire québécois. Nous pensons au modèle du Conseil supérieur de l’éducation à l’intérieur de la Loi sur l’instruction publique…

• Créer un forum de participation citoyenne indépendant du gouvernement, soutenu par celui-ci et une fondation par exemple, avec une gouvernance assurant sa neutralité. Un modèle inspirant : NESTA en Angleterre ou http://www.worldwatch.org/

• Investir prioritairement dans le savoir, et non dans l’avoir, c’est-à-dire principalement dans les transferts et la mutualisation des connaissances.

• Investir aussi dans le déploiement de réseaux à très haute vitesse (100 Mb symétrique et plus) et gérer selon les règles « OpenAccess » afin de rendre nos infrastructures interopérables, ouvertes et performantes pour communiquer entre nous et avec l’ensemble des pays avec qui nous entretenons des relations politiques, sociales et économiques.

Tiré de : Les étonnés et le rapport d’étonnement

 

Exploitation du travail à domicile

Avec des réseaux hautes-vitesses à la grandeur du territoire habité, nous n’aurions plus besoin d’autant de tours de bureaux et de l’énergie et capitaux pour les chauffer et les entretenir. En outre, la congestion routière diminuerait sensiblement. Nous pourrions commencer à songer aux campagnes intelligentes plutôt que strictement aux villes intelligentes. La délocalisation du travail est une réalité planétaire. Plus vite nous nous y adapterons, meilleur sera les chances de notre force de travail. Avec différents programmes et crédits d’impôt, nous pourrions complètement modifier nos pratiques en ce sens.

 

Production et développement des produits garantis à vie et à énergies vertes

Le temps de l’hyperconsommation et des produits à obsolescence programmée tire à sa fin. Plusieurs pays émergents se sont positionnés dans la fabrication de tels produits avec une main d’œuvre à bas couts. Pourquoi ne pas nous positionner comme étant LA société qui valorise les produits garantis à vie et ou avec des composantes biodégradables et réutilisables ? Ce serait un nouveau marché hautement lucratif.

Voir aussi:
DES PRODUITS QUI DURENT TOUTE LA VIE

Financement de la recherche sur l’énergie solaire, le transport électrique à haute tension (nous perdons 50% de l’électricité produite à cause des fils électriques désuets), des tours de transport électrique design et sur les batteries hautes-performances.

En Islande, un projet de pylônes à forme humaine

L’extraordinaire concept de tours électriques en forme de cerf

 

Financement de la recherche en
-Électrification de la machinerie, camions, tracteurs, autobus
-Pavages et toit à énergie solaire
-Conduite autonome
-Modèles d’affaires de copropriété et partage des équipements roulants
-Chaine d’approvisionnement et logistique

(Lire mon billet et écouter le vidéo qui y est présenté pour comprendre l’importance de ce financement) Pourquoi le REM est inutile et qu’Hydro-Québec doit se réinventer

Valorisation de l’agriculture urbaine, autonome, de proximité et des serres biologiques communautaires

L’objectif est de viser l’autonomie alimentaire 4 saisons dans toutes les régions du Québec.

Afin de viser à une autonomie alimentaire, nous devons être capables de nous nourrir convenablement et de continuer à nous approvisionner d’aliments frais même en plein hiver. Nos aïeuls colons avaient cette compréhension et nous pourrions retourner à ces sources de l’autosuffisance alimentaire grâce aux technologies et au partage des connaissances agricoles en terre libre et en serre avec l’ensemble de la population. Instauration de cours de jardinage dès le primaire et d’élevage et d’écologie au secondaire et transformation des plates-bandes urbaines, de portions des cours d’école et des terrains gouvernementaux en jardins communautaires et ouverts à tous. Création de crédits d’impôt pour la construction de serres bio.

Lire aussi: CourrierFrontenac : Les Incroyables comestibles : le mouvement est lancé à East Broughton

Fruits et légumes dans les parterres de l’Assemblée nationale

Les Jardins du cœur prennent racine à Victoriaville

Des poules en ville à Nicolet?

Inauguration d’une serre communautaire multifonctionnelle – Une première montréalaise en agriculture urbaine

Parler de développement durable c’est une chose, le mettre en pratique une autre…

 

Développement écoresponsable des ressources naturelles et du grand-nord

Nous avons un territoire immense qui regorge de ressources naturelles. Or ces ressources appartiennent à tous les Québécois et aux diverses nations autochtones qui peuplent notre territoire. Le développement des ressources naturelles n’est pas une course contre la montre. Que nous les exploitions ou pas, ces ressources prennent et prendront de la valeur étant donné les capacités limitées de notre planète. Alors, aussi bien analyser soigneusement les opportunités de développements des ressources naturelles et le faire en codéveloppement gouvernemental.

Aussi, pourquoi ne pas donner des « terres de la couronne » aux colons du XXIe siècle qui voudraient partir coloniser notre territoire en haut du 48e parallèle ? Ce développement devrait se faire sans créer d’autoroutes pour s’y rendre (sauf des routes de terre battue et l’utilisation de motoneiges en hiver) et valoriser les véhicules de types 4X4, Quad, chenillette, hydravion et hélicoptère. On pourrait développer un système de trains pour le déplacement des personnes, de la machinerie et des marchandises. On réduira ainsi les coûts associés au développement d’infrastructures routières, tout en préservant le plus possible l’environnement boréal. On y pratiquera et développera les services de santé à distance et approvisionneront numériquement les nouveaux villages grâce aux réseaux micro-ondes.

Santé

Planification, financement et implantation de services de santé ambulatoire, de la médecine à distance, des soins psychologique et services sociaux à distance et des chirurgies automatisées et à distance. Valorisation des services spécialisés dématérialisés tels que radiographie à distance et autres services diagnostiques spécialisés, délocalisés et numérisés. Planification et instauration des services des super-infirmières.

Instauration et financement des aidants naturels. Jumelage et expérimentation des modèles d’intégration des garderies et des centres de personnes âgés.

Éducation

Rétablissement des cours d’histoire et de sexualité au secondaire et développement de cours d’économie, de philosophie, d’agriculture et d’élevage, de cuisine et de métiers d’art et de numérique (Cours de base de codage, de vie citoyenne numérique et de réseaux).

Développement de cours de codage et de langue seconde 9avec un choix plus varié que strictement l’anglais) dès le primaire.

Développement et mise en œuvre des MOOC (Multiple Open Online Courses) pour les niveaux CEGEPs et Universitaires.

Formation aux adultes
Cours sur les usages du numérique, de codage, programmation, bureautique à code source ouvert et de réseautique.

Ministère des Infrastructures physiques

Démantèlement du Ministère des Transports du Québec et révision de fond en comble des politiques d’appel d’offres. Instauration d’appel d’offres incluant des clauses d’entretien obligatoire (comme cela se fait en Allemagne) (avec évaluation périodique par les ingénieurs du ministère) de 10, 15 ou 20 ans des infrastructures livrées et démantèlement des clauses « du plus bas soumissionnaire ». Ce ministère supervisera autant les travaux routiers, qu’immobiliers et autres infrastructures nécessaires (comme la construction des voies ferrées du Grand-Nord, les barrages et ligne de tension d’Hydro-Québec et l’établissement d’un réseau de fibres optiques et cellulaire national) au bon fonctionnement du gouvernement.

Ce ministère sera en outre responsable de la R ET D Génie civil visant à doter le Québec des infrastructures les plus performantes (au prix juste) et avec une garantie de longévité au-delà de ce qui se fait de mieux sur la planète.

Pourquoi devrions-nous faire tout ça?

De l’urgence d’un plan pour bénéficier positivement de l’économie numérique

8 commentaires

Narcissisme corporatif et publicité ou marketing de contenu

Pin It

Selon Wikipedia

Le narcissisme est, selon Le Petit Robert, en son sens courant, une « admiration de soi-même, attention exclusive portée à soi » synonyme d’égotisme et selon son sens psychanalytique, une « fixation affective à soi-même »

 

 

Les vieilles habitudes ont la vie dure et il est difficile de changer. Payer une agence pour faire de la pub est la solution facile. Ça coute cher, mais on se dégage de la responsabilité. Ce sera la faute de l’agence si on augmente les ventes ou si au contraire, elles déclinent. Ce pourra sans doute aussi être la faute du média qui a perdu de son efficacité ou du méchant consommateur qui utilise de plus en plus de bloqueurs de publicité (add blocker) pour ne pas se faire « achaler » par cette satanée pub.

 

La solution difficile est de faire du marketing de contenu et d’avoir une saine présence médias sociaux. Mais ça demande de l’effort, beaucoup d’effort et en outre, c’est un investissement qui n’apportera des dividendes (si c’est bien fait) qu’à moyen et à long terme. Par contre, contrairement à la pub, il y aura une certaine pérennité à l’investissement puisque les archives des contenus demeureront en ligne et ne disparaitront pas une fois l’argent investi.

 

Mais le gros problème du marketing de contenu et d’une saine présence médias sociaux pour les organisations est qu’elles doivent devenir « un sujet », plutôt que de continuellement parler d’elles-mêmes et de leurs produits et services. C’est là qu’est tout l’art du marketing de contenu, et sa principale difficulté. C’est là qu’est le problème majeur des organisations qui font la plupart du temps, du narcissisme corporatif. Mon produit, mon service, mon organisation, moi, moi, moi… Ça n’intéresse que très peu les gens.

 

On dit que l’avantage des médias sociaux est d’offrir la possibilité aux organisations de devenir leurs propres médias, mais le corolaire de cette opportunité est qu’elle se doive de devenir un média.

 

Comment devenir son sujet

 

Il y a quelques années, j’avais été engagée comme conférencière par Loto-Québec pour parler de médias sociaux et marketing de contenu à une couple de centaines de festivals (dont Loto-Québec était commanditaire). La première diapo de ma présentation était « Vous n’êtes pas un festival vous êtes un sujet ». Je leur expliquais que s’ils sont un festival, ils ne sont pertinents que 10 jours par ans, mais que s’ils sont un sujet, ils le deviennent 365 jours. À titre d’exemple, je pris le « Festival du cochon de Ste-Perpétue ». Le festival parle de lui-même, de sa programmation et de ses bénévoles. Rien de bien captivant et « ça fait la job » pour les gens de la région qui voudront (et sans doute veulent déjà) participer à ce festival. Mais si le festival du cochon devenait un sujet, il pourrait parler de

 

-L’histoire du cochon dans le monde

-Le cuir de cochon et la mode

-Le cochon dans l’art culinaire et recettes de cochon

-Le cochon et l’art du fumage et du BBQ

-Le cochon et l’art

-Le cochon et l’avenir des transplantations cardiaques

-Le cochon en science biomédicale

-Les races de cochon

-L’économie du cochon

-L’élevage du cochon

-Le cochon comme animal domestique

-Les blagues de cochon

-L’encyclopédie du cochon

-Les produits dérivés du cochon (livre, calendrier, recettes, cuir, peinture, poésie, photographie, marché du cochon, etc…)

 

Tout d’un coup, le festival deviendrait l’une des sommités du sujet « cochon », il augmenterait très sensiblement la visibilité des commanditaires et irait en chercher plusieurs autres, obtiendrait une visibilité internationale et créerait des retombées d’affaires encore difficiles à imaginer et finalement, serait drôlement pertinent. Il serait son propre « média » et ne ferait plus de narcissisme corporatif. De toute évidence cette création de contenu couterait de l’argent, mais elle aurait la possibilité de devenir une source de revenue très importante.

 

Un autre exemple éloquent, Le mondial des cultures de Drummondville. Ce festival a reçu au fil des ans, tout ce qui existe de folklore mondial. Pourtant rien de ce fabuleux héritage ne se retrouve en ligne. Ça aurait pourtant pu être une source d’information sur les cultures du monde des plus passionnante, pertinente et payante.

 

Pour la portion potentiellement « payante », je vous invite à relire mon billet Costco : Devenir son propre média. D’ailleurs , depuis la parution de mon billet, la grille tarifaire de Contact Costco a passablement augmenté. À titre indicatif, dans l’édition de mai-juin, j’ai compté 32 pages de pub sur 69 pages de contenu (sans compter l’encart Costco en ligne de 43 pages du milieu du magazine). Le cout d’une pleine page est de $206 250 et multiplié par 32 ça donne un beau $6,6M pour cette seule édition. Et à l’intérieur du magazine, on parle de « sujet » plutôt que de Costco. Disons que chez Costco, le marketing de contenu est très loin d’être une source de dépense…

1 commentaire

Conférence gestion de crise médias sociaux pour Municipalité

Pin It

conferencier gestion de crise medias sociaux

La semaine dernière avaient lieu les Assises annuelles de l’Union des Municipalités du Québec. J’ai eu la chance d’y présenter avec Mylène Forget, Présidente de Massy Forget Langlois relations publiques, la conférence Médias sociaux : garder le contrôle, même quand on pense le perdre!

Nous étions accompagnées des mairesses Suzanne Roy (ville de Ste-Julie) et Caroline St-Hilaire (ville de Longueuil) pour la portion panel qui suivait notre présentation que je vous partage plus bas. Ça a été un grand plaisir d’échanger avec nos élus et de prendre leurs nombreuses questions.

J’étais particulièrement touchée du feedback de cette conférence, dont voici certains commentaires tirés de mon profil Facebook :

Helen Fotopulos (ex-maire du plateau Mont-Royal et international election observer chez OSCE Office for Democratic Institutions and Human Rights (ODIHR)

D’après Lorraine et moi une des meilleures sessions des assises ! Intelligente, inspirante, et amusante.

Caroline St-Hilaire (Mairesse de Longueuil)

Un atelier dynamique, pertinent, drôle et utile pour le monde municipal!

Isabelle Lefebvre

Oui, la meilleure conférence de l’UMQ ! Animé, coloré, et franche, les vrais affaires ! Merci pour vos conseils!

Suzanne Roy (mairesse de Ste-Julie)

Je repense encore à ces moments et j’ai encore le sourire ……quelle belle rencontre inspirante

Les commentaires sont fermés

LinkedIn ce n’est pas Facebook. Pis après???

Pin It

La semaine dernière, sur plusieurs présences sociales, j’ai partagé le statut

Demain, ça fera 23 ans que par un soir pluvieux qui ne me poussait vraiment pas à sortir, au défunt bar Gypsy, l’amour m’a frappée comme une tonne de brique. C’est la plus belle chose qui ne me soit jamais arrivée. On dit des fois que le hasard fait bien les choses. Dans ce cas-ci, le hasard aura tracé mon chemin de la plus extraordinaire façon. Que je l’aime cette fabuleuse Bibitte Électrique…

Ce statut a fait un tabac sur tous mes médias sociaux. Sauf que sur LinkedIn, quelques personnes (qui étrangement ne sont pas dans mes contacts) sont venu me dire :

LinkedIn ce n’est pas Facebook.

Pis après ? Pourquoi prendre la peine de venir sur mon mur LinkedIn pour me dire ça ? Faut croire que ça te dérange ? Pis justement, c’est une maudite bonne chose. Tu ne deviendras jamais mon client. C’est une forme de sélection naturelle. Les téteux constipés ne « fitteraient » pas avec moi

Depuis des années, je m’évertue à expliquer que les médias sociaux sont des médias conversationnels et que comme dans toute bonne conversation, il faut un mélange de pertinent et de badin. Quelqu’un qui déconne constamment, est con et quelqu’un qui est toujours sérieux, est plate. Cela étant dit, il est évident que sur LinkedIn, je suis beaucoup plus circonspecte et que bien des statuts qui font les délices de mes abonnés Facebook, ne se retrouveront jamais sur linkedIn. Par exemple, mes photos de pizza, de lac ou de ma chienne Charlotte ne se retrouve jamais sur linkedIn. Par contre, un statut personnel comme celui cité ici, est à mon avis tout à fait approprié. Il illustre mes valeurs humaines, ma stabilité (23 ans en couple c’est tout de même un bail) et dévoile un autre aspect de ma personnalité. Il est vrai que les test de mathématique, de QI et autres « minions » n’ont peut-être pas leur place sur linkedIn (ce que je ne partage jamais personnellement) mais jamais, au grand jamais je n’irai dire à quelqu’un que son statut n’est pas à sa place sur LinkedIn. Si je n’aime pas ce que quelqu’un écrit, j’ai assez de savoir-vivre pour passer par-dessus et aller voir ailleurs pour d’autres contenus qui m’interpellent plus…

En conclusion, Daniel Gladu CRHA, en réponse à un patron des pompiers de la ville de Québec, qui a par la suite effacé son commentaire qui disait justement LinkedIn ce n’est pas Facebook, lui mentionnait :

Votre raisonnement est un peu comme dire à un collègue de ne jamais parler de sa vie privée ou partager un bonheur au travail…

Les commentaires sont fermés

Pourquoi le REM est inutile et qu’Hydro-Québec doit se réinventer

Pin It

Étonnamment les investissements de 5 milliards dans le REM (Réseau électrique de métropolitain de la Caisse de Dépôts et de Placement du Québec) seront de l’argent jeté par la fenêtre et cet argent devrait plutôt être investi dans Hydro-Québec afin qu’ils s’ajustent rapidement aux innovations qui rendront et le REM et Hydro-Québec caducs si rien n’est fait.

Vous vous dites sans doute que j’en fume du bon ? Je vous répondrai que j’attends la légalisation du pot avant de me prononcer sur cette question :-) Je vous inviterai par contre à écouter l’excellente conférence de Tony Seba, Clean Disruption – Why Energy & Transportation will be Obsolete by 2030 présentée à Oslo en mars 2016. Avec deux images particulièrement frappantes, il explique qu’en l’espace de 13 ans, entre 1900 à 1913, les carrioles tirées par les chevaux ont été complètement remplacées par les automobiles. C’est une transformation (disruption) majeure de l’économie, des transports et de la société tout entière qui s’est opérée. C’est le même type de transformation que nous vivons présentement avec l’énergie et les transports (qu’ils soient collectifs ou individuels). À cause des innovations fulgurantes et de la baisse très significatives des coûts reliés à l’énergie et au transport, il prédit que d’ici 2030, 80% des voitures disparaitront et que grâce aux avancés de l’énergie solaire et des batteries, les industries de production d’électricité ne seront plus que l’ombre d’elles-mêmes.

Clean-disruption-TonySeba

Clean-disruption-tonyseba2

Nous nous retrouvons donc dans une situation comparable à celle d’un gouvernement qui veut investir massivement dans la fabrication de carrioles et d’étables en 1900. Nous n’avons pas la sagesse de regarder où s’en va l’économie et de nous y adapter avec prévoyance et vision. On ne se pose pas les questions fondamentales comme

-Que ferons-nous des chauffeurs de taxi, d’autobus et de camions qui perdront inévitablement leur travail?
-Comment allons-nous faciliter la formation et l’adaptation de notre main-d’œuvre aux besoins de la nouvelle économie?
-Que deviendront les grandes villes une fois que la délocalisation du travail (travail à domicile) sera la norme?
-Pourquoi construisons-nous et investissons-nous dans de supers hôpitaux alors que de plus en plus de spécialistes travailleront de leurs sous-sols (comme les radiologues qui ne sont déjà plus dans les hôpitaux)?
-Et surtout, sachant que la fibre optique devient le vecteur de transport primordial de cette économie numérique, qu’attendons-nous pour y investir massivement?

Cette dernière question est pourtant LA QUESTION cruciale. Y répondre permettrait entre autres de trouver une vocation de remplacement, ou plutôt d’adaptation pour Hydro-Québec. Elle serait aussi garante de la pérennité et du rendement des investissements de la Caisse de dépôt et placement du Québec et rejaillirait sur l’ensemble de l’économie.

Récemment, je m’insurgeais contre l’idée d’un Amazon Québec d’Alexandre Taillefer. L’idée est que même si un commerçant de Rouyn-Noranda voulait faire du commerce électronique sur cette plate-forme, il lui serait impossible de téléverser son inventaire en ligne à cause de la vétusté des services internet de cette région. Un de mes clients, manufacturier de classe internationale de l’Estrie, doit prendre sa voiture et venir à Montréal pour mettre à jour son site web, étant incapable de le faire de son établissement en région. Les exemples d’aberrations de notre vision stratégique sociétale sont nombreux et pendant ce temps, on se gargarise « d’innovations » qui ne veulent rien dire dans le contexte de transformation majeure de l’économie qui s’opère.

On aura sans doute la calèche la plus performante, la plus légère et la plus économique de la planète, alors que le reste du monde roulera en voiture électrique autonome… :-(

Voici certaines des prédictions (très documentées) de Tony Seba

This $12 trillion/yr disruption will melt down investment portfolios based on these soon-to-be obsolete industries. The Clean Disruption will also provide ample opportunities for entrepreneurs and investors to create new products, services, markets, and industries.Tony Seba’s recent book “Clean Disruption of Energy and Transportation” shows how the disruption is unfolding. This book focuses on market disruptions caused by exponential technology improvement, business model innovation, and disruptive product design enabled by this technology convergence. “Clean Disruption ” projects that by 2030:
– All energy will be provided by solar or wind.
– The architecture of energy will flip from centralized, command-and-control, secretive, and extractive to distributed, mobile, intelligent and participatory.
– Electric Utilities as we know them will be obsolete.
– Oil will be obsolete.
– Nuclear will be obsolete.
– Natural Gas will be obsolete.
– Coal will be obsolete.
– All new mass-market vehicles will be electric.
– All new mass-market vehicles will be autonomous (self-driving).
– The auto industry will shrink by 80%.
– 80% of parking space and highway space will be redundant.
– The parking industry will be disrupted.
– The car insurance industry will be disrupted.
– The construction and real estate industries will change dramatically.
– Cities will undergo the most radical transformation since horses gave way to gasoline cars and electric streetcars.
– Taxis as we know them will be obsolete.
– Logistics as we know it will be obsolete.

Vous pourriez aussi aimer

Pourquoi la Caisse de dépôt et placement ne s’intéresse-t-elle pas à la fibre optique ?

De l’urgence d’un plan pour bénéficier positivement de l’économie numérique

L’industrie touristique au Québec et sa courte vue numérique

Haute Vitesse : Les beaux rêves et les bonnes blagues du CRTC et des gouvernements

Certains des problèmes structuraux du commerce électronique au Canada

Comment la fibre optique nous rendrait collectivement plus riches

Pourquoi devrions-nous investir massivement dans les infrastructures numériques

Comment et pourquoi implanter un programme national de large bande

Ras-le-bol de l’innovation

Les gagnants et les perdants de l’économie numérique

Certains des problèmes structuraux du commerce électronique au Canada

Les commentaires sont fermés

Les problèmes de La Presse+ et mon point de vue

Pin It

Je n’ai été sur La Presse + qu’une seule fois. C’était la journée de son lancement. J’avais été particulièrement impressionnée de celle-ci comme je l’avais écrit dans mon billet L’application iPad La Presse + va révolutionner la pub et l’édition.

Je suis sur le cul. Je suis fière de l’ingéniosité, de la recherche et de l’innovation qui ont été investies dans ce produit québécois. Pour la première fois de ma vie j’avais l’impression de tenir entre mes mains ce que j’imaginais être un réel journal numérique.

Mais j’écrivais aussi

Les moins de l’histoire, non elle ne sera pas disponible sur Androïd. Non tous les Québécois lecteurs de La Presse n’auront pas de iPad dernière génération, mais disons que le modèle d’affaires strictement pub de cette application viendra déjà foutre le trouble des « paywalls » du Journal de Montréal et de Le Devoir et même de la majorité des quotidiens de la planète. Le temps nous dira si cette (r)évolution fera des petits, mais déjà, j’ai comme une impression que bien des éditeurs viendront cogner à la porte de La Presse pour acquérir cette technologie.

Or, dans l’article du Journal de Montréal Climat de tension à La Presse + on apprend que :

Au dernier trimestre, Power Corporation a enregistré une perte de 65 millions $ pour ses filiales comprenant le Groupe de communications Square Victoria, propriétaire de La Presse.
Depuis trois ans, les pertes cumulées de cette division ont atteint 210 millions $.
La Presse+, qui avait également annoncé son intention de commercialiser à l’échelle planétaire son application tablette, n’a toujours pas connu le succès attendu. Pour l’instant, seul le Toronto Star a acheté l’application.

AOUCH

En marketing il y a une expression courante « Aller où se trouve le consommateur ». Or, le consommateur se retrouve sur le web, pas sur les applications. J’avais discuté de ça avec certains des « cerveaux » de La Presse+ lors du lancement mais on m’avait indiqué que la direction avait investi plusieurs dizaines de millions en recherche et que mon avis n’était pas approprié. Je m’étais donc inclinée parce que anyway, ils n’étaient pas mes clients, que Apple qui avait codéveloppé était tout de même Apple et que j’étais peut-être dans le champ.

Toujours est-il que pour l’un de mes clients qui dernièrement songeaient justement à commercialiser une application, j’ai fait une recherche sur le sujet et mes conclusions sont on ne peut plus claires. Les applications sont sur la voie de sortie et le web applicatif lui a le vent dans les voiles. Je présente d’ailleurs une version abrégée de cette recherche dans mon billet Applications , marketing, relations publiques, meilleures pratiques et modèle d’affaires.

J’y présente entre autres que

-Il est plus facile de construire une audience sur le web mobile et le desktop parce que les hyperliens y sont plus fluides

-Le trafic sur le web mobile est 2.1 fois plus important que sur les applications

-Que 65.6% des usagers américains ne téléchargent aucune application par mois

-Que le « hybrid HTML5 » est la voie de l’avenir
Et que

-Proclamations of an all-native mobile app world ignore the fact that browsers and the web are fast becoming the mobile operating system of the future, and native apps are slowly dying.

-The average American now downloads zero apps per month

-The web is and will always be the most popular mobile operating system in the world — not iOS or Android.

Mais bon, dans la tête des patrons de LaPresse+, un conseil gratuit est un conseil qui ne vaut probablement rien…

D’ailleurs, ma vision est aussi partagée par les potes Stéphane Hamel et Emmanuel Scotto sur mon mur Facebook

Stéphane Hamel Michelle Blanc absolument, les apps sont en voie de disparaître (et les grands joueurs poussent pour ça). La Presse aurait avantage à appliquer un concept « à La Presse+ » en révisant le site web pour qu’il soit:
a) progressive web app – même code sur toutes les plateformes
b) responsive – une évidence!
c) personnalisé – en ce moment, créer un profil ne donne pas grand chose…
d) et aussi… à ne pas négliger, plus engageant et responsable en ayant un code de conduite sur les commentaires (ex. seul les abonnées peuvent commenter, personne réelle, score de réputation, etc.)

Emmanuel Scotto Quand je disais il y a 2 ou 3 ans que l’application mobile était vouée à l’échec économiquement (autant de développement que de plateforme), on me rigolait au nez :)
aujourd’hui beaucoup en revienne. A noter: techniquement, beaucoup d’applications actuelles sont en fait des appli 100% techno web (HTML5/CSS3/JSON/ANGULAR/…) « enveloppées » dans une coquille appli dédiées.

 


1 commentaire